Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Dictionnaire amoureux de la liberté

Couverture du livre Dictionnaire amoureux de la liberté

Auteur : Mathieu Laine

Date de saisie : 28/01/2016

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Plon, Paris, France

Collection : Dictionnaire amoureux

Prix : 25.00 €

ISBN : 9782259221467

GENCOD : 9782259221467

Sorti le : 07/01/2016

  • Les présentations des éditeurs : 05/01/2016

Alors que notre liberté de penser, de s'exprimer, mais aussi simplement de rire, d'écouter de la musique, de prendre un verre à la terrasse d'un café, en un mot de vivre, peut être sauvagement assassinée, la liberté n'a jamais autant mérité qu'on la chérisse !
Aimer la liberté, c'est lui dédier tous les combats. C'est résister avec Char et Camus, dire non au communisme avec Orwell, non au nazisme avec Zweig et non à l'islamisme avec Sansal, Daoud, et l'immense majorité de l'humanité qui a soif d'exister sans peur et sans entraves.
C'est aussi déclarer sa flamme aux élans de la création humaine. C'est chanter «Ma liberté» avec Moustaki, danser avec Noureev et entreprendre, encore et toujours. C'est croiser des géants, Verdi, Delacroix, Chateaubriand, et penser à l'avenir. C'est parler de nous, aussi, de la France, de notre rapport complexe à la première de nos valeurs.
En ces temps d'incertitude, d'angoisse, mais aussi d'espoir, soyons tout naturellement amoureux de la liberté.

Mathieu Laine est entrepreneur, éditorialiste au Point, il enseigne la philosophie politique et l'économie à Sciences Po, et a écrit plusieurs essais dont La Grande Nurserie, Post Politique et La France adolescente.



  • La revue de presse Vincent Giret - Le Monde du 28 janvier 2016

La liberté sans modération, comme un talisman, comme une perspective, comme une réplique détonante aux maux qui nous assaillent. Il faut opposer la puissance de la liberté à la peur viscérale, à la tentation du repli général et de la sécurité barricadée. C'est le parti pris que l'essayiste Mathieu Laine défend dans un Dictionnaire amoureux de la liberté (Plon, 848 pages, 25 euros), un livre personnel, atypique et lyrique qui tombe à pic pour conjurer les risques de cette année qui vient. Disons-le tout net : ce n'est pas parce que la France a sculpté le mot de «liberté» tout en haut de sa devise républicaine que notre pays a noué, avec elle, une relation apaisée et confiante. Bien au contraire.


  • Les courts extraits de livres : 05/01/2016

Extrait de l'introduction

La liberté est première. Majeure, triomphale, toute-puissante, elle regorge d'énergie, de couleurs, de panache. Remède aux tyrannies politiques, aux déterminants sociaux, aux maladies de l'âme comme aux dérives sectaires, moteur de l'innovation, elle nourrit la droiture, la volonté, le beau geste, l'optimisme. Grâce à elle, rien n'est jamais perdu : c'est lorsque l'homme est libre qu'il est, indéfectiblement, notre dernière chance.
La liberté, c'est la quête autant que l'essence, la condition initiale de la vie. À la définition du mot «liberté», le Dictionnaire universel de Pierre Larousse ajoute d'ailleurs une exclamation explicite en forme de voeu : «Soyons libres d'abord !» Dans le même esprit, la leçon que consacre à la devise républicaine de la France le livre de lecture et de morale de Devinât ose, sans ambages, instruire les écoliers si ce n'est dans l'amour, du moins dans l'adoration de la liberté : «Telle quelle, ma liberté m'est chère. C'est pour moi le premier des biens. Sans elle, la vie n'aurait plus de prix.» La liberté parade fièrement, et ce n'est pas un hasard, au fronton de nos valeurs : «Liberté, égalité, fraternité», «un indicatif, davantage qu'un impératif», comme l'observe subtilement Mona Ozouf dans Les Lieux de mémoires orchestrés par Pierre Nora. Car on est libre, précisément, d'être ou de devenir libre, ou d'opter pour la servitude volontaire.
L'amour de la liberté, ce choix du coeur et de l'esprit, est au centre du progrès humain. Elle est la valeur incontournable, la condition première du bonheur. On ne peut vivre sans elle. On peut mourir pour elle. Mais on l'oublie aussi, trop souvent, en ces temps incertains. On lui préfère d'autres idoles. On s'habitue à elle, on finit par la mépriser, ne plus la remarquer, la délaisser. On l'accuse même, souvent. On la montre du doigt, lui marche dessus. Pire, on joue contre elle. Et, ce faisant, contre nous.
Le 11 janvier 2015, à la suite d'attentats islamistes en France, dont l'un décima une partie de la rédaction du journal satyrique Charlie Hebdo et l'autre s'en prit à une policière puis aux occupants d'un supermarché casher, puis de nouveau après l'horreur absolue du 13 novembre 2015, la population française a été saisie d'un sursaut d'amour pour la liberté. Son nom a reparu au sommet des affiches. La Liberté guidant le peuple a découvert sa traduction contemporaine dans une photo de Reuters prise place de la Bastille : les crayons brandis vers le ciel comme des minarets de l'esprit humain ont remplacé les barricades de 1830.
Ce jour-là, le photographe était sans doute, avec la foule des marchants comme celle, plus nombreuse encore, des regardants, épris de liberté. Eugène Delacroix, peignant son chef-d'oeuvre, devait l'être tout autant. Son père «officiel», Charles-François, aurait semble-t-il été le secrétaire de Turgot, le ministre le plus amoureux de la liberté de l'histoire politique française. Comme quoi le virus de la liberté peut aussi s'attraper par atavisme ! Cette remarque vaut d'ailleurs y compris si la rumeur faisant de Talleyrand son authentique géniteur devait être retenue. Le «diable boiteux», farouche défenseur du parlementarisme et salué par Benjamin Constant dans ses mémoires, était en effet un militant engagé de la liberté de la presse. «La liberté d'écrire ne peut différer de celle de parler : elle aura donc la même étendue et les mêmes limites», écrivait-il dans le Cahier des délibérations du clergé assemblé à Autun. Cependant, «elle sera assurée, hors les cas où la religion, les moeurs et les droits d'autrui seraient blessés»...


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia