Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Journal d'un amoureux des mots

Couverture du livre Journal d'un amoureux des mots

Auteur : Jean Pruvost

Date de saisie : 15/01/2014

Genre : Langues

Editeur : Larousse, Paris, France

Prix : 12.90 €

ISBN : 9782035888310

GENCOD : 9782035888310

Sorti le : 18/09/2013

  • Le courrier des auteurs : 15/01/2014

«Le choix des mots» par Jean Pruvost, grand amoureux des mots...

Chers Libraires,
La nouvelle année est là et mes voeux vont d'emblée vers vous pour la concrétisation des plus beaux mots de notre langue, qui grâce à votre talent fleurissent au coeur de votre librairie, des mots que vous savez si bien présenter en bouquets de livres. Merci.
Parmi les très beaux mots qui éclairent le quotidien, il y a le vôtre, libraire, mot épicène, soulignent les linguistes... Épicène comme le sont enfant, élève, adulte, humaniste, encyclopédiste, bibliophile... c'est-à-dire aussi bien masculin que féminin. Épicène vient en effet du grec epicoenus qui désigne ce qui est «possédé en commun». D'où ce qui est aussi bien à un homme qu'à une femme, à tous. Libraire, homme ou femme donc, pour faire rêver les enfants, les adultes, les humanistes, les encyclopédistes, les bibliophiles.
Quant au royaume que vous nous ouvrez, la librairie, il est au féminin et c'est naturel : les librairies engendrent en effet, elles font naître des livres qui stimulent, galvanisent. Des livres qui nous font renaître aussi. Justement, à propos de renaissance, en 1571, le bien nommé Maurice De La Porte proposa dans Épithètes quelques centaines de mots essentiels suivis de tous les adjectifs dont on pouvait les orner et la librairie y est naturellement à l'honneur. Épithète, du grec epitheton, chose ajoutée, de epi, sur, et tithenai, poser. Quels adjectifs sont alors ajoutés au mot librairie, mot revigorant qui désignait encore au XVIe siècle la bibliothèque, ce qui rappelle combien la librairie représente un lieu intime ?
«Librairie. Noble, ingénieuse, riche, musienne,...pendectaire, copieuse, ancienne, royale.» Musienne : sous le signe des neuf muses ; pendectaire, c'est-à-dire digne des pandectes, qui signifient «contenant tout», du grec pan, tout, et de dekhesthai, recevoir. Sans oublier le livre qui a bien sûr, lui aussi, droit à ses épithètes : «Élaboré, immortel, studieux, imprimé, trésor de science, manuel, feuilleté, pandectaire, laborieux, profitable, savant, tomeux (comprenons qu'il comporte plusieurs tomes), consolatoire...» Consolatoire ? La consolation, l'espoir, c'est le thème des chansons de Jean Morzadec. Où être mieux alors que dans une librairie, pour, chante-t-il, «profiter tout simplement de beaux instants», parce que «La vie a besoin de gens comme toi, comme toi», ami, amie libraire.

Jean PRUVOST


  • Le courrier des auteurs : 10/01/2014

1) Qui êtes-vous ? !
Qui je suis ? Je ne sais pas. Un passeur de mots, souriant. Voilà ce que je voudrais représenter. Et que j'essaie d'être, en enseignant l'histoire de la langue française dans mon université, en donnant une chronique quotidienne sur les mots, en encourageant tous les travaux portant sur les dictionnaires dans mon laboratoire CNRS, en me sentant profondément laroussien, depuis Pierre Larousse dont la devise généreuse m'a toujours séduit : instruire pour tous.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
On sait par exemple tous sous quel signe astrologique on est né, quel que soit notre sentiment sur le sujet, mais sait-on ce que veut dire «capricorne», «verseau» ? Et d'où vient le nom du mois où l'on se trouve : «mai», «juin», «juillet» ? «octobre» qui n'est pourtant pas le huitième (octo) mois de l'année mais le dixième ? «Pâques», «Noël», mais d'où viennent ces mots ? Et la «bûche» de Noël ? Et le «salon» de l' «agriculture». Et mon ami «libraire» ?

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Impossible de choisir.

Alors j'en profite pour un hommage à ma grand-mère :

Puisque c'et aujourd'hui la fête des grands-mères (3 mars), célébrons-les avec ces quelques lignes de Francis Jourdain extraites Née en 1876 : «J'aimerais tenir dans mes mains la main de ma grand-mère,... et faire jouer sous on doigt les gosses viens qui saillaient sous la fine peau douce et jaune. Grand-mère disait : Qui voit ses veines, voit ses peines». Bonne fête, grands-mères !

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Une chanson de Jean Morzadec : «Comment leur dire».

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Des milliers de sourires. Avec pour truchement les mots pour faire oublier les maux.


Jean Pruvost au micro de Jean Morzadec


  • Les présentations des éditeurs : 28/09/2013

Jean Pruvost est tombé de très bonne heure dans une savoureuse marmite : celle des mots. Et il n'en est pas sorti indemne... Une douce et dévorante dépendance lexicale ne l'a, dès lors, plus quitté et l'a mené sur le chemin des dictionnaires auxquels il voue depuis un amour immodéré.

C'est donc au coeur des mots que ce passionné nous convie, pour nous faire partager leurs histoires, leurs saveurs, leurs secrets. Quels mots ? Ceux d'abord qui rythment notre calendrier, de mois en mois, et ceux cueillis au jour le jour, au gré de l'actualité, selon l'air du temps...

Janvier bien sûr ouvre l'année et entraîne à sa suite l'épiphanie, la galette et la fève... Février offre chandeleur, carême et carnaval... Avril, son poisson, son pollen, provoque quelques éternuements. Diverses fêtes nous mèneront de musique à livre, en passant par travail et muguet, sans oublier les rendez-vous de tennis, rugby, football ou handball. Vacances et pétanque, puis voici la rentrée, les vendanges et le Salon du chocolat ! Et l'année s'achève avec le traîneau du père Noël, ses guirlandes et ses cadeaux...

Que nous disent tous ces mots depuis leur naissance ? Quelles histoires et quels secrets recèlent-ils ? C'est tout cela que nous révèle Jean Pruvost, l'amoureux des mots.

Linguiste, Jean Pruvost est directeur du laboratoire CNRS LDI, consacré aux dictionnaires et à leur histoire, et directeur des Études de linguistique appliquée, à l'Université de Cergy-Pontoise. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et tient diverses chroniques de langue à la radio.


  • Les courts extraits de livres : 28/09/2013

Tout cela à cause d'une mobylette...

C'était en classe de seconde, il y a quelques décennies... Je savourais les cours de français avec des professeurs remarquables mais, en toute priorité, je caressais un rêve obsédant et particulièrement prosaïque : piloter une «mobylette»... J'avais travaillé, économisé, encore et encore, et la somme était enfin là, réunie, sur mon compte d'épargne. Hélas... j'avais un papa - la mode d'alors poussait à dire un «paternel» - si inquiet de voir son fils quelque peu turbulent sur un deux-roues motorisé, engin qu'il imaginait déjà profondément encastré dans un poids lourd, avec son fils unique ventilé dans le même temps sur la chaussée, «façon puzzle», que lui vint l'idée diaboliquement lumineuse d'assortir son autorisation d'un impossible contrat.

«Mon fils, me dit-il - on ne pouvait alors discuter l'injonction paternelle - tu n'auras mon autorisation d'achat que si, un an durant et chaque jour, tu... -j'entends encore cette liste énoncée à la manière d'un diktat -...tu me récites sans faille vingt mots anglais, vingt mots allemands, si tu écris une page de gammes sténographiques et fais crépiter un quart d'heure la machine à écrire - mon père était professeur de sténodactylographie - et, reprenant son souffle, si, par ailleurs, tu travailles pendant une demi-heure tes morceaux de clarinette - j'étais alors inscrit au conservatoire - et enfin si, je l'ajoute pour ta santé -j'étais effectivement blême à l'écoute de cette interminable liste - tu fais vingt minutes de gymnastique. Tu peux commencer dès demain et dans un an, jour pour jour, si tu ne faillis pas, tu pourras alors acheter ton vélomoteur.» La réflexion fut courte : j'acceptai. Il concocta sur le champ une feuille de contrat, à lui faire signer chaque soir. On ne transigeait pas avec le «paternel». Le défi était à relever : à quinze ans, j'étais bien décidé à atteindre mon objectif : une «mobylette»...

Un an plus tard, en classe de première donc, avec l'estime très perceptible de mon père, n'ayant pas escompté pareille obstination, j'enfourchais augustement ladite mobylette, que j'avais certes eu le temps de bien admirer chez le marchand de vélomoteurs sis sur la Place de l'Église, à Cusset, où j'étais lycéen. Comme il se devait, elle était bleue, «ma» mob, comme on disait. Eh bien, il faut me croire, certains jours, elle brille encore d'un bleu éclatant au fond de mon regard, celui de l'objectif atteint à force de travail entêté.

C'est à cette mobylette que je dois les quelques chroniques de langue ici offertes. Parce qu'en somme, quarante mots étrangers appris chaque jour, les sons des mots fidèlement retranscrits en sténographie, chaque lettre de chaque mot tapée drument sur les touches d'un clavier, les notes égrenées au fil des portées, avec quelques canards, tout cela m'a sans aucun doute fait plonger dans une marmite bien particulière, au coeur des mots et des signes qu'ils soient graphiques, sténographiques ou musicaux. On ne sort pas indemne de cet entraînement quotidien : la dépendance lexicale s'installe. Elle ne vous quitte plus, j'étais drogué des mots, je préfère dire amoureux : voilà la douce et furieuse maladie que j'ai alors contractée.

Cette maladie fut vivifiée en découvrant, en première année de Lettres, Apollinaire qui rimait avec dictionnaires. Puis, ce fut la rencontre avec un grand sorcier de la lexicographie, Bernard Quemada, qui fit d'emblée bouillir cette marmite, en me transmettant sur les bancs de l'université un amour immodéré des dictionnaires et de leur histoire. C'est ainsi que je décelais vers la trentaine une «dicopathie». Incurable, je le savais. Je n'eus qu'une solution, en faire mon métier, enseigner à l'université et, avec la plus grande perversité, contaminer le plus possible.

(...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia