Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Wanderer

Couverture du livre Wanderer

Auteur : Sarah Léon

Date de saisie : 26/05/2016

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Ed. Héloïse d'Ormesson, Paris, France

Prix : 15.00 €

ISBN : 9782350873572

GENCOD : 9782350873572

Sorti le : 03/03/2016

Lenny, pianiste prodige, retrouve son mentor Hermin, un soir d'hiver de glace dans une bâtisse isolée des premiers contreforts du Bourbonnais, douze ans après leur dernière rencontre. Que s'est-il passé qui puisse justifier une aussi longue absence ? Le lecteur découvre peu à peu l'histoire de cette amitié interrompue, par d'incessantes évocations de leur vie passée. Le livre est parcouru par la vision transcendée de la nature propre au romantisme allemand. Goethe et son sublime poème le roi des Aulnes (Erlkönig) côtoie Schubert et le voyage d'hiver.
Subtil et bouleversant dialogue entre deux musiciens à la recherche éperdue de la nature de leurs sentiments.


  • Le courrier des auteurs : 15/06/2016

1) Qui êtes-vous ? !
Je m'appelle Sarah Léon, je suis élève à l'École Normale Supérieure où j'étudie les lettres et la musicologie.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Il s'agit d'une rêverie autour du romantisme allemand et de l'une de ses figures tutélaires, le Wanderer, ce voyageur vagabond qui toujours va, au coeur de la glace et du gel. C'est aussi l'histoire d'un huis clos entre deux hommes qui, littéralement et métaphoriquement, s'efforcent de «briser la glace».

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
L'épigraphe de Heine qui ouvre le texte : «Tous deux ils s'aimaient, mais aucun / ne voulait l'avouer à l'autre / ils se regardaient méchamment / et désiraient mourir d'amour».

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Bien évidemment celle de Schubert, qui hante tout le roman. Probablement le Voyage d'hiver ou encore les trois dernières Sonates pour piano, qui sont les sommets absolus de son oeuvre, du moins à mes oreilles.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Les atmosphères qui me hantent - ici, en l'occurrence, cette montagne bourbonnaise enneigée, toute envahie par l'Allemagne romantique... Et, bien sûr, les émotions (souvent douloureuses) de mes personnages, «humains, trop humains», qui, me semble-t-il, peuvent trouver une résonance en chacun de nous.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
J'ai écrit Wanderer en écoutant presque exclusivement du Schubert. Je n'ai pas de rituels précis, mais en général j'écris plutôt en soirée, voire pendant la nuit.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
L'inspiration me vient malgré moi. Des scènes, des atmosphères viennent me hanter, parfois jusqu'à l'hallucination. Cela dit, il est évident que les romans et les films que j'aime constituent le terreau fertile de cette inspiration.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescente «un jour j'écrirai des livres» ?
L'écriture a toujours été une évidence. Du moment où j'ai su lire, j'ai commencé à noircir des pages.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ?
L'Antigone d'Anouilh, Sa-Majesté-des-Mouches de William Golding et Les Hauts de Hurlevent d'Emily Brontë sont sans doute possible les trois livres qui, vers douze ou treize ans, ont produit la plus forte impression sur moi - de l'ordre de la véritable déflagration intérieure. Ce sont des textes d'une grande violence qui, sans doute possible, m'ont ouvert les yeux sur le monde.

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
Ils nous aident à vivre. Comme le dit si bien Danièle Sallenave dans Le Don des morts : «L'homme a besoin des Lettres : parce que c'est le lieu où tous ceux qui l'ont précédé s'offrent à le guider».


  • Les présentations des éditeurs : 15/06/2016

Compositeur et maître de musique, Hermin vit retiré dans les confins du Bourbonnais, absorbé par l'écriture d'un Hommage à Schubert. Mais par une rude soirée de janvier, sa studieuse quiétude est interrompue. Son ancien élève, Lenny, pianiste prodige, vient mystérieusement frapper à sa porte. Les deux hommes se retrouvent alors confrontés aux fantômes de leur passé - entre osmose musicale, aveuglement et attente d'une révélation.
Porté par une mélodie schubertienne, Wanderer est un roman d'une délicatesse rare, un adagio crépusculaire au coeur de l'hiver, une ode subtile au romantisme allemand.

Née en 1995, Sarah Léon est élève à l'École normale supérieure de Paris où elle étudie les lettres et la musicologie. Elle est lauréate du Prix Clara en 2012 avec sa nouvelle «Mon Alban».



  • La revue de presse Raphaëlle Leyris - Le Monde du 26 mai 2016

Tandis que la neige tombe à l'extérieur, les passions, discrètement, s'échauffent, dans l'atmosphère follement romantique qu'instaure l'écriture classique, entrecoupée de ­citations allemandes, de la très ­prometteuse Sarah Léon.


  • Les courts extraits de livres : 15/06/2016

SUR LE FLEUVE GLACÉ

Le Pommier Chenin était une presque ruine qu'Hermin avait réussi à rendre habitable en dépit de l'inhospitalité des premiers contreforts du Bourbonnais. La bâtisse, trapue, élevait sa façade de pierres contre la bise et la pluie depuis deux siècles au moins, prouvant par là même sa résistance à des hivers qui n'en finissaient plus. Elle restait toutefois exposée à la froidure des mois sombres plus qu'aucune autre du fait de son isolement, et souvent, le jeune compositeur s'était vu coupé du plus proche village par un amas de neige difficile à franchir. Il devait alors rester cloîtré des jours durant dans ce qu'il nommait par dérision la grand-salle, avant de se risquer à l'extérieur. Inutile de dire qu'il ne recevait, en ces périodes, que peu de visites. Qui aurait osé braver les éléments pour le rejoindre ?
Il en est un, pourtant, qui avait osé, par un soir de janvier que commençait d'enténébrer la nuit. Le seul imaginable, l'adepte des coups d'éclat, l'ami un matin disparu - Lenny.
- Ich bin wiedergekommen ! avait seulement lancé le revenant dans un sourire.
Hermin s'était figé. Dix ans d'absence, dix ans sans musique et sans mots - et, pour renouer, cette simple phrase : Je suis de retour. C'était bien le garçon, ça...
Lenny avait donc parcouru, pour venir à sa rencontre, tant de lieues enneigées, tant de chemins bourbeux ! Certes, il connaissait sa passion pour les longues errances et le surnom qu'on lui donnait; mais celles-ci, dans son souvenir, étaient restées plus littéraires qu'effectives, et il s'étonnait que le jeune homme eût troqué en ces jours de janvier son exemplaire des Années de pèlerinage pour des chaussures de marche. Et puis, se perdre au coeur des monts de la Madeleine, abandonner répétitions et concerts pour venir le visiter, lui, après dix ans d'oubli ! Il en était étourdi. Quoi de commun, désormais, entre le compositeur terré au fond des bois et le jeune pianiste qui avait à ses pieds l'ensemble du monde musical ? - L'amour de Schubert, sans doute; quoi d'autre ?
- Tu as décidé d'accomplir ton Voyage d'hiver, c'est ça ? plaisanta-t-il.
Lenny eut à nouveau un mince sourire.
- En quelque sorte...
Sa silhouette se découpait sur fond de talus enneigé ; il avait les traits tirés par la fatigue, mais ses yeux brillaient.
- Avoue, tu ne t'attendais pas..., ajouta-t-il, presque rieur. C'était peu dire. Un adolescent l'avait quitté, un homme lui revenait.
- Tu me prends par surprise, fit Hermin - qui n'ignorait pourtant pas que le garçon avait toujours été la surprise même, que son rôle était celui de l'hôte inattendu, de l'étranger de passage : il arrivait ce soir en vagabond qui demande l'asile d'une nuit, c'était tout. Pour seule réplique, le jeune homme haussa les épaules. Puis il jeta un rapide coup d'oeil autour de lui.
- Je ne croyais pas que tu quitterais la mansarde pour ici t'enterrer...


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia