Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Les désorientés

Couverture du livre Les désorientés

Auteur : Amin Maalouf

Date de saisie : 03/12/2012

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Grasset, Paris, France

Collection : Roman

Prix : 22.00 €

ISBN : 978-2-246-77271-2

GENCOD : 9782246772712

Sorti le : 05/09/2012

Au Liban, Adam croit avec ses amis en un monde meilleur. Alors que son pays est en guerre, il décide de partir en France tandis que d'autres ont décidé de rester. Un jour, il apprend qu'un de ses anciens meilleurs amis va mourir. C'est pour lui l'occasion de revenir au pays et de savoir ce que ses amis sont devenus.
Un roman magnifique, superbe, les mots ne sont pas trop forts pour dire à quel point ce roman d'Amin Maalouf est un condensé d'humanité et de tolérance. Patrie, religion, politique, Amin Maalouf a écrit un roman universel qui devrait parler à tout le monde.


Adam a quitté son pays depuis plusieurs décennies. À l'époque lui et ses amis étaient jeunes, pleins d'espoir et d'idéaux. Puis la guerre a éclaté... Certains sont restés, d'autres sont partis. Tous ont pris des chemins différents.
A l'occasion de la mort de l'un d'eux, Adam retourne sur sa terre natale et entreprend de réunir les anciens camarades.
De nombreuses questions ressurgissent alors : fallait-il partit ? fallait-il rester ? se battre ? oublier ?
Sans jamais nommer le pays (que l'on reconnaît aisément) Maalouf réussit le pari d'écrire un magnifique roman universel sur l'exil, le déracinement, la nostalgie et les amitiés retrouvées. Il nous fait partager un bout de sa vie et de ce pays dans une écriture limpide.
Pour moi, un des plus beaux romans de la rentrée !


On s'attend à lire beaucoup de descriptions sur le Liban "d'avant-guerre", pays du lait et du miel à la douceur levantine. Il s'agit plutôt de réflexions sur l'état de ce pays, les raisons de ses guerres, les souvenirs d'étudiants amis confrontant leurs idées et cela ramène beaucoup à l'état du monde actuel.

Un très bon roman, un peu didactique, de lecture facile mais profonde. SUPERBE !


  • Le courrier des auteurs : 04/12/2012

1) Qui êtes-vous ? !
Amin Maalouf, écrivain, né au Liban, vivant en France. J'ai publié des romans, des essais, des livrets d'opéra. «Les désorientés» est mon quatorzième livre et mon huitième roman.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
C'est l'histoire d'une bande d'amis que la guerre a dispersée. Chacun a suivi sa voie, en fonction de ses choix comme des hasards de la vie. L'un d'eux cherche à les réunir une dernière fois...

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Et quand viendra mon tour, je tomberai comme un tronc, sans avoir plié, et en répétant à qui voudra l'entendre : «C'est moi qui ai raison et c'est l'Histoire qui a tort !»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
L'un des personnages principaux de ce roman, une hôtelière prénommée Sémiramis, a une très belle voix et elle chante souvent. Son répertoire comprend des chansons venues d'Italie, de Grèce, de France, d'Égypte, d'Irak, de Russie et d'ailleurs. Ces musiques ont été celles de ma jeunesse et elles reflètent bien l'esprit de mon livre.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
J'aimerais raconter la trajectoire de chacun des amis retrouvés ou perdus ; et, à travers eux, un pays, une région, une génération, une époque - la nôtre.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Je n'écris pas en musique, et je déteste commencer ma journée par la sonnerie d'un réveille-matin. Mais je me lève d'ordinaire assez tôt ; je m'enferme chaque jour dans mon petit bureau pour écrire jusqu'au milieu de l'après-midi ; puis je sors, je referme la porte, et j'essaie de ne plus penser à mon livre jusqu'au lendemain.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
Dès que je relis les dernières lignes que j'ai écrites la veille, la phrase suivante me vient spontanément. L'inspiration commence par une association d'idées, ou d'images. Ou encore, tout simplement, par une association de mots.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ?
Mon père était poète et journaliste. Je l'ai toujours vu écrire. Pour moi, «écrire» et «travailler» ont toujours été synonymes. Ce qui s'est décidé plus tard, au fil des ans, c'est la langue dans laquelle j'allais écrire, en l'occurrence le français ; ce sont les genres littéraires ; et c'est aussi le fait de me consacrer entièrement à mes livres, chose qui me paraissait très improbable au commencement de ma vie active.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lecteur) ?
Chronologiquement, le premier émerveillement m'est venu des «Voyages de Gulliver», de Jonathan Swift. Il y a eu aussi, à peu près à la même époque, «Le Prince et le pauvre» de Mark Twain, puis «Fouché» de Stefan Zweig et «L'Étranger» d'Albert Camus. Et, un peu plus tard, «Fondation», d'Isaac Asimov, «La mort d'Ivan Ilitch» de Léon Tolstoï, et «Les Buddenbrook» de Thomas Mann...

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
Le rôle d'un écrivain est de transcender la réalité quotidienne et d'imaginer, pour ses contemporains comme pour leurs descendants, un avenir différent. Il doit essayer de comprendre, puis d'expliquer, dans quel monde nous vivons, d'où nous venons, où nous allons et où nous devrions aller. Pour cette raison, les tyrannies haïssent l'imaginaire et tous les pouvoirs établis s'en méfient.

11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
J'ai toujours trouvé du plaisir à m'oublier dans une librairie. Il m'arrive même, quand je suis en voyage, de passer des heures à feuilleter des livres dans une langue que je ne comprends pas. Lorsque j'avais huit ou neuf ans, je lisais beaucoup et j'étais terrorisé à l'idée qu'un jour, j'irais voir mon libraire et qu'il me dirait : «c'est fini, je n'ai plus aucun nouveau livre, tu les as tous lus.» Mais cette angoisse d'enfant s'est révélée passagère, hélas...


  • Les présentations des éditeurs : 04/12/2012

«Dans Les désorientés, je m'inspire très largement de ma propre jeunesse. Je l'ai passée avec des amis qui croyaient en un monde meilleur. Et même si aucun des personnages de ce livre ne correspond à une personne réelle, aucun n'est entièrement imaginaire. J'ai puisé dans mes rêves, dans mes fantasmes, dans mes remords, autant que dans mes souvenirs.

Les protagonistes du roman avaient été inséparables dans leur jeunesse, puis ils s'étaient dispersés, brouillés, perdus de vue. Ils se retrouvent à l'occasion de la mort de l'un deux. Les uns n'ont jamais voulu quitter leur pays natal, d'autres ont émigré vers les États-Unis, le Brésil ou la France. Et les voies qu'ils ont suivies les ont menés dans les directions les plus diverses. Qu'ont encore en commun l'hôtelière libertine, l'entrepreneur qui a fait fortune, ou le moine qui s'est retiré du monde pour se consacrer à la méditation ? Quelques réminiscences partagées, et une nostalgie incurable pour le monde d'avant.

A. M.

Amin Maalouf est l'auteur d'une importante oeuvre romanesque.



  • La revue de presse Christian Makarian - L'Express, novembre 2012

A travers une histoire simple, Amin Maalouf explore le drame du retour sur sa terre natale...
La grande vertu de ce beau roman est de donner à la guerre une fibre humaine, de découdre le tapis libanais pour en démonter les noeuds et en détacher les fils. Oeuvre douloureuse, où des fragments de douceur de vivre se mêlent à une amertume infinie. Entre le Stefan Zweig du Monde d'hier et le Maurice Barrès des Déracinés, notre académicien levantin nous entraîne dans les méandres de l'exil, du repentir et du retour impossible. Aucun répit pour l'âme de celui qui a perdu son pays, sauf le repos éternel.


  • La revue de presse Joseph Ghosn - Le Nouvel Observateur du 4 octobre 2012

En puisant dans sa propre histoire, il parvient à capter ce qui se déroule dans la tête d'un exilé, qui songe constamment à ses origines, à ceux qu'il a connus et laisse très souvent (parfois très inconsciemment) son passé le hanter. Même la notion de «chez-soi» ne fait pas pleinement sens pour un exilé. La seule chose qui demeure, au fond, c'est la nostalgie pour un moment indéniablement disparu, pour un territoire dont on s'est éloigné. Amin Maalouf, qui vit en France tout en regardant constamment vers le Liban pour y trouver son inspiration, a été reçu en juin dernier à l'Académie française. Par un beau hasard, il l'a été au fauteuil qu'occupait Claude Lévi-Strauss, qui aura lui aussi passé une grande partie de sa vie à regarder vers l'étranger pour écrire ses livres et tenter de comprendre le monde.


  • La revue de presse Mohammed Aïssaoui - Le Figaro du 18 octobre 2012

Il y a des romans qui continuent de résonner fort en vous longtemps après que vous les ayez fermé. Les Désorientés d'Amin Maalouf est de ces livres-là. On garde à l'esprit des phrases entières...
Dans les 520 pages du roman, le mot Liban n'est jamais prononcé, ni Beyrouth, car là n'est pas l'essentiel, et c'est l'universalité de ces destins qui prédomine. Les Désorientés, superbe titre, est un projet de vaste ampleur - brosser le portrait d'une génération de désenchantés. Depuis Léon l'Africain ou Le Rocher de Tanios (prix Goncourt 1993) ou ses essais Les Identités meurtrières ou Le Dérèglement du monde, on savait Amin Maalouf habitué à mener ce genre de projet en grand conteur.


  • La revue de presse Bernard Pivot - Le Journal du Dimanche du 9 septembre 2012

Amin Maalouf a eu raison d'abandonner provisoirement la rédaction d'essais pour revenir au roman. Avec Les Désorientés, il démontre qu'il n'a pas perdu la main du conteur franco-oriental, et que les sentiments et les idées qui agitent son coeur et sa tête d'exilé libanais s'incarnent parfaitement dans des personnages puisés dans sa mémoire, revus et augmentés par son imagination.


  • La revue de presse Florent Georgesco - Le Monde du 30 août 2012

"Naître, c'est venir au monde, pas dans tel ou tel pays, pas dans telle ou telle maison ", écrit Adam, le personnage central des Désorientés, d'Amin Maalouf, au début du carnet qu'il a commencé à tenir dans l'avion pour son pays natal, délaissé des décennies auparavant. Pourtant, rien ne peut faire qu'il n'y soit né, qu'il n'ait vécu dans cette maison qu'il s'apprête à revoir, auprès de ces gens qu'il est parti retrouver. Quel que soit son besoin de justifier son abandon, il est de cette terre du Levant, de ce Liban que Maalouf ne nomme jamais, comme s'il s'estompait, perdu au loin dans le souvenir, et pourtant obsédant, sans cesse réveillé par la nostalgie ou le remords. Le monde n'est la patrie d'Adam que lorsqu'il veut oublier sa hantise pour sa patrie réelle. Mais sa hantise, c'est lui-même.


  • Les courts extraits de livres : 04/12/2012

Jeudi, en s'endormant, Adam ne pensait pas que le lendemain même il s'envolerait vers le pays de ses origines, après des lustres d'éloignement volontaire, et pour se rendre auprès d'un homme à qui il s'était promis de ne plus adresser la parole.
Mais l'épouse de Mourad avait su trouver les mots imparables :
"Ton ami va mourir. Il demande à te voir."

La sonnerie avait retenti à cinq heures. Adam avait saisi son téléphone à l'aveuglette, appuyé sur l'une des touches éclairées, répondu "Non, je t'assure, je ne dormais pas", ou quelque autre mensonge de cet ordre.
Son interlocutrice lui avait dit ensuite : "Je te le passe."
Il avait dû retenir son souffle pour écouter celui du mourant. Et, même ainsi, il avait deviné ses paroles plus qu'il ne les avait entendues. La voix lointaine était comme un bruissement d'étoffes. Adam avait dû répéter deux ou trois fois "Bien sûr" et "Je comprends", sans rien comprendre ni être sûr de rien. Quand l'autre s'était tu, il lui avait adressé un prudent "Au revoir !" ; il avait prêté l'oreille quelques secondes de plus pour vérifier que l'épouse n'avait pas repris l'appareil ; puis il avait raccroché.
Il s'était tourné alors vers Dolorès, sa compagne, qui avait allumé la lumière et s'était assise dans le lit, adossée au mur. Elle donnait l'impression de peser le pour et le contre, mais son opinion était faite.
"Ton ami va mourir, il t'appelle, tu ne peux pas hésiter, tu y vas."
"Mon ami ? Quel ami ? Cela fait vingt ans qu'on ne se parle plus !"
De fait, depuis tant d'années, chaque fois qu'on mentionnait devant lui le nom de Mourad et qu'on lui demandait s'il le connaissait, il répondait invariablement : "C'est un ancien ami." Souvent ses interlocuteurs supposaient qu'il avait voulu dire un "vieil ami". Mais Adam ne choisissait pas ses mots à la légère. Mourad et lui avaient été amis, puis avaient cessé de l'être. "Ancien ami" était donc, de son point de vue, la seule formulation adéquate.
D'ordinaire, lorsqu'il employait cette tournure devant elle, Dolorès se contentait d'un sourire compatissant. Mais ce matin-là, elle n'avait pas souri.
"Si je me brouillais demain avec ma soeur, est-ce qu'elle deviendrait mon 'ancienne' soeur ? Et mon frère, mon ancien frère ?
Avec la famille, c'est différent, on n'a pas le choix..."
"Là non plus tu n'as pas le choix. Un ami de jeunesse, c'est un frère adoptif. Tu peux regretter de l'avoir adopté, mais tu ne peux plus le désadopter."


  • L’amour des livres, avec Bonnelecture.fr : 04/12/2012

Quelle place tiennent les livres dans votre vie ?
Les livres soutiennent les murs de ma maison.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia