Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le phare, voyage immobile

Couverture du livre Le phare, voyage immobile

Auteur : Paolo Rumiz

Date de saisie : 08/06/2015

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Hoëbeke, Paris, France

Collection : Etonnants voyageurs

Prix : 16.00 €

ISBN : 978-2-84230-527-7

GENCOD : 9782842305277

Sorti le : 01/04/2015

  • Les présentations des éditeurs : 12/11/2015

Paolo Rumiz n'en est pas à son premier voyage, lui qui a longé les sept mille kilomètres des frontières de l'Europe, de l'Arctique à la mer Noire, traversé les Balkans, franchi les montagnes à la recherche d'Hannibal, descendu le cours du Pô... Et pourtant il s'apprête en ce printemps 2014 à vivre le plus étonnant d'entre eux. Son premier voyage immobile. Isolé dans un phare perché sur un rocher au milieu de la Méditerranée, avec pour seuls compagnons les gardiens. Et soudain le sentiment d'être Libéré, sans agenda, sans horaires, sans aucune connexion avec le monde, enfin loin de tout mais curieusement peut-être aussi au centre de tout. Un nouvel univers où plus rien ne ressemble à rien, où même les étoiles ne semblent pas être à leur place. Se consacrant à l'exploration de son minuscule environnement, un kilomètre de long sur deux cents mètres de large, il nous raconte la nature, le cri des oiseaux, le silence des poissons, nous décrit le bâtiment où il loge, la lanterne du phare. Il nous parle tempêtes, orages, vents et nous fait partager le quotidien des gardiens, ceux d'aujourd'hui mais aussi ceux de jadis.
C'est avec une indéniable volupté que ceux qui rêvent d'île déserte et de vie d'ermite se laisseront entraîner dans ce voyage immobile tout en délicatesse, empathie et érudition.
Un récit prenant, inoubliable et aussi un fabuleux livre de mer.

Paolo Rumiz, né à Trieste en 1947, est considéré comme le plus grand écrivain-voyageur italien d'aujourd'hui. Avec ses trois précédents livres publiés en France, il y est devenu un des acteurs du monde littéraire.



  • La revue de presse Marc Semo - Libération du 4 juin 2015

Un royaume hors du temps d'un kilomètre de long sur deux cents mètres de large qu'il partage avec les gardiens, se coulant avec bonheur dans une vie d'ermite, empreinte d'érudition et de la volupté d'être libéré du superflu.


  • La revue de presse Jean-Claude Raspiengeas - La Croix du 20 mai 2015

De retour d'un long périple sur les saignées de la guerre de 14-18, sur les lieux du carnage qui a modelé le visage de l'Europe, Paolo Rumiz, considéré comme le plus grand écrivain-voyageur italien, a voulu souffler un peu. Il a pris le large, loin de tout, et de tous, se coupant de ses sources habituelles d'information (Internet, télévision, journaux), redevenant «le maître du temps», pour séjourner dans les entrailles d'un phare...
Au sommet, dans la lanterne, Paolo Rumiz a établi sa salle de lecture, fouettée par le vacarme des éléments. Au coeur de ce refuge, il échappe aux «leçons de ténèbres» que lui administre ce récif que tout pourrait engloutir. Dans l'oeil du Cyclope, il comprend pourquoi le mot «âme» vient du grec anemos, le vent...


  • Les courts extraits de livres : 12/11/2015

Rêve

C'était ce qu'on appelle une nuit pourrie. Je gravissais le sentier à pic au-dessus de la mer, luttant contre les rafales, et dans l'obscurité il fallait poser les pieds avec circonspection. L'orage arrivait de l'ouest, la foudre mitraillait un promontoire éloigné aux faux airs de tortue. J'avais débarqué in extremis : avec ce temps de chien, allez donc savoir quand l'endroit serait de nouveau accessible. J'étais seul, je ne connaissais pas la route du phare et l'île était déserte. À des milles à la ronde, le reste de l'archipel était englouti dans le noir et la bruine. Pas une lumière en vue, rien.
Je ne me rappelle pas en quelle langue je criai - «Je suis là, je monte, quelqu'un pourrait-il venir à ma rencontre ?» - mais seul le tonnerre des brisants me répondit. Des gardiens du phare, je ne vis pas l'ombre. Il se mit à pleuvoir et alors seulement apparut, cent mètres plus haut, le faisceau lumineux. Je cherchai la lampe des yeux et ce que je vis me laissa coi. Depuis le bord de l'escarpement, la tour s'inclinait vers moi, tordant sa puissante construction de pierre. De son oeil unique de cyclope, elle cherchait l'intrus.
Il y avait des éclairs, mais la source de lumière était justement noire comme de la poix, plus noire que la nuit. Toute à sa colère, elle continuait de me chercher, mais elle ne m'avait pas encore repéré. Le faisceau passait et repassait, assénant des coups de sabre de plus en plus proches. Je me blottis dans la bruyère et aussitôt un de mes pieds buta contre une racine, je tentai de m'agripper aux buissons, mais je perdis prise. Je dégringolai. Peut-être voulus-je crier, mais ma voix refusa de sortir.
Un coup de vent me réveilla en sursaut. J'allumai ma lampe de poche, éclairant une chambre nue, blanchie à la chaux, des murs épais, une table de nuit, un livre, un cahier, une valise contenant mes affaires, une vieille fenêtre peinte en vert, aux volets barricadés. Dehors, le vent fraîchissait, passant du sirocco au libeccio. J'étais dans la machine à lumière, dans sa panse, tel Jonas dans le ventre de la baleine. Ce n'était encore que ma première nuit, mais déjà le Cyclope s'était emparé de moi. Il contrôlait mes rêves. J'étais en sûreté dans ma chambre, sous trois couvertures de laine, mais, si je tendais l'oreille, j'entendais cliqueter, tout en haut de la tour, l'engrenage qui régissait la rotation de tout l'appareillage optique. Un arpège métallique, semblable à celui d'un piano désaccordé, mais capable d'entonner un duo avec le vent.


  • Le mot préféré de l'auteur, avec LesMotsDesLivres.com : 12/11/2015

«Souliers» par Paolo Rumiz
Mon mot est : SOULIERS


Copyright : lechoixdeslibraires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia