Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Kamel Daoud

conquiert sa liberté par et dans l'écriture.

Vivian Gornick

est une véritable icône en Amérique

Geneviève Brisac

raconte plusieurs vies dans les tragédies du siècle dernier.

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Michel Onfray

partage le plaisir d'augmenter le savoir

Catherine Locandro

partage le plaisir des mots

Juliet Nicolson

interroge la notion de filiation

Imre Kertész

Imre Kertész vécut l'écriture comme un acte existentiel et personnel,

Philippe de Pierpont et Eric Lambé

viennent de remporter le Fauve d'Or du 44e festival d'Angoulême

Yves Bigot

raconte son amour de la chanson

Gérald Tenenbaum

est un regard

Simona Sora

est une critique littéraire reconnue en Roumanie

Monique Bacchetta

présente les écrits mandéens

Frédéric Dard

sut marier grâce et grossièreté

Marc Lambron

a été élu à l'Académie française en 2014.

Julia Kerninon

a toujours voulu être écrivain

Thierry Frémaux

est un enfant des Minguettes

La poétesse Eleni Sikelianos

a une grand-mère pas comme les autres

François Busnel

est le journaliste préféré des libraires

Jean-Claude Lalumière

habite chez son chat, désormais

Olivier TRUC

vit à Stockholm où il est le correspondant du Monde

Pascal Quignard

raconte la naissance de notre langue

Marina Skalova

aime la poésie, le théâtre, et le thé noir.

Françoise Chandernagor

partage le bonheur de découvrir les poétesses inconnues

L'écossais Peter May

vit dans le Lot. il a conquis le monde entier.

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

Marie Darrieussecq

rend très bien l'urgence de se donner à la création.

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

François Mitterrand

accueille Anubis

Daniel Arsand

recompose une langue pour dire la rage et la tristesse

Marie Darrieussecq

publie sa première biographie en langue française

François Bégaudeau

aimerait partager quelques sourires.

Mathieu Lindon

explore ses oublis

Stéphanie Dupays

signe un premier roman mordant sur le monde du travail

Bertrand Dicale

explore les cultures populaires

Ta-Nehisi Coates

est placé dans la lignée de l'écrivain noir américain James Baldwin.

René Depestre

À plus de 90 ans, anime une langue virevoltante et vivifiante (Librairie LA BUISSONNIÈRE à YVETOT)

Benoît Bonnemaison-Fitte

(ou Bonnefrite, ou Bonfrit, c'est selon l'humeur) est un drôle de gus.

Annick de Giry

est historienne de l'art, auteur pour la jeunesse et passionnée de voyages.

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

L'écrivain Emmanuel Carrère

ne s'efface jamais derrière le journaliste

François Garcia

est médecin, il vit et exerce à Bordeaux

James Lee Burke

est le maître du roman noir américain

Michka Assayas

a tous les talents

Mathieu Laine

enseigne la philosophie politique

Matthias Lehmann

conte l'enfance d'un garçon travesti en fille

Vladimir Vertlib

écrit là un grand roman russe, énergique, fascinant

Lyonel Trouillot

raconte l'âme haïtienne sous le signe de la beauté fulgurante des mots

Cécile Ladjali

d'origine iranienne, est agrégée de lettres modernes

Catherine Koleda

relate la famine planifiée par Staline
(voir Libération) :
http://comite-ukraine.blogs.liberation.fr/2016/01/18/un-livre-decouvrir-litineraire-dun-survivant-du-stalinisme-en-ukraine/

Patrick Rambaud

a toujours vécu entre les livres

Bertrand de La Vaissière

enfant, n'aimait pas les livres

Marc Vella

parcourt le monde avec son piano à queue

Charles King

évoque la naissance de l'Istanbul moderne évoque la naissance de l'Istanbul moderne à travers la vie d'un palace

Nelly Kaprièlian

enquête sur le destin d'une actrice

Franck Courtès

enfant, adorait l'acte d'écrire

Julie Ewa

est une vraie grand-mère...

Philippe Rahmy

s'abandonne au mouvement de l'écriture

Anaïs Ginori

raconte le destin du kiosquier de Charlie

Céline Curiol

cherche l'empreinte des lieux

Richard Flanagan

est un virtuose

Philippe Claudel

admire «la force qu'ont les hommes de ­durer»

Sempé et Marc Lecarpentier

apprécient l'amitié délicate et patiente

Patrick Lapeyre

évoque la possibilité d'un nouvel amour

Jean-Baptiste Charcot

donne en 1903 le signal de l'aventure française en Antarctique

Fra Angelico

initie le courant des peintres dits «de la lumière»

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Jean-Paul Didierlaurent

est gâteux

Emmanuelle Pirotte

est ovationnée par les libraires et la presse (dont François Busnel)

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Céline Delavaux

présente une dizaine d'objets qui ont conquis le monde

Véronique Ovaldé

invite les parents et les enfants à ne pas avoir peur

Paul Bocuse

habille les poulets

Christine Van Acker

est drôle sans être méchante, caustique sans être cynique (Jérôme Garcin)

Christophe Quillien

est un aviateur sans boussole (et sans avion)

Muriel Barbery

raconte son chat

Annie Degroote

est native des Flandres françaises

Cassandra O'Donnell

passe des heures à discuter avec les libraires

Raymond Carver

fut élevé au rang des plus grands écrivains du siècle dernier

Jean-Paul Didierlaurent

est un faiseur d'histoires atteint de gâtisme

Hubert Haddad

pousse la fiction-vérité dans ses ultimes retranchements

Odile Verschoot

Rédige en nageant, écrit en séchant

Yann Queffélec

porte ce livre, comme un chagrin secret

Pablo Iglesias

observe les leçons politiques de Game of thrones

Claude Lorius

a quatre-vingt-trois ans. Il est glaciologue

Thierry Cazals

aime les promenades non balisées, les sentiers secrets, les chemins de traverse

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Mathias Enard

explore l'orientalisme

Daniel Lacotte

est écriveur

William Giraldi

est traduit par Mathilde Bach

Jérémie et Stéphanie Gicquel

ont une passion pour le froid polaire

Yann Queffélec

remue le couteau dans la plaie

Le Paris de Nicolas d' Estienne d'Orves

est un rêve intime, un monde secret, une parenthèse enchantée.

Arnaldur Indridason

est né à Reykjavik en 1961

Peter Heller

épouse l'action, la fureur, la poésie

Didier Daeninckx

raconte un beau souvenir de librairie (voir ses réponses au questionnaire décalé)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Diane Meur

réinvente brillamment le genre de la saga...

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Anne Poiré et Patrick Guallino

aiment les chats et la bonne humeur...

Frédéric Couderc

salue la force et la bienveillance de Nelson Mandela

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Aki Shimazaki

née au Japon, vit à Montréal...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Fanny Chiarello

est lauréate du Prix Orange du Livre 2015...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Arnaldur Indridason

dépasse le thriller...

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Cécile Huguenin

est une nomade...

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

ZEP :

Le trait du dessinateur est comme sa voix...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Kannjawou

Couverture du livre Kannjawou

Auteur : Lyonel Trouillot

Date de saisie : 23/02/2016

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 18.00 €

ISBN : 9782330058753

GENCOD : 9782330058753

Sorti le : 06/01/2016

Dans la rue de l'enterrement, les jeunes rêvent à des jours meilleurs, rêvent de construire un monde nouveau. Mais Haïti est une île occupée, une île toute en contradiction comme les êtres qui la peuplent, une île entre poésie et réalisme, entre espoir et résignation.


Romancier et poète, Lyonel Trouillot raconte l'âme haïtienne sous le signe de la beauté fulgurante des mots. Intellectuel engagé, l'enfant de Port-au-Prince sait que la poésie peut nous sauver, même quand l'adversité est à son comble :
Cinq jeunes gens rêvent d'avenir dans le misérable quartier de la rue de l'Enterrement, proche du grand cimetière. Confrontés à la violence des rapports sociaux, usés par l'occupation militaro-humanitaire (le pays est placé sous contrôle de la communauté internationale) ces personnages ont pour viatique des révolutions fantasmées, les enseignements du «petit professeur» et de sa vaste bibliothèque, ou les injonctions de man Jeanne, farouche gardienne des règles d'humanité élémentaires. Le soir venu, les représentants des ONG aiment à s'encanailler au «Kannjawou», un bar local aussi pittoresque qu'authentique. Pendant ce temps, le peuple est simplement occupé à ne pas mourir...
Dans la culture populaire d'Haïti, le mot kannjawou désigne la fête, le partage. Mais à quelles réjouissances songer quand la souffrance est à ce point accablante ? En convoquant avec éclat sa dimension combative, Lyonel Trouillot met en scène la tragédie d'un pays pris en otage par les inégalités, les jeux de pouvoir et la précarité. Loin de toute rédemption, le poète nous fascine par l'ampleur, le souffle de son inspiration. Trouillot nous apprend le choix du mot juste et rend hommage à l'universalité de la langue française, chère à tous les poètes.


  • Les présentations des éditeurs : 21/01/2016

Cinq jeunes gens à l'orée de l'âge adulte rêvent en vain d'avenir dans le misérable quartier de la rue de l'Enterrement, proche du grand cimetière où même les morts doivent lutter pour se trouver une place. Confrontés à la violence des rapports sociaux et aux dégâts causés par des décennies d'occupation militaro-humanitaire dans leur pays placé sous contrôle de la communauté internationale, ils n'ont pour viatique que le fantasme d'improbables révolutions, les enseignements du "petit professeur" et de sa vaste bibliothèque, ou les injonctions de man Jeanne, farouche gardienne des règles d'humanité élémentaires - règles que bafouent allègrement les nantis et les représentants interchangeables des ONG planétaires. Ces derniers, le soir venu, aiment à s'encanailler au "Kannjawou", un bar local aussi pittoresque qu'authentique aux yeux de visiteurs décomplexés et surentraînés à détourner résolument le regard de l'enfer ordinaire que vit un peuple simplement occupé à ne pas mourir.
Dans la culture populaire d'Haïti, le mot kannjawou désigne, à l'origine, la fête, le partage. Mais à quelles réjouissances songer quand la souffrance, qui fait vieillir trop vite, accule à la résignation jusqu'à détruire la solidarité des communautés premières ? En convoquant avec éclat la dimension combative dont toute son oeuvre porte la trace ardente, Lyonel Trouil-lot met ici en scène la tragédie d'un pays qui, sous la férule d'enjeux qui ne sont pas les siens, pris en otage par les inégalités, les jeux de pouvoir et la précarité, dérive dans sa propre histoire, privé de tout projet collectif rédempteur.

Toute l'oeuvre romanesque de Lyonel Trouillot est publiée chez Actes Sud.
Dernier ouvrage paru : Parabole du failli (2013).



  • La revue de presse Sophie Joubert - L'Humanité du 18 février 2016

À travers le regard de cinq jeunes gens, le romancier haïtien raconte dix ans de présence étrangère dans un pays dévasté...
roche de la poésie, l'écriture de Lyonel Trouillot est dense, épurée, puissante. Les phrases sont soigneusement pesées. On aimerait les retenir toutes. Moins ­lyrique que Parabole du failli ou la Belle Amour humaine, Kannjawou est le roman d'un homme en colère qui interroge l'échec du politique, la place de la ­littérature et des intellectuels en Haïti...
Les livres ne peuvent pas tout, surtout pas chasser les militaires ou éradiquer la misère. Mais certains écrivains ont le pouvoir d'inventer avec les mots un territoire profondément humain, où la fête et la joie sont encore possibles. Lyonel Trouillot est de ceux-là.


  • La revue de presse Gladys Marivat - Le Monde du 11 février 2016

Dans Parabole du failli (Actes Sud, 2013), Lyonel Trouillot écrivait sur l'impuissance du langage, à travers le suicide à Paris d'un ami comédien. Ici, il place à nouveau la parole poétique au coeur de son livre : comment, pourquoi écrire ? Pour faire des détours, penser à autre chose qu'à la survie, bref, pour vivre, répond Kannjawou...
«Tu sais comment on devient un militant ? Faut commencer par être humain. Et un humain, ça parle des autres en s'excusant» : cette phrase, c'est un «vieux» qui la jette à la figure des jeunes du centre. Pour Lyonel Trouillot, elle semble s'appliquer d'abord à l'écrivain.


  • La revue de presse Marianne Payot - L'Express, février 2016

ONG en pays conquis, opposants intolérants... L'écrivain haïtien Lyonel Trouillot continue d'écrire pour crier sa révolte et faire bouger les lignes...
Agitateur, l'écrivain haïtien de 59 ans l'est à sa manière, avec ses fameux ateliers d'écriture du jeudi soir, son style envoûtant et ses romans sans faux-semblant. Le flamboyant Kannjawou est à ce titre l'un des plus audacieux.


  • La revue de presse Valérie Marin La Meslée - Le Point, février 2016

Et si on allait voir un peu à quoi rêve (ou ne peut pas rêver) la jeunesse haïtienne en lisant le dernier roman de Lyonel Trouillot ? Dans Kannjawou, l'écrivain éclaire en profondeur le paysage que l'actualité met sous ses feux : le refus de l'ingérence étrangère paralysante, le désir de reprise en main de son destin par le peuple haïtien, et autres mouvements de fond qui courent aujourd'hui dans les rues de la capitale, Port-au-Prince...
Ce roman aurait pu porter un autre titre : «Le Milieu du vent», extrait d'une de ces phrases qu'un écrivain de sa trempe sait porter loin dans le coeur des lecteurs : «L'amour, c'est ça aussi. Aller voir le milieu du vent.» Et au milieu du vent, force incontrôlable, marchent les enfants. C'est dire que, tout en radiographiant le paysage dévasté qui l'entoure, Trouillot ne perd pas le fil de La Belle Amour humaine, titre d'un précédent roman emprunté au voeu de son aîné, le romancier haïtien Jacques Stéphen Alexis, prononcé en 1957 : «Aimons et ayons confiance un peu plus en l'homme de partout, c'est-à-dire en nous-mêmes, et que cela se traduise dans nos actes comme dans nos oeuvres.»


  • La revue de presse Corinne Renou-Nativel - La Croix du 20 janvier 2016

L'écrivain haïtien Lyonel Trouillot séduit avec la chronique souriante et désenchantée d'un quartier défavorisé d'une capitale, où cohabitent vivants et morts...
Avec sa verve habituelle, dans une langue généreuse qui coule à flots, Lyonel Trouillot décrit le petit univers du Grand Cimetière, la bande des cinq qui s'effiloche au fil des pages et la capitale scindée en deux mondes. Il mêle la description pittoresque à une réalité cruelle, concilie regard poétique et vision politique, ajoute à son humour mélancolique une grosse pincée de désespoir.


  • Les courts extraits de livres : 05/12/2015

"C'est en suivant ses lignes de faille, quand on préfère aux choses l'apparence des choses, qu'on se trompe d'itinéraire et devient le clown de soi-même." J'ignore où man Jeanne s'en va chercher des phrases comme ça. S'il faut croire ce qu'elle raconte, elle n'a connu dans son enfance que la peau grise du syllabaire* et un livre de calcul mental s'arrêtant à la règle de trois. Peut-être les adages contiennent-ils quelque vérité, l'âge amène parfois la raison. Et il est de vieilles dames qui, sans avoir rien lu, peuvent se mettre aux heures graves à parler comme un livre.
Assis sur le bord du trottoir, devant la maison de man Jeanne, c'est l'un de nos sujets favoris, avec le petit professeur : les âges et les itinéraires. Pourquoi vas-tu ici et pas là ? Qui en toi est le maître du chemin que tu suis ? Toute marche conduit-elle quelque part ? Popol, mon frère, dit que j'ai fait mes premiers pas à un an. Il y a donc vingt-trois ans que je marche. Je sais exactement le nombre de pas entre le bord du trottoir devant la maison de man Jeanne et l'entrée principale du grand cimetière, entre le grand cimetière et la faculté de linguistique, entre la faculté de linguistique et la succursale de la banque commerciale où des militaires étrangers en uniforme entrent parfois avec leurs armes, entre la succursale de la banque commerciale et mon bord de trottoir. Je sais aussi que, depuis l'enfance, tous mes pas me ramènent au bord du trottoir, devant la maison de man Jeanne. Mon lieu de méditation où, sentinelle des pas perdus, je passe mon temps à cogiter sur la logique des parcours. Sentinelle des pas perdus. C'est le petit professeur qui m'appelle ainsi. Pourtant il est comme moi, avec trente ans de plus. Ou je suis comme lui, avec trente ans de moins. Sentinelles des pas perdus. Sans pouvoir rien y changer, nous passons beaucoup de temps à deviser sur les itinéraires. Et le soir, nous nous posons des questions qui restent sans réponses. Quel chemin de misère et de nécessité a emprunté un garçon né dans un village du Sri Lanka ou dans un bidonville de Montevideo pour se retrouver ici, dans une île de la Caraïbe, à tirer sur des étudiants, détrousser les paysannes, obéir aux ordres d'un commandant qui ne parle pas forcément la même langue que lui ? Quel usage est fait de la part de sa solde qu'il envoie dans son pays à une mère ou une épouse ? Son premier viol, l'a-t-il commis dans son village natal, sur une amie d'enfance ou une petite cousine ? Ou est-ce une habitude venue avec l'éloignement, l'inconfort des baraques en pays inconnu ? A-t-il été entraîné par ses pairs ? Quand on se meurt d'ennui et qu'on possède des armes, la violence peut servir de passe-temps collectif. Et cet énième adolescent, retrouvé mort à côté de la base militaire où sont consignés les soldats nés au Sri Lanka, à Montevideo, ou ailleurs dans le vaste monde, quel besoin de caresses ou d'argent, ou peut-être de voyage, l'a poussé dans les bras de ses violeurs ? (...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia