Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

A propos de la librairie : PAGE ET PLUME


Ses coordonnées

Adresse:
4, place de La Motte
87000 LIMOGES
France

Téléphone : 05 55 34 45 54

Site Internet : http://www.pageetplume.fr



Les coups de cœur de ses libraires

Aurélie Janssens recommande ce livre au micro d'Augustin Trapenard, dans Le Carnet du libraire, sur France Culture, en partenariat avec Lechoixdeslibraires.com


  • Aurélie Janssens : Les rues de Santiago - Boris Quercia - Asphalte éditions, Paris, France - 11/04/2014

Les rues de Santiago sont peu sûres, les trafics, les meurtres, la drogue. Le quotidien de Santiago Quiñones. Un quotidien dont il commence à se lasser. Non, par ennui mais plutôt par effroi. Tuer pour ne pas être tué. Il n'en peut plus. Sauf que ce matin, une course poursuite s'engage avec une bande de délinquants amateurs mais armés. Tuer pour ne pas être tué. Le coup part. Le coup de trop, celui qui fera basculer sa vie, dans un labyrinthe vertigineux où les rencontres ne sont que faux-semblants, où la passion n'est que jeu et l'amour traître. Un court roman noir intense, qui vous laisse, la dernière page finie, le souffle coupé, un moment de trouble avant de pouvoir revenir dans la réalité.


Cosima Young est une jeune femme tout droit sortie d'une école d'art. Pour son premier job elle est embauchée par une revue dont le premier numéro est à paraître "Architextures" attachée à raconter les lieux, les monuments, l'art au regard de l'histoire, la grande, et celle plus intime de ceux qui l'ont vécue. Son premier article porte sur un hôpital situé à Limoges. Hôpital aujourd'hui en partie détruit sur lequel se trouve désormais la Bibliothèque Francophone Multimédia de la ville. En fouillant dans les Archives Municipales elle découvre l'histoire de ce lieu par lequel sont passé les blessés et malades mais aussi les mendiants, les pauvres, les filles de mauvaises vies et tous ceux que la société souhaitait faire disparaître du regard. Son "enquête" croise la route de deux personne qui ont fréquenté ce lieu à l'abandon, période de transition entre son ancienne fonction et sa quasi-destruction : Lucas Solas photographe et l'étrange Franz Carole ancien "habitant" du lieu. Beaucoup de mystère autour de ce lieu et de ces personnages, mystères qui feront écho à celui plus profond auquel sera confronté Cosima, celui de ses origines... Premier volume de ce qui s'annonce comme une trilogie passionnante, une écriture qui nous happe, nous retourne, nous hante et un roman qu'on ne peut lâcher.


  • Aurélie Janssens : Petite louve - Marie Van Moere - la Manufacture de livres, Paris, France - 26/02/2014

Aurélie Janssens recommande ce livre au micro d'Augustin Trapenard, dans Le Carnet du libraire, sur France Culture, en partenariat avec Lechoixdeslibraires.com


  • Aurélie Janssens : Histoires de cimetières - Boris Akounine | Grigori Tchkhartichvili - Noir sur blanc, Lausanne, Suisse - 26/02/2014

Aurélie Janssens recommande ce livre au micro d'Augustin Trapenard, dans Le Carnet du libraire, sur France Culture, en partenariat avec Lechoixdeslibraires.com


  • Aurélie Janssens : Après l'orage - Selva Almada - Métailié, Paris, France - 25/02/2014

Aurélie Janssens recommande ce livre au micro d'Augustin Trapenard, dans Le Carnet du libraire, sur France Culture, en partenariat avec Lechoixdeslibraires.com


  • Aurélie Janssens : Paradis inhabité - Ana María Matute - Phébus, Paris, France - 25/02/2014

Aurélie Janssens recommande ce livre au micro d'Augustin Trapenard, dans Le Carnet du libraire, sur France Culture, en partenariat avec Lechoixdeslibraires.com


  • Aurélie Janssens : L'écrivain fantôme - Zoran Zivkovic - Galaade éditions, Paris, France - 28/01/2014

Est-on capable de reconnaître un auteur en lisant seulement quelques lignes, quelques vers, illuminer son visage d'une conclusion holmésienne : " Mais bien sûr, c'est lui ! " ? Si un auteur écrivait sous pseudonyme ou sous le patronyme d'un autre auteur, saurait-on déceler sa verve, son style, son rythme ?
Sous le regard de son chat Félicien, ce sont toutes les certitudes d'un écrivain qui vont être mises à mal lorsque cinq correspondants le harcèlent par mail.
Le premier, un "admirateur secret", requiert ses services pour écrire un roman. Mais ici point de conseils d'écriture. Il lui demande tout simplement d'écrire un roman dont il s'attribuerait la paternité. Si le métier de ghost-writer existe depuis des siècles, visiblement cet écrivain-là n'envisageait pas d'emprunter cette branche un jour. A peine le temps de répondre que le tintinnabulement des sonneries annonçant l'arrivée de nouveaux mails se fait entendre. "Hautemer", écrivain narcissique et jaloux, le harcèle sur la question du pseudonyme en littérature. "Banana", qui lui envoie tous les mercredis le récit de ses rêves de la veille qui, pensent-elle, forment la trame d'un roman en devenir, le sollicite pour en écrire le chapitre final qui relierait ces éléments disparates entre eux et formerait un tout sensé." P-0", habitué à écrire des pastiches des nouvelles de l'écrivain le presse d'en produire d'autres pour continuer à alimenter sa source d'écriture. Enfin, "Pandora", une voisine âgée, implore de pouvoir lire à son chien mourant un roman dont il serait le héros, roman rédigé de la main de... vous devinez qui...
Vexé, énervé, furieux, l'écrivain sent un complot se former contre lui. Les réponses, au départ, pleine de diplomatie deviennent vite plus sèches, quand il ne tente pas de faire taire le correspondant en omettant de lui répondre. C'est sans compter sur l'acharnement de ces entités mystérieuses.

Roman étrange possédant toutes les qualités pour séduire : un chat et de la littérature. On s'interroge avec l'écrivain sur ce qui constitue la paternité d'une oeuvre. Zoran Živković, auteur serbe, prend le parti de l'humour pour aborder ce thème séculaire, et le lecteur ne peut en sortir que satisfait, lui au moins, sait qui il est !


  • Aurélie Janssens : Elle a disparu - Gwendolen Gross - Liana Levi, Paris, France - 07/01/2014

Prenez un quartier résidentiel de la middle class américaine, voisins aimables, sourires aussi blancs et figés que les façades des maisons, herbes tondue à 4cm tous les dimanches par un homme avec un joli polo. Linsey Hart vit dans ce quartier avec ses frères, Toby et Cody, des jumeaux que sa mère a eus avec son beau-père. Un remariage qui est un premier grain de sable dans cette machine bien huilée. Dans quelques jours elle doit partir pour l'Université. Une excitation mêlée de nostalgie se lit dans les yeux de sa mère, Abigail. Des projets, l'avenir, un nouveau départ.
Sauf que, ce matin-là Linsey ne se rend pas à la crèche où elle effectue son job d'été. Sauf que, la dernière personne à l'avoir vue est un voisin étrange, mutique, qui joue du piano à 5h du matin. Sauf que, cette disparition ramène Abigail des années en arrière lors de la perte d'un autre enfant.
Et voilà les façades proprettes qui se fissurent. On découvre ce qui se trame derrière chacune : la mère au foyer qui retrouve un regain de jeunesse avec son amant à peine majeur, serveur au Starbuck, l'ex-petit ami qui a toujours des sentiments profonds pour Linsey, Geo, le jeune voisin vivant dans son monde, pendu à son appareil photo qui recèle peut-être la clé de cette disparition.

Premier roman traduit en français de l'auteure américaine Gwendolen Gross, ce tableau cinglant de l'american way of life vaut le détour. Roman choral permettant de percer au mieux les secrets de chacun, ce fait divers révèle bien plus qu'il ne devrait. Très inspiré dans sa narration des bonnes séries américaines, l'écriture est aussi très poétique. Ce roman à suspense se lit d'une traite comme on se laisse embarquer dans un bon film.


  • Aurélie Janssens : Le village évanoui - Bernard Quiriny - Flammarion, Paris, France - 31/12/2013

Un matin, le village de Châtillon se réveille complètement coupé du monde. Les routes ne mènent plus nulle part, les e-mails, coups de téléphones vers l'extérieur du village n'aboutissent pas. La surprise, curiosité et stupéfaction passée, il faut s'organiser. La situation est-elle provisoire ou définitive ? Personne n'a la réponse. Rationnement de nourriture, de fuel, organisation politique. Tout est à repenser dans ce microcosme.
Avec un humour qu'on lui connaît bien désormais Quiriny nous offre une fable qui démange, qui dérange, un roman qui sonde l'humain, face à lui-même et aux Autres...

Si vous avez un cerveau, qu'il fonctionne normalement et en autonomie, ce roman peut vous intéresser.


  • Aurélie Janssens : En mer - Toine Heijmans - Bourgois, Paris, France - 10/12/2013

En mer.
Un horizon tantôt plat, mer d'huile, calme, trop, parfois. Le vent se lève, les nuages roulent, noirs, épais, les vagues les imitent. Tout est chaos, la mer semble vouloir rejoindre le ciel. Voilà le quotidien de Donald depuis trois mois. Sur son voilier rouge «Ismaël», il navigue sur la mer du Nord, du Danemark au Pays-Bas. Quel est le but de ce voyage ? Simples vacances ou quête de sens ?
Lassé de voir de jeunes employés obtenir les postes importants dans son entreprise, malgré sa ponctualité, sa persévérance, ce temps et cette énergie dépensés, en vain, au bureau chaque jour, il profite d'un congé sabbatique pour s'éloigner et faire le point sur ce qui est désormais essentiel dans sa vie. Son couple ? Il se demande ce qu'il partage encore avec sa femme Hagar après ces quelques années de vie commune hormis cet amour commun pour leur fillette de sept ans : Maria. Cette dernière le rejoint pour les deux derniers jours de traversée. Un moyen de partager un moment de complicité et d'échange. Le père transmettant à sa fille, tel un passeur, son savoir, son amour de la mer, ses observations et ses envolées poétiques sur ce paysage changeant, à la fois si prévisible et incertain.
La dernière nuit avant l'arrivée au port, un orage menace. Donald décide de mouiller au large en attendant que le temps se calme et encourage sa fille à aller se coucher. En pleine nuit, poussé à se retrancher dans la cale par une averse de grêle il en profite pour aller voir si le bruit n'a pas réveillé la fillette. Mais celle-ci ne se trouve plus sur sa couchette. Elle a disparu.
Le premier roman de Toine Heijmans est construit comme un véritable thriller. Un huis-clos oppressant dans cette immensité angoissante où l'homme reste seul face à lui-même, où la raison est mise à mal, où le voyage peut aussi bien vous faire ou vous défaire.

Si l'auteur évoque volontiers à plusieurs reprise Moby Dick d'Herman Melville comme source d'inspiration principale du roman, celui-ci n'est pas non plus sans rappeler un autre roman où la raison du navigateur est malmenée face à des éléments de plus en plus incompréhensibles : Les Aventures d'Arthur Gordon Pym d'Edgar Alan Poe.


  • Aurélie Janssens : Upsilon Scorpii - Marie Modiano - Gallimard, Paris, France - 01/11/2013

Ce premier roman de Marie Modiano donne la sensation d'un rêve éveillé. Il se passe dans une ville, un pays que l'on semble reconnaître mais dont les noms de lieux ne se réfèrent à rien de réel. La narratrice habite une grande ville, fréquente le café des Berceuses, longe la Cathédrale des Anges, se rend à la gare d'Orient et tente de retrouver son petit ami Freddie dans "les Gardeuses", une région montagneuse de ce pays imaginaire. La monnaie en cours est la nimbe, sensée auréoler le quotidien, elle est plutôt source d'angoisse quand il faut aller l'acquérir par un travail sporadique (des lectures de pièces sur la radio d'État) ou plus harassant (à la ferme de Mr et Mme Jouvier). Surtout que ce travail pèse sur ce corps endolori par une maladie dont nous ne connaîtrons jamais le nom et que les spécialistes consultés tentent de guérir par des remèdes étranges (gelée acide, surveillance et filature par un vieillard surnommé Azur...). La narratrice a elle-même du mal à s'ancrer dans ce réel si difficile à appréhender. S'endormant souvent, rêvant d'ailleurs, dans la peau de personnages qu'elle ne connaît pas, parfois des traces de rêves perturbe l'éveil, et le lecteur se perd aussi dans ces histoire aux frontières floues. Il serait difficile de résumer ce roman tant il est à la fois foisonnant et impalpable. On sent l'influence d'Orwell et de Vian dans la construction de ce monde imaginaire : le côté "radio d'État" et "permis de déplacement" font penser à 1984 tandis que l'écriture poétique et cette quête d'un bonheur qui semble fuir, rapprochent ce texte de L'écume des jours de Boris Vian.

Un voyage parmi la galaxie de Marie Modiano qui laisse une impression étrange, un éclat dans le regard qui donne à la réalité un goût onirique.


  • Aurélie Janssens : Franz Schubert express - Tecia Werbowski - Noir sur blanc, Lausanne, Suisse - 30/10/2013

«Les trajets en train favorisent les confessions, j'imagine».

Elle a raison, Maya Ney ! Lors d'un voyage de Prague à Vienne à bord du Franz Schubert Express, elle recueille, malgré elle, ("Aucune issue possible, sinon me suicider en me jetant par la fenêtre ; pendant qu'elle me raconte sa vie, je dois donc l'écouter, l'écouter avec attention.") le témoignage d'une veuve éplorée franchement originale, et se laisse charmer par son récit mystérieux de batailles de veuves, d'amants, de testament, de spoliation... Il y a dans la confession de la veuve excentrique assez d'intrigues pour que Maya se sente l'étoffe d'une héroïne d'Agatha Christie et erre dans les cafés viennois à la recherche d'indices permettant de résoudre l'étrange histoire.

Un an plus tard, lors d'un voyage en sens inverse à bord du Gustav Mahler Express, notre enquêtrice amateur tombe sur un couple de fous se prenant pour Gustav et Alma Mahler, qui se jette à la figure des accusations d'adultère et autres élucubrations théâtrales. Une nouvelle enquête à résoudre, un nouveau parcours à travers Prague, magnifiée sous la plume de Tecia Werbowski.

C'est avec plaisir que l'on retrouve cette auteure dans la nouvelle et très belle collection «Notabilia», pour un roman intelligent, plein d'humour, de fantaisie mais non dénué de profondeur, mettant à l'honneur les trains, Prague et Vienne, villes fantasmées où les écrivains hantent encore les cafés.


  • Aurélie Janssens : La lettre à Helga - Bergsveinn Birgisson - Zulma, Honfleur, France - 29/10/2013

"Si la vie est quelque part ce doit être dans les fentes"

Et si l'on devait choisir un livre sur une phrase, celle-ci capterait à coup sûr l'attention.
Les fentes, pas les failles, des interstices dans les planches d'une porte, cachant et dévoilant tout à la fois, interstices dans la vie, le temps qui s'écoule entre deux lettres, entre deux êtres.

Bjarni est un éleveur de mouton islandais. Homme de passion, il s'implique dans son élevage ovin, fier de ses béliers reproducteurs, attentif au bien-être des brebis, les palpant avec délicatesse comme on palperait le corps d'une femme. Il est aussi très attaché à sa terre, celle qui l'a vu naître et a vu naître ses ancêtres. Terre changeante, magnifique, flamboyante, de légendes :

"J'ai vu l'homme bleu caché et entendu des revenants frapper à la porte. J'ai senti les forces mystérieuses de l'existence au coeur des buttes et aux endroits ensorcelés et j'ai effarouché les génies tutélaires au moment où mon cheval s'est arrêté. J'ai entrevue les lumières d'il y a longtemps."

Les courbes de cette Nature lui rappellent en permanence Helga. Chaque vallon dessine la poitrine d'Helga, chaque cours d'eau, son corps dans lequel Bjarni noie sa passion et sa frustration.
Helga est éleveuse, comme lui, elle habite sur le coteau d'en face. Son mari préfère s'occuper de juments et déserte la ferme régulièrement. Elle doit seule s'occuper seule de l'exploitation et de ses deux enfants. De son côté Bjarni vit avec Unnur, une "vieille brebis stérile" comme elle se surnomme. Une opération qui a mal tourné et le froid s'installe dans le couple, plus de rapports sexuels et l'espoir d'avoir un enfant qui s'éteint. Alors quand Helga, sensuelle et pleine de vie, s'offre à Bjarni, ce dernier ne peut refuser.
La suite ? Il faut lire cette lettre, magnifique déclaration d'amour, ode à la Nature, la sensualité, aux sentiments qui peuvent faire germer la vie et la détruire aussi.

"Je compris que je ne réussirais jamais à me libérer de ton emprise - j'aurais soif de toi jusqu'à mon dernier souffle."

Comment résister à une telle déclaration ?


  • Aurélie Janssens : L'Île invisible - Francisco Suniaga - Asphalte éditions, Paris, France - 29/10/2013

Margarita, île caribéenne, où l'on "pressent les heures plus qu'on ne les mesure", où les bars fleurissent le long des plages au sable immaculé et à l'eau transparente, image de carte postale faite de langueur, de chaleur, de cocktails, de touristes allemands rougeauds colonisant le littoral. Wolfgang Kreutzer est l'un d'eux. Il quitte l'Allemagne pour ce paradis, rachète un bar avec sa femme, la belle et sensuelle, Renata. Une entreprise florissante et ce jeune couple amoureux et heureux suscite toutes les convoitises. Cela aurait donc pu être une banale histoire d'amour sous le soleil. C'est sans compter l'emprise vampirisante de cette île aux mille secrets, île des passions exacerbées, où la chaleur coule aussi dans le sang. Et voilà Wolfgang retrouvé mort noyé, un après-midi, sur la plage près de son bar. Sa mère, Edeltraud, quitte Düsseldorf après avoir reçu coup sur coup, l'avis de décès et une lettre anonyme suggérant l'implication de Renata et son amant supposé dans la mort de Wolfgang. Aidée de l'avocat José Alberto Bénitez, ils tentent de défaire les cadenas invisibles qui verrouillent la parole des différents acteurs d'une jungle bureaucratique kafkaïenne. De passe-droits en rendez-vous forcés, ils remontent le fil de l'histoire de Wolfgang et de sa malédiction : les combats de coqs.

Ce premier roman de l'auteur Francisco Suniaga est surprenant à plus d'un titre. Inclassable, ce n'est pas un roman policier à proprement parlé même si l'on remonte le fil d'un décès pour en découvrir la cause, le roman mêle des pages magnifiques sur la description de cette île qui obéit à ses propres règles, aux paysages trompeurs et dont l'une des passions est celle des combats de coqs. Ils font l'objet de passages époustouflants aussi puissants que les pages sur la tauromachie d'Hemingway. On y découvre un monde troublant, étouffant, hors du temps.


Copyright : lechoixdeslibraires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia