Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

Les coups de cœur de Marilyn Anquetil de la librairie MOLLAT à BORDEAUX, France


  • Le choix des libraires : Le tabac Tresniek (3 choix) - Robert Seethaler - Sabine Wespieser éditeur, Paris, France - 06/03/2015

Été 1937. Il est temps pour Franz Huchel, 17 ans, de devenir un homme et de s'assumer financièrement. Voyant que son fils ne possède pas la carrure adéquate pour des travaux manuels, sa mère décide de l'envoyer chez son oncle à Vienne afin de l'assister dans son bureau de tabac. L'apprentissage professionnel débute alors et il est bien loin de se douter que sur son chemin l'attendent l'amitié et l'amour.

Aussi candide qu'il soit, notre jeune Franz comprend vite comment faire tourner le magasin : se tenir au courant des dernières actualités en lisant la presse le matin et connaître la saveur d'un bon cigare sans pour autant être fumeur. Dans son petit commerce, il fera la connaissance d'un éminent personnage : Sigmund Freud. Comment cet intellectuel de génie peut-il s'enticher d'un jeune homme qui n'entend rien du tout à la psychologie ? Certaines questions n'ont pas besoin de réponse et chacun profite de la compagnie agréable de l'autre. L'un trouve une oreille attentive et désireuse de comprendre ce qui l'entoure, l'autre se découvre un nouveau projet : maintenant qu'il a appris à travailler, il doit connaître l'amour. Si comme le disait Rimbaud «on n'est pas sérieux quand on a 17 ans», les sentiments de Franz pour Anezka le sont. Il connaîtra alors la maladie de tous les amoureux : ce serrement de gorge quand elle n'est pas là, cette petite douleur au ventre quand il sera sur le point de la revoir, ce désir immodéré de mieux la connaître spirituellement et physiquement...

Malgré ce portrait de vie en apparence idyllique, il ne faut pas oublier la période dans laquelle se situe l'action et les nazis qui sont de plus en plus présents dans les rues de Vienne. Franz n'entend rien aux actes de ces gens ou à leur idéologie. Il porte sur eux un regard intrigué sans pourtant se défaire de ses convictions durant cette période où il est dangereux d'en avoir.

L'air de rien, ce petit livre qu'est Le tabac Tresniek s'impose comme l'un des plus profonds de cette fin d'année et si nous prenons plaisir à voir grandir le jeune Franz, au final c'est lui qui nous instruit au point de vouloir le suivre sous son étendard et faire de ses rêves les nôtres.


  • Le choix des libraires : Esprit d'hiver (6 choix) - Laura Kasischke - Bourgois, Paris, France - 27/11/2013

Comment fait-elle Laura Kasischke pour, livre après livre, nous tenir avec ses histoires venues du fin fond d'une Amérique qui nous paraît lointaine ? Cette fois-ci, il s'agit d'un drame à deux personnages, avec la règle des trois unités : lieu, temps, action. Une mère se lève un matin de Noël habitée par une phrase qui réveille le poète qu'elle fut, une simple phrase qui la renvoie à l'événement majeur de sa vie : l'adoption d'un bébé russe douze ans plus tôt, Tatiana, devenue le centre vital du foyer et sauvée de l'horreur d'un orphelinat sibérien. On attend les invités, la famille, la fébrilité est palpable car on a cédé au sommeil matinal et qu'il faut se dépêcher, ce qui n'a pas l'air d'inquiéter l'adolescente. Commence un affrontement entre mère et fille, la première ne reconnaissant plus la deuxième qui la pousse dans des retranchements douloureux, l'obligeant à affronter un secret. Tout en tensions et en oscillations, en analyses et en gestes précis, Esprit d'hiver vous tient jusqu'au final, glaçant comme le blizzard qui souffle tout au long de l'histoire.


  • Le choix des libraires : Le silence de Perlmann (1 choix) - Pascal Mercier - Libella-Maren Sell, Paris, France - 05/09/2013

Côté lumière, Philipp Perlmann est un linguiste reconnu et respecté dans son domaine. Solide, brillant, il suscite l'admiration de ses pairs. Côté sombre, notre homme est profondément affecté par la mort de sa femme et traverse une période de doute et de remise en question. En déplacement à Gênes en vu d'animer un colloque réunissant de grands spécialistes, il se verra pour la première fois dans l'impossibilité de préparer son intervention. Situation pour le moins embarrassante, d'autant plus que de jeunes chercheurs ne demandent qu'à prendre sa place... Intelligent, profond, ambitieux, ce roman psychologique est aussi impressionnant que son fameux Train de nuit pour Lisbonne.


Le futur n'a jamais aussi bien été abordé que par les écrivains - nous viennent immédiatement à l'esprit des noms comme Philip K. Dick ou Isaac Asimov. Pour cette rentrée 2013, Rosa Montero - que nous aurons le plaisir de recevoir le mercredi 23 janvier en conférence - nous livre sa propre version avec Des larmes sous la pluie (titre tiré d'un dialogue du film Blade Runner de Ridley Scott) publié aux éditions Métailié.


Parfois attendus, souvent redoutés, les robots sont présents dans l'univers de Rosa Montero, mais ceux-ci sont si évolués qu'ils font partie intégrante de la société... du moins, c'est ce qui est dit sur le papier. En effet, s'il y a malheureusement un trait de caractère humain qui perdure avec le temps, c'est bien la peur de la différence. Les techno-humains, ou reps, ont des avantages que nous n'aurons jamais : ils ne vieillissent pas et ne sont pas d'une constitution fragile. En revanche, leur temps de vie est limité à dix ans et, pour éviter des troubles psychologiques, leur enfance est créée de toute pièce et implantée dans leur cerveau. Ils vivent donc en ayant conscience du mensonge de leur passé.

Bruna Husky est détective. Les affaires viennent juste de reprendre quand sa voisine de palier, une androïde, tente de l'assassiner avant de se supprimer en s'arrachant l'oeil. Folie passagère ? Notre héroïne n'y croit guère, surtout lorsque des cas similaires se reproduisent. Par quel stratagème les reps perdent-ils le sens commun ? Est-ce à cause d'une drogue ou est-ce une conspiration ?

Rosa Montero se lance dans la littérature dite de genre ou, pour être plus précis, dans un roman d'anticipation mêlant le policier et la science-fiction. Toutefois, il ne serait pas de bon ton de le juger à part dans son oeuvre car une sérieuse réflexion sur la coexistence des espèces est menée dans cet ouvrage. Des espèces qui se jugent, qui se pourchassent, qui s'assassinent... en bref, s'installe un climat de terreur qui n'est pas sans rappeler celui de la seconde guerre mondiale. La vision du futur de l'auteur est troublante car, à bien y réfléchir, la fiction pourrait devenir réalité.


  • Le choix des libraires : L'homme vertical (1 choix) - Davide Longo - Stock, Paris, France - 01/04/2013

L'homme vertical
Vous souvenez-vous du monde apocalyptique de La route de Cormac McCarthy ? Avez-vous parcouru des kilomètres aux côtés de ce père et de son fils dans l'incertitude de voir des jours meilleurs ?

Si oui, et si vous avez aimé, vous adorerez L'homme vertical de Davide Longo. Attention, bien que le fond de l'histoire soit identique, il ne s'agit pas de vous resservir un texte que vous avez déjà lu et vous vous en apercevrez bien vite à la lecture car les émotions sont encore plus fortes.

Léonardo vit seul dans sa grande maison un peu en dehors d'un village que l'on devine situé en Italie. Indifférent aux événements, il passe ses journées dans sa «pièce aux livres» à penser aux erreurs qu'il a pu commettre par le passé, notamment sa liaison avec une jeune étudiante qui lui a valu un divorce douloureux. Sa fille, il ne l'a pas vu depuis des années. C'est donc une bonne surprise, malgré la situation catastrophique dans laquelle est plongée le pays, de voir sa femme la lui amener afin qu'il veille sur elle, le temps de retrouver son nouveau mari. Un mois passe et pas de nouvelles. Les réserves de nourriture et d'essence s'épuisent. L'avenir est incertain, surtout pour les jeunes. Il faut partir. Leur destination ? La France ou la Suisse bien qu'il soit difficile d'obtenir un visa. Ainsi commence une terrible odyssée pleine de violence. L'armée n'obéit plus qu'à sa propre loi, les gens ne s'entraident plus de peur de manquer et des groupes barbares sèment la terreur sur leur passage. Léonardo, sa fille et d'autre compagnons rencontreront ces individus qui luttent pour leur vie ou vivent au service d'un gourou afin d'obtenir de quoi s'évader quelques heures.

Au milieu de ce chaos, Léonardo se refuse à se comporter comme un sauvage et continu d'aider autrui quand cela lui est possible. Son comportement en étonnera plus d'un - ses proches les premiers - et l'on pourrait y voir de la lâcheté ou de la naïveté, mais cet n'est rien de moins que la preuve qu'il y a encore de l'espoir pour l'humanité. Au final, même si certains passages sont ardus, on ressort de ce livre grandi.


  • Le choix des libraires : Moi et toi (3 choix) - Niccolò Ammaniti - Robert Laffont, Paris, France - 13/09/2012

Lorenzo n'a jamais su établir le contact avec les enfants de son âge et pour cause, un psychanalyste diagnostique un sentiment hypertrophique de soi, un ego surdimensionné...

Pour ne plus que sa mère s'inquiète - et surtout pour qu'on ne l'embête plus avec ça - il raconte des parties de football avec des amis de sa classe et surtout une invitation à partir une semaine à la montagne. Pourquoi avoir inventé un tel mensonge ? Lui même ne saurait y répondre si ce n'est en faisant appel à la stupidité. En revanche, il n'est pas capable d'avouer la vérité car cela ferait trop de peine à ses parents. La solution ? Préparer assez de vivre et de quoi s'occuper pour rester sept jours dans la cave qui deviendra son havre de paix jusqu'à ce que sa demi-soeur le surprenne et lui demande l'hospitalité. C'est le visage émacié et complètement en manque qu'elle se présente au jeune garçon qui peine à comprendre son état. Ensemble, ils affronteront leurs maux dans le but de sortir de la cave différents de ce qu'ils étaient.

Un livre chargé d'émotions, juste, qui montre la vie comme elle est réellement.


  • Le choix des libraires : Volte-face (3 choix) - Michaël Connelly - Calmann-Lévy, Paris, France - 25/08/2012

Voilà des mois que nous sommes au courant et nous ne pouvons vous faire cette révélation que maintenant : l'inspecteur Harry Bosch et Mickey Haller vont se partager l'affiche dans le prochain roman de Michael Connelly : Volte-face.

Bien entendu, ce n'est une surprise que pour les vrais lecteurs de littérature policière. Si, comme moi, vous ne pouvez vous pencher sur les tables de notre rayon polar que de temps en temps, cette annonce ne doit vous faire ni chaud ni froid. En revanche, ce n'est pas une raison pour ne pas le découvrir car vous y perdrez.

Michael Connelly est un auteur qu'on ne présente plus, même sans être un féru du genre, ce nom est connu de tous. À un point tel qu'il pourrait éveiller une certaine méfiance, comme pour tous ces auteurs que nous appelons «tête de gondole» et qui ne méritent pas toujours le succès qu'on leur accorde. Et bien, sans conteste, celui-ci mérite sa renommée, son dernier ouvrage est là pour le prouver.

Entrons dans le vif du sujet : pour la première fois de sa vie, Mickey Haller va plaider pour l'accusation et demander de l'aide à son demi-frère Harry Bosch ainsi qu'à son ex-femme. Notre trio, composé de deux avocats et d'un inspecteur, a pour mission de prouver pour la seconde fois la culpabilité d'un homme dans une affaire de meurtre. Pour la seconde fois ? oui, vous avez bien lu. Vingt-quatre ans auparavant, Jason Jessup était condamné pour l'homicide volontaire d'une petite fille et c'est grâce à la nouvelle technologie qu'il va pouvoir demander à être rejugé. En effet, à l'époque, on ne pouvait pas faire de test ADN approfondi et c'est celui d'une autre personne qui a été détecté sur la robe de la victime. Parce que la culpabilité de Jason Jessup ne fait aucun doute, Mickey Haller accepte l'affaire. Alors, il se retrouve de l'autre côté de l'allée, face à ses anciens confrères de la défense qui ne vont pas lui faire de cadeau.

Jason Jessup est-il coupable ou innocent ? S'agit-il d'un coup monté ? Ce qui était une affaire facile à mener se transforme en un imbroglio de pistes à remonter et de témoins à dénicher. Sans compter les agissements étranges de l'accusé...

Michael Connelly nous tient en haleine jusqu'à la dernière ligne et l'intrigue est menée comme seul sait le faire un écrivain talentueux. Alors, n'hésitez pas à venir découvrir Volte-face, celui-ci sort le 9 mai au éditions Calmann-Lévy.


  • Le choix des libraires : Amour (1 choix) - Hanne Orstavik - LES ALLUSIFS, Montréal, Canada - 14/07/2012

Par une nuit sibérienne, deux êtres, une mère et son fils, errent séparément dans un petit village au nord de la Norvège. Dans cette nuit glaciale, tous deux rencontrent et suivent des inconnus. Perdus dans leurs pensées, Jon ne peut pas s'empêche

r de visualiser dans son esprit l'image d'un train en action tandis que Vibeke passe mentalement en revue tous ceux qu'elle connaît en se demandant si l'un d'eux pourrait être l'homme de sa vie, peu à peu ils s'éloignent lentement et inexorablement l'un de l'autre. La veille des neuf ans de Jon, dans ce village où ils viennent tout juste de s'installer, un drame se noue.

Avec Amour, publié aux éditions des Allusifs, nous assistons à un sublime décryptage de la solitude de deux êtres par l'un des auteurs contemporains les plus talentueux de Norvège : Hanne Ørstavik.

Avec délicatesse et simplicité, Ørstavik nous livre un roman d'une rare intensité. Le baromètre de l'angoisse poursuit son ascension implacable et finit par laisser le lecteur sonné et bouleversé au pas de la porte du soulagement.

MAGISTRAL !


  • Le choix des libraires : Tunisie, saison nouvelle (1 choix) - Christian Giudicelli - Gallimard, Paris, France - 14/07/2012

Souvenez-vous, en décembre 2010 et janvier 2011, la Révolution du Jasmin ou Révolution pour la dignité éclatait en Tunisie. «Éclatait», le mot est peut-être un peu fort puisqu'elle a été essentiellement non-violente. Mais que s'est-il passé par la suite ? Où en est le peuple tunisien ? Christian Giudicelli, un écrivain qui a toujours aimé ce pays et qui nous en avait déjà dressé un beau tableau dans Fragments tunisiens, y est retourné en juin 2011 pour constater de ses propres yeux ce qui a changé.

Dès les premières phrases, on sent que l'auteur est un passionné, que ses nombreuses escapades l'ont rempli de bonheur et ont laissé en lui la sensation d'un pays heureux. Il retrouve cette atmosphère inchangée ; la politesse et la convivialité que l'on prête au peuple tunisien sont toujours en vigueur. Seuls quelques lieux et, malheureusement, quelques personnes ont disparus depuis les événements.

En retraçant les trajets déjà parcourus, il retrouve d'anciennes connaissances et s'inquiète de leur devenir, de leurs pensées. Les bacheliers pro-révolutionnaires d'alors prennent aujourd'hui le temps de vivre ou se sont enfermés dans les commandements d'une religion exigeante. Parfois, la Révolution semble n'avoir eu aucun effet sur certains tandis que d'autres s'affichent avec une mode vestimentaire colorée qui sent la liberté.

Avec Tunisie, saison nouvelle nous traversons de long en large le pays aux côtés d'un homme qui le connaît presque comme sa poche. Le constat de ses observations est optimiste, bien que beaucoup se demande encore si c'est une terre d'avenir, mais il est peut-être encore un peu tôt pour répondre à cette question.


  • Le choix des libraires : Karoo (3 choix) - Steve Tesich - Monsieur Toussaint Louverture, Toulouse, France - 14/07/2012

Dans le métier, on le surnomme «Doc». Mais ne vous y trompez pas : il n'a aucun talent de guérisseur. Non, sa spécialité, c'est de réécrire des scénarios pour les rendre vendables, commerciaux, bref, en faire de la graine de block-buster. Il soigne les textes ampoulés, ampute les parties superflues, greffe un peu d'action, un peu d'amour, un peu de tout ce qui manque partout où ça manque. Mais s'il fait parfois des miracles dans ce domaine, autant dire que ce n'est pas le cas dans sa propre vie. Sur le plan familial, il se situe à mi-chemin entre un mariage raté et un divorce réussi : il continue à déjeuner avec sa future ex-femme pour parler de leur divorce à venir sans qu'aucun des deux ne parvienne jamais à faire avancer la musique. Il est le père adoptif d'un grand et séduisant jeune homme avec qui il ne parvient à tisser aucun lien en dépit des besoins affectifs de ce dernier. Sur le plan social, si l'on fait abstraction des connaissances et relations qui servent occasionnellement d'audience à ses numéros, il n'a plus qu'un seul ami. Mais ce n'est pas vraiment un hasard. La superficialité et la vacuité sont les dieux les plus importants de son panthéon personnel. Entre son culte de l'image et son angoisse maladive face à toute forme d'intimité, il a trouvé la solution dans la présence systématique d'une audience pour assister au moindre événement de sa vie. Rien n'a d'intérêt sans public. En voilà un qui ne s'est vraiment pas trompé de vocation ! Et ça lui réussit plutôt bien, exception faite de ces petites maladies bizarres qu'il a tendance à développer ces derniers temps (telles qu'une immunité déconcertante à l'alcool qui le condamne à boire sans s'enivrer, ce qui colle plutôt bien avec son nom vu que Karoo signifie «soif» en khoikhoi). Avec son cynisme et son indifférence en bandoulière, Saul Karoo se croît le plus lucide des hommes. Jusqu'au jour où, déformation professionnelle oblige, il va être tenté de jouer à Dieu avec ses proches...

Truffé de références pertinentes au patrimoine culturel mondial, servi par une traduction de grande qualité (1) et une construction narrative impeccable Karoo (éd. Monsieur Toussaint Louverture) s'impose comme un roman très américain sur le mensonge, la culpabilité et la rédemption. Est-ce le détachement à toute épreuve affiché par notre héros éponyme, son humour grinçant ou le pétrin dans lequel il va se mettre alors qu'il croyait si bien maîtriser les choses ? Toujours est-il que ce roman signé par Steve Tesich est complètement addictif (2). Il a beau faire 600 pages, il se le lit presque d'une traite ! Gare aux anciens buveurs et aux anciens fumeurs cependant, sa tendance à consommer alcool et tabac à volonté risque fort vous titiller les nerfs...

(1) La traduction est l'oeuvre d'Anne Wicke, grande spécialiste de littérature américaine (on lui doit des traductions de Toni Morrison, Laura Kasischke, Jonathan Franzen, Rick Bass...).

(2) Peut-on pouvons-nous espérer une réédition prochaine de son autre roman, Rencontre d'été...


Copyright : lechoixdeslibraires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia