Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Jean Pruvost

enseigne l'histoire de la langue française

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Lucie Desaubliaux

séduit par son écriture au scalpel et ses dialogues imparables

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Anne B. Ragde

est l'une des plus grandes romancières Scandinaves,

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Les personnages de Jacques Vandroux

lui offrent des nuits balanches

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Virginie Despentes

est l'auteure notamment de "Les Jolies choses"

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jordan Harper

est originaire du Missouri

José Luis Zárate

est considéré comme un pionnier des littératures fantastiques au Mexique.

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Illettré

Couverture du livre Illettré

Auteur : Cécile Ladjali

Date de saisie : 11/03/2016

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Collection : Domaine français

Prix : 19.00 €

ISBN : 9782330057916

GENCOD : 9782330057916

Sorti le : 06/01/2016

Roman sur l'illettrisme vécu par Léo, un jeune francilien de 20 ans écarté des études à l'âge de 13 ans.

L'auteur nous décrit le combat quotidien que mène son héros, la manière dont il fait tout pour cacher son secret, ses voyages dans le métro où le nom des stations sont pour lui un mystère, sa manière de commander la même chose que ses amis quand il se rend au restaurant avec eux.
Quand Léo rencontre Sybille, sa voisine, et commence à la fréquenter, c'est un nouveau monde qui s'ouvre à lui.

Pas d'apitoiement et beaucoup de courage, ce livre est une nouvelle manière d'aborder le sujet et je ne regrette pas de l'avoir lu.


  • Les présentations des éditeurs : 17/01/2016

Illettré raconte l'histoire de Léo, vingt ans, discret jeune homme de la cité Gagarine, porte de Saint-Ouen, qui chaque matin pointe à l'usine et s'installe devant sa presse ou son massicot. Dans le vacarme de l'atelier d'imprimerie, toute la journée défilent des lettres que Léo identifie vaguement à leur forme. Élevé par une grand-mère analphabète, qui a inconsciemment maintenu au-dessus de lui la chape de plomb de l'ignorance, il a quitté le collège à treize ans, régressé et vite oublié les rudiments appris à l'école. Puis les choses écrites lui sont devenues peu à peu de menaçantes énigmes. Désormais, sa vie d'adulte est entravée par cette tare invisible qui grippe tant ses sentiments que ses actes et l'oblige à tromper les apparences, notamment face à sa jolie voisine, Sibylle, l'infirmière venue le soigner après un accident. Réapprendre à lire ? Renouer avec les mots ? En lui et autour de lui la bonne volonté est sensible, mais la tâche est ardue et l'incapacité de Léo renvoie vite chacun à la réalité de ses manques : le ciel semble se refermer lentement devant celui que les signes fuient et que l'humanité des autres ignore.
Centré sur le combat de Léo contre son illettrisme, le nouveau roman de Cécile Ladjali est un livre d'énergie et de conviction qui ouvre une voie imprévue et poétique sur ce handicap invisible, poursuivant une réflexion qui lui est chère autour des mots, de l'école, de la dignité et de l'estime de soi, impossibles sans le langage.

D'origine iranienne, Cécile Ladjali est agrégée de lettres modernes. Elle vit à Paris, où elle enseigne la littérature dans le secondaire ainsi qu'à la Sorbonne nouvelle. Chez Actes Sud ont déjà paru Les Souffleurs (2004), La Chapelle Ajax (2005), Louis et la Jeune Fille (2006), Les Vies d'Emily Pearl (2008), Ordalie (2009), Aral (2012), Shâb ou la nuit (2013), et une pièce de théâtre, Hamlet/Électre (2009, Actes Sud-Papiers).



  • La revue de presse Bernard Pivot - Le Journal du Dimanche du 17 janvier 2016

Comment s'écrit le mot amour ?...
De tous les handicaps, l'illettrisme est l'un des plus douloureux, ne serait-ce que parce qu'il est caché et que, soudainement révélé aux autres, il suscite plus souvent incrédulité, risée ou dédain que vraie compassion et aide. L'illettrisme est un calvaire. En en faisant le sujet de son nouveau roman, Cécile Ladjali, enseignante dans le secondaire et à la Sorbonne, a réussi un joli exploit : écrire un livre qui ressort de la littérature et des sciences sociales. C'était courageux et risqué de prendre Léo comme héros infortuné d'un roman; et c'était une belle idée d'écrivain puisque l'oeuvre est puissamment romanesque.


  • La revue de presse Alain Nicolas - L'Humanité du 14 janvier 2016

Un conte vibrant sur un jeune ouvrier Léo qui a perdu l usage des lettres...
Être illettré, c'est habiter un monde étrange, dangereux, douloureux, où se perdent espoir, amour, intégrité physique. C'est être incapable de voter sans se faire aider, de ­commander un plat au restaurant quand on invite une fille, de lire un panneau «Attention, danger». C'est laisser, à vingt ans, deux doigts sous une presse. Mutilé physiquement et socialement, c'est être un enfant à l'âge où l'enfance est perdue. On aura compris que le propos de Cécile Ladjali n'est pas un reportage sur l'illettrisme, pas plus un essai. Elle construit un personnage dont elle souligne la singularité...
Faire ressentir aussi profondément la douleur de cette vie hors du signe sans lourdeur ni la sécheresse est un vrai défi, que Cécile Ladjali relève en touchant au mythe.


  • La revue de presse Virginie Bloch-Lainé - Libération du 14 janvier 2016

Léo à la conquête du langage, par Cécile Ladjali...
Le nouveau roman de Cécile Ladjali a pour héros un illettré, qui souffre d'un handicap auxquels sont consacrés des articles, des documentaires, mais pas de romans. L'auteur crée un héros au sens plein, avec pour bagages ce corps et cette beauté qui ne passent jamais inaperçus, des projets, des initiatives courageuses et de funestes renoncements. De cela naît une dramaturgie qui tient et surprend le lecteur : bien malin qui peut prédire le dernier mot de cette histoire...
Cécile Ladjali invente la scène intérieure d'un jeune homme coupé des autres socialement et affectivement. Mais elle ne s'installe pas dans cet intérieur comme si elle était chez elle ; elle y entre à petits pas, sans parler à la place de Léo ; elle conserve la troisième personne du singulier et préserve ainsi des mystères.


  • Les courts extraits de livres : 06/12/2015

RUE DES MARTYRS

Maculé de petits ronds aux diamètres variables, l'asphalte est hérissé de reliquats de gomme. Les taches molles qu'ont fini par former les crachats des passants se détachent du sol de quelques millimètres. Les vestiges de chewing-gums anciens présentent une teinte anthracite, les plus récents se déclinent en une palette de verts et de roses.
Remontant la rue des Martyrs, Léo compte ces formes, et, puisque la semelle en crêpe de ses souliers est très fine, il tente de sentir le relief minuscule que ces fragments d'humanité ont imposé à la chaussée : 1. 2. 3. 4. Il organise sa pensée, anticipe les minutes qui s'égrènent comme les perles d'un chapelet invisible qui lui serrerait la gorge en même temps qu'il observe le noeud coulant du soleil fondre au-dessus des toits.
Il calcule et ainsi peut avancer à la seule grâce de cette galaxie fossile aux relents de menthe ou de fraise, parce que la vision de la femme collée au mur jaune du numéro 11 le terrifie. Cela fait un moment déjà qu'elle observe son manège derrière ses lunettes noires, arborées à la tombée du jour. Elle est très brune. Le type italien ou espagnol. Il trouve qu'elle ressemble à Giulietta Masina dans Les Nuits de Cabiria, film de Fellini qu'il a vu plusieurs fois car il aime les histoires de filles perdues. Ses cheveux bruns, ramenés en arrière à l'aide d'un bandeau à paillettes, encadrent un visage trop fardé. Sa robe parme ne va pas avec ses chaussures bleu dragée.
Il n'ose pas la regarder. Il remonte la rue jusqu'à la boîte de nuit Le Divan du Monde, où s'agglutine un groupe de touristes coréens. Beuglant des borborygmes bizarres, la horde avinée, en transe devant ce temple à fantasmes vanté par tous les guides touristiques, l'oblige à revenir sur ses pas. La prostituée s'agace. - Tu fais quoi, poussin, tu montes ou tu dégages ? Il s'abîme dans son rituel : 41. 42. 43. 44. La fille se décolle du mur jaune et poursuit Léo qui a continué à descendre la rue. Ses talons claquent. Les franges de son sac à main s'agitent dans l'air du soir. Parvenue à la hauteur du garçon, elle le saisit par le bras. - J'ai froid, j'ai presque pas travaillé aujourd'hui. T'as combien ? Il sort de sa poche un billet de 50 euros. - Avec ça, on va pas aller loin. Elle lui serre le bras de plus belle. Il la suit. Le couple disparaît dans le noir de la cage d'escalier. - C'est au sixième, poussin. Ils disent qu'ils vont installer un ascenseur. Mais en attendant, on a intérêt à avoir de bonnes guiboles. Je t'ai repéré en bas tout à l'heure. T'es bizarre. Dis, jamais tu parles ? (Il compte les marches : 115. 116. 117. 118.) On y est. Entre, t'es chez toi.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia