Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La source

Couverture du livre La source

Auteur : Anne-Marie Garat

Date de saisie : 04/11/2015

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 21.80 €

ISBN : 9782330053185

GENCOD : 9782330053185

Sorti le : 19/08/2015

Un village de Franche Comté. Deux femmes, une rencontre. Des histoires du passé que l'on déroule, que l'on remonte jusqu'à la source. Il y a là, dans ces histoires, quasi des contes et légendes, une vraie force romanesque, une musique qui nous emporte et qui nous apaise en même temps, qui nous berce, on entendrait presque la voix de la vieille Lottie au coin du feu. Et puis la langue, superbe et puissante, qui coule de source. Une oeuvre magnifique.


Extrait : " Alors je vis à travers les loupes soudain translucides ses yeux, pour la première fois leur couleur parfaite, cette couleur n'existe pas qui mêle tous automnes et printemps exténués, tous nuages évanouis. "

Dans un hameau de Franche Comté, existe une vaste demeure biscornue et quasi vide, aujourd'hui il ne reste plus qu'une occupante : une nonagénaire redoutée par ses concitoyens. Un soir une jeune universitaire, la narratrice, s'y arrête un peu par hasard. Par hasard ? peut être pas finalement... Entre ces deux femmes naît comme une amitié, comme un désir de se raconter, mais... certains récits peuvent cacher de lourds secrets.

Avec son écriture âpre et rugueuse, Anne-Marie Garat, nous entraine du Mauduit au Klondike, en passant par Vancouver, le Tonkin (et j'en oublie), dans un roman fleuve qui couvre le XXe siècle.


  • Les présentations des éditeurs : 01/10/2015

Venue au Mauduit, peut village de Franche-Comté, au motif officiel d'obtenir de la mairie l'autorisation, pour ses étudiants en sociologie, de consulter les archives communales de cette si banale petite bourgade française, la narratrice, hantée par la sombre énigme de son propre passé familial, ignore qu'elle va y faire une rencontre décisive en la personne de Lottie, solide et intimidante nonagénaire, désormais seule occupante de la vaste demeure des Ardenne, construction aussi baroque qu'extravagante édifiée sur des terres de mauvaise assise dans un méandre de la rivière qui coule en contrebas du bourg.
Soir après soir, la vieille dame qui, faute d'hôtel au village, accepte de loger la visiteuse, dévide pour elle l'histoire du domaine où elle est entrée comme bonne d'enfant à l'orée du XXe siècle. Mais faut-il la croire sur parole, elle qui dit n'être que la récitante des fantômes qui ont jadis habité ces murs, ou sont partis vers l'Afrique, le Tonkin ou les forêts du Yukon ? Et que faire du récit de cette conteuse acharnée qui, sans avoir jamais quitté sa campagne, rêve peut-être à haute voix quelque exotique roman de la filiation dont elle contraint la narratrice à devenir la dépositaire ?
Où les histoires prennent-elles source et où vont-elles une fois racontées ? La narratrice, écoutant la vieille Lottie, devine-t-elle en quoi celle-ci va éclairer son propre destin ?
Car les récits ni les contes ne sont d'inoffensives machines et leurs puissants sortilèges s'entendent à recomposer jusqu'à la matière même du temps.

Auteur d'une oeuvre littéraire de tout premier plan, Anne-Marie Garat, lauréate du prix Femina pour son roman Aden (Le Seuil) en 1992, a été très remarquée, ces dernières années, pour sa grande trilogie romanesque - Dans la main du diable (2006), L'Enfant des ténèbres (2008), Pense à demain (2010) - publiée chez Actes Sud.



  • La revue de presse Christine Ferniot - Télérama du 4 novembre 2015

Conteuse inlassable, Anne-Marie Garat est notre Schéhérazade. Si elle plonge dans les archives de la France rurale, ce n'est pas pour en tirer des leçons mais pour donner à lire des récits tempétueux, peuplés de filiations exotiques et de fantômes qui ne demandent qu'à s'exprimer...
Anne-Marie Garat sait ralentir son pas quand la route est plus belle, puis accélérer quand il le faut, tel un cinéaste filmant caméra au poing...
Il faut parfois remonter le temps à sa source pour comprendre un peu mieux le présent des choses, murmure Lottie en jetant dans le feu une brassée d'ajoncs et de bruyère sèche. La nuit sera longue et le plaisir, infini.


  • La revue de presse Christine Rousseau - Le Monde du 22 octobre 2015

Fresque familiale dans laquelle se font entendre les fracas d'un siècle meurtrier, roman des origines, récit d'aventure parsemé de clins d'oeil littéraires (Giono, Conrad, Perrault) et cinématographiques (Welles, Chaplin)... La Source est tout cela. Mais il est surtout, à l'aune de l'envoûtement qu'il provoque et qui perdure bien au-delà de la lecture, un formidable témoignage du pouvoir de la fiction.


  • La revue de presse Muriel Steinmetz - L'Humanité du 24 septembre 2015

Chez Anne-Marie Garat, la littérature feuillette le temps. Les mots se feraient presque oublier derrière ce qu'ils signifient, compte tenu du nombre de narrateurs divers que met en scène le récit dans la bouche de Lottie. L'homme et l'animal se côtoient également de si près dans les campagnes que la description d'une vache n'a pas moins d'importance qu'une pensée. Rien ne coule de source. Lottie jette parfois les histoires en vrac, évitant de nous berner avec un roman de famille trop bien rangé. Le passé recomposé par la vieille femme empoigne la réalité de jadis sans qu'on sache si elle la réinvente dans l'après-coup, l'altère, l'augmente, la trahit. Ce qui compte ici c'est de transmettre à l'oreille qu'on s'est choisie. Le livre s'ouvre sur Lottie à douze ans, petite bonne à venir, la bouche ouverte à presque «baver comme une arriérée», lorsqu'elle considère déjà tous les événements autour d'elle, les enregistre et les rumine comme une vache.


  • Les courts extraits de livres : 17/07/2015

Quand la créature à deux têtes est passée devant la barrière, Lottie était juchée sur le billot au coin du hangar, en train de béer. Souvent elle quitte son corps comme une cosse vide, stupide en apesanteur laisse le tricot glisser de ses doigts, le grain de son tablier, de même à l'école, dès que bras croisés écoutant la leçon, ânonnant les récitations, au catéchisme les commandements, elle baye aux mouches au point de baver parfois, ce qui fait glousser les filles et la tancer le maître, le curé et toute l'engeance. Or elle n'est pas l'endormie qu'on croit. Elle observe le compas des lignes qu'à certaines heures la fenêtre étoile sur le plancher de la classe, à la cuisine la suie dans l'âtre comme d'une grotte les diamants noirs ; dans la lampe en cuivre elle voit se réfléchir sa personne naine et lointaine, une qui attend dans la cuisine d'une autre maison d'un autre pays que quelque chose arrive. Ceci n'est pas un rêve de sommeil, mais une réalité parallèle, pleine de surprises pour peu qu'on y consacre son étude. En dépit des apparences, son esprit n'est jamais plus alerte que dans ces moments-là, à l'affût des événements, des faits et des accidents qui s'annoncent, alors toutes sortes de décharges électriques fusent de son ventre où se situent les pensées rapides qui en ondes ultrasensibles propagées dans tout le corps interprètent les signes de l'environ immédiat et des ailleurs, loin des murs tapissés d'abécédaires, de tableaux de poids & mesures et de cartes de continents soudain flottant dans le vide, au-delà des vitraux de l'église transfusant de lumière divine les martyrs en lévitation, au-delà des nuages et des voûtes d'arbres qui ombrent la cour devant la maison où, seule, assise sur le billot, ayant abandonné son tricot, tandis que la mère étend la lessive derrière la soue, que son frère Jules à tout jamais rôde avec la chienne dans les fourrés, elle s'absorbe à pister les animalcules courant sur les bûches, leur va-et-vient affairé de créatures forant follement les interstices de l'écorce de leurs galeries secrètes sans se soucier des saisons, de la vie et de la mort de l'engeance, c'est alors que l'homme est passé.
Sur ce chemin, personne ne passe qui ne porte nom ou sobriquet, hardes et sabots de la localité ; qu'on ne sache où il se rend. Celle-là laver au lavoir, à ses provisions au bourg, ou bien elle les rapporte à sa ferme quelque part dans les parages, on sait même ce que contient son panier, ce qui charge sa brouette. Celui-là part visiter un voisin, ramasser du bois mort, des châtaignes, des champignons ou encore pêcher l'écrevisse, la grenouille selon, dans la Flâne qui serpente à la paresseuse au fond du vallon avant de traverser le domaine des Ardenne ; ou bien chercher ses vaches au pré, à la saison faucher, moissonner, ainsi ces jours derniers. Dès l'aube on entend descendre les charrettes, grincer les freins aux moyeux ; les chevaux peinent le soir à tirer les chargements sur la pente du retour, aux ronces des haies le foin s'effiloche en grandes déchirées, Pipa les escorte en jappant ; c'est tout ce à quoi elle se rend utile, vieille qu'elle est, et aveugle presque. La mère parle de l'achever mais sa vie de chienne ne vaut pas la cartouche pour l'abattre, et même, armer le fusil du père elle ne saurait : la mère dit les choses sans les faire, comme si parler suffisait à tourner les difficultés. Reste que ce chemin sert de desserte au voisinage immédiat, il file à flanc de coteau jusqu'à la fourche où est une croix, puis monte au bourg du Mauduit par un raidillon. Les seuls autres à l'emprunter sont ceux qui le connaissent de par leur pratique, le facteur à l'occasion, les colporteurs, les représentants d'engins agricoles pour vanter les nouveautés, ou bien les saisonniers se louer aux récoltes ; autant dire des gens du coin, même si on ne les voit qu'une fois l'an.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia