Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Jean Pruvost

enchante les media

Thierry Hesse

signe une confession captivante

Éric Neuhoff

fait entendre la petite musique du coeur

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Anne Sinclair

cherche la boussole

Stéphane Pair

est journaliste à France Info (Radio France)

Niiia Weijers

a étudié la littérature à Amsterdam et à Dublin.

Karin Kalisa

a vécu à Hambourg, Tokyo et Vienne avant de s'installer à Berlin

Victor del Árbol

a été séminariste, policier, garde du corps

La famille Standjofski

est un méli-mélo de racines européennes

Nicolas Tackian

Il notamment créé avec Franck Thilliez la série ALEX HUGO pour France 2

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Régine Detambel

prend soin de nous, comme les livres

Christian Oster

Prix Médicis 1999, nous enchante à nouveau

Kamel Daoud

conquiert sa liberté par et dans l'écriture.

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Imre Kertész

Imre Kertész vécut l'écriture comme un acte existentiel et personnel,

Simona Sora

est une critique littéraire reconnue en Roumanie

Monique Bacchetta

présente les écrits mandéens

Frédéric Dard

sut marier grâce et grossièreté

Julia Kerninon

a toujours voulu être écrivain

François Busnel

est le journaliste préféré des libraires

Françoise Chandernagor

partage le bonheur de découvrir les poétesses inconnues

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Bertrand Dicale

explore les cultures populaires

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Nelly Kaprièlian

enquête sur le destin d'une actrice

Philippe Claudel

admire «la force qu'ont les hommes de ­durer»

Sempé et Marc Lecarpentier

apprécient l'amitié délicate et patiente

Fra Angelico

initie le courant des peintres dits «de la lumière»

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Jean-Paul Didierlaurent

est gâteux

Emmanuelle Pirotte

est ovationnée par les libraires et la presse (dont François Busnel)

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Céline Delavaux

présente une dizaine d'objets qui ont conquis le monde

Véronique Ovaldé

invite les parents et les enfants à ne pas avoir peur

Paul Bocuse

habille les poulets

Christine Van Acker

est drôle sans être méchante, caustique sans être cynique (Jérôme Garcin)

Christophe Quillien

est un aviateur sans boussole (et sans avion)

Muriel Barbery

raconte son chat

Annie Degroote

est native des Flandres françaises

Cassandra O'Donnell

passe des heures à discuter avec les libraires

Raymond Carver

fut élevé au rang des plus grands écrivains du siècle dernier

Jean-Paul Didierlaurent

est un faiseur d'histoires atteint de gâtisme

Hubert Haddad

pousse la fiction-vérité dans ses ultimes retranchements

Odile Verschoot

Rédige en nageant, écrit en séchant

Yann Queffélec

porte ce livre, comme un chagrin secret

Pablo Iglesias

observe les leçons politiques de Game of thrones

Claude Lorius

a quatre-vingt-trois ans. Il est glaciologue

Thierry Cazals

aime les promenades non balisées, les sentiers secrets, les chemins de traverse

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Mathias Enard

explore l'orientalisme

Daniel Lacotte

est écriveur

William Giraldi

est traduit par Mathilde Bach

Jérémie et Stéphanie Gicquel

ont une passion pour le froid polaire

Yann Queffélec

remue le couteau dans la plaie

Le Paris de Nicolas d' Estienne d'Orves

est un rêve intime, un monde secret, une parenthèse enchantée.

Arnaldur Indridason

est né à Reykjavik en 1961

Peter Heller

épouse l'action, la fureur, la poésie

Didier Daeninckx

raconte un beau souvenir de librairie (voir ses réponses au questionnaire décalé)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Diane Meur

réinvente brillamment le genre de la saga...

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Anne Poiré et Patrick Guallino

aiment les chats et la bonne humeur...

Frédéric Couderc

salue la force et la bienveillance de Nelson Mandela

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Aki Shimazaki

née au Japon, vit à Montréal...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Fanny Chiarello

est lauréate du Prix Orange du Livre 2015...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Arnaldur Indridason

dépasse le thriller...

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Cécile Huguenin

est une nomade...

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

ZEP :

Le trait du dessinateur est comme sa voix...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Les contes de Grimm : lecture psychanalytique

Couverture du livre Les contes de Grimm : lecture psychanalytique

Auteur : Marc Girard

Date de saisie : 25/07/2011

Genre : Psychologie, Psychanalyse

Editeur : Imago, Paris, France

Prix : 20.00 €

ISBN : 9782849521342

GENCOD : 9782849521342

Sorti le : 19/06/2011

  • Le courrier des auteurs : 24/08/2011

1) Qui êtes-vous ? !
Un homme d'extrême, sinon un extrémiste, qui s'est constamment équilibré entre les contraires. En science, j'ai oscillé entre la spécialité la plus dure - les mathématiques dites «pures» (équations aux dérivées partielles) - et la plus molle : la médecine. En médecine, j'ai réparti mon activité entre le domaine le plus «scientifique», là encore - le médicament - et celui le plus difficile à cerner épistémologiquement - puisque ma seule activité clinique concerne la psychanalyse. En littérature, j'ai également servi simultanément aux antipodes, puisque j'ai essentiellement travaillé sur le roman «réaliste» (Flaubert, Zola, Balzac) et sur le conte merveilleux.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
L'amour sans la mort - l'anti-Tristan.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Chez les Grimm, l'impassible abstraction de la formule rituelle - «il était une fois» - s'inverse en une invocation d'avenir : un jour, un jour viendra où la fidélité sans faille d'un partenaire aura raison de toutes ces injustices du destin, de toutes ces épreuves, de toute cette souffrance. (p. 170-1)

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Le deuxième mouvement de la septième symphonie de Beethoven, qui m'évoque immanquablement le cheminement implacable, misérable et glorieux, du roi de La jeune fille sans mains parti à l'aveuglette dans le vaste monde pour retrouver sa Bien-Aimée - et assez concentré sur cette quête pour rester, sept années durant, «sans boire ni manger».

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Une conviction : l'amour est possible...


  • Les présentations des éditeurs : 24/08/2011

Les Contes de Grimm n'ont jamais cessé de nous fasciner car ils décrivent avec une étonnante pertinence les difficultés et les enjeux de nos relations familiales et amoureuses.

A travers la lecture de nombreux contes, Marc Girard révèle ainsi les effets dramatiques de la malfaisance et de l'incompétence parentales. Puis il analyse la puissance génératrice de l'amour, qui soutient, répare, façonne le héros, et lui donne la force de surmonter les tourments qu'il endure, tout comme ses propres insuffisances...

À l'inverse de la tradition dominante en Occident, celle de Tristan et Yseult, les Contes de Grimm n'allient pas l'amour à la mort : surprenants, voire subversifs, ils chantent la réalisation du désir dans la vie, le droit des amants contre un ordre social dénué d'âme, et l'aptitude à briser, pour ceux qui s'aiment, la fatalité qui sépare et détruit.

Marc Girard est médecin-pharmacologue. Il a publié aux Éditions Imago, La Passion de Charles Bovary (1995) et collabore à plusieurs revues littéraires.


  • Les courts extraits de livres : 24/08/2011

Extrait de l'introduction

L'AMOUR SANS LA MORT

Fait-on des livres sur une simple émotion ? Le lecteur jugera si celle qui a conduit à celui-ci ne m'a point égaré. À l'origine du présent travail, rien d'autre, en tout cas, que ma perplexité émue devant un thème toujours poignant des contes merveilleux : un homme oublie la femme qu'il aime, et celle-ci, loin de chercher consolation ailleurs - ou de mourir de chagrin - part à la recherche de son ex-amant. Après d'injustes épreuves, elle parvient à le reconquérir. En bonne logique freudienne, il me semblait devoir travailler dans deux directions : la cause de l'émotion
- les contes sur la fiancée oubliée - et l'émotion elle-même - moi. Cependant, on n'écrit pas de livre sur soi, tant il est vrai qu'en littérature - fut-elle critique - le moi est haïssable...
Il a donc fallu reconnaître le général sous le perçu individuel, et comprendre qu'avec ce thème récurrent de la fiancée oubliée
- qui renvoie aux limites de l'irréparable dans l'ordre d'une tendresse pourtant réciproque au début -, l'art primitif du conte touchait aux archétypes de l'expérience relationnelle : pourquoi, pourquoi tant de mal à s'aimer ? À cette question profonde, notre littérature de référence a fourni depuis longtemps une réponse sans équivoque. De Tristan et Iseult aux «audaces» érotico-pornographiques contemporaines, en passant par Racine, Laclos, Sade, Goethe, Chateaubriand, Baudelaire, Zola, Andersen, Bataille et bien d'autres encore, un courant majoritaire de la sensibilité occidentale a conjugué le désir de l'Autre avec la dégradation, avec l'avilissement, avec la mort enfin : «Seigneurs, vous plaît-il d'entendre un beau conte d'amour et de mort ?... Les histoires qui nous racontent l'amour sans la mort sont donc exceptionnelles : ce n'est pas rien, dans nos contrées, de découvrir assumé sans mièvrerie le fantasme de deux êtres s'accomplissant dans un amour intégralement humain - je veux dire : pas du tout métaphysique -, en dépit des ambivalences parfaitement identifiées de leur désir mutuel.
Dès lors que se transparaissait ainsi l'enjeu relationnel de certains contes, le recueil des frères Grimm - et lui plus particulièrement - se dégageait soudain dans la clarté d'une eschatologie érotique jusqu'alors insoupçonnée : s'y déployaient une multitude de situations paradigmatiques, qui, en dernière analyse, se ramenaient toutes à l'accomplissement d'un être par un être de l'autre sexe. Brisé, d'une façon ou d'une autre, par les conséquences à long terme d'une incompétence parentale, le héros des contes de Grimm apparaît d'abord empêché d'être. Carrément minable au début, ou parfois assez vaillant pour accomplir quelque exploit en préalable, il se révèle incapable d'aller au bout de son destin sexué : aimer et être aimé.
Il arrive alors que le soutien d'un «Ancien» - une vieille recluse (la Gardeuse d'oies à la fontaine) ou un vieux roi (la Gardeuse d'oies), par exemple - permette au héros d'effectuer le difficile retour sur soi au terme duquel il parvient à surmonter les conséquences de son «défaut fondamental». Mais c'est, plus souvent encore, la compassion d'un ou d'une Autre qui va opérer l'improbable réparation d'une humanité compromise : car telle est la puissance structurante d'un désir érotique.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia