Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le temps n'efface rien

Couverture du livre Le temps n'efface rien

Auteur : Stephen Orr

Traducteur : Karine Reignier-Guerre

Date de saisie : 20/09/2012

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Presses de la Cité, Paris, France

Collection : Romans domaine étranger

Prix : 22.50 €

ISBN : 978-2-258-08683-8

GENCOD : 9782258086838

Sorti le : 16/08/2012

Un très beau texte. Un roman qui parle d'amitié, d'amour et de la difficulté de continuer à vivre après une disparition, un drame. Un portrait de l'Australie des années 1960.

Henry est un petit garçon solitaire de neuf ans. Son pied bot l'empêche de partager les jeux des enfants de son âge. il s'amuse cependant avec ses petits voisins et ses parents partagent eux aussi leur amitié avec leurs parents. Le jour de la fête nationale, Jennie lui propose de les accompagner à la plage. Henry refuse ; les trois enfants vont disparaitre La rue, le quartier, puis la ville entière ont participé aux recherches avec le père d'Henry policier de la ville. Ils ne les retrouveront jamais.


  • Le courrier des auteurs : 22/09/2012

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis Karine Reignier-Guerre, l'heureuse traductrice de ce livre. Non seulement c'est un des plus beaux romans qu'il m'ait été donné de traduire en presque vingt ans de métier, mais il m'a aussi permis de quitter Paris et de m'envoler pour l'Australie chaque matin pendant plusieurs mois, à peine assise à ma table de travail... Une vraie plongée aux antipodes, sans les inconvénients du décalage horaire !

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Basé sur des faits réels (la disparition restée inexpliquée de trois enfants dans l'Australie des années 1960), il s'attache à décrire la manière dont un drame bouleverse la vie d'une famille et d'une petite communauté. Mais il nous parle aussi de l'enfance, du temps qui passe, de la force de l'amitié et de l'amour... et de l'Australie, bien sûr !

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«La vie continue, envers et contre tout. Et ce qui compte, finalement, ce n'est pas ce dont elle nous a privés, mais ce qu'elle nous a offert.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Un air de banjo échappé d'une fenêtre un soir d'été. Ou un tube d'Elvis.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
La grâce de ce roman qui aborde des thèmes difficiles avec beaucoup de subtilité, et le regard plein de tendresse que porte l'auteur sur les habitants d'un quartier populaire d'Adelaïde dans les années 1960.


  • Les présentations des éditeurs : 22/09/2012

Quand des enfants disparaissent, qu'advient-il de ceux qui restent ?

A neuf ans, Henry est un garçon solitaire ; son pied bot l'empêche de partager les jeux des enfants de son âge. Cet été-là, comme à son habitude, il reste dans sa chambre, lit beaucoup et ne fréquente que sa jeune voisine, Janice. Le jour de la fête nationale, elle lui propose de l'accompagner à la plage avec son frère et sa soeur. Henry, complexé, refuse. Les quatre enfants ne se reverront jamais.

Un roman qui parle d'amitié, d'amour et de la difficulté de continuer à vivre après un drame. Inspiré d'un fait divers jamais résolu qui continue de hanter toute une population, Le temps n'efface rien dresse un portrait doux-amer de l'Australie des années 1960.

Stephen Orr vit à Adélaïde, en Australie, où il enseigne la littérature et l'écriture. Le temps n'efface rien, son troisième livre, le premier publié en France, romance la tragique disparition des enfants Beaumont.


  • Les courts extraits de livres : 22/09/2012

Les rues de Croydon sont longues, baignées de lumière tout au long des longs samedis après-midi ; elles sont imprégnées d'odeurs de jasmin et d'herbe fraîchement coupée, traversées de courants d'air sec chargés d'effluves mêlés - compost trop mûr et troisième course du jour à l'hippodrome de Cheltenham. Le samedi, ça sent les amandes caramélisées et les déjections des poulets de M. Hessian, empilées au fond de son jardin. Ça ressemble à la fin du monde ou, du moins, à son hibernation prolongée, partagée entre demi-sommeil, cache-théières à crocheter et rubriques nécrologiques à relire dans l'Advertiser. Ça bruisse et ça résonne : les enfants font claquer leurs bâtons le long des barrières de tôle ondulée, un type rit si fort qu'il se met à tousser, puis quelqu'un appelle Jack à venir se faire couper les cheveux.
Les rues de Croydon sont larges. Brûlantes et craquelées. Commençant à Thomas Street (où je réside), elles rétrécissent en allant vers l'ouest et les usines de Kilkenny. On dirait des colonnes vertébrales reliées à des côtes nommées Ellen Street et Croydon Avenue. Des colonnes bien droites, rendues plus longues et plus droites encore par les fils électriques qui pendent lourdement de pylône en pylône comme des guirlandes lumineuses sur des sapins trop décorés.
Quand j'avais cinq ans, je croyais qu'il fallait une heure pour parcourir Harriet Street (en fait, le trajet ne prend que dix minutes). J'aimais croire que le monde s'arrêtait là, au bout de la rue, et qu'on basculait dans le vide en voulant continuer. Je me représentais ce monde sur de grandes cartes, peintes à l'encre ocre et dorée sur du papier vélin, ornées de marins happés par des dragons et de portraits de Mme Brooks, l'institutrice des petits. Je savais que je me racontais des histoires, bien sûr. D'abord, parce que papa avait un globe terrestre et qu'il passait des heures à me montrer où se trouvaient les pyramides et les îles grecques. Et surtout, comment Dieu aurait-il pu caser à Croydon le monde entier, avec ses plages, ses usines de voitures et ses vacances en Nouvelle-Zélande ?
J'habite Thomas Street depuis ma naissance - au numéro 7 de la rue, face à la maison des Pedavoli (Gino, Rosa et leur arbre de vie), entre le pavillon de Kazz et Ron Houseman d'un côté, et celui des Riley, au 7A, de l'autre. Tous sont morts ou partis depuis longtemps, me laissant seul dans la demeure que j'occupe depuis cinquante-quatre ans. Cinquante-quatre années à fouler la moquette rouge en laine berbère que mes parents ont posée dans le couloir, dissimulant ainsi un plancher qui n'a pas vu le jour depuis 1956 et qui craque toujours au même endroit chaque fois que je vais aux toilettes ou me préparer un thé.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia