Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La carte des Mendelssohn

Couverture du livre La carte des Mendelssohn

Auteur : Diane Meur

Date de saisie : 08/09/2015

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Sabine Wespieser éditeur, Paris, France

Prix : 25.00 €

ISBN : 9782848051918

GENCOD : 9782848051918

Sorti le : 27/08/2015

  • Les présentations des éditeurs : 23/05/2015

Je savais que Félix Mendelssohn le compositeur (1809-1847) était le petit-fils de Moses Mendelssohn le philosophe (1729-1786), et longtemps je n'en ai pas pensé grand-chose. Un jour pourtant, j'ai pensé à l'homme qui avait été le père du premier et le fils du second. Quel merveilleux sujet de roman, m'étais-je dit alors.
D. M.

Au retour d'un séjour marquant à Berlin, Diane Meur, fidèle à son goût pour les filiations, décide de mener l'enquête sur Abraham Mendelssohn, banquier oublié de l'histoire, qui servit de pont entre le Voltaire allemand et un compositeur romantique plus précoce encore que Mozart. Mais comment ne pas remonter d'abord à l'origine, à Moses, le petit infirme du ghetto, qui à onze ans maîtrisait Torah et Talmud, à quatorze ans partit seul sur les routes rejoindre à Berlin un professeur bien-aimé ? Comment, en pleines années 2010, ne pas se passionner pour cet apôtre de la tolérance, grand défenseur de la liberté de culte et d'opinion ? Et, accessoirement, père de dix enfants dont le banquier Abraham n'était que le huitième...
Happée par son sujet, l'auteur explore cette descendance, la voit s'étendre au globe entier et aux métiers les plus divers, jusqu'à une ursuline belge, des officiers de la Wehrmacht, un planteur de thé à Ceylan. Même quand on est, comme elle, rompue aux sagas familiales d'envergure, impossible de tenir en main cette structure : l'arbre généalogique se transforme en carte, La Carte des Mendelssohn, qui envahit d'abord la table de son salon, puis le projet lui-même.
Le roman devient dès lors celui de son enquête, une sorte de Vie mode d'emploi où la famille tentaculaire apparaît comme un résumé de l'histoire humaine. La romancière nous enchante par ses libres variations sur les figures les plus tragiques ou les plus excentriques, tout en nous dévoilant ses sources, sa chronologie, et en mêlant sa propre vie à la matière de son livre.
Tour de force d'un écrivain qui jamais ne perd le nord, La Carte des Mendelssohn finit par mettre à mal toute idée de racines, et par donner une image du monde comme un riche métissage où nous sommes tous un peu cousins.
Il est urgent de lire Diane Meur.

DIANE MEUR, née à Bruxelles en 1970, est traductrice et romancière. Avec ce cinquième roman, conjuguant érudition, fantaisie et subversion, elle donne une nouvelle preuve de l'amplitude de son talent.



  • La revue de presse Laëtitia Favro - Le Journal du Dimanche du 30 août 2015

Dans la famille Mendelssohn, je voudrais Abraham, le banquier, l'entre-deux génies, le trait d'union entre Moses, le philosophe (1729-1786), et Felix, le compositeur (1809-1847), petit-fils du précédent. Férue de généalogie et germaniste passionnée, Diane Meur tire de cette destinée entre parenthèses une matière romanesque foisonnante et érudite, entraînant son lecteur sur les sentiers de l'Europe des Lumières de rencontres en mariages, de mariages en enfantements qui semèrent au fil des siècles les pousses d'une lignée prolifique...
D'un enthousiasme communicatif, l'auteur consacre une énergie folle à nous rendre accessible l'histoire de cette famille qui irrigue le contexte social, politique, religieux, économique d'un continent en proie à de profondes mutations.


  • La revue de presse Macha Séry - Le Monde du 20 août 2015

Avec La Carte des Mendelssohn, son cinquième roman, l'écrivaine réinvente brillamment le genre de la saga, en explorant les thèmes de l'héritage et des liens du sang.


  • La revue de presse Christine Ferniot - Télérama du 19 août 2015

Remarquable traductrice de l'allemand et de l'anglais, passionnée d'histoire, Diane Meur est également douée pour le chaos. Elle adore tirer le lecteur par la manche afin de l'entraîner dans des enquêtes baroques...
Sa fiction à la Perec, qui paraît se construire à chaque page, est d'une lecture exaltante. Grand roman symphonique nourri de correspondances, de poèmes, de journaux intimes, La Carte des Mendelssohn nous parle de figures excentriques, de l'histoire du monde, des communautés et des métissages, sans jamais perdre le sens de l'humour.


  • Les courts extraits de livres : 23/05/2015

AU COMMENCEMENT

Au commencement, il y avait un homme... Eh bien non. Au commencement, il n'y a jamais un homme, ni une femme d'ailleurs, ni même un homme et une femme, pas plus qu'il n'y eut un premier jour et une première nuit. Ce sont des multitudes d'ancêtres dont le nom s'est perdu, de plus en plus nombreux et incertains à mesure qu'on remonte, si bien qu'on en arrive à ce constat déroutant pour les grands gosses que nous sommes : dans ce domaine, il n'y a pas de commencement.
Seules les vies ont un commencement, et encore. La vie dans l'absolu n'a ni début ni fin, seuls les maillons de sa chaîne apparaissent à notre regard, se déploient sous nos yeux, se soustraient à notre vue, sans que la continuité de la chaîne soit vraiment affectée par ces jeux de cache-cache. Mais nous parlons de Moses, de ce Moses qu'on ne peut même pas encore appeler Mendelssohn (nous verrons bientôt pourquoi), et j'admets que sa vie à lui a bien commencé quelque part : à Dessau, petite capitale du petit duché d'Anhalt. Quand ? Le 6 septembre 1729, lit-on le plus souvent. Mais on lit parfois aussi le 17 août 1728, ce qui m'a d'abord fait soupçonner qu'il était venu au monde avant le mariage de ses parents. Comme mon cher Heinrich Heine, qu'on affirma longtemps né en 1799 et non en 1797, parce que être enfant de l'amour était alors une tare à dissimuler soigneusement.
Soupçon infondé : rien, dans le couple pieux que formaient ses parents, ne laisse penser à des débordements passionnels, et à vrai dire la discordance de dates ne tient qu'à un seul chiffre. «Je suis né à Dessau en 1729, le 12 Elloul 5489 du calendrier hébraïque», écrit quelque part le philosophe allemand. Autrement dit, le 6 septembre 1729. Mais sa première pierre tombale (pourquoi la première, on le verra plus loin) mentionnait le 12 Elloul 5488, c'est-à-dire le 17 août 1728. Certains ont donc avancé l'hypothèse qu'il se serait trompé d'un an dans sa notice autobiographique - une hypothèse bien improbable, si l'on veut mon avis. Qu'il se soit embrouillé dans les correspondances entre calendrier chrétien et calendrier hébraïque, passe encore. Mais que dans la même phrase il se soit trompé dans les deux calendriers, on a du mal à le croire. Raisonnablement, la plupart des biographies retiennent donc la date de 1729, laissant conclure que l'erreur venait du graveur de sa pierre tombale. S'agissant d'un mort aussi célèbre, une telle erreur n'est pas moins surprenante. Cependant il faut bien que l'un ou l'autre se soit trompé, n'est-ce pas ? A moins qu'il n'y ait pas d'erreur ici mais une innocente tromperie, selon une troisième hypothèse que je mentionnerai pour sa simple beauté : Moses aurait sciemment modifié sa date de naissance pour la faire coïncider avec celle de Gotthold Ephraim Lessing, l'ami, l'a/ter ego, né en janvier 1729.
Seules les histoires ont un commencement, et encore. Elles n'en ont justement qu'un, choisi parmi une infinité d'autres tout aussi pertinents. L'histoire de Moses commence-t-elle seulement lors de sa naissance à Dessau, un 12 Elloul 1728 ou 1729 ? Ne commence-t-elle pas déjà avec ses géniteurs, leurs parcours respectifs ? Dans ce cas, allons-y. Mendel père de Moses s'occupait d'écritures dans la modeste communauté juive de Dessau. On l'appelait donc Mendel Dessau, parfois aussi Mendel Heymann, c'est-à-dire Haïm, peut-être parce que son propre père s'appelait Haïm. C'est même plausible ; Haïm sera le nom donné par Moses à son premier fils, né et mort en 1766.
(...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia