Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Jean-Baptiste Charcot, explorateur des pôles (Coffret)

Couverture du livre Jean-Baptiste Charcot, explorateur des pôles (Coffret)

Auteur : Serge Kahn

Préface : Anne-Marie Vallin-Charcot

Date de saisie : 23/12/2015

Genre : Histoire, Géographie

Editeur : Glénat, Grenoble, France

Collection : La Société de géographie présente...

Prix : 45.00 €

ISBN : 9782344008348

GENCOD : 9782344008348

Sorti le : 04/11/2015

  • Les présentations des éditeurs : 27/01/2016

Que serait devenue la recherche polaire en France sans les expéditions de Jean-Baptiste Charcot ? En effet, depuis la découverte de la terre Adélie par Dumont d'Urville en 1840, il aura fallu attendre Jean-Baptiste Charcot et ses deux importantes expéditions en Antarctique, en 1903-1905 à bord du Français, puis en 1908-1910 sur le Pourquoi-Pas ? pour que la France s'intéresse aux régions polaires. Grâce à ses missions, dont les résultats scientifiques sont impressionnants, Charcot s'inscrit dans la grande tradition polaire aux côtés d'Amudsen, Byrd, Nordenskjöld, Shakleton et Scott. Naviguant dans des conditions extrêmes à la lisière de la banquise, le commandant Charcot longe la terre de Graham et découvre à 70) sud un territoire totalement inconnu qu'il baptiste «terre Charcot» en l'honneur de son père, Jean-Martin, le célèbre neurologue français. Abondamment illustré par des documents issus des archives de la famille Charcot, cet ouvrage rend également compte des nombreuses campagnes menées par le navigateur dans les mers du Nord, de 1912 à 1936 : aux îles Féroé, à Jan Mayen, en Islande et sur la côté orientale du Groenland où, en 1934, il installe la mission ethnographique de Paul-Émile Victor.
Cette nouvelle édition propose au lecteur des reproductions en fac-similés de documents rares et inédits : télégrammes, cartes postales de Charcot à ses filles, menus illustrés à l'aquarelle, dessins de cartes de la main de Charcot, lettres, rapports d'expédition.

Serge Kahn : Président des «Amis du Commandant Charcot et du Pourquoi Pas ?», membre de l'Académie européenne de philatélie, Serge Kahn se passionne depuis de nombreuses années pour les activités françaises dans les régions polaires et s'intéresse plus particulièrement à Jean-Baptiste Charcot. Il y a quelques décennies déjà, c'est à travers l'histoire postale qu'il découvre la réalité du monde polaire. L'exploration et la conquête des pôles le fascinent. Il quitte le monde des affaires pour se consacrer à sa passion et faire vivre la mémoire de l'histoire polaire à travers ouvrages, articles, conférences et expositions. Serge Kahn a eu un triple privilège. D'abord, il a rencontré certains anciens compagnons de Charcot ainsi que Marthe Emmanuel, sa fidèle collaboratrice pendant près de dix ans à la Société de Géographie. Ensuite, il a navigué à plusieurs reprises sur les traces de Charcot en Antarctique et au Groenland oriental. Enfin, il a eu accès aux archives familiales.



  • La revue de presse Jean-Louis Le Touzet - Libération du 17 décembre 2015

Ce livre-coffret est sensationnel car il permet d'ouvrir la porte capitonnée de Jean- Baptiste Charcot, l'un des pères de l'océanographie, et ceci grâce à un travail précieux mené par Serge Kahn, qui a eu accès aux archives familiales. 35 reproductions en fac-similés permettent ainsi d'embrasser la vie inouïe d'un grand serviteur du monde polaire.


  • La revue de presse François Bostnavaron - Le Monde du 10 décembre 2015

Jean-Baptiste Charcot, explorateur des pôles, de Serge Kahn, préfacé par la petite-fille de l'explorateur, est un régal. Plus qu'un « beau livre », c'est un beau « livre-objet ». Serge Kahn connaît son Charcot (1867-1936) sur le bout des doigts...
Mais le véritable bonus de l'ouvrage, en sus des cartes et photos, pour certaines jamais publiées jusqu'alors, tient aux trente-cinq documents inédits, remarquables fac-similés, rangés dans des pochettes intercalaires. L'émotion est presque aussi grande que si l'on tenait l'original en main  !


  • La revue de presse Denis Sergent - La Croix du 25 novembre 2015

Esprit curieux, animé d'un fort charisme, il dirigera des missions scientifiques (géographie, géologie, océanographie, biologie) dans les années 1900, avant d'accompagner la mission ethnographique de Paul-Émile Victor au Groenland dans les années 1930, et de s'échouer sur la côte islandaise en 1936. Abondamment illustré de fac-similés de documents de familles et de dessins de la main de Charcot, ce coffret est un véritable journal de bord.


  • Les courts extraits de livres : 27/01/2016

Extrait du prologue

Au début du XXe siècle, quelques nations se manifestent dans un mouvement géographique que l'on a appelé l'assaut du pôle Sud. La France n'en fait pas partie. On se souvient à peine que c'est l'expédition française dirigée par Dumont d'Urville qui a été la première à mettre le pied sur le continent antarctique en janvier 1840. Après, la France semble se désintéresser des régions polaires et notamment de cet inconnu austral sans perspective coloniale.
Par un concours de circonstances, Jean-Baptiste Charcot donne en 1903, de sa propre initiative et avec son intime ferveur, le signal de l'aventure française en Antarctique en associant son pays à cette exploration des dernières taches blanches de la planète. L'heure paraissait arrivée d'en terminer l'inventaire commencé avec la Renaissance. Le Français puis le Pourquoi-Pas ? allaient laisser leur sillage dans ces mers polaires du Grand Sud.

Incontestablement, c'était le rôle joué par cet explorateur navigateur, sans implication gouvernementale significative et sans soutiens financiers importants, qui m'avait séduit il y a quelques années déjà lorsque je me penchais sur les activités françaises dans les régions polaires. Le nom de Charcot m'était tout de suite apparu au premier plan de l'histoire nationale. Le premier Français à hiverner en Antarctique prenait une valeur symbolique dans cette épopée humaine ponctuée de tragédies. Et dans cet environnement hostile où non seulement il se sentait isolé mais encore perdu car dénué de tout moyen de communication.

Les mobiles essentiels de l'exploration polaire que sont le profit, le prestige et la puissance semblaient ne pas convenir à cet homme qui suivait sa propre voie. Et deux questions principales me venaient alors à l'esprit, dépassant ce rôle de pionnier français dans les glaces antarctiques.

Premièrement, comment un homme qui pouvait jouir tranquillement de la gloire et de la fortune paternelles a-t-il choisi de faire oeuvre utile en servant aux frontières de l'impossible ? Comment côtoyer la facilité et n'admettre pour soi-même que la difficulté ? Deuxièmement, pourquoi tant d'hommes ont-ils voulu travailler à ses côtés ? Pourquoi sont-ils si nombreux ceux qui ont fait plusieurs campagnes sur le Pourquoi-Pas ?.

Pour répondre à la première question, il faut se souvenir que lorsque Jean-Baptiste, petit garçon, montrait une attraction manifeste pour les bateaux, son père, Jean-Martin, en observateur attentif, disait à sa femme : «Jean se fera une carrière et une gloire qui lui seront personnelles.» L'avenir lui a donné raison.
Non seulement Jean-Baptiste a tracé son propre sillage, vivant son rêve d'enfant, mais encore il n'a jamais regretté la décision de son père de lui faire faire des études de médecine. Jean-Baptiste Charcot avait coutume de dire : «La médecine mène à tout.» Son ressort principal, c'est l'action. Il ne peut vivre sans elle. Pas à son propre service, mais pour son pays.
À la Sorbonne, en janvier 1929, Jean-Baptiste Charcot termine sa conférence sur sa mission de 1928 à la recherche de l'explorateur Amundsen par ces mots : «Je range soigneusement mes moufles, mes bottes, tous mes vêtements polaires ; avec mon bateau, ils furent les auxiliaires de mes premiers efforts et les témoins d'illusions et d'espoirs qui disparaissent sous l'horizon du temps comme les sommets des icebergs sous l'horizon de la banquise. Nous avons vieilli ensemble, nous nous sommes usés dans le même travail ; avons-nous terminé ? À Dieu vat !»
Avec ce balancement du corps propre aux habitués du roulis, Charcot ne semble pas crédible ! Comment peut-il tourner le dos à l'action et mettre un terme à cette passion de la navigation, de la lutte avec les glaces ?


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia