Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Jean Pruvost

enseigne l'histoire de la langue française

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Lucie Desaubliaux

séduit par son écriture au scalpel et ses dialogues imparables

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Anne B. Ragde

est l'une des plus grandes romancières Scandinaves,

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Les personnages de Jacques Vandroux

lui offrent des nuits balanches

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Virginie Despentes

est l'auteure notamment de "Les Jolies choses"

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jordan Harper

est originaire du Missouri

José Luis Zárate

est considéré comme un pionnier des littératures fantastiques au Mexique.

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le kiosquier de Charlie

Couverture du livre Le kiosquier de Charlie

Auteur : Anaïs Ginori

Date de saisie : 19/01/2016

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Ed. des Equateurs, Sainte-Marguerite-sur-Mer, France

Prix : 15.00 €

ISBN : 978-2-84990-441-1

GENCOD : 9782849904411

Sorti le : 07/01/2016

  • Les présentations des éditeurs : 24/02/2016

Patrick tient le kiosque de Saint-Germain-des-Prés. Tous les jours, les dessinateurs Cabu et Wolinski viennent lui acheter les journaux. Le 7 janvier 2015, le rite est identique, comme le café du matin. Les deux dessinateurs prennent ensuite le chemin de la rédaction de Charlie Hebdo, sans savoir que la mort les attend.
Quelques heures plus tard, alors qu'il rentre tranquillement chez lui, près des Buttes-Chaumont, Patrick se fait braquer sa voiture par... les frères Kouachi, qui lui laissent la vie sauve : les deux tueurs entament leur folle cavale, qui s'achèvera dans une imprimerie de Dammartin-en-Goële.
Parce que «tout est signe et tout signe est message», Anaïs Ginori raconte les extraordinaires coïncidences de cette tragédie qui changea le visage de la France et nous en donne une lecture captivante : elle est l'une des premières journalistes arrivée au siège de Charlie après la fusillade. Mais elle choisit très vite de faire un pas de côté pour raconter ce que n'ont pas eu le temps de découvrir les chaines d'info en continu.
Le Kiosquier de Charlie décrit aussi la paradoxale renaissance de «l'âge de papier» alors qu'un journal pleure ses morts, la résistance miraculeuse de l'imprimé contre la barbarie. Récit décalé, enquête pleine de révélations et de témoignages surprenants, Le Kiosquier de Charlie est une petite mythologie de Paris et de l'écrit.

Anaïs Ginori est la correspondante à Paris du quotidien italien La Repubblica.



  • La revue de presse Jérôme Garcin - L'Obs du 14 janvier 2016

Le 7 janvier 2015, après avoir vendu "le Canard enchaîné" à Cabu et Wolinski, cet amoureux de la presse a été braqué par les frères Kouachi. Son histoire fait l'objet d'un beau récit...
A une telle succession de coïncidences, même le cinéma n'aurait pas cru. C'est l'objet du petit livre à la fois décalé et recentré que consacre Anaïs Ginori, correspondante à Paris de «la Repubblica»...
«Quand je l'ai rencontré, écrit-elle, j'ai compris pourquoi je faisais ce métier, pourquoi j'étais captivée par cet univers de papier qui résiste au temps.» Et à la tragédie.


  • La revue de presse Julien Rebucci - Les Inrocks, janvier2016

Parmi la multitude de livres-anniversaires, un an après les attentats de Charlie Hebdo, «Le kiosquier de Charlie», de la journaliste Anaïs Ginori marque sa différence. Un témoignage poignant et une déclaration d'amour à la presse papier, à l'heure où cette dernière vit des moments difficiles...
Anaïs Ginori, correspondante à Paris depuis deux ans et demi pour le quotidien La Repubblica a été l'une des premières journalistes à se rendre devant les locaux du journal satirique et se retrouver devant «cette scène de guerre qui l'a marquée à jamais.» Son livre, Le kiosquier de Charlie, est un témoignage poignant et subjectif, sobre sans tomber dans le racoleur d'une semaine qui a marqué la France à jamais.


  • La revue de presse Alexandra Schwartzbrod - Libération du 7 janvier 2016

Alors qu'il vient, quelques heures plus tôt en ce mercredi 7 janvier 2015, de vendre leurs journaux quotidiens à deux familiers du quartier dénommés Cabu et Wolinski, le kiosquier de Saint-Germain-des-Prés se fait braquer sa voiture, en rentrant chez lui, par... les frères Kouachi qui sortent tout juste de la rue Nicolas-Appert où ils ont abattu les célèbres dessinateurs de Charlie Hebdo...
Cet incroyable coup du destin n'a en effet pas échappé à la correspondante à Paris du quotidien italien la Repubblica, une des premières journalistes arrivée au siège de Charlie Hebdo après la fusillade (elle vit à deux pas). Plutôt que de reraconter le drame, elle a choisi d'utiliser le kiosquier de Saint-Germain comme fil rouge d'un récit sobre et terriblement émouvant où s'entremêlent des bouts de son histoire personnelle et une véritable ode à la presse papier.


  • La revue de presse Cyril Petit - Le Journal du Dimanche du 3 janvier 2016

Un livre revient sur l'histoire du marchand de journaux de Saint-Germain-des-Près, celui de Wolinski et Cabu. Le même qui, le jour de l'attentat du journal, s'est fait braquer sa voiture... par les frères Kouachi...
Le livre, très intéressant, d'Anaïs Ginori raconte le destin de Patrick, 68 ans, son quotidien de kiosquier, sa clientèle faite de beaucoup de gens "normaux" et de quelques personnalités (dont Karl Lagerfeld qui peut acheter jusqu'à 400 euros de magazines), sa journée du 7 janvier 2015. Il révèle aussi avec justesse le regard d'une journaliste qui a vécu et couvert cette tragique semaine de janvier. Le récit est subjectif et sobre. Il n'est pas racoleur mais bien vivant. La journaliste de La Repubblica était parmi les premières présentes rue Nicolas-Appert, près des locaux de Charlie Hebdo. Elle a passé du temps également dans les locaux de Libération qui accueillaient la rédaction de Charlie Hebdo. Et a, pour son livre, rencontré de nombreuses personnalités touchées par ces événements...
Le Kiosquier de Charlie est également une magnifique déclaration d'amour à la presse papier et à ceux qui la font. De la rédaction de Charlie à l'imprimerie de Dammartin-en-Goële, Anaïs Ginori parle "d'un fil de papier [qui] relie tous ces hommes, toutes ces victimes".


  • La revue de presse Gaïdz Minassian - Le Monde du 7 janvier 2015

Exercice cathartique, ce livre pour le moins singulier embrasse les événements du 7 janvier à contre-pied de la foison d'ouvrages qui paraissent sur ce thème depuis un an. Ici, pas d'enquête policière ni de démonstration d'experts sur les origines de la terreur islamiste ou l'anatomie de la nébuleuse djihadiste. Pas non plus de souci d'exhaustivité, juste un récit subjectif sans volonté de « spectaculariser »les faits. Des séquences d'humanité, des tranches de vie de citoyens lambda...
Le style est sobre, parfois touchant, avec ces petites pointes d'émotion que le regard professionnel de l'auteure a su essaimer sans tomber dans le pathos. Car au-delà du retour sur cette journée tragique du 7 janvier, notre consoeur lui donne une épaisseur sociale.


  • Les courts extraits de livres : 24/02/2016

Il faut être costaud pour vendre des journaux. Le mercredi est un jour de corvée. Patrick reçoit les premiers hebdomadaires : Le Canard enchaîné, L'Express, Télérama, L'Officiel des spectacles, Pariscope. Déjà, il doit préparer le retour des invendus, établir un inventaire, ficeler les paquets, coller des étiquettes sur chaque colis de journaux périmés. Baptêmes et funérailles dans le même bouquet. Un kiosque mêle les différents cycles de la vie. La présence dans les étalages court de quelques heures pour les quotidiens à quelques mois pour les revues spécialisées et les hors-série. Le seul à ne pas trépasser, c'est lui : Patrick, marchand de journaux depuis plus de trente ans. Avec sa gueule d'acteur américain, son allure baraquée, son regard vif et pénétrant sous un chapeau de feutre élégant, le kiosquier de Saint-Germain-des-Prés est toujours fidèle au poste. Rien de la petite comédie mondaine ne lui échappe.
Au petit matin, la camionnette blanche du distributeur monte sur le trottoir et se gare entre Les Deux Magots et la boutique Louis Vuitton. Des kilos de papier à soulever, à porter jusqu'au kiosque, à ranger dans un ordre précis. Une gymnastique indispensable pour retrouver rapidement les titres demandés dans ces quelques mètres carrés, veiller à une présentation alléchante et la plus complète. Une fois fermé, le kiosque semble tout petit. Puis, comme par miracle, telle une boîte magique, les portes se déploient : on dirait des ailes sur le trottoir.
Dès 4 h 30 du matin, Patrick est là. Méticuleux, il arrive tôt pour avoir le temps de mettre en place la mosaïque des magazines sur les tables à tréteaux, les quotidiens internationaux sur les tourniquets, les nationaux dans leurs panières verticales. Patrick aime la presse. Il y a de vieilles connaissances et de nouvelles fréquentations. Certains titres disparaissent. D'un jour ou d'un mois à l'autre, un trou se forme sur l'étalage, vite comblé. Le kiosque est toujours plein, Patrick a horreur du vide.
Les tables extérieures sont réservées à la mode internationale, à la déco, aux numéros spéciaux et aux hors-série. En dessous du comptoir, les magazines d'actualité, les people et les féminins. À l'intérieur du kiosque, à gauche, en partant du haut, c'est le règne des hobbys : la chasse, les tatouages, l'équitation, le jardinage, les jeux vidéo, les téléphones portables. En bas, la famille, la grossesse, les jeunes parents. Au centre, la musique, la photo, le sport, le théâtre, le cinéma, la littérature, la géopolitique, la moto et l'automobile, les mots croisés et les sudoku, les programmes télé. À droite, un étalage est consacré à la cuisine et au tourisme. Un autre mètre carré est occupé par les revues pour enfants et adolescents. Dans les recoins du haut, bien cachées, se trouvaient autrefois les revues pornos, dites «de charme» : les premières victimes papier d'Internet. Il en reste quelques-unes ; Patrick ne les vend pas, ce n'est pas sa clientèle.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia