Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

A propos de la librairie : ESPACE CULTUREL LECLERC


Ses coordonnées

Adresse:
Route du Mans
Saint-Denis Les Ponts
28200 CHÂTEAUDUN
France

Téléphone : 02 37 45 39 23



Les coups de cœur de ses libraires

  • Marc-Olivier Amblard : Nos coeurs vaillants - Jean-Baptiste Harang - Grasset, Paris, France - 02/03/2011

André Hardellet disait «Le souvenir : cette tentative d'insubordination pour rendre actuel, disponible ce que le passé a englouti dans sa trappe.».
J.B. Harang se confronte à une vague de souvenirs qui va ressurgir dans sa vie d'une façon inattendue. Destinataire d'une lettre anonyme mais amicale, il découvre un passé commun enfoui entre son auteur et lui. Désenchanté le courageux mais étrange épistolier semble même reprocher à l'écrivain son absence dans son oeuvre littéraire. Une seconde missive, signée, ciblera de nouveau une période, des noms et un lieu : la colonie de vacances des Crozets dans le jura. Tirant la pelote, J.B. Harang se plie à l'exercice presque douloureux en tout cas doux amer, du souvenir imposé, finalement accepté, définitivement sensible. Et nous avec lui, nous cheminons du Paris populaire de l'après-guerre, des patronages religieux où l'huile de coude et la camaraderie chaleureuse remplace l'argenterie et l'éducation des beaux quartiers, jusqu'à la montagne quasi-mythique de la colo lieu référent de la boîte de pandore dangereusement ouverte par l'étrange épistolier. Et corollaire inévitable au film de souvenirs la question lancinante de l'oubli, de l'empreinte de l'enfance et des sentiments délaissées. Finesse et littérature tissent une ambiance désenchantée très agréable ! À découvrir !


Sans doute le thème en refroidirait plus d'un(e ?) ; sans doute. Il est vrai les affres d'un cosmonaute (c'est LE terme exact pour un soviétique) qui bat le record de longévité en apesanteur dans une station orbitale lasserait tout impétrant lecteur ; sans doute. On se dirait : mince mais beurk c'est de la SF, mélangeant le préjugé idoine concernant ce genre magistral pour certain, débile pour d'autres ; sans doute. Il n'empêche, c'est (sans doute) le meilleur livre du sieur Hugo Boris, le 3e opus d'icelui, un roman psychologique où comme toujours chez lui les petits détails (technologiques ici) sont partie intégrante de l'intrigue, rajoutant un suspense au récit, et il y en a (la sortie extra-véhiculaire et le fameux fil de vie !), sans oublier l'exploration psychologique de l'âme humaine (exaltation, dépression, folie). Métaphysique aussi, on le serait à moins en contemplant la grande bleue de là-haut, érotique encore, une scène d'amour en apesanteur que n'aurait pas renié Pierre Boule dans son trop méconnu E=MC2, sentimental enfin, car c'est une magnifique déclaration d'amour à une femme et à la terre ! Magnifique !


Libraire depuis plus de 20 ans, ancien responsable de la Librairie Labbé à Blois, je suis depuis cet été directeur de l'Espace Culturel Leclerc de Châteaudun. En 2008, j'avais eu un coup de coeur pour le 1er roman d'Olivia Elkaim. Son 2e confirme ce talent naissant !

"On avait quitté Olivia Elkaim, il y a deux ans. Les yeux emplis d'un Chambord inédit, d'un château à des lieues de la meringue romantique pour touristes pressés, hanté par les mannes des disparus, des justes et des résistants qui furent sauvés ? ou pas, comme la Joconde, dans ses caves pendant la seconde guerre mondiale. Les «graffitis de Chambord», son premier opus chez Grasset (réédité aujourd'hui chez J'ai Lu), fut une belle surprise de la rentrée de septembre 2008 Sur le mode choral, les destins de trois générations d'hommes d'une famille juive, se télescopent des années trente à nos jours. Un canevas tiré au cordeau, dont le motif se densifie au fil de la lecture, révélant à lui-même le dernier surgeon, Trevor celui qui semblait pourtant le plus fade. Grâce aux histoires alternées de son père, Simon, un clerc pudique, qui comme toute une génération choisit le silence comme thérapie, et surtout de son grand-père ISAAC, le résistant, le gardien des arts, devenu infidèle, on comprend avec eux la force de la mémoire.
Bouche bée, l'âme coite, on assiste alors à l'ouverture d'une sensible boîte de Pandore : l'absolu pouvoir de la transmission et la force de la rédemption.

Deux ans plus tard, Olivia Elkaim attaque l'autre versant. Massada, ce rocher emblématique de la résistance juive aux romains, sera son EIGER au féminin, une montagne aride à gravir, dangereuse même, la face féminine de l'ordalie familiale. Mais à défaut du jugement de Dieu, l'homme, ou plutôt la/les femme(s), sont tour à tour les acteurs cruels et les victimes expiatoires de cette pièce «Les oiseaux noirs de Massada», emprunte cette fois aux poupées russes son jeu narratif. L'Histoire de Klara, notre contemporaine, porte en elle celle de Mouna/Edna, sa grand-mère, celle qui l'a vraiment élevé, mais celle qui lui a tout caché du passé. Car jusqu'au jour où Klara a le coeur qui explose d'un dépit amoureux à la force dévastatrice, Mouna jamais n'avait parlé de la guerre et de ses secrets enfouis, et jamais Klara n'avait pu lui faire raconter. Chanteuse vedette de la comédie musicale «les oiseaux noirs de Massada» montée en Israël, dans le rôle étrange et sublime de la dernière femme de Massada, la dernière égorgée, Klara n'était avant LUI, le grand Amour, qu'une «Kleine chanteuse» de cabaret, jazz au Blue Bird avec son groupe Cohen'CO, traditionnelle dans les bar-mitsvas bobos. En total abandon, elle prend de plein fouet les rets de son amant, Ron, marié, forcément. La guerre dans la bande de Gaza, précipite sa fuite et son choix. La désespérance de Klara la rend muette, elle ne chante plus, la voix, l'âme cassée. Mouna, sa Mouna, sa grand-mère fera le chemin jusqu'à elle pour consoler l'inconsolable. Et enfin lui raconter, nous raconter sa propre histoire : Isaac, son amour, sa guerre, sa perte. Le pèlerinage, réel cette fois, au rocher propitiatoire qu'est Massada, sera le réceptacle de cette parole, de cette confession nécessaire, absolue pour que Klara puisse continuer. Et comme corollaire, l'arbre de Jessé et sa métaphore contemporaine : l'arbre généalogique, les racines, la famille.

Encore une fois, Olivia Elkaim réussit cette gageure de magnifier des histoires par l'Histoire, de relier des temps et des lieux plus intimement encore que ses amants, de nous accrocher au coeur et à l'âme un poison subtil et addictif : l'émotion.


  • Marc-Olivier Amblard : Vivement l'avenir - Marie-Sabine Roger - Rouergue, Arles, France - 09/02/2011

"Avec la "tête en friche" et son adaptation goulûment réussie (merci à Depardieu et Mme Cassadessus) Mme Roger était enfin reconnue comme écrivain en-dehors du roman jeunesse ! Dieu merci ! Car, avec quelques autres (Barbara Constantine par ex) elle fait partie des ces femmes écrivains pétries d'humour, de verve de style, d'humanité, bref d'un sacré plaisir de lecture. Dans une province anonyme, clone urbano campagnard d'autres coins en France ou ailleurs, se côtoient avec indifférence une tribu de bras-cassés, de fragiles, de rebelles qui seront promptes à faire exploser leur routine mortifère. Alex, routarde, rebelle et androgyne plus par sécurité que par choix, habite chez l'autochtone et nous dépeint cet indigénat avec un regard matois, roublard et finalement attendri. Nantie d'un cdd de 6 mois au poulailler industriel local, elle se prépare à continuer son tour du monde et des gens depuis qu'elle a décidé de voyager pour ne pas mourir d'ennui. Marcelle, la taulière, virago qui a mangé un mégaphone au p'tit dèj' et explose sporadiquement en dantesque colères, Bertrand l'insipide mari (quoique) et Gérard, frère handicapé du précédent (SSSHUUperrrr), centre de gravité, dans tous les sens du terme, de la smala, composent le reste de la maisonnée. Alentour, grenouillent Cédric récent et long chagrin d'amour déprimant comme bandoulière, et son binôme gargantuesque le superbement gros et j'm'en foutiste Olivier, héritier dilettante de l'électroménager local, et qui n'en a rien à foutre du quart comme du tiers (seul projet : construire un improbable barrage de cannettes de Kros lestées dans le canal qui leur sert de repères à leurs mornes plaines). Et Alex, contre tous ses principes d'animal misanthrope et sans attache fond pour Géééééééérarrrd, lanceur de pop-corn dégauchi, incendiaire de cuisine, étonnant poète et chanteur d'opérette à tue-tête (avec voix de fausset à hauts décibels oeuf corse) au point de remettre en cause ses errances viscérales. Et comme la Marcelle, au bord de la crise de nerfs fomente un complot anti-gérard...On le sent tout ce monde là va frayer sans coup férir, on pressent la grosse ficelle, l'artillerie de 70, on la redoute, on l'espère...Et bien ! Oui, si on y a droit c'est pour mieux exulter, pousser des BWAAAA intempestifs à faire sursauter son voisin de métro ou de matelas (rarement les mêmes), et l'on se surprend à rêver de faire un tour dans ce fameux side-car rouge et noir qui surgit dans l'histoire pour espérer comme eux sortir du gris au-dehors, le leur, le notre. Foin d'hypocrise, impétrant lecteur qui a frémit dans le bon sens ou le mauvais, aux histoires de mesdames Gavalda, Pancol (ici en plus drôle, mâtiné de Pennac et San-Antonio croisés au bord du zinc) ou Barbara Constantine (la méconnue du tiercé que je ne saurais trop re-conseiller aux heureux lecteurs qui ne la pratiqueraient pas), même le plus madré d'entre vous devrait devenir accroc à cette platée d'humanité joviale ! C'est THE livre drôle de la rentrée littéraire, précipitez-vous et mangez-en ! Mme Roger, je vous aime !


Le titre est digne des plus belles métaphores que nous ait donné la science chère à Einstein, Hawking et consors, stars de la recherche et des honneurs afférents (Nobel, médaille Fields en maths - ce détail aura son importance). Et pour rester dans ces eaux là (l'aquariophilie a, aussi, son importance !), oui : tout est relatif ! Et la théorie du chaos, les singularités, les trous noirs, toutes ces théories savantes colleraient à l'intrigue concoctée par le M. Szalowski, véritable alchimiste ès rebondissements. Plus clairement, la théorie des noeuds et les algorithmes météos sont un vrai fil rouge de l'histoire. Mais, diantre, ne prenez pas peur : il ne s'agit pas d'un hermétique essai de sciences, mais bien d'un roman ju-bi-la-toi-re !
Adonc, un garçon de 12 ans, est notre narrateur attitré : il sera, étrangement le seul anonyme de l'histoire ! N'empêche, par cette empathie naturelle aux VRAIS raconteurs d'histoire, nous l' «habitons» sans problèmes, enfilant son habit de gamin confronté au 1er grand drame de sa vie : la séparation annoncée de ses parents. Là, on pressent l'antienne classique du mélo familial, un kramer contre kramer Montréalais (ça se passe dans la belle province, je vous ne l'avais pas dit ?) Fichtre non ! Un zeste de pensée magique et voilà que notre jeune malheureux en appelle aux éléments pour sauver sa famille. Bien lui en prend, cette semaine de janvier 1998 restera dans les mémoires québécoises comme la tempête de glace du siècle !
Une cascade d'événements quasi vaudevillesques vont parfaire la pièce montée opérée par le fatum déglingué ! Une strip-teaseuse tombe en amour d'un mathématicien russe obsédé par son satané quatuor de poissons (la fameuse théorie des noeuds appliqué à l'aquariophilie), des pères absents s 'ébrouent enfin (si, si), des femmes se désaigrissent (si, si), un coming out se produit grâce à un canapé de psy (et une bouteille de whisky) etc... ad jubilo.
En dire plus serait dommage, car vous aussi vous ressentirait sans coup férir ce besoin de rompre la glace, d'accroire coute que coute que rien ne se crée mais tout se transforme, et que si glace il y a elle est amené à fondre. CQFD. Ce qui fond délivre ;-)


Copyright : lechoixdeslibraires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia