Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Totally killer

Couverture du livre Totally killer

Auteur : Greg Olear

Traducteur : François Happe

Date de saisie : 08/06/2011

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Gallmeister, Paris, France

Collection : Americana

Prix : 22.90 €

ISBN : 9782351780404

GENCOD : 9782351780404

Sorti le : 03/03/2011

Au début de ce livre, je me suis demandé dans quoi j'avais mis les pieds. Et pourtant, j'ai insisté et c'est une bonne surprise. Voilà donc une sorte de roman multiple et foisonnant de références où l'on ne comprend tout qu'au dernier chapitre.

New York dans les années 90, Taylor Schmidt, magnifique jeune femme de 23 ans aux dents qui rayent le parquet, est à la recherche d'un emploi. De galères en agences de chasseurs de têtes, elle tombe sur Quid Pro Quo : "Des jobs pour lesquels vous seriez prêts à tuer". Commence alors un autre roman hallucinant jusqu'à la fin...

Je vous laisse apprécier le cynisme autour de la révolution anti-baby boomers (diatribes réjouissantes) et les multiples clins d'oeil à New York et aux années 1990.
Les trentenaires me comprendront,... enfin, je crois...


New-York, 1991

Todd Lander, jeune homme plutôt fauché et célibataire, va partager son petit appartement avec une jeune fille fraîchement débarquée du Missouri.

Taylor Schmidt est jeune, a "ce quelque chose en plus" que les autres n'ont pas, s'habille en rose, dévoile ses formes sans rougir... mais ne trouve pas de travail !

La mystérieuse agence Quid Pro Quo qui promet " des jobs pour lesquels vous seriez prêt à tuer", va-t-elle l'aider dans sa voie ?

Tout simplement génial, ou comme le présentent les éditions Gallmeister :

"Théorie du complot et culture pop se mélangent - dans ce roman politiquement incorrect - à l'humour noir décapant qui tient à la fois de la satire grinçante et du thriller paranoïaque. Véritable "page turner", Totally Killer est un premier roman brillant et palpitant."

A ne pas manquer donc !


  • Les présentations des éditeurs : 18/03/2011

Greg Olear est né en 1972 à Madison, dans le New Jersey. Il a effectué ses études à l'université de Georgetown, où il a suivi des cours de théâtre. Totally Killer est son premier roman. Il travaille actuellement à son second livre, intitulé Fathermucker.

New York, 1991. La belle et ambitieuse Taylor Schmidt, fraîchement diplômée d'une université du Missouri, débarque dans la Grosse Pomme à la recherche d'un job et du grand amour. Crise économique oblige, elle erre de bureau de placement en bureau de placement, jusqu'à ce qu'une mystérieuse agence lui propose "le job pour lequel on tuerait". Deux jours plus tard, Taylor se retrouve jeune éditrice d'une maison d'édition new-yorkaise et découvre avec effroi le prix à payer : elle va effectivement devoir assassiner quelqu'un.

Théorie du complot et culture pop se mélangent dans ce roman politiquement incorrect à l'humour noir décapant qui tient à la fois de la satire grinçante et du thriller paranoïaque. Totally Killer est le premier roman brillant et palpitant de toute une génération.

Un roman intelligent, surprenant et d'un humour féroce.
BRAD LISTI



  • La revue de presse Julien Bisson - Lire, juin 2011

Pour son premier roman, Greg Olear signe une fable déjantée à l'humour féroce, doublée d'une réflexion maligne sur les frustrations de la génération X. Truffé de clins d'oeil pop et littéraires - notamment à La firme de John Grisham -, Totally Killer sonne comme le requiem grinçant d'une jeunesse désabusée, prête à tout pour réussir, y compris à vendre son âme au diable.


  • Les courts extraits de livres : 18/03/2011

Extrait du prologue

JE N'AI JAMAIS AIMÉ TAYLOR SCHMIDT. Malgré tout ce que vous avez pu entendre dire.
L'amour est quelque chose de plus pur que cet alliage brut de désir, de fascination et de pitié dont étaient faits mes sentiments à son égard. On ne peut pas transformer les métaux vils en or, tout brillants qu'ils puissent être.
Cela dit, à défaut de jamais la pardonner, je peux comprendre une telle confusion. Il faut dire quelle me faisait sacrement bander. Même encore aujourd'hui, et ça fait dix-huit ans quelle est morte.
Une fois dans votre existence, si vous avez de la chance, vous rencontrez la femme de votre vie. Taylor Schmidt était de ce genre-là. Chez cette nana, les phéromones suintaient de partout. Elle était le sexe incarné. Et pas seulement pour moi. Tous ceux qui la rencontraient avaient envie de coucher avec elle. Tous ceux et toutes celles, pas seulement les mecs.
Avec le temps, c'était devenu un fardeau pour elle, comme si son incroyable sex-appeal était une difformité grotesque - un groin, un bec-de-lièvre, une tache de vin sur la joue. Elle s'en plaignait tout le temps. Sa situation faisait penser à un de ces mythes grecs qui se terminent de façon ironique : la fille n'est pas terrible, elle aimerait bien être très belle, elle devient si attirante qu'il lui est impossible d'avoir une relation non sexuelle avec qui que ce soit. Les hommes désirent son corps. Les femmes désirent son corps ou bien détestent la rivale quelles voient en elle, ou les deux. Elle est coincée. C'est la reine Midas, et son or, c'est le sexe.
Je m'embrouille un peu dans mes métaphores métalliques, mais vous voyez ce que je veux dire. Les mecs ne pensaient qu'à la tringler, c'est ça le point essentiel, et la plupart du temps, elle satisfaisait leur envie. Elle cédait à leur désir. Passivement, mais imprudemment et sans retenue (et parfois même, paraît-il, pour de l'argent). Était-elle nympho ? Cela dépend de votre définition de ce mot. Ce que Freud considérerait comme de la nymphomanie et ce qu'un type bourré dans un bar appellerait nymphomanie sont deux choses très différentes. Moi, je pense que lui coller cette étiquette sur le dos n'est qu'une échappatoire. Les nymphos sont des filles faciles, non ? Et Taylor n'était pas une fille facile. Dans sa trop courte vie, elle a eu soixante-dix-huit amants - je le sais parce qu'elle tenait une liste détaillée de tous ses partenaires sexuels, comprenant des noms de toutes origines ethniques, tracés dans des encres de différentes couleurs, avec des petits coeurs mal formés à la place des points sur les i -, mais elle n'était pas une fille facile. Elle avait des critères. Elle se refusait à des tas d'hommes, tout le temps. Elle se refusait à moi tout le temps. Enfin, presque tout le temps. Elle se refusait à moi parce quelle m'aimait bien. En tout cas, c'est ce qu'elle me disait.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia