Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le baptême de Billy Bean

Couverture du livre Le baptême de Billy Bean

Auteur : Roger Alan Skipper

Traducteur : Yoann Gentric

Date de saisie : 21/08/2012

Genre : Policiers

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Collection : Actes noirs

Prix : 22.50 €

ISBN : 9782330005733

GENCOD : 9782330005733

Sorti le : 11/04/2012

Pensant que ce dont il a été témoin pourrait avoir été un meurtre, mais peu crédible devant les autorités locales, Lane, va tenter de mener seul l'enquête. Dérangeant un réseau de trafiquants de drogue qui désire s'établir dans ce coin tranquille des Appalaches, il va rapidement en devenir la cible.
Cette intrigue est le prétexte à l'attachant portrait d'une communauté rurale dont les dialogues sont remplis d'un humour bourru ou féroce, dissimulant une amitié ou une rancoeur qu'il serait inconvenant d'exprimer. Lane, sous la pression des évènements qui mettent en danger sa famille et sa communauté, va briser ces barrières et abandonner le personnage hautain, flegmatique et indifférent qu'il croyait bon de représenter.


  • Le courrier des auteurs : 25/08/2012

1) Qui êtes-vous ? !
Disons que je suis l'auteur de la version française du "Baptême de Billy Bean" : son traducteur.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Le réveil d'un vieil homme des montagnes, que la vie vient provoquer à l'approche de la soixantaine.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
"Je m'étais pas autant amusé depuis ma dernière gastro."

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Un morceau de "bluegrass", bien sûr ! Vous savez, cette musique traditionnelle des Appalaches qu'on entend par exemple dans "O'Brother" des Frères Coen. L'auteur comme le héros du livre sont joueurs de banjo "bluegrass", c'est donc le fond sonore du roman.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
La couleur - locale - du livre, au sens intéressant du terme : forte, vivace et attachante. Roger Alan Skipper est un de ces écrivains qui nous donne une chance rare d'accéder aux façons d'être de communautés qui vivent loin des grands centres de culture, j'ai presque envie de dire que c'est un lettré parmi les illettrés ! Et je crois qu'il ne m'en voudrait pas, parce que l'autodérision n'est pas la moindre de ses qualités. Les dialogues occupent une place fondamentale dans le roman et la langue est tissée d'une oralité faite de dialecte des Appalaches (en bonne partie effacée par la traduction...) et d'expressions imagées, savoureuses, qui ne sont que d'eux. A cela s'ajoute une rhétorique des montagnes : c'est un roman sans "analyse psychologique" parce que toute la subtilité des relations humaines passe par ces dialogues où l'on s'entend à demi-mot et où l'humour et les anecdotes contées jouent un rôle presque stratégique. La France étant le seul pays au monde où le livre est traduit à ce jour, à nous d'en faire la découverte !


  • Les présentations des éditeurs : 25/08/2012

Pendant une partie de pêche avec son petit-fils, Lane Hollar entend des bruits de lutte. Un peu plus tard, on repêche un corps sans vie. Pour tout le monde, cet ivrogne de Billy Bean est mort d'une glissade, mais Lane est persuadé qu'il s'agit d'un meurtre. Un thriller noir sur fond de bluegrass, par le James Lee Burke des Appalaches.
Loin de New York et de Los Angeles, dans un de ces coins reculés des Appalaches qui sont régulièrement la risée des Américains des villes, un péquenaud ordinaire, ordinairement alcoolique, Billy Bean, est retrouvé noyé dans un lac. Ce fait divers a toutes les apparences d'un non-événement. Pourtant ce n'en est pas un pour Lane, cinquante-huit ans, propriétaire d'une boutique de pêche, qui s'apprêtait, au même moment, à faire une prise record dans le même lac en compagnie de son petit-fils, et qui pense avoir été le témoin d'un meurtre. En dépit de son peu d'estime pour le mort et alors que tout et tous s'y opposent - le vieux shérif qui ne veut pas de vagues avant sa retraite, son jeune adjoint peu enclin à se fier aux dires d'un ancien alcoolique qui semble se croire encore au Viêt-nam, un ancien camarade d'école roué, NonBob, qui n'a jamais fait grand cas de la légalité et craint pour ses affaires, et Darlene, belle-fille qui a déjà suffisamment à faire pour nourrir et élever son garçon depuis que le fils de Lane a déserté le foyer -, Lane, mû par un sens têtu de la justice, cherche à en avoir le coeur net. Au risque de croiser la route de Nickel Ballew, trafiquant psychopathe qui, tel le pasteur Powell de La Nuit du chasseur, se prend pour un prédicateur. A l'âge où un homme aspire au repos, ce vieux solitaire, soucieux de l'avenir de son petit-fils autant que du sort d'un petit migrant mexicain qui réveille chez lui son sens de l'empathie, revient alors de plain-pied dans la vie et doit se rappeler que le monde est plus grand et plus compliqué que ce coin de montagnes qu'il croyait abrité des mauvais vents.
Dans une langue directe, concrète, sans fioritures, inspirée par le Cormac McCarthy de No country for old men, tout en actes et en dialogues tissés du parler des rednecks, Roger Alan Skipper livre, en homme mûr, un hommage gracieux et subtil à l'humanité des siens, à cette autre Amérique méconnue.

Roger Alan Skipper vit dans le Maryland, près de ses Appalaches natales. Le Baptême de Billy Bean est son deuxième roman, le premier à être traduit en France.


  • Les courts extraits de livres : 25/08/2012

Comme un harpon le cabriolet fusa du virage dans un rugissement de moteur inassouvi. Mais il n'y avait plus à accélérer et si le camion de charbon ne s'était pas trouvé sur sa trajectoire la petite voiture rouge se serait probablement jetée contre la première fourche d'un chêne châtaignier tourmenté par la foudre planté à flanc de montagne à une trentaine de mètres en contrebas. Seulement il était là, le camion, ployant le dos sous vingt tonnes de houille aussi noire et maussade que le ciel de la Virginie-Occidentale qui étreignait la Cheat Mountain en cette fin du mois d'août. Quand la voiture s'encastra sous l'essieu relevable le camion bondit de l'arrière et piqua du nez comme s'il avait pris un coup de pied entre les jambes tandis que les tandems trouvant prise grimpaient sur le châssis léger. Le frein facobs pétarada et les pneus qui touchaient encore le sol dérapèrent dans les gravillons qui bordaient la chaussée. Du côté opposé, du charbon coula de sous la bâche. Une sphère pâle que l'homme qui roulait derrière le camion prit un instant pour une citrouille jaillit à travers la cascade de charbon, rebondit dans les gravillons et dévala entre les arbres.
L'homme freina pour garer son pick-up Ford bleu layette ou presque sur le bas-côté derrière le camion et ses feux de détresse s'allumèrent et il descendit mince et grand s'il n'avait eu le dos voûté. Un visage brut de sciage adouci par le caractère inédit de la situation. Il tira la fermeture éclair de sa veste Carhartt trop grande et gratta sa tête dégarnie et marcha tranquillement jusqu'à la porte du camion et monta sur le réservoir et examina le chauffeur qui gardait ses yeux tout ronds fixés droit devant et ses gros doigts cramponnés au volant.
Semblant penser que s'il évitait de jeter un regard dans les rétros le passé disparaîtrait sans qu'on s'en rende compte.
Le grand tendit le bras par la fenêtre ouverte et toucha l'épaule du chauffeur.
Y a rien que vous pouviez faire, dit-il. D'une voix calme et douce.
La tête du chauffeur se tourna vers lui au ralenti. Sa lèvre inférieure prise d'un méchant tremblement. Dix-sept ans que je roulais, pas un accident.
Et pas un seul à ce jour qui soit de votre faute. Plus que si vous vous étiez pris une météorite en pleine poire. Sauf si vous êtes du genre à vous persuader que vous auriez pas dû être ici maintenant.
Devait au moins rouler à cent dix.
Facile. S'il avait l'intention de passer ce virage il s'est trompé sur toute la ligne. Allez. Descendez et essayez de faire un demi-noeud à cette respiration. L'air c'est bon mais c'est comme tout. A consommer avec modération.
Le chauffeur resta un instant la tête en arrière et les yeux fermés puis il relâcha l'air comprimé pour bloquer les freins et coupa le gros Cummins diesel et quand le moteur eut cessé de tourner ils mirent pied à terre et s'accroupirent pour regarder sous le camion. Le chauffeur en marcel, short en jean et godillots sans chaussettes, le grand couvert d'un gros manteau, comme si c'était les saisons et pas les véhicules qui venaient d'entrer en collision. Le grand se glissa en canard le long de ce qui avait été un cabriolet, passa doucement la tête entre les traverses du camion afin de regarder dans l'épave et lorsqu'il ressortit du même pas dandinant, il avait du sang sur le menton.
Faut que j'aille à la radio demander de l'aide, dit le chauffeur.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia