Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. L'après burn-out : comment éviter les pièges de la rechute ?

Couverture du livre L'après burn-out : comment éviter les pièges de la rechute ?

Auteur : François Baumann

Date de saisie : 30/09/2015

Genre : Guides et conseils pratiques

Editeur : J. Lyon, Paris, France

Prix : 17.00 €

ISBN : 9782843193569

GENCOD : 9782843193569

Sorti le : 18/09/2015

  • Le courrier des auteurs : 24/09/2015

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis médecin, j'ai écrit une dizaine d'ouvrages, dont 3 sur la souffrance au travail ou burn-out.
Le prochain, qui portera sur l'ennui au travail ou bore-out, est en préparation.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Le thème central de ce livre consiste à s'interroger sur l'avenir de ceux qui ont présenté un burn-out :
- Vont-ils s'en sortir sans aucune séquelle ?
- Risquent-ils de récidiver, et quels seront alors les facteurs de gravité et les risques évolutifs ?
- Comment évaluer ces risques et surtout s'y opposer lorsqu'ils sont présents ?
- Certaines personnes ont-elles plus de risques de récidives que d'autres ? Et comment les identifier ?
- Et finalement est-il possible de se sortir indemne d'un burn-out ?

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Un nouveau chemin à parcourir s'ouvre alors à nous. Il passe par un sens retrouvé de la vie, par le goût des choses simples et par des décisions strictes quant à sa protection personnelle et au respect de soi»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Ce serait de la musique baroque anglaise - pourquoi pas Purcell - qui sait si bien mélanger la vivacité, l'énergie, le tragique et parfois la tristesse de l'existence.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Les recommandations de santé et les conseils de bon sens qui permettront aux lecteurs d'éviter de rechuter un burn-out. En lisant cet ouvrage les lecteurs devraient adopter une attitude qui leur donnera la distance suffisante pour faire face aux problèmes relationnels, psychiques et physiques, à l'origine de ce syndrome.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
J'ai, bien sûr, de nombreux rituels qui me permettent d'accéder sans trop de difficultés à l'écriture. Avant tout j'ai besoin de concentration, et tout ce qui va y participer est bienvenu. L'important pour moi est de pouvoir m'isoler mentalement, du monde et de ses problèmes.
La musique instrumentale en bruit de fond, si possible classique, est également un moyen que j'emploie. Elle ne doit pas être trop prenante, ni m'entrainer vers trop d'émotions ; mais la disposition des lieux de travail est également importante à plusieurs égards. Tout doit être à sa place sur mon bureau. Je dois pouvoir porter mon regard le plus loin possible, afin de me reposer de l'écran de l'ordinateur.
Être face à un paysage tranquille, campagne ou mer, me permet de remettre en place mes idées. Par contre je peux écrire à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit, avec une prédilection pour les fins de matinées et les fins d'après-midi.
Je n'insiste jamais lorsque «le courant ne passe pas», que les idées, «l'inspiration», ne sont pas au rendez-vous, et je remets à plus tard, après m'être activé physiquement. Bouger mon corps permet aussi de faire bouger mes idées et me remet sur le bon chemin.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
L'inspiration vient toute seule, par l'accumulation des idées sur le sujet travaillé. C'est une sorte de résultante de nombreux efforts et d'une pensée quotidienne entretenue en sourdine sur le thème qui me préoccupe. Tout à coup la clarté se fait comme un insight ou une révélation. «C'est cela la bonne idée et pas autre chose», alors les choses s'éclaircissent et doivent me sembler «évidentes» pour prendre corps afin que je puisse commencer à les rédiger.
Ensuite la relecture de ces pensées spontanées suffit à me permettre de poursuivre mon chemin et à compléter la première inspiration.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ?
L'écriture est rentrée dans ma vie comme une habitude familiale, une conduite exemplaire inspirée par les personnes autour de moi que je respectais et que j'admirais ; j'ai encore en mémoire le son de la machine à écrire d'un cousine écrivain à ses heures et qui me fascinait par son mystère et par la mise en mots écrits des idées et des pensées que l'on peut avoir.
Pour moi écrire est une façon de calmer l'angoisse de la vie (et de la mort) par l'impression d'éternité, et surtout de pérennité que donne le mot rédigé et fixé sur la feuille.
Oui bien entendu, je me suis dit très tôt : «Un jour j'écrirai des livres» ; je voulais faire partager mes idées, la musicalité des phrases et des mots, comme dans la poésie, et imaginer que d'autres en me lisant, comprendraient ce que j'ai ressenti et pourraient le comparer à leur propre vécu. Ainsi j'aurais obtenu une vraie approche de la liberté en me montrant capable malgré les difficultés, de ne plus être l'esclave de mes pensées et de mes phantasmes.


  • Les présentations des éditeurs : 30/09/2015

Gérer les suites d'un burn-out est délicat. Comment éviter les pièges de la rechute ?

On peut classer les personnes qui ont surmonté un burn-out en trois catégories :
° Celles qui ont définitivement surmonté le burn-out et ne revivront plus cet épisode traumatisant.
° Celles qui l'ont dépassé mais qui risquent de le revivre un jour ou l'autre.
° Celles qui, bien qu'ayant momentanément géré cet épisode, sont enclines à le revivre de façon quasi certaine.

Quels types de symptômes risquent de se développer ? Comment déterminer le moment de leur apparition ? Est-ce réellement une récidive ou s'agit-il d'un épisode nouveau ? Comment évaluer le temps que durera ce nouvel épisode ?

Grâce à cet ouvrage, vous apprendrez à évaluer les risques d'une éventuelle rechute. Vous découvrirez des solutions pour accéder à la reconstruction laborieuse mais nécessaire de votre identité dans le milieu professionnel mais aussi de votre personnalité, totalement impliquée dans l'évolution de cette maladie et de ce «mal-être».

Le Dr François Baumann, fondateur de la Société de Formation Thérapeutique du médecin Généraliste (SFTG), est également enseignant à l'université Paris V. Il est l'auteur de Burn-out, quand le travail rend malade et Le Guide and burn-out, parus chez le même éditeur.


  • Les courts extraits de livres : 30/09/2015

Extrait de l'introduction

Pour éviter les pièges tendus par le burn-out, il faut savoir ce qu'il est.
Il est nécessaire de connaître aussi ceux que l'on va rencontrer et auxquels on risque de se «brûler» par trop de proximité et enfin, pour lutter contre cette grave maladie, il faut se connaître soi-même le mieux possible, pour anticiper ses réactions et pour trouver la bonne réponse aux agressions de la vie.
Il faut savoir aussi qu'être victime de burn-out n'est pas un état irréversible.
C'est généralement un événement passager dans une vie, souvent un de ces moments où l'on est le plus impliqué dans le travail, le plus actif, donc le plus jeune sans doute dans sa profession.
On y croit très fort et alors on se donne à fond. D'où la «brûlure».
Et puis peu de choses sont aussi importantes que le travail, qui est bien au centre de la vie, par l'investissement tant psychique qu'économique et physique que l'on en fait et par l'implication qu'il entraîne. Quoi qu'on en dise, quoi qu'on en pense.
Et le burn-out, cet aboutissement d'une souffrance au travail, fait alors figure de symbole.
Aujourd'hui on est «burn aouté», fatigué et déprimé, dès que l'on se sent submergé par le travail et ses conséquences délétères.
On perd le sens et le goût de la vie et des choses. On accélère le temps, on en veut de plus en plus, et plus vite.
Et puis au total on se brûle les ailes : «burn» : se vider, se consumer, montrer une façade intacte et bien conservée et cependant savoir que derrière il n'y a rien. Comme cet immeuble entièrement brûlé, mais dont la façade reste intacte. On ne perçoit rien. Au moins pour un temps.
C'est dans cet état tragique que l'on aborde une activité quotidienne dont on ne sait, bien souvent, rien abandonner : ni les qualités, ni les défauts.

L'individu se retrouve isolé entre une vie de stress, de vitesse croissante, de tâches ingérables, et surtout de perte du sens profond de ce travail qu'il a pourtant souvent choisi d'exercer !
Plus personne ne peut lui venir en aide et l'individu se trouve confronté à une solitude écrasante. La famille et les amis ne sont plus un recours, fatigués qu'ils sont d'entendre de façon incessante des propos désespérés et redondants. Il nous reste alors soit à nous épuiser dans un travail de plus en plus lourd, consommant de plus en plus d'une énergie pourtant en baisse, soit à plonger dans la déprime.


  • Le mot préféré de l'auteur, avec LesMotsDesLivres.com : 24/09/2015

«Ecoute» par François Baumann


Copyright : lechoixdeslibraires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia