Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Entre ciel et Lou

Couverture du livre Entre ciel et Lou

Auteur : Lorraine Fouchet

Date de saisie : 16/05/2016

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Ed. Héloïse d'Ormesson, Paris, France

Prix : 21.00 €

ISBN : 9782350873480

GENCOD : 9782350873480

Sorti le : 10/03/2016

Comme dernière volonté, Lou demande à Joseph de s'assurer que leurs enfants soient heureux. Un véritable défi pour cet homme taciturne mais aimant, isolé sur son île de Groix. De découvertes en rebondissements, il s'en acquittera sans s'en rendre compte, juste en les regardant un peu plus. Un roman ébouriffant comme des embruns dans les cheveux et apaisant comme un bonbon au miel...


Jo est un mari heureux et comblé : sa femme Lou, 56 ans, est la plus aimante des femmes et des mères.
Tellement géniale qu'elle décide d'aller dans un EHPAD quand sa mémoire s'envole - son but étant de préserver sa famille avant tout. -
Mission qu'elle confie par testament à Jo, désemparé par la mort brutale de Lou. Mission double : Jo doit s'assurer du BONHEUR de ses enfants et petits-enfants.
Vaste programme quand on découvre Cyrian et Sarah, deux têtes de mule qui possèdent un caractère bien trempé.
L'Île de Groix se révèle être un lieu enchanteur et nous sommes pris au piège du décor ; de plus, Jo, cardiologue à la retraite, n'en n'a pas fini de nous éblouir (oui, il a du charme, même à 60 ans !)
Roman tendre, houleux, vrai comme le vivre-ensemble de nombreuses familles.
Lisez-le, vous me remercierez.


Petite pause entre 2 polars, un roman dans lequel on sent bien. Il est vivant, drôle, émouvant, sincère.
Avec finesse, on partage l'histoire d'une famille que l'on ne souhaite pas quitter.
C'est la vie ! La vraie !
Lu et apprécié par nos libraires à Maison Lacoste, le nouveau roman de Lorraine Fouchet "Entre ciel et Lou", un petit bijou à savourer.
Lorraine Fouchet, lauréate du Prix Ouest 2016 ! ! !

4ème de couverture :
Jo vient de perdre l'amour de sa vie, Lou. Alors que le notaire lit le testament, Jo comprend que Lou l'a trahi et se lance un dernier défi : renouer avec Cyrian et Sarah, ses enfants avec qui il a peu de contact.


  • Le courrier des auteurs : 29/06/2016

1) Qui êtes-vous ? !
Je m'appelle Lorraine Fouchet. (Lorraine comme la quiche, si je le précise on retient plus facilement mon nom). J'ai été médecin d'urgence au SAMU de paris et à SOS Médecins. Je suis écrivain, c'était mon rêve d'enfant. Romancière, plus précisément. Je suis aussi, parfois, pigiste ou scénariste. Je m'arrête toujours sur les accidents, bien sûr, je serai toujours médecin. Mais les livres aussi peuvent sauver une vie, rassurer, épauler, accompagner, on n'est plus seul avec un livre, on chemine ensemble.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
La Bretagne, l'espoir du bonheur, la famille, sur une petite île de 8 km sur 4 dans le Morbihan. Une famille c'est comme un élastique, on croit qu'on arrive à un point de rupture, puis tout reprend sa place. Y compris les secrets, les malentendus, les coeurs cabossés, les non-dits, les souffrances, la force et la tendresse. Sur l'île de Groix on rit, on pleure, on s'engueule, on se déchire, on tempête, on s'aime gros comme l'océan. Au début du livre, Jo, qui vit à Groix, perd sa femme Lou qu'il adorait. Dans son testament, elle le charge d'une mission : rendre heureux leurs deux enfants dont il ne s'est jamais occupé. Jo est stupéfait : Cyrian et Sarah sont de jeunes adultes, ils n'ont pas besoin de lui, leurs rapports se sont distendus, ils vivent à Paris. Et puis c'est quoi, le bonheur ? En général ? Et pour les héros de ce livre ? Qu'est-ce qui peut rendre Cyrian pétillant et léger ? Qu'est-ce qui fera briller les yeux de Sarah ? Qu'est-ce qui rend heureux les lecteurs et les écrivains ?

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«On ne sait pas de quoi on meurt mais on peut décider comment on vit».

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
La bande originale du film «La vie est belle» de Frank Capra : It's a wonderful life, de Dimitri Tiomkin. Comme dans mes romans précédents, la playlist musicale du livre est indiquée à la fin du roman. Il y a des chants de marins, Barbara, Jacques Brel, Serge Reggiani, Michel Tonnerre, il y a Mozart, Bach, Fauré et Verdi, il y a les musiques de films d'Ennio Morricone et de Nino Rota, c'est essentiel.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
L'île de Groix, un endroit magique, intense, rare et magnifique. C'est un roman pour ceux qui connaissent la Bretagne, et donc forcément l'aiment, mais également pour ceux qui ne la connaissent pas encore et qui vont avoir la chance de la découvrir. Je ne suis pas Bretonne, j'écris dès que je peux dans cette île, avec respect, estime et humilité, l'île appartient aux Groisillons qui se sont battus pendant des siècles, les hommes sur l'océan pour pêcher le thon, les femmes sur l'île pour cultiver la terre et nourrir leurs enfants, moi je ne fais qu'y passer le court temps d'une vie humaine.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Je peux écrire n'importe où, du moment que j'ai mon Mac portable. J'ai toujours un carnet et un crayon (Ikéa, commodes parce que petits) dans ma poche, en avion, en train, au cinéma, au théâtre, au concert, dans le métro, le RER, la rue, au bord de l'océan ou sur les sentiers côtiers de Groix. J'écris le matin et l'après-midi, jamais la nuit. Toute la semaine, parce que les week-ends je pars souvent en dédicaces en province. J'écoute de la musique tout le temps, sauf quand j'écris, sinon la rythmique des phrases changerait en fonction de la musique, ce ne sait pas harmonieux. Mais chaque roman correspond à une quinzaine de morceaux que je cite dans le texte et que j'écoute au cours des mois où le livre prend forme.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
Je ne sais faire que ça : raconter des histoires... et faire un soufflé au fromage. Sinon je suis nulle en cuisine, comme l'héroïne de ce livre, Lou. Chaque roman a une harmonie, un temps donné, une musique. Comme un marionnettiste, je mets en scène des personnages, je tire les ficelles... puis ils m'échappent, ils prennent leur cohérence propre, et cette histoire devient la leur. Je me sens franchement la messagère, le passeur, les personnages de papier prennent la main.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescente «un jour j'écrirai des livres» ?
J'ai toujours écrit, j'étais fille unique, quand je rentrais de l'école je n'avais pas d'autre enfant avec qui jouer, alors je lisais, et quand j'avais fini mon livre j'écrivais la suite pour continuer l'aventure. J'ai commencé ça vers 7 ans, avec les personnages du Club des cinq d'Enyd Blyton. Maintenant ça ne me viendrait pas à l'idée de toucher aux héros d'autres auteurs, mais à l'époque ça me paraissait logique et évident, c'étaient mes amis de papier, aussi réels que les amies de l'école.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ?
Oui, d'autant plus que mon père, Christian Fouchet, résistant diplomate et homme politique, avait écrit un roman et deux livres de mémoires. Il avait autrefois été très lié avec Antoine de Saint-Exupéry, l'auteur du Petit Prince. A la maison j'ai rencontré ses amis, Malraux, Maurois et Mauriac. Écrire me semblait le seul métier possible. Je suis devenue médecin parce que mon père est mort un mois après mon bac, il m'a dit au téléphone «médecin c'est le plus beau métier du monde» et il est mort le lendemain, alors je suis allée en fac de médecine pour lui. A 40 ans, médecin de garde, j'ai rédigé le certificat de décès de la grande Marguerite Duras. Quelques jours plus tard j'ai décidé de reposer mon stéthoscope. Je ne l'ai jamais regretté.

«Quand j'avais cinq ans je m'ai tué» de Howard Buten. «Oh mon bel oranger» de Jose Mauro de Vasconcelos. Les 84 romans policiers d'Agatha Christie. Les romans de Simenon avec le commissaire Maigret, que j'ai trouvés après sa mort dans la bibliothèque de mon père, cachés derrière des ouvrages sérieux d'histoire, de politique ou d'économie.

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
A vivre, à survivre, à vibrer, à partager, à aimer, à garder espoir. A appareiller, poser le fardeau des jours, rêver d'ailleurs, devenir autre, s'identifier à qui on veut, une femme amoureuse, un marin pêcheur, un goéland qui plane sur l'eau, une petite fille Groisillonne ou même une crêpe camembert caramel au beurre salé. «Entre ciel et Lou» est un livre qui fait du bien, il donne le sourire et pas le mal de mer. A notre époque difficile et parfois terrible, c'est un bol d'air marin, une bouffée de vent tonique, une pause positive, émouvante, humaine et chaleureuse. L'amour est plus fort que la haine. Les livres sont plus forts que nos chamboulements, nos errances, nos abymes et nos raz de marée.


  • Les présentations des éditeurs : 29/06/2016

Bretagne. Jo prévoit de profiter d'une joyeuse retraite sur l'île de Groix. Mais la deuxième vie qu'il imaginait aux côtés de sa bien-aimée, il devra l'inventer seul. Son épouse est partie avant lui, en lui lançant un ultime défi : celui d'insuffler le bonheur dans le coeur de leurs enfants. Il n'a d'autre choix que d'honorer Lou, sa mémoire et ses voeux. Entre un fils sur la défensive et une fille cabossée par l'amour, la mission s'avère difficile mais réserve son lot d'heureuses surprises - car il n'est jamais trop tard pour renouer. En famille, on rit, on pleure, on s'engueule et, surtout, on s'aime !

Née en 1956, Lorraine Fouchet a été urgentiste au SAMU et à SOS Médecins avant de se consacrer à l'écriture. Auteur de quinze romans, elle vit entre Paris et l'île de Groix.


  • Les courts extraits de livres : 29/06/2016

31 OCTOBRE

Jo, île de Groix

Je m'appelle Joseph, tu m'appelais Jo. C'est moi au premier rang dans l'église, avec les yeux rougis, le caban et le pull turquoise posé sur les épaules. Tu disais que les lys avaient un parfum à réveiller les morts, j'aurais dû t'en acheter. Tu avais le sens de l'amour mais un sens de l'humour pire que le mien. Notre vie, tu l'as passée à me faire des blagues nulles. Je n'arrive pas à admettre qu'une femme lumineuse comme toi s'est éteinte. Il y a forcément un piège. Je vais tomber dedans quand ?
Nos enfants sont arrivés par le bateau. Cyrian a roulé depuis Paris avec sa femme Albane, leur fille Charlotte et le chiot Hopla, dans sa Porsche Cayenne noire qu'il a laissée au parking de Lorient. Sarah a pris le train en s'aidant de sa canne sans s'encombrer de son fauteuil roulant. Cyrian a tout géré comme il gère son entreprise. Il a choisi ton cercueil, s'est chargé de l'annonce dans les journaux et du livret de messe avec ta photo suffocante de beauté. Notre fils n'est ni sympathique, ni drôle, ni attendrissant, mais il est irréprochable.
Les bancs de l'église sont tous occupés : les Groisillons d'un côté, les non-insulaires de l'autre, ta famille devant. On a marié ici les enfants de nos copains, on a enterré leurs parents. On s'asseyait à l'arrière de l'église en se tenant la main. Ce matin, tes doigts me manquent et je suis assis au premier rang comme un fayot. L'ex-voto de bateau qui se balance au-dessus de ma tête me fiche le mal de mer. Derrière l'autel, sous le crucifix, la grande ancre est flanquée de deux anges placides. Le nouveau recteur, le jeune père Dominique, officie en personne. Autrefois, on pouvait mourir tous les jours, aujourd'hui les prêtres ne vivent plus ici à l'année. Tu es partie à la bonne date, tu as droit à une vraie messe. La chorale de La Kleienn chante Audite Silete de Michael Praetorius. C'est chamboulant et intense.
J'ai une faim de loup, de marin, de loup de mer. Une faim de Lou, puisque c'est ton prénom. J'ai envie de toi et de notre crêpe camembert caramel au beurre salé. J'ai le coeur gros - le comble pour un cardiologue. Je suis mal rasé, je n'ai pas ciré mes souliers. Ma belle-fille Albane est choquée que je porte mon chandail turquoise. Tu me l'as offert pour notre dernier anniversaire de mariage. C'est moi le veuf, qu'on me foute la paix ! J'ai toujours un pull posé sur les épaules, c'est ma marque de fabrique. Nos copains m'ont promis que si je meurs avant eux, ils viendront tous à mon enterrement avec un Joseph sur les épaules. Tu ne seras pas là pour le voir.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia