Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Jean Pruvost

enchante les media

Thierry Hesse

signe une confession captivante

Éric Neuhoff

fait entendre la petite musique du coeur

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Anne Sinclair

cherche la boussole

Stéphane Pair

est journaliste à France Info (Radio France)

Niiia Weijers

a étudié la littérature à Amsterdam et à Dublin.

Karin Kalisa

a vécu à Hambourg, Tokyo et Vienne avant de s'installer à Berlin

Victor del Árbol

a été séminariste, policier, garde du corps

La famille Standjofski

est un méli-mélo de racines européennes

Nicolas Tackian

Il notamment créé avec Franck Thilliez la série ALEX HUGO pour France 2

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Régine Detambel

prend soin de nous, comme les livres

Christian Oster

Prix Médicis 1999, nous enchante à nouveau

Kamel Daoud

conquiert sa liberté par et dans l'écriture.

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Imre Kertész

Imre Kertész vécut l'écriture comme un acte existentiel et personnel,

Simona Sora

est une critique littéraire reconnue en Roumanie

Monique Bacchetta

présente les écrits mandéens

Frédéric Dard

sut marier grâce et grossièreté

Julia Kerninon

a toujours voulu être écrivain

François Busnel

est le journaliste préféré des libraires

Françoise Chandernagor

partage le bonheur de découvrir les poétesses inconnues

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Bertrand Dicale

explore les cultures populaires

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Nelly Kaprièlian

enquête sur le destin d'une actrice

Philippe Claudel

admire «la force qu'ont les hommes de ­durer»

Sempé et Marc Lecarpentier

apprécient l'amitié délicate et patiente

Fra Angelico

initie le courant des peintres dits «de la lumière»

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Jean-Paul Didierlaurent

est gâteux

Emmanuelle Pirotte

est ovationnée par les libraires et la presse (dont François Busnel)

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Céline Delavaux

présente une dizaine d'objets qui ont conquis le monde

Véronique Ovaldé

invite les parents et les enfants à ne pas avoir peur

Paul Bocuse

habille les poulets

Christine Van Acker

est drôle sans être méchante, caustique sans être cynique (Jérôme Garcin)

Christophe Quillien

est un aviateur sans boussole (et sans avion)

Muriel Barbery

raconte son chat

Annie Degroote

est native des Flandres françaises

Cassandra O'Donnell

passe des heures à discuter avec les libraires

Raymond Carver

fut élevé au rang des plus grands écrivains du siècle dernier

Jean-Paul Didierlaurent

est un faiseur d'histoires atteint de gâtisme

Hubert Haddad

pousse la fiction-vérité dans ses ultimes retranchements

Odile Verschoot

Rédige en nageant, écrit en séchant

Yann Queffélec

porte ce livre, comme un chagrin secret

Pablo Iglesias

observe les leçons politiques de Game of thrones

Claude Lorius

a quatre-vingt-trois ans. Il est glaciologue

Thierry Cazals

aime les promenades non balisées, les sentiers secrets, les chemins de traverse

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Mathias Enard

explore l'orientalisme

Daniel Lacotte

est écriveur

William Giraldi

est traduit par Mathilde Bach

Jérémie et Stéphanie Gicquel

ont une passion pour le froid polaire

Yann Queffélec

remue le couteau dans la plaie

Le Paris de Nicolas d' Estienne d'Orves

est un rêve intime, un monde secret, une parenthèse enchantée.

Arnaldur Indridason

est né à Reykjavik en 1961

Peter Heller

épouse l'action, la fureur, la poésie

Didier Daeninckx

raconte un beau souvenir de librairie (voir ses réponses au questionnaire décalé)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Diane Meur

réinvente brillamment le genre de la saga...

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Anne Poiré et Patrick Guallino

aiment les chats et la bonne humeur...

Frédéric Couderc

salue la force et la bienveillance de Nelson Mandela

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Aki Shimazaki

née au Japon, vit à Montréal...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Fanny Chiarello

est lauréate du Prix Orange du Livre 2015...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Arnaldur Indridason

dépasse le thriller...

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Cécile Huguenin

est une nomade...

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

ZEP :

Le trait du dessinateur est comme sa voix...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Aucun homme ni dieu

Couverture du livre Aucun homme ni dieu

Auteur : William Giraldi

Traducteur : Mathilde Bach

Date de saisie : 27/01/2015

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Autrement, Paris, France

Collection : Littératures

Prix : 19.00 €

ISBN : 978-2-7467-3968-0

GENCOD : 9782746739680

Sorti le : 07/01/2015

L'Alaska est une contrée fascinante : espace sauvage par excellence, où la nature a conservé tous ses droits, espace reculé, soumis à ses propres règles. Keelut est un village aux confins de l'Alaska, accessible uniquement par de mauvais chemins, disparaissant sous la neige l'hiver. Cet hiver, particulièrement terrible, qui a fait descendre les loups de leur territoire. Ces loups, affamés, ont enlevé trois enfants. Parmi eux, Bailey, le fils de Vernon et Medora Slone. La mère, effondrée, décide de faire appel à un spécialiste des loups afin qu'il retrouve les os de son fils. Elle ne supporte pas l'idée de ne rien avoir à montrer à son mari lorsqu'il reviendra du front, de ne rien avoir à enterrer ! C'est ainsi que Russell Core débarque dans ce village si spécial, pour tenter de découvrir ce qui est arrivé à l'enfant. Mais parmi tous les animaux, ce n'est sans doute pas le loup le plus dangereux...
Ce roman noir à l'intrigue palpitante est aussi un roman psychologique sur les rapports que les hommes entretiennent avec la nature, les animaux et leurs pairs... William Giraldi crée une atmosphère pesante, froide et sombre, dont le lecteur ne ressort qu'avec peine. C'est un roman passionnant, un roman dérangeant, un roman impitoyable ! A lire de toute urgence !


Dans le petit village de Keelut, aux confins de l'Alaska, plusieurs disparitions d'enfants sont signalées. On les attribue à des loups que la faim aurait attirés là où vivent les hommes. Russell Core, spécialiste du loup, arrive à Keenut avec, en poche, la lettre que lui a écrite Medora, dont le jeune fils a disparu récemment.
Core va s'enfoncer dans les paysages désertiques et glacés de la toundra, à la poursuite de la meute, mais la vérité qu'il découvrira n'aura rien à voir avec ce qu'il aurait pu imaginer.
Un premier roman saisissant, violent autant que poétique, envoûtant, une véritable révélation.


Un village d'Alaska. Médora pleure son enfant qui vient d'être enlevé par un loup. C'est le troisième enfant victime des loups affamés. La jeune femme fait appel à Russel Core, un homme ayant vécu au contact d'une meute quelques années auparavant, devenu spécialiste de l'animal. "Aucun homme ni dieu" est un roman aussi passionnant qu'original. Il nous plonge dans une ambiance singulière, au contact du froid et de la neige, de la nature sauvage, des loups et des hommes. La vérité se dévoile au fil des pages de façon inattendue, dans un texte fort et rythmé, au suspense saisissant et à l'ambiance envoutante !


  • Le courrier des auteurs : 31/10/2015

1) Qui êtes-vous ? !
Je m'appelle Mathilde Bach, je suis la traductrice d'Aucun homme ni dieu, de William Giraldi. J'ai un point en commun avec l'auteur : c'est notre premier livre publié en France.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
L'irréductible part d'ombre des hommes, le loup tapi en chacun.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Une fois que vous aurez barré la route aux loups, alors il faudra la barrer aux bêtes qui hantent les esprits des hommes damnés, et aux hommes qui se damnent eux-mêmes jusqu'à devenir des bêtes, vous savez faire ça ?»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
L'album In the silence, de Asgeir, un jeune Islandais de 21 ans, l'île où il a grandi est à peine plus grande qu'un rocher, et l'homme qui écrit ses paroles est son père de 74 ans, un grand poète islandais.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
L'écriture intense, hypnotique, pleine d'ombres de ce livre, la poésie entre chaque ligne, comme un interstice de lumière.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Traduire, ce n'est pas écrire, pas tout à fait, c'est peut-être plus studieux. Du silence, de la concentration, le vide autour et même en soi pour disparaître au profit de l'auteur, ne plus être qu'un porte-voix.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
Contrairement à ce qu'on croirait d'après la réponse précédente, il faut de l'inspiration pour traduire. Mais il n'y a pas de mystère sur sa source. Ce qui inspire, c'est le livre à traduire, l'auteur.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescente «un jour j'écrirai des livres» ?
Depuis que je me pose la question de ce que je veux faire dans la vie, la réponse a toujours été, des livres. J'ai été éditrice, je suis traductrice, je suis de plus en plus près de l'écriture, et de plus en plus proche de la chair des livres. Et cela ne doit rien au hasard.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ?
L'écume des jours, de Boris Vian. Capitale de la douleur, de Paul Éluard. Annie Ernaux.

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
À mettre des mots sur des rêves. À rêver le réel. À le réinventer. À l'accepter.


  • Les présentations des éditeurs : 31/10/2015

«Le premier enfant disparut alors qu'il tirait sa luge sur les hauteurs du village. Sans un bruit - nul cri, d'homme ou de loup, pour témoin.»
Quand Russell Core arrive dans le village de Keelut, la lettre de Medora Slone soigneusement pliée dans la poche de sa veste, il se sent épié. Dans la cabane des Slone, il écoute l'histoire de Medora : les loups descendus des collines, la disparition de son fils unique, la rage et l'impuissance. Aux premières lueurs de l'aube, Core s'enfonce dans la toundra glacée à la poursuite de la meute.
Aucun homme ni dieu nous entraîne aux confins de l'Alaska, dans cette immensité blanche où chaque corps qui tombe, chaque cri, semble absorbé par la splendeur silencieuse de la nature. Un roman envoûtant, poétique, inoubliable.

«Épique, implacable et magnifiquement maîtrisé.»
Dennis Lehane

William Giraldi est né en 1974 dans le Connecticut. Il enseigne à l'Université de Boston et écrit pour The New York Times Book Review et The New Republic. Aucun homme ni dieu, son deuxième roman, marque son entrée sur la scène littéraire française.



  • La revue de presse Laëtitia Favro - Le Journal du Dimanche du 18 janvier 2015

Dans son deuxième roman Aucun homme ni dieu, l'écrivain américain William Giraldi, traduit pour la première fois en français, suit son héros au coeur des paysages de l'Alaska...
Aucun homme ni dieu ressemble d'abord à un appel, une invitation à suivre son héros, improvisé détective, dans l'immensité blanche des paysages d'Alaska, avant de verser dans le polar avec la découverte de l'innommable, des lois naturelles dans ce qu'elles représentent de plus primitif et de plus cruel. Le lecteur comprend néanmoins dès les premières pages que ce récit ne s'apparentera en rien aux enquêtes dont il a l'habitude, et l'entraînera loin, très loin des repères propres à nos civilisations, vers une rencontre de l'homme avec l'animal. Sans verser dans le traité d'écologie, ce roman peut également se lire comme une condamnation de l'influence mortifère de l'homme sur la nature, des dérèglements qu'elle engendre et qui se retourne en dernier lieu contre lui, légitime vengeance.


  • La revue de presse Christine Ferniot - Télérama du 7 janvier 2015

Le premier roman traduit de l'Américain William Giraldi est une oeuvre en perpétuelle métamorphose...
Mais la force essentielle de ce roman est dans son rythme obsédant : celui du marcheur entêté qui se bat contre les éléments. Il avance d'un même pas vers une vérité qui change sans cesse, soumise aux événements, aux masques que chacun porte à son tour, mi-homme, mi-bête...
Primitif, bestial, lyrique, Aucun homme ni dieu est une inoubliable épopée blanche.


  • Les courts extraits de livres : 31/10/2015

Les loups descendirent des collines et prirent les enfants de Keelut. Le premier enfant disparut alors qu'il tirait sa luge sur les hauteurs du village. La semaine suivante, une autre fut enlevée tandis qu'elle longeait les cabanes près de l'étang gelé. Et voilà qu'au milieu des volutes blanches de l'hiver, un troisième était arraché à leur village, celui-ci sur le seuil même de sa maison. Sans un bruit - nul cri, d'homme ou de loup, pour témoin.
Toutes les femmes étaient affolées, celles qui avaient perdu leurs enfants, inconsolables. La police arriva de la ville un après-midi. Ils griffonnèrent des lignes sur des blocs-notes. Semblèrent désireux d'aider, mais ne revinrent jamais. Hommes et femmes se mirent alors à patrouiller dans les collines, à la lisière du village, fusils à la main. Les aînés eux-mêmes escortèrent les enfants, pistolets au poing, jusqu'à l'école ou l'église. Mais il ne se trouva personne pour organiser une battue au-delà des vallées et aller chasser les loups.
Le fils de Medora Slone, six ans, fut le troisième enfant enlevé. Elle raconta aux autres villageois la soirée et la nuit qu'elle avait passées, arpentant les collines et la vallée jusqu'à l'aube rougeoyante, le fusil sur le dos et, noué à la cuisse, un cran d'arrêt de vingt-cinq centimètres. La vengeance qu'elle désirait avait le goût de l'acier. Les pistes des loups s'éparpillaient sous ses yeux, se mélangeaient, pour finalement disparaître dans les flocons qui voletaient telles des plumes dans le ciel. Plusieurs fois, elle tomba à genoux dans la neige, imaginant ses larmes transformées en balles de glace ricochant sur le givre et les rochers de la falaise.
Dans sa lettre à Russell Core, trois jours pile après qu'on lui eut pris son fils, elle écrivit qu'elle n'avait pas espéré le retrouver vivant. Son sang s'étalait en une traînée dentelée de l'arrière de leur porche jusqu'aux bois clairsemés qui s'étendaient dans les collines au-dessus. Mais elle avait besoin de son corps, ou au moins de ce qu'il en restait, même si ce n'étaient que des os. C'est pour cela qu'elle écrivait à Core, disait-elle. Elle avait besoin qu'il lui rapporte les os de son fils et peut-être aussi qu'il abatte le loup qui l'avait pris. Personne dans le village ne partirait chasser les loups.
«Mon mari doit revenir de la guerre très bientôt, lui écrivait-elle. Il faut que j'aie quelque chose à lui montrer. Je ne peux pas ne pas avoir les os de Bailey. Je ne peux pas ne rien avoir.»
Une chose l'avait frappé : cette lettre arrachée à la hâte à un carnet de notes n'avait pas été souillée par les larmes.


  • Le mot préféré de l'auteur, avec LesMotsDesLivres.com : 31/10/2015

«Ravissement» par William Giraldi
Le mot préféré de la traductrice : J'aime bien les mots à double tranchant, le fait que le mot contienne à la fois l'idée d'extase, de félicité, et en même temps celle d'enlèvement, de rapt. C'est un double sens qu'on entend presque, l'attaque du mot est vorace, brutale, la suite glisse, siffle, chante presque, plus ample et plus douce.
C'est un bon mot pour traduire une impression de lecture, celle d'avoir été emporté et de s'être en même temps laissé faire parce que c'était irrésistible.
Et puis, cela me fait inévitablement penser au Ravissement de Lol V. Stein, de Duras, à l'écriture des lisières de la folie, à cette fascination pour le basculement, assez proche au fond des personnages de Giraldi, qui vivent à la frontière de deux mondes géographiques et émotionnels.


Copyright : lechoixdeslibraires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia