Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Jennifer Murzeau

raconte la joie d'être en vie

Jordan Harper

est originaire du Missouri

Roger-Pol Droit

élabore son esprit d'enfance

Pramoedya Ananta Toer

est né sur l'île de Java

Emmanuelle Becker-Papin

traverse la rivière des doutes

Joukje Akveld

est une journaliste et écrivaine néerlandaise.

José Luis Zárate

est considéré comme un pionnier des littératures fantastiques au Mexique.

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Gilles Paris

est un écrivain heureux et lucide

Caroline De Mulder

est professeur de lettres

Olivier Rolin

aime les trains russes

Jean-Noël Fabiani

est Professeur de chirurgie cardiaque

Jason Shiga

Il depuis toujours à Oakland, en Californie.

Bruno Bayen

Bruno Bayen est comédien, metteur en scène, traducteur et écrivain.

Vladimir Sorokine

est vénéré par les uns, détesté par les autres.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Laurence Nobécourt

a rendez-vous avec le Japon

François Hauter

vit à Montreux

Chez Frédéric Dard

Tout fut démesuré

Abdellah Taïa

est né à rabat

Jean Pruvost

enchante les media

Thierry Hesse

signe une confession captivante

Éric Neuhoff

fait entendre la petite musique du coeur

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Anne Sinclair

cherche la boussole

Stéphane Pair

est journaliste à France Info (Radio France)

Niiia Weijers

a étudié la littérature à Amsterdam et à Dublin.

Karin Kalisa

a vécu à Hambourg, Tokyo et Vienne avant de s'installer à Berlin

Victor del Árbol

a été séminariste, policier, garde du corps

La famille Standjofski

est un méli-mélo de racines européennes

Nicolas Tackian

Il notamment créé avec Franck Thilliez la série ALEX HUGO pour France 2

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Régine Detambel

prend soin de nous, comme les livres

Christian Oster

Prix Médicis 1999, nous enchante à nouveau

Kamel Daoud

conquiert sa liberté par et dans l'écriture.

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Imre Kertész

Imre Kertész vécut l'écriture comme un acte existentiel et personnel,

Simona Sora

est une critique littéraire reconnue en Roumanie

Monique Bacchetta

présente les écrits mandéens

Frédéric Dard

sut marier grâce et grossièreté

Julia Kerninon

a toujours voulu être écrivain

François Busnel

est le journaliste préféré des libraires

Françoise Chandernagor

partage le bonheur de découvrir les poétesses inconnues

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Bertrand Dicale

explore les cultures populaires

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Nelly Kaprièlian

enquête sur le destin d'une actrice

Philippe Claudel

admire «la force qu'ont les hommes de ­durer»

Sempé et Marc Lecarpentier

apprécient l'amitié délicate et patiente

Fra Angelico

initie le courant des peintres dits «de la lumière»

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Jean-Paul Didierlaurent

est gâteux

Emmanuelle Pirotte

est ovationnée par les libraires et la presse (dont François Busnel)

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Céline Delavaux

présente une dizaine d'objets qui ont conquis le monde

Véronique Ovaldé

invite les parents et les enfants à ne pas avoir peur

Paul Bocuse

habille les poulets

Christine Van Acker

est drôle sans être méchante, caustique sans être cynique (Jérôme Garcin)

Christophe Quillien

est un aviateur sans boussole (et sans avion)

Muriel Barbery

raconte son chat

Annie Degroote

est native des Flandres françaises

Cassandra O'Donnell

passe des heures à discuter avec les libraires

Raymond Carver

fut élevé au rang des plus grands écrivains du siècle dernier

Jean-Paul Didierlaurent

est un faiseur d'histoires atteint de gâtisme

Hubert Haddad

pousse la fiction-vérité dans ses ultimes retranchements

Odile Verschoot

Rédige en nageant, écrit en séchant

Yann Queffélec

porte ce livre, comme un chagrin secret

Pablo Iglesias

observe les leçons politiques de Game of thrones

Claude Lorius

a quatre-vingt-trois ans. Il est glaciologue

Thierry Cazals

aime les promenades non balisées, les sentiers secrets, les chemins de traverse

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Mathias Enard

explore l'orientalisme

Daniel Lacotte

est écriveur

William Giraldi

est traduit par Mathilde Bach

Jérémie et Stéphanie Gicquel

ont une passion pour le froid polaire

Yann Queffélec

remue le couteau dans la plaie

Le Paris de Nicolas d' Estienne d'Orves

est un rêve intime, un monde secret, une parenthèse enchantée.

Arnaldur Indridason

est né à Reykjavik en 1961

Peter Heller

épouse l'action, la fureur, la poésie

Didier Daeninckx

raconte un beau souvenir de librairie (voir ses réponses au questionnaire décalé)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Diane Meur

réinvente brillamment le genre de la saga...

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Anne Poiré et Patrick Guallino

aiment les chats et la bonne humeur...

Frédéric Couderc

salue la force et la bienveillance de Nelson Mandela

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Aki Shimazaki

née au Japon, vit à Montréal...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Fanny Chiarello

est lauréate du Prix Orange du Livre 2015...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Arnaldur Indridason

dépasse le thriller...

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Cécile Huguenin

est une nomade...

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

ZEP :

Le trait du dessinateur est comme sa voix...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Allegra

Couverture du livre Allegra

Auteur : Philippe Rahmy

Date de saisie : 09/02/2016

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : La Table ronde, Paris, France

Prix : 15.60 €

ISBN : 9782710378563

GENCOD : 9782710378563

Sorti le : 07/01/2016

  • Le courrier des auteurs : 17/02/2016

1) Qui êtes-vous ? !
Un type ordinaire, musulman par mon grand-père, juif par ma grand-mère, chrétien par baptême, athée par défaut, contradictoire par la force des choses, révolté par principe, fraternel par conviction, écrivain par nécessité.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
«Allegra» est un roman d'amour, une déclaration à l'enfant que je n'ai jamais eu.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Le lion a rugi avant l'aube», première phrase du livre.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Les Nocturnes de Chopin par Daniel Barenboïm. Le premier Nocturne commence sans commencer. Six notes arrivent d'on ne sait où, si bémol, do, ré, la dièse, si, sol bémol, liées à la septième que Barenboïm isole dans un soupir, retardant le début, laissant ces six notes, plus une, orphelines, portées vers la suite par le besoin d'amour, un tourbillon vital, saisi au vol et comprimé avant d'être libéré dans la mélodie.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Le temps présent, même quand il est aussi dur qu'aujourd'hui, même quand ceux qui en parlent se laissent aller au simple constat du pire, sans faire l'effort de voir au-delà de leur plainte, de leur peur, parler au lecteur avec les armes de la littérature, lui offrir une perspective dans le marasme ambiant, s'emparer ensemble du mistigri, du chat noir, du diable peint sur la muraille, de la figure du migrant, du musulman, du terroriste, pour réinventer une fiction de l'étranger, en cherchant toujours, d'abord, l'individu sous le masque des apparences, la complexité derrière la solution à l'emporte-pièce du discours officiel. Au fond, je voudrais simplement suggérer à mes lecteurs que nous partageons la même humanité.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Changer de lieux et de supports, écrire dans l'inconfort d'une situation provisoire, à la guerre comme à la guerre, n'importe où, car le monde n'attend rien ni personne, il est aveugle et sourd, il n'existe que pour lui-même et dévore tout un chacun. Ce monstre, cet animal, il serait illusoire de vouloir l'amadouer au moyen de rituels ; il faut écrire sans se soucier d'autre chose que des phrases, du texte en cours, jeter toutes ses forces dans la bataille de l'écriture, sans penser à soi. Bricoler chaque jour ce qu'on peut avec ce qu'on a ; mettre un pied devant l'autre, un mot devant l'autre. Cela dit, je travaille le matin durant cinq jours par semaine, avant de basculer dans un rythme nocturne, le samedi et le dimanche, pour exposer mon écriture à la fois à la clarté de l'aube et à l'épaisseur de la nuit.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
Je préfère parler d'invitation. Invitation au voyage. M'abandonner au mouvement de l'écriture. Un geste en appelle un autre, tout est affaire de rythme, chaque phrase naît de la manière de poser les mains sur la page ou sur le clavier, de la manière de leur faire confiance, de les laisser courir en sachant qu'elles vont trébucher, s'égarer, mais qu'elles ont acquis suffisamment d'expérience pour vous mener quelque part, comme un cheval indiscipliné peut quitter le sentier, s'engager dans la forêt, sans pour autant perdre le sens de l'espace et du temps. Malgré tout, il ne faut pas se lancer à l'aveugle. Je sais, par exemple, que je peux écrire un texte lorsque j'en connais la première et la dernière phrase, les points d'entrée et de sortie.
Au bout du compte, ce sont les autres qui m'inspirent : j'écris pour connaître toutes ces vies que je ne vivrai pas.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ?
Le vendredi après l'école (j'étais en pension chez les Jésuites à Genève durant la semaine), mon père me faisait apprendre une fable de La Fontaine. Je devais avoir une dizaine d'années. Je passais la soirée à mémoriser le texte, avant de le réciter à mon père qui semblait le connaître par coeur, m'interrompant à la moindre hésitation, avant de me renvoyer dans ma chambre. «Tu reviendras quand tu seras prêt. S'il le faut, on y passera la nuit !» Ces allers-retours duraient parfois jusqu'au petit matin. Je m'effondrais enfin sur mon lit, libéré, après avoir dit le texte d'une traite, sans trembler, avec l'intonation voulue. Un jour, réalisant l'étendue de la corvée qui m'attendait (je découvris que La Fontaine avait pondu 240 fables, et que j'aurais, sans doute, connaissant la rigueur de mon paternel, à les apprendre toutes), et trébuchant, ce jour-là, toujours sur le même mot (il s'agissait du la fable Le Cierge qui débute ainsi : «C'est du séjour des dieux que les abeilles viennent»), j'ai décidé de le remplacer par un autre qui me venait naturellement. Ni une ni deux, «abeilles» se transforma en «abbesses». Je me présentai devant mon père sur le coup des 22 heures. Il était, comme toujours, plongé dans un San-Antonio. Je me suis lancé, le coeur battant. C'est du séjour des dieux que les abbesses viennent. Aucune réaction. J'ai récité la fable jusqu'à la fin. J'étais en nage. J'exultais. Mon père m'a congédié d'un geste de la main. C'est ainsi que je suis devenu écrivain. J'ai poursuivi mon travail de substitution les semaines et les mois suivants. D'une fois sur l'autre, je changeais davantage de mots, jusqu'au jour où j'ai produit une fable entièrement inventée, la 241e fable de La Fontaine. Je n'en garde aucun souvenir, mais je me souviens de mon père. Il m'a souri.


  • Les présentations des éditeurs : 17/02/2016

Londres, été 2012. Tandis que les Jeux olympiques se préparent dans l'effervescence, Abel erre à travers la ville, un carton sous le bras. Jeune trader plein d'avenir, père attentionné, il vient de tout perdre. Lizzie, sa compagne, l'a chassé de leur appartement et Firouz, son ami, son mentor, l'a viré de la banque où il l'avait fait embaucher. Échoué dans un hôtel au milieu d'autres laissés-pour-compte, migrants et réfugiés, Abel décide de remettre de l'ordre dans sa vie. Il se heurte à l'hostilité de Lizzie, qui refuse de le laisser voir Allegra, leur petite fille, et au chantage odieux que Firouz exerce sur lui. Quel prix devra-t-il payer pour redevenir celui qu'il était ?
Dans ce roman sous haute tension, Philippe Rahmy brosse le portrait d'un homme consumé à la fois par le désir et le déni.

Né à Genève en 1965, Philippe Rahmy est l'auteur de deux recueils de poésie parus aux éditions Cheyne - Mouvement par la fin avec une postface de Jacques Dupin (200$) et Demeure le corps (2005) - et d'un récit publié en 2013 à La Table Ronde, Béton armé, couronné de plusieurs prix littéraires et élu meilleur livre de voyage de l'année par le magazine Lire.



  • La revue de presse Jean-Claude Lebrun - L'Humanité du 4 février 2016

Le roman de Philippe Rahmy, d'une tonalité résolument noire, se présente sous des dehors énigmatiques...
Révélant alors une authentique fiction politique. Les dérives, les perversions et les violences du monde actuel peuvent en effet s'y donner à lire. Comme son rejet de l'humain et sa tentation nihiliste...
Après un livre de voyage remarqué, cet étonnant roman de l'obscurité du temps. Le passage à la prose du poète quinquagénaire genevois s'affiche comme une complète réussite.


  • Les courts extraits de livres : 17/02/2016

Le lion a rugi avant l'aube. Au lever du soleil, il s'installera sur une branche pour contempler sa progéniture. Un lionceau malade, presque mort. Puis Edgar posera son regard fatigué sur les hommes. Il les verra passer derrière les grilles, entre les arbres, marcher fièrement dans la rue et régner sur la ville comme il a régné sur la nature. Désormais, il chasse les mouches avec sa queue. Je l'écoute durant mes insomnies avec le sentiment de lui ressembler. Je lui rends souvent visite sur le chemin du bureau.

Oslo Court dort encore. Nous habitons, Lizzie et moi, un beau duplex de cet immeuble pour vieux nantis. Les rideaux de notre chambre sont tirés. Le visage de Lizzie, éclairé par la lampe, m'apparaît dans sa beauté. Puis elle se tourne vers le mur, et soupire en dévoilant son dos aux vertèbres saillantes. Elle a beaucoup maigri depuis la naissance d'Allegra.

Dehors, Edgar pousse son rugissement. Un grondement enroué, la plainte d'un roi déchu. Il va faire lourd. A midi, le soleil se plantera dans les immeubles de brique. Un orage éclatera en fin de journée, puis le soleil plein de vapeur disparaîtra comme un projecteur qu'on éteint. Tout à l'heure, un soigneur entrera dans la cage d'Edgar. Il portera un seau de viande, qu'il présentera aux enfants massés derrière la grille. La cage tremblera à chaque mouvement du lion, très agité. Le lionceau et sa mère apparaîtront. Le petit se déplacera avec peine sur ses pattes atrophiées. Les enfants feront, oh, c'est trop triste... avant de filer vers l'enclos des singes. Dans la cage, la lionne Nghala se tiendra entre Edgar et Simba, le lionceau, qui essaiera de manger. Le bassin collé au ciment, le dos arqué, tout le poids du jeune animal reposera sur ses épaules tremblantes. Sa tête disparaîtra à l'intérieur du seau, elle en ressortira barbouillée de rouge, replongera. Ce masque sanglant ressemble à mes cauchemars.

Mon histoire est celle de milliers d'autres, venus faire fortune à Londres, mais je serai le seul à la vivre, moi, Abel Iflissen, fils de Bouziane et de Sofines, petit-fils d'Anzar et de Nélia, d'Amghar et de Badira.

Depuis quinze jours, nous vivons sous les tropiques, en rasant les murs pour ne pas sortir de l'ombre, ou derrière les persiennes closes jusqu'au soir. L'aube, elle, est supportable. Je vais sur le balcon, allume une cigarette. Des retraités trottinent le long du parc, un chien en laisse dans une main, un sac à crottes dans l'autre. Les dernières chauves-souris chassent autour des lampadaires. Ma fumée se mêle à leur vol sinueux.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia