Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

A propos de la librairie : FELBACQ


Ses coordonnées

Adresse:
2, rue Ferdinand Buisson
02300 CHAUNY
France

Site Internet : http://www.facebook.com/pages/Felbacq-Plein-Ciel/309602002406902



Les coups de cœur de ses libraires

  • Elodie Schneider : Sobibor - Jean Molla - Gallimard, Paris, France - 26/10/2013

La lecture de ce titre c'est d'abord un coup du hasard...
Reçue avec une sélection de titres Folio, j'ai été interpelée par la couverture et le titre... Qu'est-ce donc ? Sobibor.

L'auteur nous plonge avec ce livre dans un double récit bouleversant : celui d'Emma qui se détruit et peine à supporter la réalité, et un journal intime trouvé dans les affaires de la défunte qui nous conduit dans le camp de concentration de Sobibor. Finalement, tout a commencé à Sobibor. Et pour ceux qui ont vécu, tout s'est fini à Sobibor. Ce texte émeut dans la mesure où on découvre comment les hommes peuvent devenir des monstres, comment le silence peut devenir aussi meurtrier que les armes, comment la haine détruit tout ce qui reste d'humanité dans le coeur des hommes... Tout ne s'est pas terminé en 1945. Et grandir, c'est aussi apprendre à assumer son identité, son histoires, ses origines et ses responsabilités.

Sobibor tord les tripes et fait réfléchir. À l'heure où des Laszlo Csatari étaient encore en attente d'être jugés, à l'heure où les conflits n'en finissent pas d'envahir nos écrans, Sobibor nous pousse à nous sentir responsable. Et à refuser le silence, la passivité.


Cinquième tome pour les aventures de Maliki : frais et pétillant, à l'image de son personnage principal. Dans cet album, «elle» nous livre des tranches de vie avec des rêveries, des souvenirs, des soucis et quelques colocataires peu ordinaires... Une famille unique... une dessinatrice à l'imagination débordante, une jeune immigrée chinoise, une entité à la force herculéenne, un viking susceptible et des chats que tout le monde aime et dont tous les lecteurs veulent des dessins, le tout sous un trait de crayon dynamique. À lire e à relire en attendant le prochain...


«N'ouvre pas les yeux» vous fera ne pas fermer les yeux. Le dernier John Verdon est intense, on le dévore. On est tenu en haleine par les rebondissements incessants de l'enquête, par la fine description des différents personnages et par la vie de l'enquêteur à la retraite David Gurney.

Quelques minutes avant son mariage, la jeune malsaine future épouse d'un célèbre et riche psychiatre est retrouvée décapitée dans la dépendance occupée par le jardinier mexicain Hector Flores. Ce dernier a disparu. La police voit en lui le coupable idéal mais l'enquête piétine et la famille appelle David Gurney, jeune retraité de la brigade criminelle. Il va rapidement découvrir et nous à travers lui que l'histoire est très loin d'être aussi simple...


  • Elodie Schneider : Petit musée - Alain Le Saux | Grégoire Solotareff - Ecole des loisirs, Paris, France - 14/07/2012

Véritable coup de coeur pour ce livre !

Il s'agit d'un "imagier" dont toutes les illustrations sont des détails de peintures, connues ou moins connues. Pour chaque image, le mot qui s'y rapporte est noté sur la page de gauche, avec le nom de l'oeuvre, celui de l'artiste, la date de création et le lieu où le tableau se trouve. Il permet d'inciter les enfants à l'art sans leur donner un livre qui soit technique pour eux ou qui les infantilise, à l'inverse.

Je dirais même qu'il n'est pas réservé aux enfants. Les adultes un peu curieux pourront appréhender le coup de pinceau de nombreux artistes et pousser la recherche pour observer l'oeuvre complète s'ils le désirent. Cette galerie de 149 détails est effectivement un "petit musée". Livre à lire et à visiter.


  • Elodie Schneider : Jeu de dames - Mario Bellatin - Gallimard, Paris, France - 14/07/2012

La première chose à dire est que ce récit en comporte plusieurs. Fait de deux parties qui fonctionnent pour ainsi dire comme deux nouvelles, on découvre que le lien qui les unit est très fin et peut-être même à construire partiellement par le lecteur.

L'atmosphère est très étrange et régulièrement, elle se fait même oppressante. C'est un univers totalement décalé dans lequel on arrive parfaitement à s'intégrer, on y est même absorbé. Ce qui étonne, c'est l'anonymat des personnages qui ne gène pas du tout le lecteur qui va de découverte en stupéfaction. Le livre laisse une impression étrange lorsqu'on le finit, la fin d'un moment de malaise et un petit filet de vérité à compléter. Et beaucoup d'idées. À lire, à expérimenter dirais-je même.


Réécriture du fameux roman de Jonathan Swift, ce premier tome des Voyages du docteur Gulliver ne manque pas d'intérêt. Il suit le départ de ce médecin dévoué à ses patients, vivant avec sa femme dans une maisonnette qu'il juge trop modeste pour y élever un enfant. Le jour où on lui propose de remplacer un médecin sur un bateau arrivé dans la nuit, et en dépit des objections de son épouse Clémence, il décide de participer à cette aventure qui va le mener à Lilliput. Il est d'abord un sujet d'inquiétude mais parvient ensuite à établir un échange avec les petits habitants de ce pays.

Le récit se partage entre une dose d'humour tout à fait appréciable et une critique des hommes (leur arrogance et leur souhait d'imposer aux autres leurs décisions, aussi grotesques puissent-elle être), quelle que soit leur condition ou leur profession. Kokor conserve la satire du conte original mais narre l'histoire à travers plusieurs ellipses auxquelles il faut s'habituer. Chacune d'entre elles apporte une lumière, une explication quant aux événements qui sont en train de se dérouler. Elles permettent aussi de suivre à la fois Lemuel Gulliver et son épouse restée en Angleterre.

Le dessin est clair en passant sur les détails qui ne sont pas nécessaires. Il laisse au lecteur le soin d'imaginer, afin qu'il reste actif dans sa lecture, je dirais.


  • Elodie Schneider : La brigade de l'oeil - Guillaume Guéraud - Gallimard, Paris, France - 14/07/2012

Un texte de science-fiction, puisque le récit se déroule en 2037. Dans ce futur assez sombre, toute image est interdite - photos, dessins, films - sous peine de se voir brûler les yeux par des agents gouvernementaux : La brigade de l'oeil.

Ce récit suit le parcours d'un jeune résistant, un trafiquant d'images qui ne peut se contenter de cette réalité ; et celui d'agents qui ont voué leur existence à faire respecter la loi Bradbury. Mêlé de violence et de révolte, ce texte est d'actualité à l'heure où l'on s'interroge sur le droit à l'image, le droit à l'information, la liberté d'expression et la censure. À l'inverse, certains passages sont emprunts d'une grande poésie, ils décrivent avec le même soin des images «banales» - pour nous - ou films mythiques.

Enfin, la tension est préservée jusqu'à la dernière page et le final est une sublime représentation à ne pas manquer. «La brigade de l'oeil» ne saurait vous laisser indifférent.


L'histoire est racontée du point de vue de Bruno, le fils d'un haut-gradé dans l'armée allemande, sous le IIIe Reich. Âgé de neuf ans, il est contraint de déménager après que le "Fourreur" soit venu dîner chez lui et ait confié de nouvelles responsabilités à son père. Il arrive donc, avec ses parents et sa grande soeur, à "Hoche-Vite" où la maison est plus petite qu'à Berlin, où ses grands-parents ne les rejoindront pas, où il n'y a personne avec qui jouer, où on distingue une grande barrière derrière laquelle se trouvent des gens tous vêtus de pyjamas rayés. Vous aurez bien sur compris que derrière les mots de l'enfant, se dissimulent le "Führer" et le "camp d'Auschwitz" mais jamais les "vrais" mots ne sont prononcés, même par ceux qui veulent corriger le petit garçon.

Sous le regard naïf de cet enfant de neuf ans, se cache une seconde guerre mondiale qui n'est justement pas une guerre comme on l'entend de prime abord. Il ne vit aucun conflit armé, ne se rend pas compte des événements qui secouent l'Europe dans les années 40. Seul dans la nouvelle maison, Bruno part donc en exploration et rencontre un petit garçon qui vit de l'autre côté de la barrière. Ils se lient d'amitié. Le livre parvient à traiter d'un sujet lourd et grave, les camps de concentration et d'extermination, avec une certaine pudeur. Le récit est teinté de naïveté et comme il s'agit d'un Folio Junior, il permet de ne pas noyer le potentiel jeune lecteur sous trop d'informations. La fin est assez inattendue et tragique. C'est un bon livre, dont la lecture doit être précédée de quelques leçons sur la période historique, ses acteurs, ses événements. Ou alors, il serait bon qu'un parent accompagne la lecture pour une meilleure compréhension. Cette histoire est sincère, oui c'est un adjectif qui lui va bien. Je la recommande vraiment.


Née sur la toile, Maliki nous offre ici sa première bande-dessinée en format papier. Armée d'un coup de crayon agréable et esthétique, elle nous livre ses aventures touchantes et amusantes, tirée de sa vie quotidienne. L'album se lit très rapidement et il donne envie de poursuivre la découverte de cet univers où les chats sont à deux doigts de dominer le monde - ou du moins d'imposer leur loi chez le dessinateur - et où ces morceaux de vie donnent le sourire pour un long, très long moment.


  • Elodie Schneider : La couleur pourpre - Alice Walker - Robert Laffont, Paris, France - 05/04/2012

Un grand classique de la littérature étrangère, porté à l'écran par Steven Spielberg et qui procure chaque fois la même émotion. J'ai découvert le film avant de lire le livre mais les deux sont absolument à dévorer. Je vais davantage me pencher sur le livre en soulignant sa forme très particulière puisqu'il s'agit d'un roman épistolaire. Qui est l'auteur des lettres ? L'auteure est la narratrice : Celie. Cette enfant de couleur est offerte à un époux violent, méprisant qui vole sa son innocence et la prive de l'unique personne à laquelle elle tenait - puisque son père lui a retiré les deux enfants qu'il lui a faits - à savoir sa petite soeur Nettie. Elle se confie dans des lettres qu'elle écrit à Dieu, ou qu'elle écrit à Nettie, sans avoir de réponses.

Avec la simplicité et la sincérité de ses mots, Celie nous amène à lui pardonner ses erreurs de langage, ses tournures de phrases bien à elles ; et le lecteur développe une véritable empathie pour les personnages de ce roman. Véritable portrait de la femme et, surtout, de la femme noire au début du XXème siècle, «La couleur pourpre» expose le combat d'une femme de couleur qui devra conquérir son indépendance et apprendre à se battre. Je le recommande vivement.


Copyright : lechoixdeslibraires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia