Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La psychanalyse avec Wilfred R. Bion

Couverture du livre La psychanalyse avec Wilfred R. Bion

Auteur : François Lévy

Date de saisie : 28/09/2015

Genre : Psychologie, Psychanalyse

Editeur : Campagne première, Paris, France

Collection : Un parcours

Prix : 24.80 €

ISBN : 9782372060066

GENCOD : 9782372060066

Sorti le : 05/11/2014

  • Les présentations des éditeurs : 17/10/2015

Wilfred R. Bion (1897-1979) est un psychanalyste anglais qui a fait évoluer la façon de pratiquer et de penser l'expérience analytique. Pour lui, chaque cure doit favoriser, chez le patient comme chez l'analyste, un processus de croissance psychique. Il a profondément renouvelé l'approche de la dynamique des groupes, la clinique des psychoses, la conception de la genèse du psychisme et il a appuyé son travail sur des notions originales devenues célèbres : processus de liaison, transformations, fonction alpha, rêverie maternelle..., autant d'éléments que François Lévy expose clairement sans les dénaturer. Ainsi nous sont offerts des outils pour repenser la pratique psychanalytique.
Cet ouvrage, qui décrit tout autant les aspects classiques que les éléments moins connus des propositions innovantes de Bion, est une excellente présentation de l'oeuvre de ce grand clinicien et théoricien de la psychanalyse.

François Lévy, psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne (SPF), auteur d'un grand nombre d'articles et de la préface des Séminaires cliniques de Wilfred R. Bion, est responsable depuis plus de quinze ans d'un séminaire d'enseignement sur l'oeuvre de Bion, véritable lieu de réflexion et d'échange.


  • Les courts extraits de livres : 17/10/2015

Changements de perspective

Wilfred R. Bion est d'abord un penseur étonnant, déconcertant, déstabilisant, adepte de l'incertitude là où nous nous reposons volontiers habituellement sur nos conforts de pensée qui ont fait de nous, en quelque sorte, des garants de l'ordre établi. Mais Bion n'est pas un «agitateur» par plaisir, il l'est du fait de sa «tournure d'esprit», et c'est bien ce que nous espérons montrer.
Bion est aussi un penseur original, incité par sa forme d'esprit à aborder «tangentiellement» certaines questions et situations que d'autres attaquent de face. Parmi les mythes qui, par exemple, accompagnent les familiers de la psychanalyse - et le mythe d'Oedipe y occupe une place de choix -, il en est deux que Bion considère comme des appuis incontournables - le mythe du Jardin d'Éden, le mythe de la Tour de Babel -, et il existe des événements épiques - la mise au jour du cimetière royal d'Ur et l'épopée de la mort de Palinure - dont l'importance les a élevés au rang de quasi-mythes.
À propos du mythe d'Oedipe, Bion a écrit : «On peut dire du mythe d'Œdipe qu'il est l'instrument grâce auquel Freud a découvert la psychanalyse et de la psychanalyse qu'elle est l'instrument grâce auquel Freud a découvert le complexe d'Oedipe.» Reconnaissons qu'il s'est davantage intéressé au «personnage» et au mythe d'Oedipe qu'au complexe, établissant un parallèle entre un Oedipe devenu roi de Thèbes entièrement consacré à rechercher la vérité sur la mort de Laïos, quel qu'en soit le prix - et on sait à quel point il en vient à être élevé, malgré les tentatives menées par Tirésias de l'en dissuader -, et le psychanalyste tel qu'il risque, lui aussi, de n'être intéressé que par la mise au jour d'éléments refoulés ou clivés dans le discours de ses patients, sans mesurer le «risque» que représente un tel travail de «fouille».
Pour tout psychanalyste, le mythe d'Oedipe a une importance toute particulière dans la mesure où Freud, dans son auto-analyse, a rencontré «le sentiment amoureux pour la mère et la jalousie envers le père, et [qu'il] les considère maintenant comme un événement général de la prime enfance», ainsi qu'il le formule à Wilhelm Fliess, dans l'une de ses lettres les plus célèbres. «Chaque auditeur, ajoute-t-il, a été un jour en germe et en fantaisie cet Oedipe.» Mais, comme nous le verrons, Bion ne ménage pas ses réserves à l'égard de l'usage que fait Freud de ce mythe.
Les autres mythes ont, comme celui-ci, à voir avec des tentatives d'accès à des connaissances que les hommes ne possèdent pas... et auxquelles ils n'ont peut-être pas le droit d'avoir accès ! En ce sens, ils concernent ce qui se trouve à la base de l'épistémologie et de la découverte scientifique, c'est-à-dire la curiosité qui, en terme de morale, «constitue une faute». Dans la première version du mythe du Jardin d'Éden, par exemple, il est interdit de manger à l'Arbre de la Connaissance du bien et du mal. Une fois le commandement défié, la révélation de la désobéissance s'accompagne de culpabilité et de nudité. Le dénouement, comme pour Œdipe, en est le bannissement. Dans le mythe de la Tour de Babel, les hommes cherchent à atteindre le Ciel pour s'emparer de la connaissance qu'il est supposé contenir. «Là encore, écrit Bion, le dénouement en est l'exil [...], mais il est précédé d'une destruction du langage commun et d'une généralisation de la confusion qui rendent toute coopération impossible. [...] Un dieu, ou un destin, omniscient et omnipotent, [...] fait partie d'un système moral et semble hostile envers l'humanité et sa recherche de la connaissance, même morale.»


  • L’amour des livres, avec Bonnelecture.fr : 17/10/2015

Quelle place tiennent les livres dans votre vie ?
Là où j'ai grandi, en province, tout au long de mon adolescence - et encore aujourd'hui, quand l'occasion se présente -, une belle femme libraire m'a accueilli et fourni, dans le sous-sol tapissé de livres de sa librairie, le refuge dont j'avais besoin contre le désespoir, et le regard que je continue de porter sur et dans les livres dont je me suis entouré à Paris, où je vis désormais, me procure une part de la nourriture qui alimente ce que j'écris et publie actuellement, et sur ce que je projette de transmettre au travers des livres à venir.


  • Le mot préféré de l'auteur, avec LesMotsDesLivres.com : 17/10/2015

«Transformation» par François Lévy
Dans le meilleur des cas, une expérience psychanalytique réussie permet d'opérer une (des) transformation(s), chez l'analyste comme chez le patient, qui doivent sortir remaniés de cette expérience.
Le terme de transformation renvoie à ce qui résulte du travail effectué par la fonction alpha, premier mécanisme à se mettre en place entre le nourrisson et sa mère, dans l'espace intermédiaire qui les relie et les sépare, et à favoriser la tolérance de la frustration liée inévitablement à l'inadéquation de la réponse maternelle à l'attente du nourrisson.
Les dommages causés par le ratage de cette forme primitive de communication et d'échanges produisent des distorsions des mécanismes de la pensée - identification projective, clivages - liés à ces «mécompréhensions» (misunderstandings) originaires, distorsions que l'on retrouve chez les patients atteints de «troubles de la pensée» (patients schizophrènes et patients chez lesquels la partie psychotique de la personnalité en est venue à occuper une place prépondérante dans les échanges). Ce sont ces patients qui se présentent à nous avec des troubles hérités de l'impossibilité qui a été la leur de supporter la frustration nécessaire au développement de la pensée et, par voie de conséquence, de l'appareil permettant de penser la (les) pensée(s).
Selon Bion, en effet, le dispositif psychanalytique - le cadre -, déjà mis en place par Freud, permet de ré-installer le tandem originel, au sein duquel le vécu de frustration a empêché l'établissement d'une compréhension réciproque suffisante pour permettre un développement convenable de la pensée et de l'appareil à penser, quoique d'une façon différente, entre un patient et un analyste attentif à l'établissement de ce type de relation.
La différence subsiste cependant entre les protagonistes, puisque ni l'un ni l'autre ne partagent le même «référentiel» - ils n'ont aucun vécu commun -, mais c'est autant un handicap qu'une chance, étant donné le ratage du lien originel et l'attention de l'analyste aux éléments qui entrent en ligne de compte dans la composition de la relation.


Copyright : lechoixdeslibraires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia