Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Richard Yates

Couverture du livre Richard Yates

Auteur : Tao Lin

Traducteur : Jean-Baptiste Flamin

Date de saisie : 06/02/2012

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Au diable Vauvert, Vauvert, France

Prix : 20.00 €

ISBN : 9782846263986

GENCOD : 9782846263986

Sorti le : 05/01/2012

Dakota Fanning et Haley Joel Osment : deux noms empruntés à de jeunes acteurs hollywoodiens, deux pseudonymes pour deux identités virtuelles qui finissent, sous la plume de Tao Lin, par devenir les identités propres de ses personnages. Comme un clin d'oeil ou une astuce littéraire, à moins qu'il ne s'agisse d'une clé nécessaire à la compréhension, le roman lui-même pique son nom au romancier Richard Yates, à la façon d'un pseudo de chat Gmail.
C'est justement par chat ou bien par SMS que les deux héros, un jeune auteur new yorkais et une ado en proie à des crises d'anorexie-boulimie, ne cessent de se chercher, se rencontrer, se disputer. Dans un style souvent laconique, totalement désabusé ? ou même plutôt blasé ? quasiment dénué de ponctuation exclamative et interrogative, le petit prodige de la littérature américaine crée un univers du rien où les protagonistes, d'une génération constamment connectée, s'inventent eux-mêmes un univers absurde, drôle et terrible à la fois.
Richard Yates est un livre dont il émane une mélancolie tenace et un malaise latent, une étrangeté qui plaira aux branchés comme aux losers, aux «party girls» et aux «bêtes à fromage», pourvu qu'ils aient entre 20 et 30 ans. A moins qu'il ne plaise à personne.


  • Les présentations des éditeurs : 28/12/2011

Tao Lin, le «Kafka de la génération iPhone», arrive en France avec ce roman qui, tout en ironie et en réalisme, croque la solitude de la génération hyperconnectée. Un bonheur minimaliste !

Ce roman, même s'il s'intitule Richard Yates, n'a aucun rapport avec l'auteur éponyme... Ce n'est en aucun cas une biographie, le titre fait plutôt appel (même s'il est fait référence à quelques reprises à l'écrivain Richard Yates) à la sensation d'approximation, de «réalité abstraite» qu'on vit lorsqu'on s'aperçoit de la différence entre un contenant et son contenu, ou lorsqu'on compare des éléments aussi paradoxalement éloignés l'un de l'autre que l'Art et la Vie : une situation étrange et pourtant familière, nous laissant dans un doux état de confusion.

Deux jeunes gens, que l'auteur affuble de noms d'acteurs américains, Haley Joël Osment, 21 ans, habitant New York, et Dakota Fanning, 16 ans, habitant dans le New Jersey, font connaissance sur internet et s'éprennent l'un de l'autre.
Après une première rencontre réelle au domicile de l'adolescente, ils enchaînent les allers-retours entre New York et le New Jersey. Le couple mange végan, vole dans les magasins et disserte sur la vie et l'ennui, se sent seul, échoue souvent à se comprendre. Lorsqu'ils ne sont pas ensemble, ils discutent en chat, alimentent leur spleen et une relation entre bonheur fulgurant et déprime suicidaire.
Lorsque Joël quitte son appartement de New York pour s'installer dans le New Jersey, les deux personnages se dévoilent, laissant apparaître leurs blessures, leurs pulsions, leurs failles. Et Joël découvre alors les mensonges et manipulations de Dakota.

Des jeunes ligotés par leurs liens virtuels, des adultes désarticulés par le réel, un récit entre l'hypnose et l'anesthésie. L'écriture minimaliste de Tao Lin et son humour à froid nous plongent dans la dépression générationnelle de ceux que l'on nomme les hipsters. Et, au détour d'une conversation en ligne apparemment anodine, les démons surgissent, avec toujours, en fond sonore, une solitude que l'on embrasse et dont on rit, comme pour l'apprivoiser.

«Souvent hilarante, l'écriture de Tao Lin évoque les débuts de Douglas Coupland ou Bret Easton Ellis, mais avec quelque chose de particulier, presque beckettien. (...) Il y a chez lui une attitude, une ambiance, un abandon comiquement désespéré de l'ego littéraire.»
The Guardian

Tao Lin, né en 1983, est l'une des voix les plus remarquées de la jeune littérature américaine. Il est l'auteur de deux recueils de poèmes (Cognitive-Behavioral Therapy et You are a little bit happier than I am), d'un recueil de nouvelles (Bed), d'une novella (Shoplifting from American Apparel) et de deux romans (Eeeee Eee Eeee et Richard Yates), à paraître au Diable vauvert, et travaille sur des projets cinéma expérimentaux. Il vit à Brooklyn.



  • La revue de presse Gaëlle Bantegnie - Le Monde du 19 janvier 2012

Richard Yates est un grand roman du dialogue amoureux. Tao Lin le déploie, de façon ininterrompue, en se concentrant sur son prosaïsme essentiel, renversant ainsi l'idée tenace selon laquelle l'amour ne pourrait pas se dire ou seulement par la grâce d'une parole lyrique...
Finalement, c'est quand Dakota et Haley ne dialoguent plus qu'ils sont le moins inventifs. Ce qui les sauve, à leur insu, de leurs tendances nihilistes et de leur penchant à créer des valeurs nouvelles, et donc à hiérarchiser, sans pour autant parvenir à exercer leur puissance, c'est justement le chat et la créativité plate qu'il produit. Richard Yates fonctionne manifestement comme un pendant érotico-ludique au néoromantisme, même si ses personnages, eux, n'en ont pas tout à fait fini avec lui.


  • Les courts extraits de livres : 28/12/2011

«J'ai eu l'occasion de tenir un hamster dans ma main rien qu'une fois, a dit Dakota Fanning sur le chat Gmail. Ses pattes étaient si petites. Je crois que j'ai pleuré un petit peu.
- J'ai vu un hamster manger ses bébés, a dit Haley Joël Osment. J'ai voulu lui faire tope là. Mais il savait pas ce que c'était tope là.
- Je mangerais mes bébés si j'en avais. J'ai pas de bébés.
- T'as quel âge ? a dit Haley Joël Osment.
- 16 ans. C'est sûrement bien que j'aie pas de bébés.
- T'as pas 16 ans. T'as genre 25.
- Non, j'ai 16 ans, a dit Dakota Fanning. J'ai dessiné un hamster sur une feuille de papier rose aujourd'hui et je l'ai jetée sur une poubelle de recyclage pleine de papiers comme ça chaque fois que les gens recycleront leur papier le hamster les regardera et sera tout mignon.»
Haley Joël Osment a dit que c'était mignon. Dakota Fanning a dit que dans la vraie vie son visage n'avait aucune expression. Elle se contentait de laisser ses muscles faire ce qu'ils voulaient naturellement et tous les jours les gens lui disaient : «T'as l'air triste, arrête. T'as pas le droit d'être triste. Moi, je suis triste. Mes parents ont divorcé. Dis un truc marrant.»
Haley Joël Osment a dit qu'il se sentait bien quand il prenait un visage triste.
«Ma mère a vu un colis de toi et m'a demandé si t'étais cinglé, a dit Dakota Fanning sur le chat Gmail environ une semaine plus tard. J'ai dit que t'étais pas cinglé. J'ai dit que t'étais diplômé de l'université de New York.» Haley Joël Osment a dit qu'il était allé à l'université de New York uniquement pour que Dakota Fanning puisse maintenant dire à sa mère qu'il n'était pas cinglé, mais diplômé de l'université de New York. Dakota Fanning a dit qu'elle allait faire une sortie pédagogique dans un musée à Manhattan en novembre et que Haley Joël Osment pourrait la trouver à ce moment-là et s'asseoir près d'elle, et qu'ils pourraient manger ensemble.
«Ça m'a l'air bien, a dit Haley Joël Osment.
C'est tellement loin novembre», a-t-il dit.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia