Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le premier été

Couverture du livre Le premier été

Auteur : Anne Percin

Date de saisie : 01/12/2011

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Rouergue, Arles, France

Collection : La brune

Prix : 16.00 €

ISBN : 9782812602498

GENCOD : 9782812602498

Sorti le : 24/08/2011

"Les leçons de courage sont des leçons de cruauté."
Anne Percin est un auteur que j'apprécie beaucoup. J'avais déjà beaucoup aimé Bonheur Fantôme, ainsi que son roman pour adolescents, Comme des trains dans la nuit.
Et Le premier été m'a tout autant plu, car j'y ai retrouvé tout ce qui me plaît dans l'univers d'Anne Percin : une certaine mélancolie ou nostalgie, une écriture douce-amère, des personnages dont on se sent tout de suite très proches...
Deux soeurs se retrouvent dans la maison de leurs grands-parents, aujourd'hui décédés. C'est le moment pour elles de se partager les objets souvenirs et aussi le moment de faire un bond en arrière, surtout pour la narratrice, la plus jeune des deux soeurs.
Elle nous fait vite comprendre qu'elle vit avec un très lourd secret, depuis l'été de ses seize ans... Nous plongeons donc dans ses souvenirs, dans les années 80. Les deux soeurs passent tous les étés chez leurs grands-parents, en Haute-Saône. Tous les ans, elles réapprivoisent les gamins du village, et elles retrouvent les autres enfants de la colonie de vacances voisine.
Mais cet été-là, tout est un peu différent, car l'amour va s'en mêler...
Le lecteur pourrait alors s'attendre à une histoire assez classique, qui sent bon les souvenirs de vacances et des premières amours, mais Anne Percin arrive à nous surprendre via un retournement de situation dans l'intrigue.
L'apprentissage de la vie d'adulte nous apprend aussi la honte et la cruauté... C'est la terrible leçon qu'apprendra l'héroïne de sa mésaventure, et c'est ce qui fait toute la force du roman d'Anne Percin.


Catherine se souvient. Dans la maison de vacances de son enfance, elle raconte à sa soeur ainée ce qu'elle a vécu durant cet été là. Elle lui raconte ce que personne n'a jamais su et qu'elle n'avait jamais raconté. L'année de ses 16 ans il s'est passé quelque chose. Un événement inoubliable. En tant que lecteur on n'oublie pas non plus et on est touché en plein coeur. Une écriture juste. Un roman vraiment bouleversant.


Deux soeurs qui se retrouvent pour vider la maison familiale dans laquelle elle passèrent toutes leurs vacances. Et l'une d'entre elle nous raconte un été bien particulier, un été qui aurait pu être beau, tout simplement beau... mais qui va sombrer dans l'atroce.
Une écriture d'une grande limpidité qui nous amène, sans heurts, mais sans nous laisser reprendre notre souffle, jusqu'au dénouement final.

Extrait : "Les branches basses et dénudées m'effleurent sans me griffer, elles se cassent sur mon passage. Les sapins sont des arbres étrangement accueillants. Ils creusent entre eux des trous couverts d'épines grises et odorantes, aussi douces que la mousse. On croit marcher sur de la feutrine." [p89]


  • Le courrier des auteurs : 05/10/2011

1) Qui êtes-vous ? !
Une eau qui dort.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
C'est l'opposition entre normalité et anormalité, entre société et sauvagerie.
C'est aussi l'adolescence vécue comme un renoncement, un deuil. Une faute.
Mais la faute originelle n'est pas là où on l'imagine...
On peut voir ça comme une relecture du mythe du jardin d'Éden, où le pêché n'est pas d'avoir croqué la pomme, ni d'aller nu, ni d'avoir désobéi : le péché, c'est de croire que tout cela était mauvais, et d'en avoir eu honte...

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
"La vie est là, sous mes fenêtres, dans les prés, dans les bois. Une vie impensable, inacceptable, qui n'attend que moi, et dont je n'ai pas voulu."

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
L'album "In praise of dreams", de Jan Garbarek (saxophoniste de jazz norvégien), d'une grande lenteur, d'une infinie sensibilité - un lyrisme ténu, qui emprunte parfois au folklore, mais se joue des silences, des respirations - l'écouter, c'est rêver, voyager dans le passé.
Je l'ai écouté en boucle quand j'écrivais.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Par définition, c'est une chose difficile à exprimer : l'ineffable. Un mot bien poétique et oublié, qui recouvre les sentiments complexes qu'on ne sait pas nommer, les secrets étouffés, les remords lancinants, les cris retenus.
Tout ce dont on ne dit jamais rien à personne.
En fait, je veux parler aux silencieux.


  • Les présentations des éditeurs : 22/07/2011

Deux soeurs se retrouvent une fin d'été en Haute-Saône, afin de vider la maison de leurs grands-parents décédés. Depuis longtemps, Catherine, la benjamine, se tient loin de ce village... Pourtant, chaque coin de rue ou visage croisé font surgir en elle des souvenirs précis et douloureux. Sa soeur aînée a fondé une famille, elle, non. Devenue libraire, c'est une femme solitaire.

À l'adolescence déjà, elle passait ses heures dans les livres. Mais pour ce qu'elle a vécu ici, l'été de ses seize ans, l'été de sa lecture du Grand Meaulnes, «il n'y a pas eu de mots. Il n'y en a jamais eu, ni avant, ni après. C'est quelque chose qui ne ressemble à rien d'écrit.» Quinze années ont passé, et personne n'a jamais su quel secret la tenaillait depuis tout ce temps, le drame dont elle a peut-être été coupable.

C'est une histoire d'innocence et de cruauté que nous raconte Anne Percin. Sensuelle et implacable à la fois, douce-amère comme tous les crève-coeurs de l'enfance.

Née en 1970 a Épinal, Anne Percin grandit à Strasbourg qu'elle quitte à 25 ans pour Paris, où elle comment à enseigner le français en collège. Marquée dans l'enfance par la lecture de Colette, elle cherche à revenir vivre à la campagne, un rêve accompli en 2003 ou elle s'installe en Bourgogne avec son compagnon, l'écrivain Christophe Spielberger et leur enfant. Ellle vit actuellement en Saône et Loire. Son premier roman pour adultes, Bonheur fantôme (la brune, 2009) a reçu le Prix Jean Monnet des jeunes lycéens européens.


  • Les courts extraits de livres : 22/07/2011

C'est une croix, plantée à la sortie du village. Je l'ai encore vue ce matin, en allant à la déchetterie. Elle est toujours là, au bord de la route. Longtemps, je n'ai pas osé tourner la tête de ce côté-là de la départementale. Lorsqu'on arrivait au village, je fixais les champs, la montagne un peu plus loin, le ciel, la vieille publicité Dubo, Dubon, Dubonnet peinte en bleu sur le pignon d'une maison.
Cette fois, je me suis arrêtée tout près d'elle, sans sortir toutefois de la voiture, laissant le moteur tourner.
J'ai regardé les fleurs, toujours les mêmes à en juger par leur usure. Ce sont des fleurs en plastique aux couleurs fanées qui tirent toutes vers le rose, exactement comme les photos qui restent trop longtemps au soleil, à croire que le rose est la couleur originelle de toute chose. On devine ce qu'elles ont été : des bouquets serrés de faux lys, d'orchidées, de freesias, le tout en nylon, noué contre le bois de la croix. Certains pétales sont déchirés, mangés par des bêtes ou par l'humidité.
La croix est surmontée d'un toit fait de deux planchettes. Le tout est couvert de mousse. Au sommet, pend une pochette en plastique qui a contenu une photographie. Le plastique a moisi, la photo est probablement décolorée comme les fleurs. Je n'ai pas eu le courage de l'extraire de la pochette. Je connais le visage qu'elle montre, mais le regarder est au-dessus de mes forces. Je préfère penser qu'elle est trop délavée pour qu'il soit reconnaissable.
Des coquelicots poussent dans les ornières, derrière la croix. Ce n'est pas une tombe. Pas plus que ne le sont, sur le bord des nationales, les silhouettes noires découpées dans le métal, sur les sites des accidents meurtriers. C'est vide, ça ne contient rien, ça ne protège rien. C'est juste un lieu, une borne, un espace délimité pour fixer le souvenir du drame qui s'est joué là, il y a quinze ans. Un drame auquel je n'ai pas assisté. Un drame dont je ne suis peut-être pas responsable.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia