Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Il faudrait s'arracher le coeur

Couverture du livre Il faudrait s'arracher le coeur

Auteur : Dominique Fabre

Date de saisie : 04/05/2012

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Ed. de l'Olivier, Paris, France

Collection : Littérature française

Prix : 19.00 €

ISBN : 9782879299808

GENCOD : 9782879299808

Sorti le : 05/01/2012

Trois histoires où Dominique Fabre nous entraine dans ses souvenirs, situés dans les années 80, là ou sa mémoire un peu déglinguée l'emmène. Tout d'abord, celle de son amitié avec Jérôme étudiant brillant mais suicidaire. Puis, il raconte le départ son père de la maison et la difficulté de renouer un lien et la dernière histoire décrit la difficulté d'Anna, sa grand-mère de devoir quitter son appartement. L'auteur décrit ses moments de vies ordinaires avec délicatesse et modestie. On est touché au coeur.


  • Le courrier des auteurs : 15/05/2012

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis un petit bonhomme, born and raised à Paris-banlieue (petite ceinture, Ouest). Il faudrait s'arracher le coeur (Editions de l'Olivier) est le 13ème livre que je publie. J'ai 51 ans.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Le thème central du livre, je ne suis pas sûr de le connaître. Un hommage aux gens qu'on a seulement croisés, mal aimés, et pour qui on n'a pas été là quand il aurait fallu être là. Une façon de leur rester fidèles. Et aussi : ce qu'elles étaient (parfois) chouettes les années quatre-vingt !

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
"Les gens disparaitront, mais pas les mots. Les mots ne disparaitront jamais tout à fait".

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Beaucoup de chansons, des heures et des heures ! en commençant par India song.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Partager leur mémoire à travers leur lecture de mon livre.


  • Les présentations des éditeurs : 15/05/2012

«Il portait une chemise blanche, un Jean bleu nuit, il était très élégant. Quand je suis arrivé, son père lisait le journal dans la grande pièce, le double living. Je pense à ma mère en disant cela : un double living, ça lui plaisait. Au bout d'un certain nombre d'années, tous les mots vous font penser à des gens, et les gens disparaîtront, mais pas les mots. Les mots ne disparaîtront jamais tout à fait.»

Ces disparus, ces paroles enfouies persistent à éclairer notre route, à nous montrer le chemin : il faut continuer d'aimer, malgré les abandons et les chagrins. Que lisiez-vous en 1983, Duras ou Albertine Sarrazin ? Étiez-vous fan des Pink Floyd ou de Keith Jarrett ? Fréquentiez-vous le pub Renault ? Et ces autres miracles de nos vies ordinaires.

Il faudrait s'arracher le coeur nous murmure que notre jeunesse est éternelle : tout un monde qu'on croyait enseveli réapparaît. En fait, il n'avait jamais cessé d'exister.

Dominique Fabre a notamment publié Moi aussi, un jour j'irai loin (Maurice Nadeau, 1995 ; Points, 2012), Ma vie d'Edgar (Le Serpent à Plumes, 1998) et plus récemment J'aimerais revoir Callaghan (Fayard, 2010).



  • La revue de presse Alain Nicolas - L'Humanité du 3 mai 2012

Vingt ans ce n'est décidément pas le bel âge et, même s'il le fallait, on ne s'arrache pas le coeur. Les trois courts romans rassemblés dans cet ouvrage, tous placés sous le signe de ces phrases simples « Je vais devoir vous laisser », « Qu'est-ce que je voulais dire pas la messe... », nous ramènent trente ans en arrière, à l'âge où rien n'est encore solidifié, et nous font côtoyer un peuple de gens prêts à prendre des coups pour continuer à aimer. Malgré les méprises, les erreurs et les abandons, les départs au loin.


  • La revue de presse Juliette Einhorn - Le Magazine Littéraire, avril 2012

Dominique Fabre rend grâce à des êtres qu'il aima ou simplement frôla dans sa jeunesse...
Il n'y a peut-être que Dominique Fabre pour formuler ce vertige de la souvenance. Pour chanter, à l'instar de ce Callaghan qu'il aimerait tant revoir, ces amis que vent emporte, les valises de vieux effets, les piliers de comptoir avec qui l'on refait le monde. Pour égrener cette topographie onirique des villes et des vies qui changent trop vite. De livre en livre, de même que dans ses « Choses vues  », dans Le Matricule des anges, il esquisse une cartographie de nos vies périphériques. De transferts sémantiques en adjonctions thématiques inattendues, il entonne sa métonymie des êtres aimés en une sublime antiphrase du chagrin. Sa syntaxe béante qui détrousse la mémoire, son argot métaphorique à nul autre pareil, créent un décalage ironique qui distille une nostalgie à vous arracher le palpitant. À l'en croire, « il ne faudrait pas trop s'attacher aux gens que l'on ne fera que croiser dans la vie  ». Trop tard.


  • La revue de presse Christine Rousseau - Le Monde du 23 février 2012

C'était il y a longtemps. Vingt ans peut-être, ou plus. Au coin d'une porte, d'une rue, d'un vieil immeuble voué à la démolition. D'un monde disparu, comme ces figures, bouleversantes, qui hantent le narrateur du nouveau livre de Dominique Fabre...
Il faudrait s'arracher le coeur " pour oublier les errements amoureux, les négligences, les abandons et tous ces chagrins d'enfance qui saisissent un jour au détour d'une phrase banale à pleurer...
"Au bout d'un certain nombre d'années, tous les mots vous font penser à des gens, et les gens disparaîtront, mais pas les mots. Les mots ne disparaîtront jamais tout à fait", écrit Dominique Fabre qui, à mots simples, ombrés de sourires, de douleurs et de pudeur, évoque avec tendresse Anna : cette grand-mère aux lunettes papillon et au phrasé désuet ("Qu'est-ce que je voulais vous dire pas la messe..."). Une femme arrachée à son appartement de Ménilmuch' et à sa mémoire. Celle d'une vie faite de riens, de bonheurs fugitifs que ravive magnifiquement ce petit-fils de Bove et d'Henri Calet.


  • La revue de presse Claire Devarrieux - Libération du 16 février 2012

«Il faudrait s'arracher le coeur», ou avoir 20 ans au début des années 80. Trois nouvelles à la recherche du temps qu'on perd. Les trois nouvelles d'Il faudrait s'arracher le coeur ont une phrase comme titre. Une phrase prononcée par quelqu'un, et qui va revenir dans le texte comme une ritournelle un peu triste, un peu usée...
C'est ce qu'on aime chez Dominique Fabre. L'indécision, mais précise, toujours. Les yeux secs, tendance floue. Et, naturellement, le narrateur. Ce «je» solitaire et mélancolique de détective privé à l'ancienne, requis par des enquêtes dérisoires, voué, en apparence, à n'aboutir à rien de probant. Enquête, c'est vite dit, puisque la vie est une énigme qu'on ne lui demande pas de résoudre, et puis on n'est pas de la police. Mais ce «je» permet de circuler dans la vie des autres sans déranger, d'explorer un passé supposé, de s'installer successivement dans des rôles convaincants, garçon abandonné par son père, énervé par sa soeur, amoureux furtif d'un fils de famille suicidaire. La mémoire n'est pas autre chose qu'une ambiance. Les souvenirs sont authentifiés par ce «je» si flottant qu'on ne demande qu'à le croire.


  • La revue de presse Alexandre Fillon - Lire, janvier 2012

Depuis Moi aussi un jour, j'irai loin (Maurice Nadeau 1995, repris en Points), on aime à retrouver son univers. Son ton mélancolique et son écriture en demi-teintes. Dominique Fabre a toujours parlé comme personne de l'errance et de la solitude. Des faux espoirs et des moments où pourrait se produire l'étincelle. Il faudrait s'arracher le coeur, son nouveau livre, noue entre elles trois longues nouvelles...
Il règne un charme unique dans les pages d'Il faudrait s'arracher le coeur, où l'on ne peut s'empêcher de penser à Patrick Modiano, autre chasseur de fantômes et d'émotions.


  • La revue de presse Christine Ferniot - Télérama du 4 janvier 2012

Les personnages de Dominique Fabre viennent d'Asnières, de Clichy ou du boulevard Pereire. Des silhouettes entraperçues, des gens de la rue, des hommes de tous les jours...
Dominique Fabre restitue ces visages, et leur demande pardon d'avoir fui quand ils avaient besoin de lui. Son écriture refuse les effets de manches, préférant la description minutieuse et les accords mineurs pour retenir le temps de ces vies ordinaires, superbement incarnées, du côté de Clichy-Levallois, en 1983.


  • Les courts extraits de livres : 15/05/2012

Un jour, quelqu'un sort d'entre les ombres, et sans savoir qui c'est, on se met à guetter cette personne, on se met à la suivre des yeux. Alors, on est rentrés dans un nouvel âge de la vie. Il peut durer des heures, des mois, des années. D'une certaine façon, ceux à qui c'est arrivé ont tous le même regard dorénavant. Il faudrait s'arracher le coeur. Il me l'avait dit, il y a une vingtaine d'années. Je n'ai jamais oublié son expression.

Sa peau était très blanche, on aurait pu imaginer des veines juste en dessous. Une peau de fille, j'ai entendu dire ça à son sujet. En tout cas, il n'avait rien d'une fille, à part la peau. Il marchait longtemps dans les rues, sans savoir quoi faire. Il ne parlait presque pas à ses parents, il raccrochait le téléphone en leur disant, à eux, à d'autres, qu'il était super occupé, oui tout baigne, il rappellerait plus tard. Il ne rappelait jamais. Je me souviens même la fois où il a dit : je suis occupé, et où j'avais déjà deviné son geste de reposer le combiné, ce qu'il a fait dès la fin de sa phrase. Ce que j'ai ressenti, et que j'ai écouté. Sans le vouloir, je lui ai peut-être sauvé la vie. Pourtant, de cette histoire, aucun de nous n'est sans doute le vrai héros. Il n'y a pas eu de héros. Je me souviens du trajet que j'ai fait. Je me sentais pressé et froid, comme un employé du SAMU ou un ambulancier. Il habitait un grand studio près de la station Pereire, moi je venais de Clichy-Levallois. Ou La Garenne. La gare s'appelle Clichy-La Garenne mais, dans la géographie des lieux, on pense plutôt à Clichy-Levallois. Ce sont deux communes qui ne se touchent pas que des yeux. A peine le temps de sentir que là, tout était différent, là où il habitait. Il n'a pas répondu lorsque j'ai sonné. Je n'ai sans doute pas tambouriné. J'ai appelé son prénom de plus en plus fort, mais bon, rien. La porte d'en face, une double porte, en faux teck éclairci. Ses parents avaient fait de lui un type moyennement riche déjà à la naissance. J'ai poussé la porte de chez lui. Il a essayé de se lever quand il m'a vu. Je me souviens de m'être dit que ça ne se faisait pas de rentrer comme ça chez les autres. Son tableau de petit maître, un Di Rosa je crois, dont il disait qu'un jour il lui suffirait de le vendre pour faire le tour du monde. La façon dont il a essayé de se lever. Ses pieds nus. Je suis surpris aussi de mon sang-froid, comme si j'étais né pour m'occuper des gens dans son état, ou peut-être des mourants. Pourtant, je suis douillet, et bien sûr, j'ai peur du sang. J'ai peur des coups, et pardessus tout de la maladie. Cette histoire date de l'époque de la découverte du virus du sida. En fait j'ai certainement moins peur de la mort que des chemins qui y conduisent. Nous sommes des millions comme ça.
- Tu es là ?


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia