Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Allmen et le diamant rose

Couverture du livre Allmen et le diamant rose

Auteur : Martin Suter

Traducteur : Olivier Mannoni

Date de saisie : 20/06/2012

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Bourgois, Paris, France

Collection : Littérature étrangère

Prix : 17.00 €

ISBN : 978-2-267-02358-9

GENCOD : 9782267023589

Sorti le : 03/05/2012

Personnage principal du précédent roman de Martin Suter (Allmen et les libellules), revoilà Jonathan Friedrich von Allmen, unique héritier d'une richissime famille suisse, il ne sait vivre que sur un grand train. Étudiant flemmard international dans sa jeunesse, il mène une vie de riche oisif, amateur et collectionneur d'art - surtout l'art nouveau. Un revers de fortune dû à de mauvais investissements le pousse à ouvrir un cabinet spécialisé dans la recherche d'oeuvres d'art volées, Allmen International Inquiries.
Il va s'agir dans ce roman palpitant de retrouver un diamant rose d'une valeur de 45 millions de francs suisses dérobé à son propriétaire. Mais plus que l'enquête, tout l'intérêt du livre se trouve dans le style très concis de l'auteur, son humour pince-sans-rire, sa description de la haute finance internationale (avec ses flash crash et autre trading haute finance) et aussi et surtout, la relation très spéciale entre Allmen et son majordome et complice Carlos, un sans-papiers sud-américain qui le sort de toutes les situations délicates. Au total, un tableau ironique d'une certaine société suisse...


  • Les présentations des éditeurs : 20/06/2012

Le détective dandy Johann Friedrich von Allmen reprend du service. Toujours à court de liquidités susceptibles de lui permettre de maintenir son train de vie, il se réjouit lorsqu'un certain Montgomery le charge de retrouver la piste d'un voleur disparu avec un fabuleux diamant rose à l'issue d'une soirée mondaine. De la Suisse à la Baltique, assisté de son fidèle majordome guatémaltèque Carlos, Allmen se lance ainsi à la recherche de Sokolov, un mystérieux escroc russe. Manipulations, doubles jeux et faux-semblants sont au rendez-vous de cette nouvelle enquête d'Allmen sur fond de finance internationale.

«Avec ce gentleman cambrioleur devenu enquêteur, Martin Suter réussit une belle entrée dans le monde fermé du polar.» (François Busnel, L'Express)

«Un mélange détonant d'aventures rocambolesques, de quiproquos en chaîne et d'intrigues palpitantes. [...] Du Suter pur jus, gouleyant, pétillant, vif, rondement mené.» (André Clavel, Lire)

Martin Suter est né à Zurich en 1948. Après avoir été publicitaire à Bâle, il multiplie les reportages pour Géo, il est devenu scénariste pour le cinéaste Daniel Schmidt et a écrit des comédies pour la télévision. Depuis 1991 il se consacre à l'écriture de romans qui sont devenus de véritables best-sellers. Il vit entre la Suisse, l'Espagne et le Guatemala. Small World a obtenu le prix du Premier Roman dans la catégorie «romans étrangers». Il sera prochainement adapté au cinéma avec Gérard Depardieu et Nathalie Baye. Un ami parfait a été adapté au cinéma en 2006, sous le même titre, par Francis Girod et deux autres de ses romans sont en cours d'adaptation. Martin Suter a également contribué au dernier album de son compatriote le musicien Stefan Eicher, pour qui il a écrit les textes de trois chansons sur Eldorado (2007) et travaillé au projet d'une comédie musicale. Son roman Small World a été adapté au cinéma par Bruno Chiche et est sorti en salles en mars 2011.



  • La revue de presse André Clavel - L'Express, mai 2012

Le retour d'Allmen, le Sherlock Holmes zurichois, dans un monde riche et frelaté. Savoureux...
Il y aura des bagarres, un cadavre, une Bentley Mulsanne, une rousse pulpeuse, des traders crapuleux, des entourloupettes informatiques sur fond de krach boursier, et de plus en plus de fausses pistes à mesure qu'Allmen se démène pour savoir où est passé l'énigmatique diamant, pas si rose qu'il n'y paraît. D'ouest en est, de Londres à Zurich et à Rostock, l'auteur de Small World et d'Un ami parfait s'amuse à tisser les mailles d'un roman savoureux où les valises Vuitton sont les emblèmes d'un monde passablement frelaté. Et où le fric mène la danse. Avec cette conclusion dans la bouche d'Allmen, un Suisse qui pratique l'humour british : "Quand on a de l'argent, il est plus facile d'être riche."


  • La revue de presse Pierre Deshusses - Le Monde du 26 avril 2012

De la Suisse à la Baltique, Martin Suter s'amuse à nous amuser avec virtuosité. C'est subtil et d'autant plus plaisant que l'on sait qu'il y aura une suite.


  • La revue de presse Mathieu Lindon - Libération du 3 mai 2012

Les romans de Martin Suter, né en 1948 à Zurich, s'intéressent souvent conjointement aux très riches et aux très pauvres et l'argent, à côté des aspects passionnants de l'enquête proprement dite, demeure au coeur de ces élégants polars par les modes de vie qu'il induit. Une des formes d'humour des aventures d'Allmen tient à l'éducation si merveilleuse du personnage principal...
Il y a dans Allmen et le diamant rose des filatures, une bagarre, un assassinat, des informations sur les krachs boursiers et les agences de location, la présence exagérée du sosie d'un acteur américain et divers trésors d'informatique. Mais c'est l'argent qui rythme tout, qu'Allmen soit à côté de la plaque ou en plein dessus...
La désinvolture apparente du héros ne doit pas faire croire à celle de son créateur. En dépit de ce qui ne semble qu'au premier abord des digressions, Martin Suter mène rigoureusement l'intrigue, grâce à un «je-m'en-foutiste» sans lequel l'enquête n'aurait pas eu de raison d'être. Cet éloge implicite de l'indolence n'empêche que le je-m'en-foutisme est la dernière chose qui définit le style de l'écrivain suisse allemand.


  • Les courts extraits de livres : 20/06/2012

Allmen était un peu nerveux. La réceptionniste allait annoncer Montgomery d'un instant à l'autre.
Il était installé au bureau en acajou des locaux de Grant Associates, à Knightsbridge. Par la fenêtre flanquée de lourds rideaux, il regardait la circulation sur South Carriage Drive et Hyde Park.
S'il avait pu trouver ce bureau pour y organiser l'entretien, il le devait au soin avec lequel il entretenait son réseau d'autrefois, celui des temps meilleurs. Cette fois, c'était un ancien camarade de Charterhouse qui lui avait prêté assistance. Il s'appelait Tommy Grant, un bon gars un peu lourdaud devenu avocat pour respecter la tradition familiale et, depuis peu, senior partner de Grant Associates, un éminent cabinet d'avocats qui en était à sa quatrième génération.
Tommy s'était réjoui d'avoir Allmen au téléphone, l'avait invité à dîner avec son épouse ennuyeuse et ses fils, deux adolescents ennuyés. C'est avec plaisir qu'il lui abandonnait un bureau pour la journée. Ou même pour quelques jours. Depuis que son père s'était retiré des affaires, le lieu n'était de toute façon plus occupé que deux ou trois fois par an.
C'est ainsi qu'il put recevoir Montgomery dans le plus prestigieux bureau de l'ancien cabinet. Un avantage non négligeable dans les efforts que menait Allmen pour permettre à Allmen International Inquiries de réaliser la percée mondiale espérée.
Au cours des deux années qui avaient suivi la fondation de l'entreprise, son champ d'activité s'était pour l'essentiel limité à la Suisse. Et à des affaires d'ampleur assez modeste. Dans aucune d'entre elles il ne s'était agi de sommes approchant, même de loin, celles qui avaient été en jeu lors de la spectaculaire récupération des coupes aux libellules. Il s'agissait de tableaux et d'objets d'art de cinquième zone, recherchés par des commanditaires travaillant dans le secteur des arts et des antiquités.
Carlos avait créé le site internet allmen-international.com sur son ordinateur d'occasion. Allmen avait rédigé le texte et défini l'esthétique. La page d'accueil s'affichait sur un fond gris flanelle. Tout en haut, au bord de l'image, uniformément réparti sur toute la largeur, on lisait dans des caractères antiqua classiques au crénage élégant les cinq noms de villes : New York, Zurich, Paris, Londres, Moscou. Et en dessous, un peu plus grand : «Allmen International Inquiries», suivi par ce slogan dont Allmen était assez fier : «The Art of TracingArt». Ce qui n'aurait été que très imparfaitement rendu par «L'art de la traque de l'art», et qu'il avait donc laissé dans la seule langue anglaise.
Cette manière assez hâbleuse de se présenter sur Internet masquait juste superficiellement le fait qu'Allmen International Inquiries n'avait pas encore réussi à se distinguer d'un simple bureau de détective miteux en arrière-cour.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia