Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Jennifer Murzeau

raconte la joie d'être en vie

Jordan Harper

est originaire du Missouri

Roger-Pol Droit

élabore son esprit d'enfance

Pramoedya Ananta Toer

est né sur l'île de Java

Emmanuelle Becker-Papin

traverse la rivière des doutes

Joukje Akveld

est une journaliste et écrivaine néerlandaise.

José Luis Zárate

est considéré comme un pionnier des littératures fantastiques au Mexique.

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Gilles Paris

est un écrivain heureux et lucide

Caroline De Mulder

est professeur de lettres

Olivier Rolin

aime les trains russes

Jean-Noël Fabiani

est Professeur de chirurgie cardiaque

Jason Shiga

Il depuis toujours à Oakland, en Californie.

Bruno Bayen

Bruno Bayen est comédien, metteur en scène, traducteur et écrivain.

Vladimir Sorokine

est vénéré par les uns, détesté par les autres.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Laurence Nobécourt

a rendez-vous avec le Japon

François Hauter

vit à Montreux

Chez Frédéric Dard

Tout fut démesuré

Abdellah Taïa

est né à rabat

Jean Pruvost

enchante les media

Thierry Hesse

signe une confession captivante

Éric Neuhoff

fait entendre la petite musique du coeur

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Anne Sinclair

cherche la boussole

Stéphane Pair

est journaliste à France Info (Radio France)

Niiia Weijers

a étudié la littérature à Amsterdam et à Dublin.

Karin Kalisa

a vécu à Hambourg, Tokyo et Vienne avant de s'installer à Berlin

Victor del Árbol

a été séminariste, policier, garde du corps

La famille Standjofski

est un méli-mélo de racines européennes

Nicolas Tackian

Il notamment créé avec Franck Thilliez la série ALEX HUGO pour France 2

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Régine Detambel

prend soin de nous, comme les livres

Christian Oster

Prix Médicis 1999, nous enchante à nouveau

Kamel Daoud

conquiert sa liberté par et dans l'écriture.

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Imre Kertész

Imre Kertész vécut l'écriture comme un acte existentiel et personnel,

Simona Sora

est une critique littéraire reconnue en Roumanie

Monique Bacchetta

présente les écrits mandéens

Frédéric Dard

sut marier grâce et grossièreté

Julia Kerninon

a toujours voulu être écrivain

François Busnel

est le journaliste préféré des libraires

Françoise Chandernagor

partage le bonheur de découvrir les poétesses inconnues

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Bertrand Dicale

explore les cultures populaires

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Nelly Kaprièlian

enquête sur le destin d'une actrice

Philippe Claudel

admire «la force qu'ont les hommes de ­durer»

Sempé et Marc Lecarpentier

apprécient l'amitié délicate et patiente

Fra Angelico

initie le courant des peintres dits «de la lumière»

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Jean-Paul Didierlaurent

est gâteux

Emmanuelle Pirotte

est ovationnée par les libraires et la presse (dont François Busnel)

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Céline Delavaux

présente une dizaine d'objets qui ont conquis le monde

Véronique Ovaldé

invite les parents et les enfants à ne pas avoir peur

Paul Bocuse

habille les poulets

Christine Van Acker

est drôle sans être méchante, caustique sans être cynique (Jérôme Garcin)

Christophe Quillien

est un aviateur sans boussole (et sans avion)

Muriel Barbery

raconte son chat

Annie Degroote

est native des Flandres françaises

Cassandra O'Donnell

passe des heures à discuter avec les libraires

Raymond Carver

fut élevé au rang des plus grands écrivains du siècle dernier

Jean-Paul Didierlaurent

est un faiseur d'histoires atteint de gâtisme

Hubert Haddad

pousse la fiction-vérité dans ses ultimes retranchements

Odile Verschoot

Rédige en nageant, écrit en séchant

Yann Queffélec

porte ce livre, comme un chagrin secret

Pablo Iglesias

observe les leçons politiques de Game of thrones

Claude Lorius

a quatre-vingt-trois ans. Il est glaciologue

Thierry Cazals

aime les promenades non balisées, les sentiers secrets, les chemins de traverse

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Mathias Enard

explore l'orientalisme

Daniel Lacotte

est écriveur

William Giraldi

est traduit par Mathilde Bach

Jérémie et Stéphanie Gicquel

ont une passion pour le froid polaire

Yann Queffélec

remue le couteau dans la plaie

Le Paris de Nicolas d' Estienne d'Orves

est un rêve intime, un monde secret, une parenthèse enchantée.

Arnaldur Indridason

est né à Reykjavik en 1961

Peter Heller

épouse l'action, la fureur, la poésie

Didier Daeninckx

raconte un beau souvenir de librairie (voir ses réponses au questionnaire décalé)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Diane Meur

réinvente brillamment le genre de la saga...

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Anne Poiré et Patrick Guallino

aiment les chats et la bonne humeur...

Frédéric Couderc

salue la force et la bienveillance de Nelson Mandela

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Aki Shimazaki

née au Japon, vit à Montréal...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Fanny Chiarello

est lauréate du Prix Orange du Livre 2015...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Arnaldur Indridason

dépasse le thriller...

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Cécile Huguenin

est une nomade...

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

ZEP :

Le trait du dessinateur est comme sa voix...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Puissions-nous être pardonnés

Couverture du livre Puissions-nous être pardonnés

Auteur : Amy M. Homes

Traducteur : Yoann Gentric

Date de saisie : 14/07/2015

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 24.00 €

ISBN : 9782330050900

GENCOD : 9782330050900

Sorti le : 06/05/2015

  • Les présentations des éditeurs : 15/05/2015

Historien spécialiste de Nixon, Harold Silver a passé sa vie à observer son arrogant et belliqueux cadet George, magnat de l'industrie TV, se bâtir une vie cossue dans la banlieue de New York et n'est que trop au fait du tempérament explosif de son frère. Le jour où George perd totalement le contrôle, la sauvagerie de son geste est telle que tous deux se voient projetés dans des vies radicalement nouvelles.
Du jour au lendemain, Harry se retrouve en charge d'une nièce et d'un neveu, auxquels viendront bientôt se greffer un orphelin pour le moins excentrique et un couple de retraités farfelus. Tandis qu'il s'emploie à fonder cette famille d'un genre nouveau, Harry, héros malgré lui, navigue dans la tempête avec une intelligence des autres salutaire et, ce faisant, trouve le chemin de lui-même.
C'est avec un humour décapant capable d'électriser les moments les plus sombres d'une tragédie familiale qu'A. M. Homes, storyteller et dialoguiste d'exception, confronte ici des personnages profondément meurtris à l'impérieuse nécessité de survivre aux épreuves que leur réserve l'existence pour se reconstruire durablement.

Auteur de plusieurs romans, lauréate de nombreuses distinctions et, notamment, d'une bourse de la Fondation Guggenheim, A. M. Homes a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013.
Actes Sud a déjà publié Ce livre va vous sauver la vie (2008), Le Sens de la famille (2009), La Fin d'Alice (2013), ainsi qu'un roman pour les adolescents, Jack (Actes Sud Junior, 2011).



  • La revue de presse Natalie Levisalles - Libération du 9 juillet 2015

La romancière américaine malmène ses personnages avec optimisme. C'est un livre où il y a un meurtre, un père qui devient fou, un accident d'auto, des orphelins dans tous les coins, une tante raciste, quelques vieux qui perdent la boule et un homme qui n'a jamais su quoi faire de sa vie. Et c'est pourtant un livre incroyablement optimiste...
Il n'est pas glauque non plus, mais plutôt émouvant, captivant aussi, comme un livre d'aventures, drôle et finalement plein de sagesse. Comme si, dans tout événement, même le plus atroce, on pouvait trouver de quoi rire et de quoi s'émerveiller, quelque chose à construire et quelque chose à apprendre. Ce n'est évidemment pas le cas dans la vraie vie (ou bien si ?)


  • La revue de presse Nathalie Crom - Télérama du 8 juillet 2015

Péripéties en cascade pour une famille américaine pas si ordinaire. Une fiction réaliste qui tient aussi de la farce, menée à un rythme haletant...
La famille est le grand sujet de A.M. Homes (née en 1961) ; Puissions-nous être pardonnés est une nouvelle variation, inattendue, rocambolesque, fourmillant de détails, sur ce thème infini. A la fois caustique et tendre, Amy Homes y confirme qu'elle est bien l'un des grands talents de sa génération.


  • La revue de presse Didier Jacob - L'Obs du 30 avril 2015

Construit comme une série, le nouveau roman de A. M. Homes, influencée par John Cheever et Don DeLillo, est né d'une nouvelle qu'elle avait écrite en 2007 et que Salman Rushdie avait sélectionnée dans un recueil des meilleures nouvelles de l'année. En l'étoffant de plus de 500 pages, la romancière new-yorkaise a fait le pari de raconter comment un homme, dont l'existence a pris en quelques semaines le pire des tournants, retrouve goût à la vie familiale et se reconstruit progressivement. Même si, côté amour, ça tangue un peu...
Le roman comme partie de billard ? «Puissions-nous être pardonnés» fourmille de rebondissements aussi savoureux qu'inattendus, comme si A. M. Homes prenait plaisir à dégommer les situations établies pour forcer les personnages à révéler leur vraie nature.


  • La revue de presse Alexandre Fillon - Le Journal du Dimanche du 10 mai 2015

A.M. Homes avait déjà fait preuve d'une belle fantaisie dans Ce livre va vous sauver la vie. Il n'est rien de dire que Puissions-nous être pardonnés est plus exubérant encore. Le lecteur doit attacher sa ceinture avant de suivre Harry dans des péripéties sans cesse plus farfelues. L'Américaine mène son affaire à cent à l'heure, pied au plancher, distillant page après page une ironie et un mordant qui emportent l'adhésion.


  • Les courts extraits de livres : 13/05/2015

"Puissions-nous être pardonnes", une incantation, une prière, l'espoir de parvenir à me tirer vivant de cette affaire. Vous est-il déjà arrivé de vous dire - je le fais exprès, je déconne et je ne sais pas pourquoi.

Vous voulez la recette du désastre ?
Le signe annonciateur : Thanksgiving chez eux l'an dernier. Deux ou trois dizaines de personnes installées à des tables allant de la salle à manger jusque dans le salon pour s'arrêter brusquement devant le banc de piano. Il trônait au bout de la grande table, occupé à déloger de la dinde coincée entre ses dents, à parler de lui-même. Je l'observais tout en faisant des allées et venues entre la salle à manger et la cuisine pour débarrasser les assiettes - le bout des doigts trempant dans une glu innommable - confiture de canneberges, patates douces, un oignon blanc froid, déchets de viande. A chaque trajet, je le haïssais un peu plus. Tous les péchés de notre enfance, à commencer par sa naissance, sont remontés à la surface. Il est venu au monde quand j'avais onze mois, d'abord mal en point, pas assez d'oxygène en chemin, et on lui a accordé bien trop d'attention. Après ça, j'avais beau m'efforcer de lui expliquer régulièrement à quel point il était affreux, il se comportait comme s'il se prenait pour un don des dieux. Ils l'ont baptisé George. Géo, il aimait qu'on l'appelle, comme si c'était cool, scientifique, mathématique, analytique. Moi, je l'appelais Géode - comme de la roche sédimentaire. Son assurance surnaturelle, la divine arrogance de sa tête tachetée de toupets blonds attiraient l'attention des autres, leur donnaient l'impression qu'il savait quelque chose. Les gens sollicitaient son opinion, sa participation, sensibles à un charme qui m'a toujours échappé. Lorsque nous avons atteint respectivement dix et onze ans, il était plus grand que moi, mieux bâti, plus fort. "T'es sûre que c'est pas le fils du boucher ?" plaisantait mon père. Et personne ne riait.
Je rapportais des assiettes et des plats lourds, des cocottes encroûtées des vestiges du dîner, et personne ne remarquait qu'il y avait besoin d'aide - ni George, ni ses deux enfants, ni ses amis grotesques, ses employés, en fait, notamment une miss météo et une brochette de présentateurs et présentatrices longilignes au maintien raide et aux cheveux laqués façon Ken et Barbie, ni mon épouse sino-américaine, Claire, qui détestait la dinde et ne manquait jamais une occasion de nous rappeler que, dans sa famille, les repas de fête se composaient de canard laqué et de riz gluant. La femme de George, Jane, avait passé la journée sur le pont, à faire la cuisine et le ménage, à servir, et la voilà qui raclait maintenant des assiettes pleines de jus et d'os au-dessus d'une poubelle gigantesque.
Jane décapait la vaisselle, empilant les plats sales les uns sur les autres et plongeant l'argenterie visqueuse dans un évier rempli d'eau savonneuse, fumante. Jetant un oeil vers moi, elle a passé le dos de sa main sur son front pour dégager ses cheveux et m'a souri. Je suis reparti pour un tour.
J'ai regardé leurs enfants et les ai imaginés habillés en Pères pèlerins, des chaussures noires à boucle aux pieds, accomplissant des corvées d'enfants dé Pères pèlerins, transportant des seaux de lait comme des boeufs humains. Nathaniel, douze ans, et Ashley, onze, étaient assis comme deux gros tas, voûtés, ou plutôt recroquevillés, comme si on les avait versés dans leur chaise, vraiment amorphes, les yeux rivés à leurs petits écrans, leurs seuls pouces en mouvement - l'une occupée à envoyer des SMS à des amis que personne n'avait jamais vus, l'autre à éliminer des terroristes numériques. Ce qui caractérisait ces enfants était leur absence, leur absence de personnalité, leur absence de présence, et, sauf pendant les vacances, leur absence de la maison. Ils avaient été envoyés en pension à un âge que d'autres auraient peut-être jugé trop précoce, mais dont Jane avait un jour confessé qu'il était dicté par une forme de nécessité - elle avait fait allusion à des problèmes d'apprentissage non précisés, à des difficultés d'épanouissement, et avait subtilement insinué que les sautes d'humeur de George, imprévisibles, rendaient la vie à la maison tout sauf idéale.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia