Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Kamel Daoud

conquiert sa liberté par et dans l'écriture.

Vivian Gornick

est une véritable icône en Amérique

Geneviève Brisac

raconte plusieurs vies dans les tragédies du siècle dernier.

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Michel Onfray

partage le plaisir d'augmenter le savoir

Catherine Locandro

partage le plaisir des mots

Juliet Nicolson

interroge la notion de filiation

Imre Kertész

Imre Kertész vécut l'écriture comme un acte existentiel et personnel,

Philippe de Pierpont et Eric Lambé

viennent de remporter le Fauve d'Or du 44e festival d'Angoulême

Yves Bigot

raconte son amour de la chanson

Gérald Tenenbaum

est un regard

Simona Sora

est une critique littéraire reconnue en Roumanie

Monique Bacchetta

présente les écrits mandéens

Frédéric Dard

sut marier grâce et grossièreté

Marc Lambron

a été élu à l'Académie française en 2014.

Julia Kerninon

a toujours voulu être écrivain

Thierry Frémaux

est un enfant des Minguettes

La poétesse Eleni Sikelianos

a une grand-mère pas comme les autres

François Busnel

est le journaliste préféré des libraires

Jean-Claude Lalumière

habite chez son chat, désormais

Olivier TRUC

vit à Stockholm où il est le correspondant du Monde

Pascal Quignard

raconte la naissance de notre langue

Marina Skalova

aime la poésie, le théâtre, et le thé noir.

Françoise Chandernagor

partage le bonheur de découvrir les poétesses inconnues

L'écossais Peter May

vit dans le Lot. il a conquis le monde entier.

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

Marie Darrieussecq

rend très bien l'urgence de se donner à la création.

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

François Mitterrand

accueille Anubis

Daniel Arsand

recompose une langue pour dire la rage et la tristesse

Marie Darrieussecq

publie sa première biographie en langue française

François Bégaudeau

aimerait partager quelques sourires.

Mathieu Lindon

explore ses oublis

Stéphanie Dupays

signe un premier roman mordant sur le monde du travail

Bertrand Dicale

explore les cultures populaires

Ta-Nehisi Coates

est placé dans la lignée de l'écrivain noir américain James Baldwin.

René Depestre

À plus de 90 ans, anime une langue virevoltante et vivifiante (Librairie LA BUISSONNIÈRE à YVETOT)

Benoît Bonnemaison-Fitte

(ou Bonnefrite, ou Bonfrit, c'est selon l'humeur) est un drôle de gus.

Annick de Giry

est historienne de l'art, auteur pour la jeunesse et passionnée de voyages.

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

L'écrivain Emmanuel Carrère

ne s'efface jamais derrière le journaliste

François Garcia

est médecin, il vit et exerce à Bordeaux

James Lee Burke

est le maître du roman noir américain

Michka Assayas

a tous les talents

Mathieu Laine

enseigne la philosophie politique

Matthias Lehmann

conte l'enfance d'un garçon travesti en fille

Vladimir Vertlib

écrit là un grand roman russe, énergique, fascinant

Lyonel Trouillot

raconte l'âme haïtienne sous le signe de la beauté fulgurante des mots

Cécile Ladjali

d'origine iranienne, est agrégée de lettres modernes

Catherine Koleda

relate la famine planifiée par Staline
(voir Libération) :
http://comite-ukraine.blogs.liberation.fr/2016/01/18/un-livre-decouvrir-litineraire-dun-survivant-du-stalinisme-en-ukraine/

Patrick Rambaud

a toujours vécu entre les livres

Bertrand de La Vaissière

enfant, n'aimait pas les livres

Marc Vella

parcourt le monde avec son piano à queue

Charles King

évoque la naissance de l'Istanbul moderne évoque la naissance de l'Istanbul moderne à travers la vie d'un palace

Nelly Kaprièlian

enquête sur le destin d'une actrice

Franck Courtès

enfant, adorait l'acte d'écrire

Julie Ewa

est une vraie grand-mère...

Philippe Rahmy

s'abandonne au mouvement de l'écriture

Anaïs Ginori

raconte le destin du kiosquier de Charlie

Céline Curiol

cherche l'empreinte des lieux

Richard Flanagan

est un virtuose

Philippe Claudel

admire «la force qu'ont les hommes de ­durer»

Sempé et Marc Lecarpentier

apprécient l'amitié délicate et patiente

Patrick Lapeyre

évoque la possibilité d'un nouvel amour

Jean-Baptiste Charcot

donne en 1903 le signal de l'aventure française en Antarctique

Fra Angelico

initie le courant des peintres dits «de la lumière»

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Jean-Paul Didierlaurent

est gâteux

Emmanuelle Pirotte

est ovationnée par les libraires et la presse (dont François Busnel)

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Céline Delavaux

présente une dizaine d'objets qui ont conquis le monde

Véronique Ovaldé

invite les parents et les enfants à ne pas avoir peur

Paul Bocuse

habille les poulets

Christine Van Acker

est drôle sans être méchante, caustique sans être cynique (Jérôme Garcin)

Christophe Quillien

est un aviateur sans boussole (et sans avion)

Muriel Barbery

raconte son chat

Annie Degroote

est native des Flandres françaises

Cassandra O'Donnell

passe des heures à discuter avec les libraires

Raymond Carver

fut élevé au rang des plus grands écrivains du siècle dernier

Jean-Paul Didierlaurent

est un faiseur d'histoires atteint de gâtisme

Hubert Haddad

pousse la fiction-vérité dans ses ultimes retranchements

Odile Verschoot

Rédige en nageant, écrit en séchant

Yann Queffélec

porte ce livre, comme un chagrin secret

Pablo Iglesias

observe les leçons politiques de Game of thrones

Claude Lorius

a quatre-vingt-trois ans. Il est glaciologue

Thierry Cazals

aime les promenades non balisées, les sentiers secrets, les chemins de traverse

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Mathias Enard

explore l'orientalisme

Daniel Lacotte

est écriveur

William Giraldi

est traduit par Mathilde Bach

Jérémie et Stéphanie Gicquel

ont une passion pour le froid polaire

Yann Queffélec

remue le couteau dans la plaie

Le Paris de Nicolas d' Estienne d'Orves

est un rêve intime, un monde secret, une parenthèse enchantée.

Arnaldur Indridason

est né à Reykjavik en 1961

Peter Heller

épouse l'action, la fureur, la poésie

Didier Daeninckx

raconte un beau souvenir de librairie (voir ses réponses au questionnaire décalé)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Diane Meur

réinvente brillamment le genre de la saga...

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Anne Poiré et Patrick Guallino

aiment les chats et la bonne humeur...

Frédéric Couderc

salue la force et la bienveillance de Nelson Mandela

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Aki Shimazaki

née au Japon, vit à Montréal...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Fanny Chiarello

est lauréate du Prix Orange du Livre 2015...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Arnaldur Indridason

dépasse le thriller...

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Cécile Huguenin

est une nomade...

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

ZEP :

Le trait du dessinateur est comme sa voix...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Les événements

Couverture du livre Les événements

Auteur : Jean Rolin

Date de saisie : 27/05/2015

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : POL, Paris, France

Collection : Fiction

Prix : 15.00 €

ISBN : 9782818021750

GENCOD : 9782818021750

Sorti le : 31/12/2014

D'entrée, Jean Rolin nous conduit à contresens. Le narrateur chargé d'une mission est amené à traverser une France en guerre civile, dans laquelle s'affrontent diverses factions plus ou moins extrémistes et de diverses confessions, sous la protection d'une Finuf curieusement composée de ghanéens et finlandais qui se demandent bien ce qu'ils font là...

Il s'agit plus d'une flânerie géographique nord-sud, dans les marges, les friches urbaines désertées, les à côtés d'une guerre croisant des personnages fort drôles d'ailleurs, combattants vêtus de robes de mariée, humanitaires soucieuses de la protection des animaux domestiques en cas de conflit ou barrage fantaisiste tenu par des motards affublés de masques Halloween. La nature, omniprésente, n'échappe pas au regard poète d'une extrême acuité de l'auteur comme pour nous assurer de la permanence et du renouveau des choses, dans un univers dévasté tout comme «l'activité humaine se poursuit ou reprend, presque comme si de rien n'était»...

Un style toujours élégant, bucolique mais sans naïveté et plein d'humour pour un remarquable roman !


Moins spectaculaire que le livre de Houellebecq qui monopolise l'attention, le nouveau roman de Jean Rolin a de quoi susciter notre admiration. C'est l'avantage des très bons écrivains : où qu'ils vous emmènent, vous les suivez, sans vous poser de questions, aimantés par leurs phrases, détournés de votre petit univers par la lente construction du leur, subjugués par les images qu'ils évoquent.

Jean Rolin possède ce don précieux dans la littérature contemporaine française, le voyage intérieur qui constitue son oeuvre peut nous trimballer à l'autre bout de la planète ou de l'autre côté du périphérique parisien qu'on retrouve à chaque fois ce magnétisme qui oscille entre ironie et précision réaliste.

Après Ormuz et son nageur intranquille, retour en France avec Les Événements, roman d'anticipation sans effets spéciaux qui nous plonge dans une guerre voire une sorte d'après-guerre, de statu quo, après de sérieux combats qui ont mis aux prises des factions, des milices, acteurs d'une guerre civile que des casques bleus (la FINUF...) tentent mollement de circonscrire.
Le narrateur de l'histoire est plutôt du côté des héros pâles que des vedettes, il a tiré son épingle du jeu en se contentant de traverser le conflit grâce à sa proximité avec un chef de guerre, Brenneke, auquel le lie une trouble histoire qu'il nous faudra difficilement reconstituer. Quand le livre commence il n'a qu'une envie, fuir Paris, capitale livrée au pillage, grâce à sa Toyota assez moche et du carburant qu'il espère suffisant pour gagner le sud. Avec lui nous allons traverser la ville déserte, sa périphérie trop silencieuse puis le pays que se partagent des bandes ou des milices dont le pouvoir tient parfois seulement à la présence d'un pont. Tout est calme, en apparence, on est dans un après qui n'a rien fixé de façon certaine, les lignes bougent, le futur paraît un bien grand mot. La débrouille tient lieu de viatique.
Au milieu de cette calme apocalypse dont nous ne saurons jamais les causes réelles car on n'est pas dans un bavard roman d'anticipation à la Houellebecq (voir le prochain Soumission qui ne manque pas de longs paragraphes d'histoires et de théories pour expliquer comment on a pu arriver à élire un président islamiste), l'homme se déplace, retrouve une femme aimée qui disparaît après lui avoir confié la mission de retrouver son fils (peut-être aussi le sien ?), la boussole dirigée vers la Méditerranée où rien ne va tellement mieux (on se bat dans Marseille divisée en zones).

Tout cela ne semble néanmoins qu'un fallacieux et étrange prétexte : le charme incontestable du livre n'émane pas de ses péripéties mais du regard que le héros porte sur ce qui l'entoure, la nature, les objets, les êtres, les paysages, les infimes détails, les odeurs et senteurs, les routes décrites avec un soin maniaque comme si nous pouvions du doigt reconstituer l'exact parcours du fuyard. Et cette manière de faire parler le silence qui suit les bruits formidables d'une guerre dont nous ignorerons les événements.

Rolin nous installe ainsi dans une atmosphère qui tiendrait à la fois du récit de grand voyageur attentif et du roman d'anticipation sans enjeu. Car on sent bien que l'histoire pourrait comme cela s'étirer au gré des déambulations d'un homme revenu de tout et convaincu que désormais et pour longtemps l'incertitude du sort des uns et des autres sera la nouvelle condition humaine.
Les Événements ont eu lieu, la littérature peut commencer, et avec Jean Rolin c'est une fois encore une expérience terriblement séduisante.


  • Les présentations des éditeurs : 16/12/2014

Les Événements est le récit d'une traversée de la France dans le contexte d'une guerre civile dont les enjeux, pas plus que les causes, ne seront précisés. Il ne s'agit aucunement, en effet, d'un ouvrage de prospective ou de politique-fiction, mais d'une tentative de description d'un pays «normal» (comme son actuel président), soudainement confronté à la violence, à la destruction, à la pénurie, et plus généralement à une perturbation massive de ses habitudes et de son mode de vie. De telles choses arrivent, y compris dans le contexte de pays européens et relativement «développés» : elles se sont produites il y a une vingtaine d'années dans l'ex-Yougoslavie, elles se produisent de nos jours en Ukraine.
C'est surtout aux traces de ces changements dans le paysage, urbain ou rural, que s'attache le récit, fait alternativement à la première personne par «le narrateur» - celui qui traverse la France, d'abord au volant d'une voiture menaçant ruine, puis, pour finir, à pied - et à la troisième personne par un commentateur non-identifié des tribulations du précédent.
Cette traversée de la France, de Paris à Port-de-Bouc via la Beauce, la Sologne et l'Auvergne, se déroule entre la fin de l'hiver et le solstice d'été : car s'il s'agit, à certains égards, d'un récit de guerre (d'ailleurs plutôt burlesque que tragique), il s'agit aussi d'une description des variations qu'entraîne dans le paysage le cycle des saisons.

Né en 1949 à Boulogne-Billancourt, Jean Rolin a passé son enfance entre la Bretagne et le Sénégal. Son oeuvre, qui se construit ici et ailleurs, fait alterner romans et récits. Il a publié une vingtaine d'ouvrages, dont L'Organisation (Gallimard, prix Médicis 1996), L'Explosion de la durite (2007) et Un chien mort après lui (2009), tous deux chez POL.



  • La revue de presse Grégoire Leménager - L'Obs du 22 janvier 2015

Dans «les Événements» contés par Rolin, on y est d'emblée, dans la guerre civile. Paris ressemble à un champ de bataille, avec «voitures détruites», «militaires en treillis» et «barrage filtrant en travers du boulevard Saint-Michel». Le narrateur, lui, doit remettre un colis au chef d'une milice nationaliste. Il fuit vers le sud au volant d'une vieille «Toyota assez moche» (une première chez Jean Rolin, qui n'a pas plus le permis de conduire que ses personnages habituels). Son épopée, qui réussit le tour de force d'être aussi flippante que burlesque, le conduit à traverser le chaos...
Aucun topo didactique pour nous éclairer sur le hors-champ, aucun scénario de politique-fiction élaboré comme chez Houellebecq. Au contraire, un principe d'incertitude généralisé, qui guide l'écriture à chacun de ses niveaux. C'est sa limite, diront ceux qui pensent encore que tout peut et doit s'expliquer en ce bas-monde. C'est en fait là que Rolin est très fort, là qu'il montre comme le réel sait être absurde, là qu'il offre une expérience de lecture unique. On voit, on sent, on touche tout ce que son personnage, dépassé par les événements, voit, sent, touche. Et on n'y comprend rien, comme dans toute guerre civile digne de ce nom.


  • La revue de presse Emmanuel Hecht - L'Express, janvier 2015

Jean Rolin déroule la trame ténue des Evénements dans une France à feu et à sang. À coup sûr, le roman le plus drôle et le plus tragique de la rentrée. Le roman de Jean Rolin démarre comme la scène d'anthologie de Bullitt (1968), le thriller de Peter Yates, où Steve McQueen poursuit en Ford Mustang deux types peu amènes.
es seigneurs de la guerre se partagent le territoire. Les milices sont d'extrême gauche, d'extrême droite, ou islamiques, à l'image du Hezb, clin d'oeil à l'armée chiite libanaise. Des militaires en treillis occupent la place du Châtelet, à Paris...
L'écriture est précieuse à force de pointillisme et l'understatement est la règle, comme si l'usage d'un ton décent permettait de décrire l'horreur du monde en s'esclaffant. Oui, Les Evénements est le roman le plus drôle et le plus tragique de la rentrée. Grâce à Jean Rolin, ah Dieu, que la guerre civile est jolie !


  • La revue de presse Jean-Claude Lebrun - L'Humanité du 22 janvier 2015

La réussite de cette nouvelle entreprise romanesque tient précisément à sa manière de dire les « événements »  : en s'attachant à leurs conséquences multiples pour en viser le coeur. Avec au fil du récit des références, des allusions et des clins d'oeil qui renvoient à d'autres guerres, pendant le XXe siècle, donnant tout son relief à ce singulier tableau.


  • La revue de presse Elisabeth Franck-Dumas - Libération du 22 janvier 2015

Peut-on lire le dernier livre de Jean Rolin en faisant abstraction des événements des semaines passées ? Assez facilement, somme toute. Et cela, même si les Evénements, titre lourd de référents et sous-entendus historiques, met en scène une France contemporaine tiraillée par la guerre civile, où deux des nombreuses factions s'affrontant, puis formant une alliance de circonstance, sont les «Zuzus» ou unitaires nationalistes («voire fascisants»), et le «Hezb», parti islamiste dit «modéré»...
Et pourtant, il faudrait le tordre en tous sens, ce livre, et même aujourd'hui, pour le dire annonciateur de quoi que ce soit, tant la prose de Rolin y est, comme à son habitude, tout occupée à décrire les marges, avançant dans une sorte d'apesanteur la détachant de son contexte, alors même que ses phrases s'attachent à décrire, avec cette minutie exhaustive qu'on lui connaît, la géographie traversée par son narrateur. Pas un élément de faune ou de flore locale, pas un prunellier en fleurs, pas une note de mésange charbonnière de cette France en guerre ne lui échappe...
Tout est amorti dans les Evénements, y compris l'impact des balles. Le livre semble suspendu entre deux eaux, énonçant un mode d'existence, une manière d'être en guerre (et de s'en détacher) empreinte de mélancolie.


  • La revue de presse Raphaëlle Leyris - Le Monde du 8 janvier 2015

Ceci n'est pas une fable politique ou un roman d'anticipation à vocation ou prétention prophétique. Le lecteur ne saura rien des raisons pour lesquelles la France du proche futur où se situe Les Evénements, de Jean Rolin, a sombré dans la guerre ­civile, opposant nombre de milices et poussant le gouvernement à s'établir sur l'île de Noirmoutier...
Ancien grand reporter (nombre de ses articles sont réunis dans L'Homme qui a vu l'ours, POL, 2008), qui arpenta tous les conflits de la planète pendant vingt ans et fut très marqué par celui survenu en ex-Yougoslavie, dans un pays si proche, à tous points de vue, de la France, Jean Rolin avait déjà imaginé cette situation de guerre dans la France contemporaine et en avait fait un court texte, «Cherbourg-est/Cherbourg ouest» (Dingos, Patrimoine, 2002). Plus abouti, Les Evénements transpose de la même manière des situations vécues ailleurs dans des endroits qui semblent aussi peu destinés aujourd'hui à abriter des batailles que Chilly-Mazarin, «le confluent de la Chalouette et de la Juine», le Livradois-Forez, la nationale 580... Sa phrase limpide et longue peut en même temps dire la désolation et pointer la burlesque bizarrerie du monde ; elle mélange la mélancolie et l'amère ironie...
Mais si Les Evénements offre un épatant exemple de reportage-fiction, il est, aussi, une méditation inquiète sur l'impermanence des choses.


  • La revue de presse Nathalie Crom - Télérama du 7 janvier 2015

La France se déchire et le narrateur tient son journal de guerre. On ne saura pas ce qui l'a conduit là. Mais on le suit dans sa dérive, rêveuse et inspirée...
Mieux vaut le préciser dès maintenant, avant que surgissent les interprétations hâtives : Jean Rolin n'est pas un oracle, un romancier plus ou moins revendiqué prophète ou visionnaire, dont l'anxiété face à un avenir incertain et ressenti comme lourd de menaces sécréterait des fables anticipatrices. Non, Jean Rolin est plutôt du côté des rêveurs. Résolument, depuis longtemps, par nature. De livre en livre, de façon tout ensemble cocasse et hautement mélancolique, c'est toujours sur l'Histoire, le destin individuel et collectif des hommes qu'il médite - sur la Chute, sur les ruines, sur un présent désenchanté, comme effondré et essoré de toute utopie.


  • Les courts extraits de livres : 16/12/2014

C'était un des petits plaisirs ménagés par la guerre, à sa périphérie, que de pouvoir emprunter le boulevard de Sébastopol pied au plancher, à contresens et sur toute sa longueur. En dépit de la vitesse élevée que je parvins à maintenir sans interruption, entre les parages de la gare de l'Est et la place du Châtelet, j'entendais éclater ou crisser sous mes pneus tous les menus débris que les combats avaient éparpillés : verre brisé, matériaux de construction hachés en petits morceaux, branchettes de platane, boîtes de bière ou étuis de munitions. Ici et là se voyaient également quelques voitures détruites, parmi d'autres dégâts plus massifs. Sur le terre-plein central de la place du Châtelet, à côté de la fontaine, des militaires en treillis, mais désarmés, en application des clauses du cessez-le-feu, montaient la garde, ou plutôt allaient et venaient, autour de l'épave calcinée d'un véhicule blindé de transport de troupes. D'autres militaires, qui me firent signe de passer, avaient établi un barrage filtrant en travers du boulevard du Palais, puis, de nouveau, à l'entrée du boulevard Saint-Michel. Plus loin, devant le lycée Saint-Louis, dont le bâtiment principal était éventré sur près de la moitié de sa hauteur, des gravats et du mobilier scolaire étaient amoncelés, à demi consumés et parcourus encore par quelques flammèches. Au niveau du carrefour de Port-Royal - où la guerre n'était représentée que par cette statue du maréchal Ney qui le montre le sabre érigé, coiffé de son bicorne et conduisant une charge virtuelle -, j'ai dû ralentir pour éviter un chien, tout d'abord, puis les deux types qui s'étaient lancés à sa poursuite, et dont l'un, le plus rapproché de l'animal, brandissait ce qui me parut être une broche de rôtissoire.

Cela faisait plusieurs jours que je guettais le moment favorable pour sortir de Paris et m'en éloigner vers le sud. Grâce aux hommes de Brennecke, qui en contrepartie m'avaient chargé d'un colis à lui remettre, et dont je présumais qu'il contenait des médicaments nécessaires à son traitement, je disposais d'assez de carburant pour me rendre au moins jusqu'à Clermont-Ferrand, et peut-être au-delà. Mes papiers étaient en règle, dans la mesure où une telle notion avait encore un sens, et je m'étais procuré dans les ruines d'un supermarché, curieusement ignorées par les pillards, suffisamment de vivres pour tenir une semaine ou deux, même si les emballages de ceux-ci (les vivres) affichaient pour certains une date de péremption largement dépassée. (...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia