Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Léviathan. Volume 2, La nuit

Couverture du livre Léviathan. Volume 2, La nuit

Auteur : Lionel Davoust

Date de saisie : 12/06/2012

Genre : Policiers

Editeur : Don Quichotte éditions, Paris, France

Prix : 22.00 €

ISBN : 9782359490701

GENCOD : 9782359490701

Sorti le : 12/04/2012

  • Le courrier des auteurs : 12/06/2012

1) Qui êtes-vous ? !
Un grand écart entre les milieux scientifique et littéraire. Ingénieur halieute de formation, je me suis tourné vers la littérature il y a plus de dix ans pour sa liberté d'évocation et son potentiel de rêve. Je garde cependant un lien avec la biologie marine, puisque je pars deux mois par an à l'aventure en tant que volontaire écologique pour contribuer à l'étude des baleines et des dauphins.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
La descente vers l'obscurité, où l'on trouve une force nouvelle, afin de s'engager vers la connaissance de soi.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
"Quels sont les vrais mensonges ? Ceux que nous nous racontons à nous-mêmes pour nous rendre la vie plus facile, ou bien ceux qui nous font souffrir, mais auxquels nous nous accrochons parce qu'en fait, ils s'appellent des rêves ?"

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
La chanson "I Woke up L.A." ("J'ai réveillé Los Angeles") du groupe VAST.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Une bonne histoire, mais qui ouvre des portes de réflexion sur une façon de vivre libérée des convenances et des carcans, et où nous sommes libres de nous créer nous-mêmes.


  • Les présentations des éditeurs : 31/05/2012

La nuit du solstice d'hiver, au cours d'une violente tempête, le biologiste marin Michael Petersen a disparu dans les eaux glacées de l'Antarctique. Alors que ses chances de survie sont infimes, le miracle se produit : le corps du chercheur, plongé dans un profond coma, est découvert échoué sur une grève. Non loin du rivage, une troupe d'orques paraît veiller sur le miraculé. Le verdict des médecins est aussi troublant qu'énigmatique : Petersen est en train de rêver.
Ces faits inexplicables ne le sont pourtant pas pour tous : le Comité, une organisation occulte dont les agents exercent depuis des années une étroite surveillance du zoologiste, met tout en oeuvre pour le réinstaller dans la tranquillité de son foyer. Pourquoi un modeste père de famille suscite-t-il une telle crainte chez les puissants mages de la Voie de la Main Gauche ? Quelle corrélation établir entre les cauchemars de Michael et les tentatives d'homicide dont sont subitement victimes les membres de son entourage ?
Masha, épouse de Michael et agent double au service du Comité, est bien décidée à le découvrir. Mais le FBI s'invite dans le Jeu en la personne d'Andrew Léon, un mathématicien que le paranormal n'effraie pas. En effet, alors que tout désigne le biologiste, à la personnalité fragile et clivée, comme l'auteur de ces crimes en série, l'agent spécial entrevoit une autre hypothèse, capable de faire vaciller un esprit aussi solide que le sien.
Après le solstice viennent les ténèbres, après la chute tombe la nuit, et Los Angeles frémit tandis que s'étend l'Ombre de Léviathan.

Né en 1978, Lionel Davoust est à l'image de ses protagonistes : il aime suivre les chemins que l'on déclare impraticables. Ingénieur en halieutique de formation, occupant tour à tour des fonctions éditoriales et de traduction, il se consacre à la littérature depuis dix ans. La Nuit est le nouveau Léviathan, une trilogie initiée en septembre 2011 avec La Chute (Don Quichotte).


  • Les courts extraits de livres : 31/05/2012

Les éclats de lumière succédaient à des zones d'une obscurité si profonde qu'elles paraissaient s'ouvrir sur le néant. Un martèlement erratique résonnait, semblable au pas d'un insecte désorienté, sur un fond de voix cacophoniques dont les échos mêlaient les syllabes de façon monstrueuse et inintelligible. Les images et les sons ricochaient sur la conscience du patient comme des balles sur un blindage, incapables de susciter la moindre réaction, ni même de se signaler, visiteurs espérant entrer dans une maison dont le propriétaire avait depuis longtemps vidé les lieux. Son corps continuait de fonctionner de manière autonome, machine biologique bien huilée, mais sans nul pilote aux commandes, à la façon d'un satellite oublié de tous, chutant sans fin à travers les précipices célestes. La tempête d'Antarctique avait apporté à l'homme des appels fantomatiques, et la tentation de les rejoindre. Mais, dans les abysses, il n'avait rencontré que le plus intense froid et son propre reflet.
Dans les faits, il était mort.
Un soleil froid et aveuglant s'alluma tout à coup.

«Pupille non réactive, prononça l'une des voix avec angoisse. Où est ce sérum glucose, bon sang ?»
Les ampoules nues du couloir plongeaient alternativement dans l'ombre et la clarté le côté du visage de Michael Petersen : l'angle d'une mâchoire robuste, des lèvres écartées par la sonde d'intubation. Une masse de cheveux blonds légèrement clairsemés, encore humides et poissés de sel.
Et un oeil brun, grand ouvert, fixé bien plus loin que la lampe de poche braquée par un quadragénaire en blouse de laboratoire - plus loin que les murs, que l'horizon.
Le médecin-chef de la base Antarctique Palmer rangea sa lampe et redoubla d'efforts pour déplacer la civière où il avait étendu le biologiste marin, sous une couverture de survie, en position latérale de sécurité. Son énergie contrastait avec sa silhouette trapue, empâtée ; et son empressement trahissait davantage que l'urgence. Il avait peur.
Avançant à grands pas près de lui, le directeur de la station polaire, le docteur Thomas Carr, peinait à préparer la seringue demandée, les doigts gourds. Sa barbe grisonnante gouttait d'eau saumâtre et des cristaux de neige encroûtaient encore le col de son anorak rouge brique. Ses larges épaules voûtées tremblaient d'épuisement.
Le médecin releva la tête vers son vis-à-vis, un air soucieux gagnant ses traits asiatiques.
«Laissez, Thomas, je m'en occupe. Dans votre état, vous allez vous blesser avant même de trouver sa veine. Vous êtes fou d'être ressorti après ce que vous avez enduré.
- Pouvais-je vraiment rester sans rien faire ?»


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia