Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Lumière du monde

Couverture du livre Lumière du monde

Auteur : James Lee Burke

Traducteur : Christophe Mercier

Date de saisie : 24/02/2016

Genre : Policiers

Editeur : Rivages, Paris, France

Collection : Rivages-Thriller

Prix : 22.50 €

ISBN : 9782743634841

GENCOD : 9782743634841

Sorti le : 06/01/2016

  • Les présentations des éditeurs : 28/12/2015

De retour avec sa famille et son ami Clete Purcel dans le sauvage Montana, Dave Robicheaux se laisse troubler par une succession d'événements déplaisants. C'est d'abord Alafair, sa fille, qui évite de peu un pseudo accident de chasse ; puis Gretchen, la fille de Clete, qui entre en conflit avec un flic local. Enfin, Alafair se persuade qu'elle est suivie, et croit reconnaître un visage familier : Asa Surette, assassin multirécidiviste qu'elle avait interviewé, prétendument décédé dans un accident de fourgon lors d'un transfert. Est-il réellement mort ? Le doute s'installe, alors que des liens se dessinent entre plusieurs crimes sadiques et sexuels qui suggèrent qu'une présence véritablement maléfique hante ces paysages sublimes.

JAMES LEE BURKE a remporté, parmi bien d'autres récompenses, l'Edgar, le Crime Novel of the Year, le prix Mystère de la critique, le Grand Prix de Littérature policière, et a été nommé Grandmaster par les Mystery Writers of America en 2009. Trois de ses romans ont été adaptés au cinéma, dont Dans la brume électrique par Bertrand Tavernier. Sa série consacrée à Dave Robicheaux, le policier cajun, a fait le tour du monde.

«Bave Robicheaux est un homme d'action avec un oeil ûe peintre et une langue de poète.»
The Wall Street Journal



  • La revue de presse Gilles Heuré - Télérama du 24 février 2016

Un sadique trouble les vacances de l'inspecteur Robicheaux. Enquête dans le Montana, dont la nature sauvage incite à la méditation. Les livres de James Lee Burke sont comme des opéras, avec des récitatifs, des tempos différents et un finale dont seul un homme qui a vu la mort au fond des yeux aurait pu écrire le livret...
Dans ce magnifique Lumière du monde, aux dialogues percutants, on songe à Terrence Malick. De la même façon qu'il décrivait le bayou dans d'autres livres, Burke médite ici sur la nature du Montana et les morts qu'elle abrite : la lumière bleue qui coule dans un canyon, le vent qui caresse le faîte des mélèzes, les traces des cerfs et des castors dans les ruisseaux asséchés, les âmes errantes des Indiens massacrés au xixe siècle. Burke met ses bottes dans les traces de Thoreau et Whitman, sans oublier que la violence peut faire basculer ses personnages dans un combat à mort contre le mal absolu.


  • La revue de presse Roger Martin - L'Humanité du 4 février 2016

James Lee Burke, entre pessimisme de l'intelligence et optimisme de la volonté. Avec Lumière du monde, James Lee Burke confirme qu'il est le maître du roman noir américain. Que Dave Robicheaux se retrouve au coeur d'un Montana peuplé de figures inquiétantes dans un récit truffé d'actions et de rebondissements ne suffirait pas à distinguer ce roman d'autres à l'efficacité immédiate mais voués à l'oubli...
Depuis trente ans, Burke, «jeffersonien de gauche» qui aime à évoquer Woody Guthrie et les IWW, dénonce le cauchemar américain.


  • Les courts extraits de livres : 28/12/2015

Je n'ai jamais été doué pour les énigmes. Je ne parle pas de celles que résolvent les flics, ni de celles qu'on lit dans les romans, ou qu'on voit à la télévision ou sur des écrans de cinéma. Je ne parle pas non plus du mystère de la Création, ni des présences impalpables qui se tiennent peut-être juste de l'autre côté du monde visible. Je parle du mal, sans majuscule, mais quand même du mal, du type de mal que les sociologues et les psychiatres expliquent difficilement.
Les policiers gardent leurs secrets, peu différents en cela des soldats qui reviennent des champs de bataille avec un syndrome que les survivants de la Grande Guerre appellent le syndrome du regard d'après-combat. Je suis persuadé que la fable de la pomme cueillie sur l'arbre défendu est une métaphore destinée à nous garder de scruter trop profondément les tendances les plus sombres de l'âme humaine. Les photographies des prisonniers de Bergen-Belsen ou du camp d'Andersonville, ou les cadavres dans les fossés de My Lai, nous dérangent singulièrement, car ces manifestations d'une extrême cruauté humaine ont, la plupart du temps, été le fait de chrétiens baptisés. À un moment donné, nous refermons le volume contenant des images de ce type, nous le mettons de côté, et nous parvenons à nous persuader que ces événements étaient une aberration, due au fait d'avoir laissé des soldats trop longtemps sur le terrain, ou permis à une poignée de misanthropes de prendre le contrôle d'une bureaucratie. H n'est pas dans notre intérêt d'en extrapoler une signification plus large.
Hitler, Néron, Ted Bundy, la Chienne de Buchenwald ? Leurs actes ne sont pas les nôtres.
Mais si ces individus ne sont pas comme nous, s'ils n'ont pas les mêmes gènes, n'ont pas le même ADN, alors qui sont-ils, et qu'est-ce qui en a fait des monstres ?
N'importe quel flic des homicides vit avec des images dont il ne peut libérer ses rêves ; n'importe quel flic ayant enquêté sur un viol d'enfant a vu un aspect de ses frères humains dont il ne parle jamais à personne, ni à sa femme, ni à ses collègues, ni à son confesseur, ni à son barman. D existe certains fardeaux qu'on n'impose pas aux gens de bonne volonté.
Quand j'étais policier en civil au NOPD, je traitais ces problèmes dans un bar de Magazine Street, non loin du vieil Irish Channel. Avec son comptoir bordé d'un rail de métal, ses tables de bourrée tapissées de feutre et ses ventilateurs aux pales de bois, il était devenu l'église séculière dans laquelle la Louisiane de ma jeunesse, le monde du Bayou Teche, d'un vert doré, couvert de mousse, ombragé par les chênes, n'était qu'à une gorgée de moi. Je commençais par quatre doigts de Jack dans un verre épais, accompagnés d'une Budweiser mousseuse, et à minuit je me tenais à une extrémité du comptoir, armé, ivre et penché sur mon verre, moralement et psychologiquement détruit.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia