Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Charlie le simple

Couverture du livre Charlie le simple

Auteur : Ciaran Collins

Traducteur : Marie-Hélène Dumas

Date de saisie : 28/10/2015

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Joëlle Losfeld, Paris, France

Prix : 26.50 €

ISBN : 978-2-07-014395-5

GENCOD : 9782070143955

Sorti le : 01/10/2015

  • Les présentations des éditeurs : 18/11/2015

Charlie est affublé d'un surnom particulier, gamal, qui vient du vieil irlandais et qui signifie idiot, retardé. Bien qu'étant un adolescent un peu spécial, Charlie est pourtant tout sauf stupide.
Poussé par son psychiatre, le Dr. Quinn, qui lui a conseillé d'écrire mille mots par jour, Charlie relate, dans son journal, les événements traumatisants qu'il a vécus. Mais il ne sait pas par où commencer, il n'est pas certain non plus de vouloir revivre L'histoire horrible de ses deux meilleurs amis, Sinéad et James. Charlie rechigne à la tâche, il n'arrive pas à écrire, ne voulant pas retomber dans un passé douloureux, encore présent.
Où commence réellement son histoire ? Quand Sinéad l'a défendu devant tous leurs camarades pour la première fois ? Quand elle est tombée amoureuse de James, brisant ainsi le coeur de tous les autres garçons de la classe ? Ou quand Charlie a été accusé d'un crime qu'il n'a pas commis ?
La narration extrêmement intelligente et pleine d'humour de l'auteur rend le personnage de Charlie très attachant, malgré l'histoire tragique qu'il nous raconte.

Ciarán Collins est né à Cork on 1977. Il a étudié la littérature anglaise et irlandaise à l'université avant de se spécialiser en art dramatique, particulièrement sur les travaux d'Eugene O'Neill. Charlie le simple, son premier roman, a reçu le Rooney Prize for Irish Littérature en 2013.

«Étonnant. Inventif. Ludique. Unique.» Colum McCann



  • La revue de presse Paloma Blanchet-Hidalgo - Le Monde du 14 octobre 2015

Cette plongée dans le dédale psychique de Charlie constitue le premier roman brillant, d'une irrésistible drôlerie, de l'Irlandais Ciarán Collins. Incommunicabilité, écriture de l'écriture impossible, mais aussi plénitude fugitive dans la perte et le deuil : Charlie le simple fait ainsi entendre une voix à nulle autre -pareille.


  • Les courts extraits de livres : 18/11/2015

Il était une fois
Il était une fois et y a longtemps. Enfin pas si longtemps. Cinq ans. Assez longtemps. Un cinquième de ma vie, quoi. Ce qui veut dire que j'ai maintenant vingt-cinq ans, pour ceux qui sont nuls en calcul. Y avait deux amoureux qui s'appelaient Sinéad et James. Non, une seconde. Faut d'abord que je précise certaines choses.

Lire de la merde
Ne vous attendez pas à trouver dans ce livre d'interminables longs passages fleuris poétiques pittoresques pleins de crétineries décrivant à quoi les choses ressemblent. Si je dois entrer autant dans les détails je prendrai une photo ou je ferai un dessin. Ceci pour ceux qui comme moi détestent lire. J'ai toujours détesté lire et les livres je m'en suis toujours foutu, pourtant je savais que j'aurais pas d'imagination si, enfant, je lisais pas. J'écoutais de la musique et des fois je regardais la télé avec mon père. Y avait pas besoin de se servir de son imagination mais je m'en fichais. En ce qui me concernait, Le petit monde de Charlotte, Enid Blyton et toute la clique, c'était de la couille en barre. Un jour où l'institutrice m'aidait à épeler les mots, elle m'a fait répéter les lettres FROIDFROIDFROIDFROIDFROID, encore et encore. Ensuite elle m'a demandé quel mot elles formaient, et j'ai dit, «Tracteur», et toute la classe ils ont ri de moi. Et je lui ai demandé de qui ils riaient et elle a dit, «Ils rient de toi.» Et j'ai dit, «Pourquoi ?» Et la voilà qui répond, «Tu es même trop bête pour savoir pourquoi ils rient de toi.» J'ai juste hoché la tête et je me suis rassis. Je savais qu'elle allait pas me rappeler. J'étais un cas désespéré. Priez saint Jude, patron des cas désespérés. Est-ce qu'on avait de toute façon pas mieux à faire que lire de la merde ? C'est ce que je lui ai dit quand je me suis assis. Rires, gloussements, agitation générale, et Fitzhenry la Grosse qui m'envoie chez le maître et moi je me souviens pas du reste. Des lignes à copier, je suppose. Cinquante lignes et dans notre boîte une lettre que la mère pouvait même pas lire.
Fitzhenry la Grosse était tout le temps sur mon dos pour que je laisse Sinéad tranquille et que j'arrête de la suivre partout mais c'était même pas vrai. Grosse salope, oui.
Mais bon, ça c'était moi quand j'étais petit et là c'est moi maintenant. Je suis pas vieux mais je suis plus vieux que je l'étais alors et je me suis déjà sorti du pétrin une ou deux fois et je suis toujours en un seul morceau.
Paraît qu'en plus j'ai fait une fixation sur elle. C'est l'avis de ce psy que j'ai vu récemment. Ouais, le Dr. Quinn m'envoie aussi chez d'autres psy. Le Dr. Quinn est mon super pote. Mais ce type-là m'a expliqué que les gens qui ont des troubles de la personnalité font souvent des fixations sur ceux qu'ils rencontrent au cours de leur vie. Seulement voilà, Sinéad, il la connaissait pas. Tous ceux qui ont connu Sinéad ont fait une légère fixation sur elle. Jeunes et vieux. Et pas seulement les hommes. Les femmes aussi. Partout où elle allait les femmes parlaient. Comme une cloche que l'on sonne ou une merveille timidement racontée. J'ai volé ce truc-là à un mec d'avant, un poète. C'est le vieux maître Higgins qui nous a appris ça. Les hommes qui l'avaient vue buvaient à grandes goulées et gardaient le silence. Peu, à la lumière des chandelles, l'auraient trouvée trop fière. Car c'est à l'arbre que l'on reconnaît la maison du fermier anglais. Quand la nuit en mer s'animait et que le feu attirait la foule. On disait sa beauté semblable à une musique fredonnée.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia