Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le garçon incassable

Couverture du livre Le garçon incassable

Auteur : Florence Seyvos

Date de saisie : 30/05/2013

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Ed. de l'Olivier, Paris, France

Collection : Littérature française

Prix : 16.00 €

ISBN : 978-2-87929-785-9

GENCOD : 9782879297859

Sorti le : 02/05/2013

Une discrète et attentionnée narratrice s'attache à dresser le portrait de deux êtres qui s'opposent autant qu'ils s'assemblent. Alternativement, l'un vole, l'autre trébuche, l'un court, l'autre attend, tous les deux ont un corps brisé, tous les deux attirent l'attention, sont observés de tous et pourtant vivent une solitude certaine. Le premier est son demi-frère, Henri, prognathe au développement mental interrompu, le corps étiré, malaxé, violenté par son père pourtant si aimant, il tombe mais se relève, incassable, toujours, et continue d'avancer, malgré la douleur et la différence. Le second est Buster Keaton, star déchue du cinéma, sa carrière est lancée par ses chutes dès l'enfance, de plus en plus violentes, sans limite, incassable, il imagine ensuite toujours plus haut, plus fort, pantin désarticulé, rien ne l'arrête. Portraits miroirs, qui n'en font qu'un, émouvants et inclassables de deux êtres aussi fragiles qu'invulnérables, deux résistants, à part, qui ne trouver ont pas leurs places dans la société.


Il y a l'histoire de Buster Keaton, une des figures mythiques du cinéma muet, qui éleva la chute au rang d'oeuvre d'art.

Il y a l'histoire d'Henri, le demi-frère de la narratrice, dont le développement mental s'est interrompu.

Il y a la famille Keaton qui court de cabaret en cabaret et dont le fils devient la vedette dans un numéro mis au point par le père qui consiste essentiellement à lancer son fils, tout jeunot, aux quatre coins de la scène.

Il y a la vie d'un enfant aux côtés de quelqu'un de différent.

Il y a de l'émotion. Il y a du cinéma muet. Il y a de la tendresse. Il y a du burlesque.

Un très beau livre à tiroirs qui raconte plusieurs histoires, par petites touches délicatement ciselées.


  • Les présentations des éditeurs : 29/05/2013

«Ce matin, elle a la chambre d'hôtel pour elle toute seule. Elle est à Los Angeles.»
Lorsqu'elle arrive à Hollywood pour y mener des recherches sur la vie de Buster Keaton, elle ne sait pas encore que son enquête va la conduire au plus près d'elle-même, réveillant le souvenir d'Henri, ce frère «différent» qui l'a accompagnée pendant toute sa jeunesse.
Henri et Buster ont en partage une enfance marquée par des expériences physiques très brutales, une solitude inguérissable, une capacité de résistance aux pires épreuves, une forme singulière d'insoumission. Et une passion pour les trains. À travers leur commune étrangeté au monde (ne passent-ils pas tous deux pour des idiots ?), et cette fragilité qui semble les rendre invulnérables, Henri et Buster sont peut-être détenteurs d'un secret bouleversant.
C'est ce mystère qu'éclaire Florence Seyvos dans ce roman dense et subtil.

Florence Seyvos est née en 1967 à Lyon. Elle a passé son enfance dans les Ardennes et vit à présent à Paris. Écrivain, scénariste, Florence Seyvos est notamment l'auteur de Les Apparitions (L'Olivier, 1995), qui lui a valu le Goncourt du premier roman et le prix France Télévisions.



  • La revue de presse Astrid de Larminat - Le Figaro du 30 mai 2013

L'auteur, Florence Seyvos, articule ces deux récits sans exagérer la symétrie. Elle ne peut expliquer sa fascination ni son affection pour ces deux êtres, elle se contente de les contempler, de s'exposer à leur mystère. Henri paraît toujours absorbé par quelque chose qui échappe à son entourage. De même, écrit-elle, Buster Keaton est «un jeune homme sur qui tout glisse, aussi résigné que résolu». Elle perçoit chez l'un et l'autre «un noyau réfractaire». On s'interroge : pourquoi leur inadéquation au monde dégage-t-elle une étrange beauté ? Serait-ce qu'elle met en lumière, comme autrefois le fou du roi, le manque de consistance et l'arbitraire des principes qui régissent la vie en ­société ?


  • La revue de presse Jérôme Garcin - Le Nouvel Observateur du 16 mai 2013

Où la romancière et scénariste de Noémie Lvovsky entrelace les destins de Buster Keaton et d'un garçon handicapé. Bouleversant...
S'il est inventé, on voudrait qu'il existât. S'il existe, on voudrait qu'il fût inventé. Quel incroyable, énigmatique et bouleversant personnage. Sûr qu'il restera. On ne cherche même pas à savoir s'il appartient au monde réel ou à celui de l'imaginaire, si Florence Seyvos s'en souvient ou l'a rêvé. D'ailleurs, son livre beau et singulier se moque bien des classifications d'usage - sur la couverture, il n'est écrit ni «roman» ni «récit». Au lecteur de choisir...
Tout commence en Côte d'Ivoire, à la fin des années 1970. La narratrice a 11 ans. Ses parents ont divorcé. Elle et son frère quittent la France avec leur mère, qui va vivre désormais avec un homme installé depuis longtemps en Afrique. Cet homme, lui aussi séparé, a en charge un fils handicapé de 9 ans, Henri, dont la mère est partie après l'avoir mis au monde...
Et quand, d'un pas keatonien, il marche dans la rue avec sa soeur, il passe son bras autour de son cou, «en propriétaire». «Il est très fier, écrit Florence Seyvos. Nous boitons de concert. Sa main me broie l'épaule, son bras pèse une tonne. Je soupire. - Henri, tu me fais mal.» A nous, aussi. Mais c'est bon.


  • La revue de presse Eric Libiot - L'Express, mai 2013

Florence Seyvos raconte deux vies qui avancent dans le fracas du monde...
C'est un beau roman, au style simple et proche du coeur, qui dit la façon dont chacun grandit dans le regard des autres, comme au cinéma.


  • La revue de presse Raphaëlle Leyris - Le Monde du 9 mai 2013

Buster Keaton, le roi de la chute, a été projeté dès son plus jeune âge par son père d'un bout à l'autre de toutes les scènes des Etats-Unis. Il s'est brisé étonnamment peu de membres au cours de sa vie passée à se jeter lui-même " dans les airs, dans le flot d'une cascade, du haut d'un immeuble, à travers un ouragan, sur une locomotive, à la poursuite de sa fiancée ". Le lien entre les deux hommes, c'est sans aucun doute leur " étrange détermination ", qui pousse l'un à vouloir à toute force mener son existence propre, l'autre à se prendre pour un projectile, lancé à travers un monde absurde. C'est sans doute là que gît leur " petit noyau réfractaire ", cette dimension irréfragable de soi, indifférente au temps qui passe, que Florence Seyvos traque dans ses (trop rares) livres...
Retraçant ces deux destins, entre lesquels elle ne trace évidemment pas de signe d'égalité, Florence Seyvos marche sur deux fils, le burlesque et le tragique. Henri ne fait pas la différence entre les deux, Buster a toujours organisé leur collision, et c'est dans cet équilibre, cette double tension, que se déploie ce texte modeste et gracieux, superbement obstiné.


  • La revue de presse Marie-Laure Delorme - Le Journal du Dimanche du 28 avril 2013

Le créateur Buster Keaton, mort à 70 ans d'un cancer du poumon, aura été relégué au second plan par l'arrivée du cinéma parlant. Florence Seyvos, née en 1967, reste son admiratrice. L'auteur des Apparitions (L'Olivier, 1995, prix Goncourt du premier roman et prix France Télévisions) a écrit un roman singulier et poétique. Le ton est grave ou joyeux, selon les moments. La matière est vraie mais recomposée à l'aide de la mémoire. Henri va travailler dans un CAT (centre d'aide par le travail) et prendre goût à l'indépendance. Il entretient une passion, comme Buster Keaton, pour les trains. Que ressentent réellement l'acteur au flegme légendaire et le frère au rire trop fort ? On ne sait pas vraiment. Les deux hommes sont en inadéquation avec le monde environnant. Ça grince et ça gêne. On les pointe du doigt par admiration ou par moquerie. Ils sont opiniâtres et opaques. Et la romancière Florence Seyvos, elle qui préfère se perdre dans les rues plutôt que de demander son chemin à des inconnus, appartient à la même famille qu'eux.


  • La revue de presse Marine Landrot - Télérama du 1er mai 2013

C'est une fille inclassable qui a écrit Le Garçon incassable. Florence Seyvos a de solides bagages pleins de trésors, et fait son chemin mine de rien, depuis une vingtaine d'années...
Une discrète narratrice se cache entre les pages du livre, comme entre deux portes. Lancée dans un voyage à Los Angeles, sur les traces de Buster Keaton, «L'Homme qui ne rit jamais», elle est aussi la soeur d'Henri, «en rit». Rire ou ne pas rire, parler ou se taire, ces questions demeurent sans réponse dans la tête de cette fille qui a choisi la transparence. Ses doutes quant au visage à afficher, sa tentation de l'invisibilité, ses injonctions de maîtrise de soi, insufflent au roman une magie presque spectrale. C'est elle, la véritable héroïne du livre, fille fragile en appui sur deux garçons incassables, forte femme épaulant deux gueules cassées. Chez Florence Seyvos, rien n'est jamais définitif, la silencieuse inversion des rôles est une question de survie.


  • Les courts extraits de livres : 29/05/2013

Ce matin, elle a la chambre d'hôtel pour elle toute seule. Elle est à Los Angeles, elle a mangé du pain perdu, French toast, ce qu'elle ne ferait jamais en France, ni chez elle, ni à l'hôtel. Ensuite elle a étalé ses affaires partout et s'est demandé comment elle allait s'habiller. Sur la table de nuit est posée une feuille de papier sur laquelle il est écrit : La maison où a vécu Buster Keaton est au 1018 Pamela Drive. Il a également vécu au 1004 Hatford Way. Il s'agit d'une résidence privée et on ne peut la visiter. En espérant que ces informations vous seront utiles... Suit le nom du propriétaire de la maison de Pamela Drive, orthographié de deux façons différentes, l'une avec deux t, l'autre avec th. Si elle doit le prononcer, il faudra choisir entre les deux prononciations, et donc prendre un risque. C'est embêtant. Mais elle n'ose pas déranger de nouveau la personne qui lui a si gentiment procuré les adresses.
Elle se regarde dans la glace, ses mains disparaissent entièrement dans les manches du peignoir. Elle s'assoit, prend un stylo et fait son exercice de convergence. Elle tend le bras, met la pointe du stylo bien en face de ses yeux et la fixe tout en la rapprochant lentement du bout de son nez. À trente centimètres du nez, le stylo se dédouble inexorablement. Il faut forcer sur les yeux pour que les deux pointes reviennent l'une sur l'autre.
Avant, elle le faisait tous les matins. Elle en a perdu l'habitude et depuis, son oeil droit s'éloigne de plus en plus. Il dit sérieusement merde à l'autre. Quand a-t-elle cessé de faire son exercice tous les matins ? Depuis qu'elle a un fiancé. Elle trouve qu'elle n'a plus le temps. C'est d'autant plus idiot que son fiancé aime beaucoup la voir faire son exercice.
- Mais qu'est-ce que tu vois, avec cet oeil-là ? lui demande-t-il souvent.
- Je vois sans voir. Mon cerveau dit à mon oeil : toi, ce que tu vois, je m'en fiche, je ne le regarde même pas.
Pour choisir comment s'habiller, elle fait coulisser la fenêtre et passe son bras dehors, jusqu'à l'épaule. Il fait chaud, au moins trois degrés de plus qu'hier. À Paris, elle ouvre les deux battants et se penche au-dehors, les bras ouverts. L'estimation de la température est bien plus juste. Encore une chose que son fiancé aime regarder et qu'elle ne fait presque plus, justement parce qu'elle est regardée. Résultat, elle choisit moins bien ses vêtements et - horreur - elle transpire.
Elle est nerveuse, jette un coup d'oeil toutes les trois minutes sur la feuille où sont imprimées les adresses. Après une étude approfondie du plan, elle s'est aperçue que les deux maisons étaient peut-être très proches l'une de l'autre. Sa voix intérieure répète : c'est dingue, je suis à Los Angeles. Mais d'un ton calme parce qu'il ne faut pas trop s'exciter. Elle vérifie pour la cinquantième fois qu'elle a bien toutes ses affaires, de l'argent, les adresses, le plan, un carnet, l'adresse de l'hôtel. Elle quitte la chambre et prend un taxi. C'est dingue, j'ai réussi à prendre un taxi. Ne pas trop s'exciter, ne pas transpirer. Le taxi arrive à Beverly Hills. C'est dingue, je suis à Beverly Hills. (...)


  • L’amour des livres, avec Bonnelecture.fr : 29/05/2013

Quelle place tiennent les livres dans votre vie ?
Quand je suis en train de lire un livre que j'aime, le monde est pour moi plus solide, plus tangible, ma vie est meilleure.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia