Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Parade sauvage

Couverture du livre Parade sauvage

Auteur : Jean-Jacques Salgon

Date de saisie : 18/03/2016

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Verdier, Lagrasse, France

Prix : 14.50 €

ISBN : 9782864328605

GENCOD : 9782864328605

Sorti le : 03/03/2016

L'auteur a fait cet extraordinaire voyage dans les entrailles de la terre où il a eu le privilège de découvrir les sublimes fresques pariétales de nos lointains ancêtres, les Aurignaciens. «Après deux heures de plongée dans les tréfonds d'une lointaine mémoire... quelque chose là, me fut donné».
Ce récit parle de ce «quelque chose» d'inouï reçu dans la Grotte Chauvet d'Ardèche. Un récit érudit sur les traces de ces hommes modernes dans un environnement hostile et inhumain. Froid, lions, ours des cavernes, mégacéros et autres gigantesques mammouths laineux. Une confrontation quotidienne dont dépend la survie. Ils sont chasseurs, tueurs. Quels rapports ont-ils à l'animal ? Ces représentations pariétales conscientisent une perte, la perte de cette part animale d'eux-mêmes (de nous-mêmes ?) qui les soudait à l'organisation initiale mais aussi une accession à l'Humanité. Ils sont «les représentants d'un monde perdu», l'émergence d'un monde à venir et cette parade sauvage, en un fabuleux bestiaire de plus de 425 animaux, est un fragile et précieux message qu'ils semblent nous adresser depuis trente six mille ans.
Vraiment formidable !


  • Les présentations des éditeurs : 30/03/2016

«Comme des astres lointains depuis longtemps disparus mais dont on continue de capter l'éclat dans l'oeil des télescopes, les bêtes de Chauvet continuent de courir et de se bousculer sur les parois de la grotte, à la poursuite d'un monde perdu.

Lions des cavernes, rhinocéros laineux, mammouths au long pelage, ours des cavernes, mégacéros, aucun de ces sublimes animaux n'a survécu à la fin de la dernière glaciation. Équipés pour le froid, ces princes des steppes et des savanes, ces souverains emmitouflés dans leurs fourrures, s'en furent il y a 10 000 ans finir leur vie vers les plaines glacées de la Sibérie.

À Chauvet, ils nous adressent une dernière révérence sous les regards éblouis de ceux qui furent leurs sujets, mais qui, par un de ces desseins secrets de la nature, étaient déjà destinés à leur survivre.»

Jean-Jacques Saigon est né en 1948 en Ardèche. Il a séjourné en Algérie et en Côte d'Ivoire. Scientifique de formation, il a enseigné la physique.


  • Les courts extraits de livres : 30/03/2016

J'entre dans la caverne. Je n'ai ni lampe, ni torche. Le noir est total, sans outre-noir. On n'y voit rien. Les peintures sont là, plongées dans cette nuit profonde, et cela dure depuis plus de 20 000 ans.

*

Homo sapiens a un vilain défaut : il est curieux. Le 18 décembre 1994 trois spéléologues ardéchois, Jean-Marie Chauvet, Éliette Brunei et Christian Hillaire, désobstruent un diverticule et font entrer à nouveau la lumière dans la caverne. Les peintures sortent de l'oubli. Mais comment faire pour parvenir aujourd'hui à les voir ?

*

Jean Rouch, le grand cinéaste-ethnologue, aimait à citer ce proverbe ghanéen : «L'oeil de l'étranger ne voit que ce qu'il sait», auquel il faudrait adjoindre cette réflexion que Fontenelle place dans ses Entretiens sur la pluralité des mondes habités : «On veut savoir plus qu'on ne voit.» Quant au «on n'y voit rien», dont Daniel Arasse fait le sésame de tout regard porté sur l'oeuvre d'art, je le ressens alors que je tente de «voir» les peintures de la grotte Chauvet. Quelque chose en elles s'offre (dans leur fraîcheur, dans leur naturalisme, dans l'immédiateté de leur présence) et dans le même temps résiste, se dérobe (par le fait qu'elles me parviennent du fond d'un âge dont la mémoire s'est perdue, qu'elles semblent ne laisser filtrer qu'un épais mystère, qu'il est difficile de leur attribuer un sens précis). Éprouver ce mystère m'incite à vouloir le percer. C'est pour tenter d'y parvenir que j'emprunte aujourd'hui les chemins du savoir. J'ai sans doute la naïveté de croire que de savoir un peu plus que ce que je vois me permettrait enfin de mieux voir.

*

Le matin du mardi 10 août 2004, pendant environ deux heures, j'ai visité la grotte Chauvet. Pour la salle du Fond, où se trouve la grande fresque des lions, à cause des taux importants de CO2 et de radon qu'il y avait ce jour-là, je n'étais pas autorisé à stationner plus de dix minutes. Ces cent-vingt minutes, soustraites à la chaleur du plein été, cette plongée dans les tréfonds d'une lointaine mémoire, ont gardé pour moi la forme d'un rêve éveillé et l'éclat d'une grâce. Quelque chose, là, me fut donné.

*

Maintenant, je me rapproche de ces hardes, troupeaux de chevaux, rennes, bisons, aurochs, lions, mammouths, rhinocéros laineux.

(...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia