Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Jennifer Murzeau

raconte la joie d'être en vie

Jordan Harper

est originaire du Missouri

Roger-Pol Droit

élabore son esprit d'enfance

Pramoedya Ananta Toer

est né sur l'île de Java

Emmanuelle Becker-Papin

traverse la rivière des doutes

Joukje Akveld

est une journaliste et écrivaine néerlandaise.

José Luis Zárate

est considéré comme un pionnier des littératures fantastiques au Mexique.

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Gilles Paris

est un écrivain heureux et lucide

Caroline De Mulder

est professeur de lettres

Olivier Rolin

aime les trains russes

Jean-Noël Fabiani

est Professeur de chirurgie cardiaque

Jason Shiga

Il depuis toujours à Oakland, en Californie.

Bruno Bayen

Bruno Bayen est comédien, metteur en scène, traducteur et écrivain.

Vladimir Sorokine

est vénéré par les uns, détesté par les autres.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Laurence Nobécourt

a rendez-vous avec le Japon

François Hauter

vit à Montreux

Chez Frédéric Dard

Tout fut démesuré

Abdellah Taïa

est né à rabat

Jean Pruvost

enchante les media

Thierry Hesse

signe une confession captivante

Éric Neuhoff

fait entendre la petite musique du coeur

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Anne Sinclair

cherche la boussole

Stéphane Pair

est journaliste à France Info (Radio France)

Niiia Weijers

a étudié la littérature à Amsterdam et à Dublin.

Karin Kalisa

a vécu à Hambourg, Tokyo et Vienne avant de s'installer à Berlin

Victor del Árbol

a été séminariste, policier, garde du corps

La famille Standjofski

est un méli-mélo de racines européennes

Nicolas Tackian

Il notamment créé avec Franck Thilliez la série ALEX HUGO pour France 2

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Régine Detambel

prend soin de nous, comme les livres

Christian Oster

Prix Médicis 1999, nous enchante à nouveau

Kamel Daoud

conquiert sa liberté par et dans l'écriture.

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Imre Kertész

Imre Kertész vécut l'écriture comme un acte existentiel et personnel,

Simona Sora

est une critique littéraire reconnue en Roumanie

Monique Bacchetta

présente les écrits mandéens

Frédéric Dard

sut marier grâce et grossièreté

Julia Kerninon

a toujours voulu être écrivain

François Busnel

est le journaliste préféré des libraires

Françoise Chandernagor

partage le bonheur de découvrir les poétesses inconnues

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Bertrand Dicale

explore les cultures populaires

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Nelly Kaprièlian

enquête sur le destin d'une actrice

Philippe Claudel

admire «la force qu'ont les hommes de ­durer»

Sempé et Marc Lecarpentier

apprécient l'amitié délicate et patiente

Fra Angelico

initie le courant des peintres dits «de la lumière»

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Jean-Paul Didierlaurent

est gâteux

Emmanuelle Pirotte

est ovationnée par les libraires et la presse (dont François Busnel)

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Céline Delavaux

présente une dizaine d'objets qui ont conquis le monde

Véronique Ovaldé

invite les parents et les enfants à ne pas avoir peur

Paul Bocuse

habille les poulets

Christine Van Acker

est drôle sans être méchante, caustique sans être cynique (Jérôme Garcin)

Christophe Quillien

est un aviateur sans boussole (et sans avion)

Muriel Barbery

raconte son chat

Annie Degroote

est native des Flandres françaises

Cassandra O'Donnell

passe des heures à discuter avec les libraires

Raymond Carver

fut élevé au rang des plus grands écrivains du siècle dernier

Jean-Paul Didierlaurent

est un faiseur d'histoires atteint de gâtisme

Hubert Haddad

pousse la fiction-vérité dans ses ultimes retranchements

Odile Verschoot

Rédige en nageant, écrit en séchant

Yann Queffélec

porte ce livre, comme un chagrin secret

Pablo Iglesias

observe les leçons politiques de Game of thrones

Claude Lorius

a quatre-vingt-trois ans. Il est glaciologue

Thierry Cazals

aime les promenades non balisées, les sentiers secrets, les chemins de traverse

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Mathias Enard

explore l'orientalisme

Daniel Lacotte

est écriveur

William Giraldi

est traduit par Mathilde Bach

Jérémie et Stéphanie Gicquel

ont une passion pour le froid polaire

Yann Queffélec

remue le couteau dans la plaie

Le Paris de Nicolas d' Estienne d'Orves

est un rêve intime, un monde secret, une parenthèse enchantée.

Arnaldur Indridason

est né à Reykjavik en 1961

Peter Heller

épouse l'action, la fureur, la poésie

Didier Daeninckx

raconte un beau souvenir de librairie (voir ses réponses au questionnaire décalé)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Diane Meur

réinvente brillamment le genre de la saga...

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Anne Poiré et Patrick Guallino

aiment les chats et la bonne humeur...

Frédéric Couderc

salue la force et la bienveillance de Nelson Mandela

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Aki Shimazaki

née au Japon, vit à Montréal...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Fanny Chiarello

est lauréate du Prix Orange du Livre 2015...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Arnaldur Indridason

dépasse le thriller...

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Cécile Huguenin

est une nomade...

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

ZEP :

Le trait du dessinateur est comme sa voix...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le voyant

Couverture du livre Le voyant

Auteur : Jérôme Garcin

Date de saisie : 14/03/2015

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Gallimard, Paris, France

Collection : Blanche

Prix : 17.50 €

ISBN : 978-2-07-014164-7

GENCOD : 9782070141647

Sorti le : 31/12/2014

  • Le courrier des auteurs : 03/02/2015

1) Qui êtes-vous ? !
Un amoureux, mari d'une comédienne et père de trois enfants, un cavalier qui écrit, et le compagnon invisible du dimanche soir.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
C'est, sous forme d'exercice d'admiration, le portrait d'un aveugle visionnaire qui fut résistant, déporté, écrivain et professeur américain de littérature française.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
J'en choisirais deux, écrites par mon héros, Jacques Lusseyran. L'une après l'accident qui l'a rendu aveugle : «Je ne voyais plus avec les yeux de mon corps, je voyais avec les yeux de mon âme» ; et l'autre, dans une lettre adressée à ses parents en avril 1945, depuis le camp de Buchenwald : «J'ai appris ici à aimer la vie».

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Qu'importe, pourvu qu'elle fût interprétée par Yehudi Menuhin, que Jacques Lusseyran, son presque contemporain, allait écouter, enfant, à Pleyel et à Gaveau, et dont le violon éclairait sa nuit.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Je rêverais de les convertir à ma foi en Lusseyran, leur faire lire son grand texte : «Et la lumière fut», leur faire comprendre combien et pourquoi cet homme, disparu en 1971, à l'âge de 47 ans, est et sera toujours un contemporain capital.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Oui, je n'écris qu'à la campagne, face à un paysage immuable : une colline boisée, sauvage, et de préférence après avoir monté, car les chevaux sont mes alliés substantiels.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
Je ne crois pas à l'inspiration, je crois au travail.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ?
J'ai su très tôt, après avoir perdu à 6 ans mon frère jumeau et à 17 ans mon père, que j'écrirais un jour. Pour les empêcher de disparaître, pour les prolonger, pour continuer de parler avec eux.

9) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
A résister à tout ce qui détruit, à retenir la vie et la rendre meilleure, à réconcilier les vivants et les morts.


  • Les présentations des éditeurs : 05/02/2015

«Le visage en sang, Jacques hurle : «Mes yeux ! Où sont mes yeux ?» Il vient de les perdre à jamais. En ce jour d'azur, de lilas et de muguet, il entre dans l'obscurité où seuls, désormais, les parfums, les sons et les formes auront des couleurs.»

Né en 1924, aveugle à huit ans, résistant à dix-sept, membre du mouvement Défense de la France, Jacques Lusseyran est arrêté en 1943 par la Gestapo, incarcéré à Fresnes puis déporté à Buchenwald. Libéré après un an et demi de captivité, il écrit Et la lumière fut et part enseigner la littérature aux États-Unis, où il devient «The Blind Hero of the French Résistance». Il meurt, en 1971, dans un accident de voiture. Il avait quarante-sept ans.

Vingt ans après Pour Jean Prévost (prix Médicis essai 1994), Jérôme Garcin fait le portrait d'un autre écrivain-résistant que la France a négligé et que l'Histoire a oublié.



  • La revue de presse François Busnel - L'Express, mars 2015

Jérôme Garcin offre à ses lecteurs une occasion magnifique de toucher la beauté, d'approcher le mystère de vies fauchées en plein élan...
Les exercices d'admiration sont devenus rares, hélas. On préfère railler, dénigrer, moquer. C'est un trait de l'époque qui n'épargne pas la littérature. La lecture est, précisément, le meilleur remède à cette médiocrité : lire, admirer, s'enthousiasmer, transmettre... Voilà ce que pratique Jérôme Garcin au fil de livres brefs, curieux, peuplés de jeunes morts. Jean Prévost, Hérault de Séchelles, Jean de La Ville de Mirmont... et maintenant Jacques Lusseyran...
Un portrait réussi tient dans le regard que l'écrivain pose sur son modèle. Celui de Jérôme Garcin est enthousiaste, juste, fraternel.


  • La revue de presse Jean-Claude Lebrun - L'Humanité du 12 février 2015

L'auteur possède un talent certain pour l'écriture biographique. Il y a vingt et un ans, il signait Pour Jean Prévost, qui faisait redécouvrir la belle figure de l'écrivain résistant tué par les nazis sur le plateau du Vercors, le 1er août 1944. Trois livres suivirent, dans la même veine. Il fait aujourd'hui surgir de l'oubli un autre grand résistant, qui avait survécu à la guerre et à la déportation avant de disparaître en 1971 dans un accident de la route  : Jacques Lusseyran, frappé de cécité depuis l'âge de huit ans, dont il compose le bouleversant portrait. Jérôme Garcin ne se limite pas à la restitution d'une vie. Il élargit en effet son récit à de plus vastes horizons, opère des rapprochements, n'hésite pas à se mettre lui-même en scène, faisant montre d'une constante empathie...
L'auteur s'attache ici à une trajectoire exceptionnelle et méconnue.


  • La revue de presse Jean Birnbaum - Le Monde du 5 février 2015

A la vaste grisaille du conformisme, justement, ce texte oppose les intenses couleurs de la liberté. Le Voyant (Gallimard, 192 p., 17,50 €) rend justice à Jacques ­Lusseyran (1924-1971), jeune aveugle qui, sous l'Occupation, garda les yeux grand ouverts au moment où tant d'autres ­détournaient le regard...
Mais c'est sous Vichy que sa manière d'entendre le monde et d'écouter les autres lui aura été la plus précieuse. Polyglotte et nourri de philosophie, le jeune aveugle entre en résistance et orchestre la lutte de ses camarades, auxquels il transmet le désir de faire face, la haine de ceux qui rampent debout.


  • La revue de presse Bernard Pivot - Le Journal du Dimanche du 11 janvier 2015

A 16 ans, Jacques n'a pas hésité. Oui à de Gaulle, non à Pétain. Il est élève du lycée Louis-le-Grand, à Paris. Son refus de la défaite et de la soumission impressionne ses camarades. Des élèves d'Henri-IV les ont rejoints. Le 21 mai 1941, ils sont plusieurs dizaines à se réunir dans l'appartement de ses parents, boulevard de Port-Royal. Ils prêtent serment devant lui. Le 14 juillet 1941, ils sont 180. Ils décident de s'appeler Volontaires de la Liberté. Certains mourront en déportation. Jacques est leur chef. Il est aveugle. Comment expliquer - justifier, c'est impossible - que l'Histoire n'ait pas retenu le nom de Jacques Lusseyran, homme tout bonnement exceptionnel par sa vie et sa force morale ? L'Histoire, sourde et aveugle... Mais plus muette grâce à Jérôme Garcin que tant d'ingratitude a indigné et qui a trouvé le temps, les témoins, les documents et les mots pour tracer le portrait d'un héros oublié...
De ce destin très romanesque, Jérôme Garcin a tiré un livre admirable, cambré, sincère, d'autant plus impressionnant que, fidèle à Jacques Lusseyran, il ne cède pas à l'émotion. L'un et l'autre ont recherché la lumière intérieure. Elle éclaire Le Voyant comme au jour de Pâques.


  • La revue de presse Marc Dugain - Le Figaro du 15 janvier 2015

Jérôme Garcin, maître de la littérature généreuse, poursuit son oeuvre, inlassablement, faite comme il le dit lui-même de livres brefs. Il est ainsi, il craint par de plus amples circonvolutions de faire de l'ombre à ceux qu'il veut louer dans le plus grand désintérêt. Une fois de plus, il nous enchante par cette façon si particulière qu'il a de ressusciter des morts méprisés par la postérité, soit parce que la vie ne leur a pas laissé le temps, soit parce qu'elle n'a pas su reconnaître leur grande valeur humaine et littéraire. Le fils de La Chute de cheval, le frère d'Olivier, l'ami de Jean Prévost et de Jean de la Ville de Mirmont rend cette fois un hommage bouleversant à Jacques Lusseyran...
Le voyant ne verra rien des horreurs du camp de la mort, il les sentira, les entendra et pire encore les imaginera. Il y survivra deux fois. La première à la libération du camp. La seconde au guet-apens de la mémoire, quand, dans la solitude d'une nation renaissante, les souvenirs viennent vous frapper lâchement dans le dos...
La postérité n'avait pas daigné s'appesantir sur cet homme remarquable, rejeté de son vivant des bonnes consciences qui ne lui ont pas pardonné ses frasques. Jérôme Garcin lui rend grâce avec une sincérité pleine de chaleur alliée à une écriture belle et humble pour rendre ce livre exceptionnel.


  • Les courts extraits de livres : 05/02/2015

ET LA LUMIÈRE FUT

1

Rien, pas l'once d'une plainte, pas l'ombre d'un regret, pas trace d'une quelconque amertume, pas la moindre colère, pas non plus de protestation, et jamais de jalousie. Aucun sentiment bas, nulle révolte vaine. Au contraire, une paix avec soi-même, une harmonie avec le monde, une équanimité souterraine, un optimisme ravageur, une vaillance hors norme, une foi d'airain, et même une manière de gratitude pour le destin qui, en le privant de ses yeux, en lui ayant refusé le spectacle de la beauté à l'âge des premiers émerveillements, développa chez lui ce qu'il nommait le regard intérieur. Comme s'il évoquait une industrie secrète, une fabrique cachée, un atelier réservé à lui seul, il répétait que les «vrais yeux travaillent au-dedans de nous» et faisait entrer, dans sa propre caverne, la lumière du feu que Platon plaçait à l'extérieur, et en hauteur. La vérité était en lui-même ; dehors n'était pour lui qu'une illusion - un trompe-l'oeil.
De son handicap, il fit un privilège. Il en tira une fierté qui interdisait la charité et intimidait la compassion. Il y trouva comme un supplément de gravité, lui qui, dans Le Puits ouvert, un roman demeuré inédit, écrivait : «En se penchant sur mon berceau, il y a un cadeau que les bonnes fées ont oublié de me faire, c'est la frivolité.» Il lui arrivait de mépriser ceux qui, s'apitoyant sur son sort, se flattaient d'avoir un regard d'aigle et de tutoyer l'horizon. Toujours, il se moqua des gémissants et des vaniteux. Le mot qu'il détestait le plus et tenait pour un défaut, pour une démission, pour une lâcheté, c'était celui de «banalité». Sa vie brève n'y tomba jamais. Elle fut une exception française.

2

J'ai découvert Jacques Lusseyran avec Et la lumière fut. Je me souviens très bien des émotions contradictoires que j'éprouvai à la lecture de ce témoignage magistral et capital. Le récit de ce héros, qu'aucun romancier n'aurait osé inventer, n'était-il pas trop exemplaire pour être vrai ? Et s'il était vrai, où donc cet homme avait-il trouvé la force surhumaine d'affronter, tête haute, de telles épreuves, de se dépasser sans cesse, de se survivre en rayonnant ? Ce livre, qui illustrait à la perfection le concept de résilience, comment avait-il pu le rédiger sans le voir ? (Mon étonnement vient de ce que je suis de la vieille école. Il m'arrive souvent d'écrire à la main ; j'aime tracer les mots sur des cahiers quadrillés, les remplacer ensuite par d'autres qui attendent dans la marge, biffer, corriger, peaufiner, imposer un rythme secret à ma partition, ajouter des couleurs à mes crayonnés. Je ne suis pas loin de croire que la phrase manuscrite commande la pensée, que le geste précède l'idée, que le stylo impose son style et sa loi. Et je ne commence vraiment à écrire qu'en me relisant, qu'en regardant mon feuillet.) Avait-il lui-même tapé à la machine ou plutôt dicté à une sténo ce que j'avais la faculté de lire, les yeux ouverts, dans un jardin du pays d'Auge traversé par un ruisseau qui sentait l'herbe coupée, la menthe fraîche et l'ail des ours, un jardin qui ouvrait sur des perspectives - massifs anglais de rosiers, de rhododendrons, de lilas, champs chahuteurs de hauts maïs, colline boisée et alanguie - où mon regard se posait, entre deux pages, comme pour s'assurer de son acuité et bien mesurer son empire provisoire ?
(...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia