Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Boussole

Couverture du livre Boussole

Auteur : Mathias Enard

Date de saisie : 06/11/2015

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 21.80 €

ISBN : 9782330053123

GENCOD : 9782330053123

Sorti le : 19/08/2015

Une longue nuit d'insomnie propice aux souvenirs dans lesquels se mêlent rêves et réalité. Sorte de ballade littéraire et musicale à travers un orient fantasmé.


Un roman riche, érudit et foisonnant, une longue et étonnante promenade comme une agréable ballade musicale dans ce qui lie l'Orient et l'Occident depuis des siècles, les rapproche et les éloigne, les affronte et les fascine réciproquement, dans le passé comme dans le présent, dans la réalité comme dans les creusets de l'imaginaire où les arts sont autant de traits d'union, de pénétration d'un monde à l'autre, lieux mouvants de la découverte de l'altérité.


Lors d'une nuit d'insomnie Franz Ritter, musicologue viennois se remémore sa vie, ses voyages en Orient et son amour pour Sarah. Une belle histoire d'amour, dessinant en creux le portrait de cette femme qui est un des personnages principaux de l'histoire, mais aussi une réflexion sur ce qui fonde chacun de nous, ce que nous sommes, ce que nous voudrions être... car, au fond, qu'y a t-il à l'Orient de l'Orient ?
Dans un récit très dense, très rythmé, les titres des chapitres scandent les heures et les minutes qui s'écoulent. Mathias Enard, sans aucune superficialité nous fait partager (j'ai envie d'écrire nous entraine, nous hisse, nous happe, nous plonge... etc) son immense érudition, aussi bien littéraire que musicale, et son amour pour les pays du Moyen-Orient.

Extrait : "Il est étrange de penser qu'aujourd'hui en Europe on pose si facilement le nom de "musulman" sur tous ceux qui portent un patronyme d'origine arabe ou turc. La violence des identités imposées." [p259]


  • Les présentations des éditeurs : 22/08/2015

La nuit descend sur Vienne et sur l'appartement où Franz Ritter, musicologue épris d'Orient, cherche en vain le sommeil, dérivant entre songes et souvenirs, mélancolie et fièvre, revisitant sa vie, ses emballements, ses rencontres et ses nombreux séjours loin de l'Autriche - Istanbul, Alep, Damas, Palmyre, Téhéran... -, mais aussi questionnant son amour impossible avec l'idéale et insaisissable Sarah, spécialiste de l'attraction fatale de ce Grand Est sur les aventuriers, les savants, les artistes, les voyageurs occidentaux.
Ainsi se déploie un monde d'explorateurs des arts et de leur histoire, orientalistes modernes animés d'un désir pur de mélanges et de découvertes que l'actualité contemporaine vient gifler. Et le tragique écho de ce fiévreux élan brisé résonne dans l'âme blessée des personnages comme il traverse le livre.
Roman nocturne, enveloppant et musical, tout en érudition généreuse et humour doux-amer, Boussole est un voyage et une déclaration d'admiration, une quête de l'autre en soi et une main tendue - comme un pont jeté entre l'Occident et l'Orient, entre hier et demain, bâti sur l'inventaire amoureux de siècles de fascination, d'influences et de traces sensibles et tenaces, pour tenter d'apaiser les feux du présent.

Mathias Enard est notamment l'auteur de Zone (2008), de Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants (2010) et de Rue des Voleurs (2012), tous parus chez Actes Sud. Boussole est son sixième roman.



  • La revue de presse Jean-Baptiste Harang - Le Magazine Littéraire, août 2015

Franz Ritter nous laisse lire dans ses pensées d'insomniaque, dans ses rêves, ses souvenirs, et même dans ses archives, il est libre, il le fait sans retenue ni exhibitionnisme (il n'a pas de voyeur, seulement des lecteurs éblouis), mais avec une telle tenue intellectuelle, une telle modestie et tant d'humour et d'érudition qu'on s'y sent bien comme dans un livre. Et quel livre ! immarcescible, irréfragable...
La boussole de Mathias Énard, elle aussi, indique l'orient. Et comme une montre de gousset, elle lui parle à l'oreille, lui enseigne toutes ces langues, tous ces destins d'hommes qu'il retrouve à Istanbul, à Damas, à Téhéran, à Alep, à Palmyre. Mathias Énard est-il l'un de ces orientalistes qu'il chérit et moque tout à la fois dans son livre ? Oui, certainement, avec un peu plus de dérision, de compétence et de recul que ces anciens qu'il honore et taquine...
L'érudition qui nourrit la matière du texte n'est pas étouffante, bien au contraire, elle est roborative, et servie avec tant d'humour et tant de justesse romanesque qu'on l'entend comme la musique et la poésie qu'elle décrit...


  • La revue de presse Hubert Artus - Marianne, octobre 2015

C'est une nuit blanche, noire, chaude, dorée, étoilée, glacée, sacrée, éternelle. C'est l'Orient, c'est l'Occident, c'est le roman du temps et du monde...
Livre noir d'une nuit blanche, grand voyage culturel, Boussole prend très rapidement une envergure sidérante, enchâssant les récits pour mieux provoquer l'ivresse du lecteur. Roman pédagogique à la prose voluptueusement défoncée, alternant la mélancolie nervalienne, le chant d'amour sublime et tragique et le livre ultraréférentiel, Boussole ouvre un monde du grand large reliant hier et aujourd'hui, un Orient et un Occident «toujours mêlés, présents l'un dans l'autre».


  • La revue de presse Grégoire Leménager - L'Obs du 17 septembre 2015

Après avoir vécu au Proche-Orient, cet écrivain boulimique signe «Boussole», un roman hanté par les crispations identitaires et la tragédie humaine qui ravage la Syrie....
«Boussole» est une somme imposante, foisonnante et passionnante sur l'orientalisme, un conte des «Mille et Une Nuits» sur les mille et une manières dont l'Orient a «révolutionné l'art, les lettres et la musique». Sept ans après «Zone», homérique monologue ferroviaire qui charriait un siècle de violences, voilà qui tombe à pic dans une rentrée bouleversée par le chaos syrien, ses réfugiés et les crispations identitaires...
Cette connaissance de l'Est aimante «Boussole». Mais c'est bien un roman : la méditation douloureuse et désordonnée d'un musicologue autrichien, une nuit d'insomnie, pendant que les infos rapportent comment «les égorgeurs barbus de l'Etat islamique s'en donnent à coeur joie, tranchent des carotides par-ci, des mains par-là, brûlent des églises et violent des infidèles à loisir.»


  • La revue de presse Laëtitia Favro - Le Journal du Dimanche du 13 septembre 2015

Dans son nouveau livre, Mathias Énard décrit un long voyage intérieur, riche des différences, à travers un pont jeté entre Orient et Occident...
L'errance, qu'il faut ici accepter comme un principe de lecture, devient alors la condition sine qua non de la rencontre avec ces savants, ces musiciens, ces poètes, ces aventuriers, ces écrivains, tous toqués d'exotisme, traits d'union éphémères entre deux mondes voisins, liés, pénétrés de la culture de l'autre. Aussi entêtante que la sonate de Vinteuil, le roman de Mathias Énard renferme une petite phrase mélodique, ténue et puissante à la fois, dont les échos font ressurgir cette conscience d'une seule et même civilisation, celle d'hommes et de femmes en quête désespérée de repères.


  • La revue de presse Eric Neuhoff - Le Figaro du 3 septembre 2015

Récit d'une insomnie, le roman de Mathias Enard est une exploration onirique et éblouissante de l'orientalisme. L'une des grandes réussites de cette rentrée littéraire 2015.


  • La revue de presse Sophie Joubert - L'Humanité du 27 août 2015

Une réflexion sur les liens entre
l'Europe et l'Orient qui ne perd jamais de vue le roman. Comme Proust dans À la recherche du temps perdu, Mathias Énard fait de Boussole un livre nocturne. Un roman-fleuve et insomniaque rythmé par l'écoulement des heures au fil d'une unique nuit...
On se surprend à vérifier si les personnages sont réels ou fictifs, si Balzac a bien inclus des textes en arabe dans un de ses livres  : la force de Mathias Énard est précisément de mêler le vrai et le faux, d'entrelacer toutes les formes littéraires et de tout faire tenir debout. Boussole pourrait se lire en une nuit d'insomnie, au rythme des divagations érudites du narrateur. Dans une rentrée littéraire placée sous le signe du réel, Mathias Énard s'empare magistralement de toutes les libertés qu'offre le roman contemporain.


  • La revue de presse Antoine Perraud - La Croix du 2 septembre 2015

Ce 10e livre de Mathias Énard est une longue prose magnétique qui hypnotise le lecteur sous ses pages érudites...
En démiurge sondant les reins et les songes, Mathias Énard réussit le prodige d'entraîner dans les volutes d'une économie narrative admirable. Le lecteur divague sous son contrôle, au point d'arriver à bon port en ces temps de naufrages et d'asphyxies qui endeuillent le monde, du sud au nord  : la connaissance, par-delà les illusions, du prochain ; à distance et pourtant inséparable, aimé jusqu'en ses discordances...
En 2008, Mathias Énard publiait Zone, chef-d'oeuvre absolu du début de ce XXIe siècle, récapitulant ce qui meut l'Europe criminelle. Zone n'a pas obtenu le Goncourt  : quelques jurés se verraient bien corriger une telle distraction. Boussole leur fournira-t-il l'occasion de rectifier le tir  ?...


  • La revue de presse Raphaëlle Leyris - Le Monde du 3 septembre 2015

Il ne faut pas manquer d'air pour entrer en littérature en proclamant : «Le plus important, c'est le souffle.» Telle était la première phrase du premier roman de Mathias Enard, La Perfection du tir (Actes Sud, 2003). Et depuis, l'écrivain n'a cessé de prouver la véracité de cette maxime, et la centralité du souffle dans son art poétique...
Zone, dont le narrateur se rappelait tous les conflits du bassin méditerranéen advenus au XXe siècle, faisant le compte des victimes et des bourreaux, était un roman de la violence et de la haine. Boussole constitue bien un diptyque avec lui, dans la mesure où il est sa réponse, son antidote, ou voudrait pouvoir l'être : il place en son coeur le goût de l'inconnu, la curiosité pour l'autre...
Boussole, dont chaque page sort le lecteur de lui-même, le confronte à une infinité de sujets et de personnages dont il ignore tout pour les lui rendre proches. Bien sûr, il peut parfois se perdre dans le foisonnement du texte et les méandres des pensées de Franz. Mais il lui suffit d'attendre la phrase suivante pour reprendre son souffle avec lui, et l'accompagner jusqu'au bout de sa nuit.


  • La revue de presse Christophe Ono-dit-Biot - Le Point du 26 août 2015

Boussole, signé Mathias Énard, est en effet un chant d'amour à l'Orient, à cet Orient que nous sommes en train d'oublier et qui a tant fasciné...


  • La revue de presse Christophe Ono-dit-Biot - Le Point du 20 août 2015

Dans un texte plein de méandres, proche de l'inventaire ivre et scintillant, bodybuildé aux références littéraires, scientifiques, géographiques, qui serait le frère oriental de Zone, le flux de conscience de Franz s'épanche, voyage, regrette, espère. «L'existence est un reflet douloureux, un rêve d'opiomane.» De la pâte brune il sera beaucoup question, fumée derrière de lourds rideaux en tissu d'Alep, mais aussi de Gustav Mahler (...) et enfin des Mille et Une Nuits et de La Recherche du temps perdu. Perdu, vraiment ?


  • La revue de presse Gilles Heuré - Télérama du 19 août 2015

L'épopée d'un musicologue à la poursuite de l'Orient et de son influence sur la création européenne. De quoi perdre le nord avec délice...
Une boussole, vraiment ? Ce roman d'une extraordinaire richesse est plutôt un tapis volant : il nous fait voyager dans les textes de tous les pays, nous convie à suivre Flaubert ou Chateaubriand, voyageurs d'Orient, et nous rappelle aussi qu'à Palmyre, des fous détruisent des édifices. Un roman d'amour donc, charnel et passionné par tout ce que la rencontre avec l'Orient peut apporter de poésie et de savoirs.


  • Les courts extraits de livres : 17/07/2015

Nous sommes deux fumeurs d'opium chacun dans son nuage, sans rien voir au-dehors, seuls, sans nous comprendre jamais nous fumons, visages agonisants dans un miroir, nous sommes une image glacée à laquelle le temps donne l'illusion du mouvement, un cristal de neige glissant sur une pelote de givre dont personne ne perçoit la complexité des enchevêtrements, je suis cette goutte d'eau condensée sur la vitre de mon salon, une perle liquide qui roule et ne sait rien de la vapeur qui l'a engendrée, ni des atomes qui la composent encore mais qui, bientôt, serviront à d'autres molécules, à d'autres corps, aux nuages pesant lourd sur Vienne ce soir : qui sait dans quelle nuque ruissellera cette eau, contre quelle peau, sur quel trottoir, vers quelle rivière, et cette face indistincte sur le verre n'est mienne qu'un instant, une des millions de configurations possibles de l'illusion - tiens M. Gruber promène son chien malgré la bruine, il porte un chapeau vert et son éternel imperméable ; il se protège des éclaboussures des voitures en faisant de petits bonds ridicules sur le trottoir : le clébard croit qu'il veut jouer, alors il bondit vers son maître et se prend une bonne baffe au moment où il pose sa patte crasseuse sur l'imper de M. Gruber qui finit malgré tout par se rapprocher de la chaussée pour traverser, sa silhouette est allongée par les réverbères, flaque noircie au milieu des mers d'ombre des grands arbres, déchirées par les phares sur la Porzel-langasse, et Herr Gruber hésite apparemment à s'enfoncer dans la nuit de l'Alsergrund, comme moi à laisser ma contemplation des gouttes d'eau, du thermomètre et du rythme des tramways qui descendent vers Schottentor.
L'existence est un reflet douloureux, un rêve d'opiomane, un poème de Roumi chanté par Shahram Nazeri, l'ostinato du zarb fait légèrement vibrer la vitre sous mes doigts comme la peau de la percussion, je devrais poursuivre ma lecture au lieu de regarder M. Gruber disparaître sous la pluie, au lieu de tendre l'oreille aux mélismes tournoyants du chanteur iranien, dont la puissance et le timbre pourraient faire rougir de honte bien des ténors de chez nous. Je devrais arrêter le disque, impossible de me concentrer; j'ai beau relire ce tiré à part pour la dixième fois je n'en comprends pas le sens mystérieux, vingt pages, vingt pages horribles, glaçantes, qui me parviennent précisément aujourd'hui, aujourd'hui qu'un médecin compatissant a peut-être nommé ma maladie, a déclaré mon corps officiellement malade, presque soulagé d'avoir posé - baiser mortel - un diagnostic sur mes symptômes, un diagnostic qu'il convient de confirmer, tout en commençant un traitement, disait-il, et en suivre l'évolution, l'évolution, voilà, on en est là, contempler une goutte d'eau évoluer vers la disparition avant de se reformer dans le Grand Tout.
Il n'y a pas de hasard, tout est lié, dirait Sarah, pourquoi reçois-je précisément aujourd'hui cet article par la poste, un tiré à part d'autrefois, de papier et d'agrafes, au lieu d'un PDF assorti d'un message souhaitant "bonne réception", un mail qui aurait pu transmettre quelques nouvelles, expliquer où elle se trouve, ce qu'est ce Sarawak d'où elle écrit et qui, d'après mon atlas, est un État de Malaisie situé dans le Nord-Ouest de l'île de Bornéo, à deux pas de Brunei et de son riche sultan, à deux pas aussi des gamelans de Debussy et de Britten, me semble-t-il - mais la teneur de l'article est bien différente ; pas de musique, à part peut-être un long chant funèbre; vingt feuillets denses parus dans le numéro de septembre de Représentations, belle revue de l'université de Californie dans laquelle elle a déjà souvent écrit. L'article porte une brève dédicace sur la page de garde, sans commentaire, Pour toi très cher Franz, je t'embrasse fort, Sarah, et a été posté le 17 novembre, c'est-à-dire il y a deux semaines - il faut encore deux semaines à un courrier pour faire le trajet Malaisie-Autriche, peut-être a-t-elle radiné sur les timbres, elle aurait pu ajouter une carte postale, qu'est-ce que cela signifie, j'ai parcouru toutes les traces d'elle que j'ai dans mon appartement, ses articles, deux livres, quelques photographies, et même une version de sa thèse de doctorat, imprimée et reliée en Skivertex rouge, deux forts volumes de trois kilos chacun :

(...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia