Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Les vies multiples de Jeremiah Reynolds

Couverture du livre Les vies multiples de Jeremiah Reynolds

Auteur : Christian Garcin

Date de saisie : 14/03/2016

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Stock, Paris, France

Prix : 17.00 €

ISBN : 9782234078895

GENCOD : 9782234078895

Sorti le : 06/01/2016

Il était de ces aventuriers du 19e siècle, de ceux qui font rêver tant leur vie abonde en péripéties. Des voyages mouvementés sur des mers hostiles. La découverte peut être de l'Antarctique. Des rencontres extraordinaires, de Symmes Jr, celui qui imaginait le monde des Terres Creuses, à Edgar A. Poe ami poète, en passant par S. Lewis, marin baleinier en quête du gigantesque cachalot blanc surnommé Mocha Dick dont le récit inspirera peut être H. Melville pour l'un des plus grands romans du siècle...
A découvrir sans tarder le fabuleux destin de Jeremiah Reynolds dans le nouveau et excellent roman de Christian Garcin !


  • Les présentations des éditeurs : 12/12/2015

Étonnant et fulgurant destin que celui de Jeremiah Reynolds : après avoir probablement été le premier homme à poser le pied sur le continent antarctique en 1829 et avoir fait de cette expédition un récit qui influença Edgar Allan Poe pour ses Aventures d'Arthur Gordon Pym, il devint colonel pendant la guerre civile chilienne, chef militaire des armées mapuches, avocat à New York, effectua un demi-tour du monde, et écrivit un récit de chasse au cachalot blanc qui fut peut-être à la source d'un des romans les plus lus et les plus commentés de la littérature américaine et mondiale.

Christian Garcin est l'auteur de nombreux ouvrages (romans, nouvelles, essais, carnets de voyage...) parmi lesquels La Piste mongole (Verdier, 2009), Des femmes disparaissent (Verdier, 2011), Les Nuits de Vladivostok (Stock, 2013) et Selon Vincent (Stock, 2014).



  • La revue de presse Alain Nicolas - L'Humanité du 10 mars 2016

John Cleves Symmes Jr n'est pas Jeremiah Reynolds, mais tout se passe comme si, dans les «vies multiples» de ce dernier, il y en avait une qui venait avant toutes les autres. Tout commence avant le commencement, avec le capitaine John Cleves Symmes Jr, qui montra toute sa valeur lors de la bataille de Queenston Heights, au bord du Niagara, où la jeune armée des États-Unis fut défaite par les Britanniques...
Entre le Gordon Pym de Poe et le Moby Dick de Melville, Christian Garcin campe Reynolds, plus romanesque que nature. Si sa vie suffit à un récit haut en couleur, il faut un romancier pour en faire un roman, hausser l'anecdote au niveau de l'épique, faire du baroudeur un aventurier. En somme, multiplier ses vies.


  • La revue de presse Florence Bouchy - Le Monde du 18 février 2016

Foisonnant, vivant, à la fois distancié et affectueux à l'égard de son personnage, Les Vies multiples de Jeremiah Reynolds instruit autant qu'il divertit. Christian Garcin sait ménager ses effets et susciter la curiosité du lecteur.


  • La revue de presse - Libération du 14 janvier 2016

Tout commence quand le capitaine John Cleves Symmes Jr, valeureux officier américain, prend sa retraite de l'armée le 18 juin 1815, exactement le jour où, de l'autre côté de l'océan, Napoléon subit son ultime défaite à Waterloo...
Le livre fait ainsi le récit rapide de l'existence hors du commun de Jeremiah Reynolds, de la terre creuse à Edgar Poe.


  • Les courts extraits de livres : 12/12/2015

1812-1815
Les guerres de John Cleves Symmes Jr

Au début du mois de novembre 1812, alors que les troupes napoléoniennes ignoraient encore qu'elles allaient combattre les Russes aux alentours de la ville de Borisov puis franchir la Berezina en abandonnant derrière elles des milliers de cadavres gelés ou noyés, d'autres troupes, de l'autre côté du monde, venaient quant à elles de livrer une bataille décisive près d'une autre rivière dont le nom, Niagara, s'il est également resté dans les mémoires, évoque cependant davantage la puissance et la majesté de la nature que sa rude ingratitude, et bien plus la blondeur de Marilyn que la détresse des grognards morts gelés.
Cette bataille, dite de «Queenston Heights», fut l'une des vingt environ qui, entre 1812 et 1815, virent s'affronter les troupes anglaises et américaines dans ce qui fut ensuite appelé la «seconde guerre d'indépendance». Le parallèle entre la bataille de Queenston Heights et celle de la Berezina se limite cependant à un hasard de calendrier qui fait que l'une a rapidement succédé à l'autre : les forces en présence en effet n'étaient pas comparables, ni le nombre des victimes. Aux cent mille combattants russes et français de l'une répondent à peine sept mille cinq cents Anglais et Américains de l'autre et, en regard des soixante-quinze mille morts et blessés sur le champ de bataille russe, les cinq cents victimes des bords de la rivière Niagara font pâle, et heureuse, figure. C'est d'ailleurs une caractéristique des batailles européennes d'avoir été formidablement massacrantes et gourmandes en vies humaines - règle que le siècle suivant ne ferait qu'illustrer de manière magistrale. La bataille d'Eylau en 1807 fut un carnage qui marqua longtemps les esprits, et la campagne de Russie cinq ans plus tard a laissé des traces profondes dans le souvenir des Russes, aussi bien que des Français. La bataille de la Berezina à elle seule vit s'affronter autant de combattants que la totalité des vingt batailles de la seconde guerre d'indépendance américaine, et coûta six à sept fois plus de vies humaines.
Lors de cette bataille de Queenston Heights, à l'issue de laquelle les Anglais perdirent leur plus brillant stratège, le général Isaac Brock, mais remportèrent cependant une victoire décisive, s'était illustré un officier américain de trente-trois ans nommé John Cleves Symmes Jr. Il se trouvait en poste à la fois à Fort Érié et à Fort Niagara, qui tous deux marquaient la frontière canadienne à l'embouchure de la rivière du même nom sur le lac Ontario. Impétueux et courageux, il avait capturé lui-même plusieurs officiers britanniques qu'il gardait prisonniers dans les geôles du fort Érié, jugées plus sûres que celles du fort Niagara. Un émissaire anglais, le major Evans, avait proposé de les échanger contre des prisonniers américains. Mais le jour où, sans avoir prévenu quiconque, le major Evans parvint aux portes du fort Erié, John Cleves Symmes Jr se trouvait à Fort Niagara. Son supérieur, le major Van Rensselaer, qui eût pu le recevoir, était quant à lui souffrant. C'est donc un aide de camp de ce dernier qui, assisté de quelques officiers, s'entretint avec le major Evans.
(...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia