Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

A propos de la librairie : FONTAINE Passy


Ses coordonnées

Adresse:
28, rue de l'Annonciation
75016 PARIS
France

Téléphone : 01 45 25 86 03

Site Internet : http://www.librairiesfontaine.com



Les coups de cœur de ses libraires

Si William Gay était conteur, nulle doute que l'on trouverait dans son corpus "Le Petit chaperon rouge" car dans ce très beau thriller réédité aujourd'hui dans sa version poche chez Folio, le lecteur plonge au coeur d'un univers cruel hanté par les ténèbres que n'auraient pas renié Perrault ou les frères Grimm. Ou Wes Craven, si d'aventure le maître de l'épouvante au cinéma se munissait d'une plume.
Si les oiseaux se cachent pour mourir, Kenneth Tyler, lui, le fait pour survivre. Dans la forêt du Harrikin, au fin fond du Tennessee, le jeune homme erre à la recherche d'une issue à son calvaire, poursuivi par Sutter, un dangereux psychopathe payé par le croque-mort Fenton Breece dont Tyler et sa soeur ont découvert le terrible secret.
S'ensuit donc un récit haletant dominé par la description d'une végétation belle et inquiétante qui a repris ses droits, et d'où émergent parfois des personnages d'illuminés de passage, perclus de folie, bouffis de solitude ou rendus âpres par la misère. William Gay a remporté deux prix littéraires amplement mérités avec cette oeuvre lugubre, angoissante et stylistiquement maîtrisée.


Plus qu'une bande dessinée, plus qu'une livre de recettes, A boire et à manger est une bible pour les amateurs d'humour (décalé) et de (bonne) cuisine. Amateur de gastronomie et illustrateur, Guillaume Long nous livre un excellent ouvrage grâce auquel vous pourrez :
- reconnaître les fruits et légumes de saisons ou les différentes variétés de tomates et de poissons
- apprendre des choses grâce à Pépé Roni et à ses jeux de mots douteux
- connaitre le secret pour une vraie bonne raclette, ou faire des crêpes sans verre doseur
- et, surtout, découvrir des recettes goûtues et originales, à réaliser au fil des saisons.

A se procurer d'urgence pour ceux qui ne connaissent pas le blog, quant à ceux qui en sont familiers, pas besoin de long discours, ils l'ont surement déjà acheté.


  • Julie Quedeville : US ! - Chris Bachelder - Sonatine éditions, Paris, France - 19/06/2012

Il en va d'Upton Sinclair comme du socialisme Américain ; tué depuis longtemps par le capitalisme et la désinformation, il se trouve toujours quelques idéalistes pour le ressusciter. Sauf que dans le cas de Sinclair, c'est au sens propre. Criblé de cicatrices, quasi centenaire, l'auteur de livres pamphlétaires n'a de cesse depuis son premier assassinat en 1968 de se faire tirer dessus pour mieux revenir d'outre-tombe, multipliant les conférences et les (mauvais) romans.

Pour écrire US !, Chris Bachelder s'est inspiré du véritable Upton Sinclair, romancier prolifique et polémique, connu pour accumuler les effets de style désastreux et les points d'exclamation et qui malgré un prix Pullitzer et un roman adapté au cinéma (Pétrole !, qui a inspiré le film There will be blood), et complètement tombé dans l'oubli.

Et il réalise un véritable tour de force.

Ce roman polyphonique, constitué de différents points de vue, de poèmes, de blagues, d'extraits de journaux... bâtit à chaque page la légende d'un incroyable personnage littéraire. Don Quichotte moderne se battant contre les moulins à vents de la pensée unique, Le vieil Upton Sinclair, devient, plus qu'une métaphore du socialisme, la personnification d'un idéalisme nécessaire et d'un esprit critique dont les États Unis d'aujourd'hui semblent ne plus pouvoir faire preuve. Plus qu'un parti politique, Chris Bachelder défend, avec brio, la liberté d'expression et le droit de rêver à un monde plus juste.


Personnage principal du précédent roman de Martin Suter (Allmen et les libellules), revoilà Jonathan Friedrich von Allmen, unique héritier d'une richissime famille suisse, il ne sait vivre que sur un grand train. Étudiant flemmard international dans sa jeunesse, il mène une vie de riche oisif, amateur et collectionneur d'art - surtout l'art nouveau. Un revers de fortune dû à de mauvais investissements le pousse à ouvrir un cabinet spécialisé dans la recherche d'oeuvres d'art volées, Allmen International Inquiries.
Il va s'agir dans ce roman palpitant de retrouver un diamant rose d'une valeur de 45 millions de francs suisses dérobé à son propriétaire. Mais plus que l'enquête, tout l'intérêt du livre se trouve dans le style très concis de l'auteur, son humour pince-sans-rire, sa description de la haute finance internationale (avec ses flash crash et autre trading haute finance) et aussi et surtout, la relation très spéciale entre Allmen et son majordome et complice Carlos, un sans-papiers sud-américain qui le sort de toutes les situations délicates. Au total, un tableau ironique d'une certaine société suisse...


  • Loïc Lavassière : Whoosh ! - D.B.C. Pierre - Rivages, Paris, France - 14/06/2012

Ébouriffant : c'est bien l'expression qui convient à un roman qui s'appelle Whoosh !, tant le texte comme le titre, en forme d'onomatopée, évoquent un tourbillon dont on ressortirait échevelé. Un sacré tourbillon même, mélange d'humour grinçant et de cynisme, fruit d'un jeune prodige britannique dont le pseudo DBC Pierre est déjà éloquent lorsqu'on en connaît la signification (DBC = Dirty But Clean).
Le héros de Whoosh !, Gabriel Brockwell, est une sorte de looser doublé d'un gauchiste anti-capitaliste déprimé qui décide de se suicider. Mais avant de passer à l'acte, le voilà parti de Londres pour Tokyo afin d'y retrouver son meilleur ami Smuts, cuisinier dans un restaurant japonais dont la spécialité est le fugu, ce poisson qui peut être très toxique s'il est mal cuisiné. S'ensuivent une hallucinante orgie en aquarium et un homicide involontaire raté qui conduiront Gabriel à Berlin, ville de toutes les extravagances et débauches éventuelles...
Vous l'aurez compris, c'est en pouffant d'un rire jaune et acide que le lecteur parcourt les lignes de ce roman aux relents sadiens, qui n'est pas sans rappeler la causticité d'un autre jeune romancier anglo-saxon, le talentueux Gary Shteyngart (lire son récent Super Triste Histoire d'amour).


Dans un futur proche, les États Unis sont au plus mal, embourbés dans une guerre absurde contre le Venezuela, dirigés par une simili dictature et croulant sous les dettes. Malgré la catastrophe imminente, les habitants se voilent la face et font comme si de rien n'était. Incultes (les livres ont la réputation de sentir mauvais, lire est donc considéré comme répugnant), s'exprimant de manière vulgaire à grand renfort d'abréviations, ils sont trop occupés à consulter sans arrêt leur äppärät, sorte de mini ordinateur où sont affichées en permanence leur données personnelles.
C'est ce difficile contexte qui sert de décor à la, déjà complexe, histoire d'amour de Lenny Abramov, juif New Yorkais bibliophile d'une quarantaine d'années, et d'Eunice Park, jolie Coréenne superficielle de quinze ans sa cadette.
L'histoire est racontée à travers le journal intime du premier et les échanges de mails de la seconde.

D'une grande intelligence, ce roman nous offre une critique très pertinente de notre société et des travers vers lesquels elle penche de plus en plus dangereusement. On rit (un peu jaune), se sent un peu oppressé et surtout on s'attache aux personnages principaux. Car, plus qu'une satire, Gary Shteyngart, brosse le portrait de deux inadaptés dans un monde cruel, trop rapide pour eux.

Sans doute un des romans d'anticipation les plus intéressants paru ces dernières années, voire décennies.


  • Véronique Tissier : Une disparition - Hisham Matar - Denoël, Paris, France - 09/03/2012

Nuri a perdu sa mère et reste donc avec son père qui voyage beaucoup en Europe exilé loin d'un pays où sévit la dictature.
Son père rencontre Béatrice Benameur qui devient la belle-mère de Nuri et que le jeune garçon cherche à séduire. Un jour son père ne rentre pas. Au cours de son enquête, il découvrira bien des mystères sur son père et restera toujours dans sa quête sans avoir aucune réponse... même dix ans après.
Roman haletant sur la disparition d'un père et sur l'impossibilité à faire son deuil.
Le lecteur apprend aussi que dans tous pays dictatoriaux la liberté d'expression est bafouée et la disparition des personnes gênantes pour le pouvoir est monnaie courante.


L'histoire d'un amour au coeur de la grande Histoire de l'Homme : voici une constante de la littérature dans laquelle Antonio Muñoz Molina inscrit talentueusement son nouveau roman. Il prouve avec cette fresque époustouflante que si les thèmes sont universels, il a su puiser dans l'âme de son pays, l'Espagne, pour offrir une oeuvre originale, à la fois dense et excellemment construite.
Dans la grande nuit des temps narre la rencontre entre Ignacio Abel, éminent architecte madrilène marié à une fille de bonne famille catholique, et Judith Biely, jeune touriste américaine découvrant l'Europe et tombée amoureuse de la capitale espagnole, alors que le pays bascule peu à peu dans la guerre civile. Nous sommes en 1936 ; fou d'amour, le couple est d'abord prêt à vivre son histoire dans la clandestinité mais, pris dans la tourmente, il va devoir se séparer...
Molina débute d'ailleurs son histoire au moment où Ignacio arrive dans la petite ville de Rhineberg aux États-Unis sur les traces de sa bien-aimée. Et c'est avec virtuosité qu'il glisse du présent au passé, fouillant dans les tourments de son héros, emportant le lecteur de sa prose élégante, riche et tortueuse - ses phrases sont longues, il faut s'y habituer - sur le chemin sinueux et difficile qui a mené son personnage là où le lecteur fait sa connaissance.
Dans la grande nuit des temps est un roman puissant et passionnant, un grand livre aux allures de chef-d'oeuvre.


  • Loïc Lavassière : Richard Yates - Tao Lin - Au diable Vauvert, Vauvert, France - 06/02/2012

Dakota Fanning et Haley Joel Osment : deux noms empruntés à de jeunes acteurs hollywoodiens, deux pseudonymes pour deux identités virtuelles qui finissent, sous la plume de Tao Lin, par devenir les identités propres de ses personnages. Comme un clin d'oeil ou une astuce littéraire, à moins qu'il ne s'agisse d'une clé nécessaire à la compréhension, le roman lui-même pique son nom au romancier Richard Yates, à la façon d'un pseudo de chat Gmail.
C'est justement par chat ou bien par SMS que les deux héros, un jeune auteur new yorkais et une ado en proie à des crises d'anorexie-boulimie, ne cessent de se chercher, se rencontrer, se disputer. Dans un style souvent laconique, totalement désabusé ? ou même plutôt blasé ? quasiment dénué de ponctuation exclamative et interrogative, le petit prodige de la littérature américaine crée un univers du rien où les protagonistes, d'une génération constamment connectée, s'inventent eux-mêmes un univers absurde, drôle et terrible à la fois.
Richard Yates est un livre dont il émane une mélancolie tenace et un malaise latent, une étrangeté qui plaira aux branchés comme aux losers, aux «party girls» et aux «bêtes à fromage», pourvu qu'ils aient entre 20 et 30 ans. A moins qu'il ne plaise à personne.


Copyright : lechoixdeslibraires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia