Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

_ Certaines n'avaient jamais vu la mer

Couverture du livre Certaines n'avaient jamais vu la mer

Auteur : Julie Otsuka

Traducteur : Carine Chichereau

Date de saisie : 30/11/2012

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Phébus, Paris, France

Collection : Littérature étrangère

Prix : 15.00 €

ISBN : 978-2-7529-0670-0

GENCOD : 9782752906700

Sorti le : 30/08/2012

Un texte lumineux et puissant sur un sujet peu connu de l'histoire des États-Unis. Au début des années 1900, les côtes américaines virent débarquer des milliers de japonais venus travailler dans les plantations. Une dizaine d'années plus tard, c'est au tour de leurs femmes, japonaises elles aussi et mariées sur photo, de les rejoindre.
Inévitablement, s'ensuivent des mouvements anti-japonais, une certaine idée du «péril jaune» qui vont amener les autorités à tuer, arrêter, déplacer des familles entières dans des camps de «relocalisation»... L'American Dream, vous connaissez ?


«Sur le bateau nous étions presque toutes vierges. Nous avions de longs cheveux noirs, de larges pieds plats et nous n'étions pas très grandes. Certaines d'entre nous n'avaient mangé toute leur vie durant que du gruau de riz et leurs jambes étaient arquées, certaines n'avaient que quatorze ans et c'étaient encore des petites filles.» Le ton est donné : aucune voix particulière, aucun personnage de «roman», au sens classique du terme, aucune figure à laquelle s'identifier, mais un choeur de femmes sidérant. Qu'elles viennent de Tokyo, de Nara ou du fin fond de la campagne japonaise, ces femmes parties se marier aux États-Unis, au début du XXe siècle, à des hommes dont elles n'ont reçu qu'une photographie et quelques lettres ? qui, pour la plupart, se révéleront fausses ?, connaîtront l'éprouvante traversée, le traumatisme de la nuit de noces, la désillusion, le racisme, le labeur, la vie aussi qui surgit malgré tout, comme une herbe d'entre les pierres, puis le choc de Pearl Harbor, la guerre, la suspicion, les rumeurs, les arrestations, les disparitions, les déportations...
Par ce «nous» de majesté, Julie Otsuka nous restitue magistralement la geste méconnue de celles qui «sont comme n'ayant jamais été, Et de même leurs enfants après eux».


C'est le roman le plus bouleversant de la rentrée, une chanson pour des femmes meurtries dans leur chair et dans leur âme. Un fait, hélas, réel et méconnu de l'Amérique. "Nous", c'est toutes ces femmes, qui grâce à la beauté et à la finesse d'écriture de Julie Otsuka, retrouveront leur place dans l'Histoire. Pour ne pas les oublier...


Au début du XXème, un groupe de jeunes Japonaises de 12 à 37 ans venant de toutes les régions du pays part en bateau à destination des États-Unis pour se marier. Elles ont en main une photo du futur époux qu'elles n'ont pas choisi, des portraits ressemblant à ceux de leurs pères et frères. Confiantes, pleines de rêves, elles débarquent à San Francisco et la déception sera à la hauteur de leurs espoirs. Les voix sont multiples, et rendent compte des différents instants de vie de ces femmes. Rien ne correspondra à ce qui était annoncé, l'accueil, la vie de couple, les enfants, le travail... Le déclenchement de la seconde guerre et Pearl Harbour éprouvera considérablement le quotidien de la communauté japonaise... Un récit choral puissant qui revient avec précision et humanité sur un exil tourmenté, décevant et amer.


Dans ce court roman, Julie Otsuka, américaine d'origine japonaise, nous raconte le destin de jeunes japonaises envoyées aux États-Unis au début du 20ème siècle pour y épouser des compatriotes, émigrés de longue date.
Après une éprouvante traversée du Pacifique, elles vont aller de désillusion en désillusion en découvrant leur époux et leur nouvelle vie. Elles devront endurer des maris souvent rustres, travailler dans les champs, faire face au racisme.
Tout le récit est écrit à la 1ère personne du pluriel, un "nous" collectif puissant qui rassemble tous les destins brisés de ces demoiselles japonaises qui ne reverront jamais leur terre natale.


Dans ce nouveau roman, Julie Otsuka choisit de raconter le destin de ces femmes japonaises, dans les années 20, envoyées aux États-Unis pour épouser des japonais émigrés des années plus tôt. Elles ne connaissaient pas leur futur époux et n'avaient aucune idée du réel destin qui les attendait : labeur difficile, humiliations, moqueries, racisme, prostitution,...
Ce roman est le prélude à son précédent livre : «Qand l'empereur était un dieu». En effet celui-ci s'arrête où l'autre débute c'est-à-dire la seconde guerre mondiale et l'envoi des japonais dans des camps de concentration aux États-Unis.

Julie Otsuka signe ici un roman bouleversant, saisissant de réalisme. En ne désignant aucun personnage principal elle donne un caractère polyphonique et universel à son récit. Les échos de ces centaines de voix de femmes résonnent avec force dans notre tête. Elles nous hantent longtemps encore après avoir refermé ce livre magistral, peut-être le plus beau de cette rentrée littéraire étrangère.


  • Les présentations des éditeurs : 24/08/2012

Nous sommes en 1919. Un bateau quitte l'Empire du Levant avec à son bord plusieurs dizaines de jeunes femmes promises à des Japonais travaillant aux États-Unis, toutes mariées par procuration. C'est après une éprouvante traversée de l'Océan pacifique qu'elles rencontrent pour la première fois à San Francisco leurs futurs maris. Celui pour lequel elles ont tout abandonné. Celui auquel elles ont tant rêvé.
Celui qui va tant les décevoir. A la façon d'un choeur antique, leurs voix se lèvent et racontent leurs misérables vies d'exilées... leurs nuits de noces, souvent brutales, leurs rudes journées de travail dans les champs, leurs combats pour apprivoiser une langue inconnue, la naissance de leurs enfants, l'humiliation des Blancs... Une véritable clameur jusqu'au silence de la guerre et l'internement dans les camps de concentration - l'État considère tout Japonais vivant en Amérique comme traître.
Bientôt, l'oubli emporte tout, comme si elles, leurs époux et leurs progénitures n'avaient jamais existé.

Julie Otsuka est née en 1962 en Californie. Diplômée en art, elle abandonne une carrière de peintre (elle a étudié cette discipline à l'université de Yale) pour l'écriture. Elle publie son premier roman en 2002, Quand l'empereur était un dieu (Phébus, 2004 ; 10/18, 2008) largement inspiré de la vie de ses grands-parents. Son deuxième roman, Certaines n'avaient jamais vu la mer (Phébus, 2012) a été considéré aux États-Unis, dès sa sortie, comme un chef-d'oeuvre. Julie Otsuka vit à New York.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia