Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Jean Pruvost

enchante les media

Thierry Hesse

signe une confession captivante

Éric Neuhoff

fait entendre la petite musique du coeur

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Anne Sinclair

cherche la boussole

Stéphane Pair

est journaliste à France Info (Radio France)

Niiia Weijers

a étudié la littérature à Amsterdam et à Dublin.

Karin Kalisa

a vécu à Hambourg, Tokyo et Vienne avant de s'installer à Berlin

Victor del Árbol

a été séminariste, policier, garde du corps

La famille Standjofski

est un méli-mélo de racines européennes

Nicolas Tackian

Il notamment créé avec Franck Thilliez la série ALEX HUGO pour France 2

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Régine Detambel

prend soin de nous, comme les livres

Christian Oster

Prix Médicis 1999, nous enchante à nouveau

Kamel Daoud

conquiert sa liberté par et dans l'écriture.

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Imre Kertész

Imre Kertész vécut l'écriture comme un acte existentiel et personnel,

Simona Sora

est une critique littéraire reconnue en Roumanie

Monique Bacchetta

présente les écrits mandéens

Frédéric Dard

sut marier grâce et grossièreté

Julia Kerninon

a toujours voulu être écrivain

François Busnel

est le journaliste préféré des libraires

Françoise Chandernagor

partage le bonheur de découvrir les poétesses inconnues

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Bertrand Dicale

explore les cultures populaires

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Nelly Kaprièlian

enquête sur le destin d'une actrice

Philippe Claudel

admire «la force qu'ont les hommes de ­durer»

Sempé et Marc Lecarpentier

apprécient l'amitié délicate et patiente

Fra Angelico

initie le courant des peintres dits «de la lumière»

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Jean-Paul Didierlaurent

est gâteux

Emmanuelle Pirotte

est ovationnée par les libraires et la presse (dont François Busnel)

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Céline Delavaux

présente une dizaine d'objets qui ont conquis le monde

Véronique Ovaldé

invite les parents et les enfants à ne pas avoir peur

Paul Bocuse

habille les poulets

Christine Van Acker

est drôle sans être méchante, caustique sans être cynique (Jérôme Garcin)

Christophe Quillien

est un aviateur sans boussole (et sans avion)

Muriel Barbery

raconte son chat

Annie Degroote

est native des Flandres françaises

Cassandra O'Donnell

passe des heures à discuter avec les libraires

Raymond Carver

fut élevé au rang des plus grands écrivains du siècle dernier

Jean-Paul Didierlaurent

est un faiseur d'histoires atteint de gâtisme

Hubert Haddad

pousse la fiction-vérité dans ses ultimes retranchements

Odile Verschoot

Rédige en nageant, écrit en séchant

Yann Queffélec

porte ce livre, comme un chagrin secret

Pablo Iglesias

observe les leçons politiques de Game of thrones

Claude Lorius

a quatre-vingt-trois ans. Il est glaciologue

Thierry Cazals

aime les promenades non balisées, les sentiers secrets, les chemins de traverse

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Mathias Enard

explore l'orientalisme

Daniel Lacotte

est écriveur

William Giraldi

est traduit par Mathilde Bach

Jérémie et Stéphanie Gicquel

ont une passion pour le froid polaire

Yann Queffélec

remue le couteau dans la plaie

Le Paris de Nicolas d' Estienne d'Orves

est un rêve intime, un monde secret, une parenthèse enchantée.

Arnaldur Indridason

est né à Reykjavik en 1961

Peter Heller

épouse l'action, la fureur, la poésie

Didier Daeninckx

raconte un beau souvenir de librairie (voir ses réponses au questionnaire décalé)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Diane Meur

réinvente brillamment le genre de la saga...

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Anne Poiré et Patrick Guallino

aiment les chats et la bonne humeur...

Frédéric Couderc

salue la force et la bienveillance de Nelson Mandela

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Aki Shimazaki

née au Japon, vit à Montréal...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Fanny Chiarello

est lauréate du Prix Orange du Livre 2015...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Arnaldur Indridason

dépasse le thriller...

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Cécile Huguenin

est une nomade...

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

ZEP :

Le trait du dessinateur est comme sa voix...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Les vieux ne pleurent jamais

Couverture du livre Les vieux ne pleurent jamais

Auteur : Céline Curiol

Date de saisie : 21/01/2016

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Collection : Domaine français

Prix : 21.00 €

ISBN : 9782330057909

GENCOD : 9782330057909

Sorti le : 06/01/2016

  • Les présentations des éditeurs : 06/01/2016

À soixante-dix ans, Judith Hogen vit désormais seule. Actrice à la retraite, elle a cessé de fréquenter les scènes artistiques new-yorkaises et se contente de la compagnie de sa voisine, Janet Shebabi, une femme de son âge fantasque et malicieuse.
Trouvant un soir entre les pages d'un roman de Louis-Ferdinand Céline une vieille photographie, Judith est transportée cinquante ans en arrière et soudain submergée de tendresse et de ressentiments. Face à ce visage longtemps aimé, elle se surprend à douter des choix du passé.
C'est ce moment que choisit Janet pour lui proposer de partir, de s'embarquer dans un voyage organisé aussi déroutant que burlesque au cours duquel s'établit entre elles un compagnonnage heureux hors des convenances de l'âge.
De retour à Brooklyn, Judith doit bien admettre que la raisonnable passivité que lui impose la société devient insupportable. Elle décide de repartir en voyage, dans son pays natal, cette France quittée dans les années soixante, là où demeure cet homme, celui de la photo, ce héros.
Céline Curiol convoque ici avec humour les paradoxes de l'âge à travers le mystère de la permanence, de la persistance des liens entre les êtres.
Qu'ils soient amis, frère et soeur ou amants, que reste-t-il de ces attaches qui les construisent, les rassurent ou les abîment ?

Céline Curiol est née en 1975 à Lyon. Son oeuvre est publiée aux éditions Actes Sud. Après avoir vécu une douzaine d'années à l'étranger, principalement à New York, elle réside à Paris.



  • La revue de presse Virginie Bloch-Lainé - Libération du 21 janvier 2016

Dans «Les vieux ne pleurent jamais», l'auteure oppose les caractères de deux femmes octogénaires...
Le passage du temps permet les retrouvailles. Elles sont nombreuses et donnent au roman ses plus belles scènes ; à cette fiction sur la vieillesse, son prix. Par quel événement commencer le récit de sa vie auprès d'une parente perdue de vue depuis longtemps ? «Pour parvenir à remplir n'importe quelle jarre de pierres, de cailloux, de gravier et de sable, un professeur recommande à ses élèves de commencer par y mettre les éléments les plus volumineux puis ceux qui le sont de moins en moins, jusqu'aux plus fins, sous peine de ne pouvoir, en procédant autrement, les y faire tous tenir.» La recette rappelle celle du cake d'amour de Peau d'âne.


  • La revue de presse Bertrand Leclair - Le Monde du 7 janvier 2016

Fort d'une langue vive et souple, qui intègre dans son flux les esquisses de dialogues ou les ­citations de Voyage au bout de la nuit émaillant le récit comme autant de stations, Les vieux ne pleurent jamais fait plus qu'interroger avec une belle empathie ce que signifie être vieux dans un monde voué à la consommation ardente. « A quoi tenais-je  ? », se demande Judith, en bout de course  : à quoi tient-elle qui la tient en vie, cette septuagénaire ordinaire  ? Ou comment cerner d'une manière neuve ce qui nous anime, sous le corset des conventions.


  • La revue de presse Christine Ferniot - Télérama du 6 janvier 2016

Avec Judith pour guide, Céline Curiol cherche l'empreinte des lieux, les fantômes de la mémoire qui soudain réapparaissent, en donnant le vertige. Avec une intelligence aiguë et armée d'une écriture sensuelle, elle glisse de la comédie de moeurs à une gravité presque tragique. Un balancement à l'image de Judith, son personnage, dans le même temps femme somnolente qui ne veut plus être réveillée et fille ardente qui n'a rien oublié de ses passions, ses erreurs et ses audaces...
Bien loin des romans qui ricanent devant le troisième âge, ou feignent de s'en extasier, celui-ci, signé Céline Curiol, accompagne une authentique héroïne dans sa dérive, ses angoisses et ses instants de renaissance.


  • Les courts extraits de livres : 04/12/2015

Jamais je ne l'avais lu mais ce fut lui, ce soir-là, que ma main heurta. Allongée sur le canapé, je commençais à me laisser gagner par une agréable somnolence post-dînatoire, hypnotisée par l'uniformité beige du plafond que j'examinais depuis un moment, quand j'avais tendu le bras en arrière, pour vérifier si je pouvais encore bouger, et cogné le coin de sa reliure. Le livre était posé sur l'étagère qui jouxtait le canapé et qui contenait toutes mes possessions littéraires, ma modeste part de l'ancienne bibliothèque, propriété adorée d'Herb sur laquelle cette fille, sa fille pardon, avait fait main basse dès la disparition de son cher papa sous prétexte que je n'avais jamais eu pour eux assez de passion. L'énergie de ma vexation était passée dans le remplissage des cartons, toute opposition étant, à ce moment donné, au-dessus de mes forces. Je n'avais conservé qu'une trentaine de bouquins qui avaient été rangés là y étaient restés après qu'Irina était venue récupérer les objets qu'elle jugeait lui revenir de droit. Ensuite, il n'y eut plus que moi pour faire bouger les choses dans la maison. Des mois durant, le livre échappa aux réaménagements que j'opérais petit à petit afin de modifier la géographie d'un lieu qui conditionnait trop d'habitudes communes. Je l'avais oublié bien qu'il ait toujours été là, à une place où il était devenu d'emblée invisible.
Le livre avait dû m'être offert car je n'aurais jamais eu l'idée, moi, d'acheter un roman si épais, non parce que j'aurais été incapable de le lire, mais parce que m'aurait arrêtée la certitude que l'oeuvre d'un tel écrivain était réservée à des lecteurs plus aguerris. Je n'ai rien contre les mots. Pourtant lorsqu'ils cascadent de façon aussi imprévisible, j'ai l'impression d'être étourdie, comme si quelque chose dans mon cerveau se mettait à tournoyer à trop grande vitesse, un peu comme si j'avais bu une liqueur de fruits. Je n'ai rien contre les romans non plus, mais souvent, je leur trouve un goût d'artifice, je perçois le petit bruit de fond de leurs rouages ; on veut me conduire quelque part, à l'aveugle prétendument, mais les décors et les accessoires censés m'aiguiller ont quelque chose d'arbitraire, de falsifié. La table est rouge, il pleut, la femme porte une robe d'été, alors que la table pourrait être bleue, la pluie avoir la texture de la neige et la femme être vêtue d'un manteau noir.
C'est Herb qui avait jugé bon de me donner à lire ce livre qu'il estimait important, lui qui avait passé tant d'années à se gorger de lectures saines et sérieuses au point qu'on ne parvenait plus à savoir quelle spontanéité recelait ce qu'il professait, s'il ressentait encore le frisson de l'imprévu sous ses paroles bien pesées, pensées. C'était là l'un des talents qu'on admirait chez mon érudit mari, savoir se lancer dans des explications savantes sur à peu près n'importe quoi.
A l'envers, je ne parvenais pas à lire son titre. Du bout des doigts, je fis glisser l'ouvrage hors de sa rangée et vis alors, à cause de la lumière qui se reflétait de biais sur le lustré de la couverture, qu'une fine couche de poussière s'y était déposée et je me dis, association d'idées saugrenue, que je commençais à moins penser à Herb, qui n'était du coup peut-être plus tout à fait mon mari, mais seulement mon "ancien" mari, même si le terme semblait simultanément m'en séparer et l'immortaliser. Pour la première fois, j'ouvris le livre et en feuilletai quelques pages avant de revenir au début, prise d'une envie de vérifier cette histoire de première phrase que l'on me rabâchait lors des cours de français au lycée.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia