Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Jan

Couverture du livre Jan

Auteur : Claudine Desmarteau

Date de saisie : 01/12/2016

Genre : Jeunesse à partir de 9 ans

Editeur : Thierry Magnier, Paris, France

Prix : 14.50 €

ISBN : 9782364748460

GENCOD : 9782364748460

Sorti le : 13/04/2016

  • Les présentations des éditeurs : 23/09/2016

Elle se fait appeler Jan, pour Janis, son prénom qu'elle n'aime pas. Et gare à ceux qui osent se moquer d'elle. Son père, fier d'avoir une fille qui n'est pas «une gonzesse», lui a raconté que le jour de sa naissance, déjà, elle avait ses deux petits poings serrés, l'air pas commode. Depuis, garçon ou fille, petits ou grands, qu'il s'agisse de protéger son château de sable, ou de remettre à leur place ceux qui osent se moquer de son nom, Janis ne se laisse pas faire. Sa mère vendeuse de chaussures, son père chômeur professionnel, aimant et doux, mais il boit beaucoup.
Un jour, parce que sa mère est partie prendre l'air, que son père s'écroule sur le sol, Jan appelle les pompiers et c'est l'engrenage.
Son frère et elle sont confiés à un foyer puis à une famille d'accueil, le temps de l'enquête. Mais Jan en a décidé autrement : elle veut protéger son petit frère, rentrer chez elle et réunir ses parents. Elle s'identifie très fort à Antoine Doinel, héros du film de François Truffaut Les 400 coups, et c'est là qu'elle puise la force de sa révolte.
Ce roman tient par l'écriture «verbale», des jeux de mots désarmants. Forcément, on pense à Zazie, Queneau, Truffaut. Bonnes références somme toute.

Après un Bac littéraire et des études à l'ESAAD (École Supérieure des
Arts Appliqués Duperré), Claudine Desmarteau travaille dans plusieurs agences de publicité en tant que directrice artistique. Parallèlement, elle commence à dessiner pour la presse (Le Nouvel Observateur, Télérama, Le Monde, Les Inrockuptibles...), et publie son premier album au Seuil Jeunesse en 1999. En 2001, elle dit adieu à la pub pour se consacrer entièrement à son activité d'auteur-illustratrice, pour la presse et l'édition.



  • La revue de presse Frédéric Potet - Le Monde du 24 novembre 2016

L'analogie va alors peu à peu prendre forme dans le roman. Jan n'est ni plus ni moins qu'un Antoine Doinel au féminin dans le contexte des difficultés sociales d'aujourd'hui - avec des parents dont le couple explose en vol, un placement en foyer et en famille d'accueil, un projet de fugue et une envie irrépressible d'aller voir la mer...
Au-delà des péripéties musclées de sa jeune héroïne, Jan - en sélection à Montreuil - raconte aussi la montée du racisme ordinaire, la précarisation des classes moyennes et la banalisation de la violence dans les familles...
Truffé de fautes de syntaxe et de jeux de mots délicieux, le texte doit beaucoup, enfin, à la capacité de l'auteure à couler sa voix dans celle de son personnage. Claudine Desmarteau dit avoir gardé de l'adolescence un souvenir vif. Elle explique, également, avoir beaucoup observé ses propres enfants, aujourd'hui âgés de 23 et 17 ans : «Il m'arrive régulièrement d'utiliser dans mes livres des anecdotes appartenant à leur vie. Je leur fais alors toujours relire les passages concernés, que je supprime si cela ne leur plaît pas.»


  • La revue de presse Michel Abescat - Télérama du 1er juin 2016

Jan, gamine frondeuse, ne se laisse pas abattre par la noirceur de la vie. A l'instar de ce livre, lumineux...
Et c'est parti sur le fil fragile d'une histoire aux mille rebondissements, un roman funambule entre tendresse et violence sociale, infiniment sensible, dur comme le diamant et lumineux comme lui...
Claudine Desmarteau bouscule la langue et la syntaxe, des expressions jaillissent comme autant d'étoiles sur la toile noire du récit, les larmes vous viennent aux yeux entre deux éclats de rire.


  • Les courts extraits de livres : 04/08/2016

Je suis pas le genre de personne qu'il faut chercher avec des noises. J'ai toujours été comme ça, paraît même que quand je suis née, j'avais mes petits poings serrés en gueulant comme un nouveau-né pas commode, c'est mon père qui raconte ça quand il est fier d'avoir une fille qui n'est pas une gonzesse. Moi j'ai des doutes sur ce qu'il est capable d'inventer quand il a des souvenirs pas clairs, et je parie que le jour de l'accouchement, il avait commencé à fêter ça avant que je survienne du ventre de ma mère.
Le jour de ma naissance, j'ai oublié comment c'était. Le souvenir le plus ancien que je me rappelle comme si c'était hier, ça se passait à la plage et je devais avoir dans les cinq ans. J'avais construit un bateau en sable magnifique avec des banquettes à l'arrière et tout le confort. C'était un grand bateau et il avait fallu des travaux énormes pour quelqu'un de mon âge. Ce serait malhonnête d'oublier de dire que mon père m'avait aidée, surtout pour creuser le sable avec la grosse pelle. Mon petit frère était super content et il se sentait comme chez lui, assis sur la banquette arrière avec son gros cul de couche pleine. Vous trouvez ça bizarre que je me rappelle tous ces détails mais c'est la vérité vraie. Je me souviens surtout que j'avais laissé mon petit frère bien sage sur sa banquette pour aller remplir mon seau dans la mer et que quand je suis revenue, il chialait en tremblant pendant qu'un sale petit enfoiré était en train de massacrer notre bateau en sautant dessus comme un sauvage pour défoncer les banquettes, le volant et tous les bords de la forme jusqu'à ce que ça ressemble plus à rien d'autre qu'un tas de sable saccagé. Je sais pas quel âge il avait, ce salaud, il était bien plus grand que moi, genre huit ans ou plus, mais ça m'a pas arrêtée parce que je voyais rouge, comme on dit, et ce que je me rappelle le mieux dans cette journée, c'est comment la colère que je ressentais devenait tellement énorme qu'elle m'enlevait la peur de m'attaquer à un gars deux fois plus grand que moi - je suis pas un gros gabarit, plutôt du genre maigrichonne mais faut pas s'y fier, je préfère vous prévenir.
J'ai chopé ma pelle en plastique rouge et je lui ai foncé dessus comme une furie. J'avais la force de lui filer des coups de pelle suffisants pour qu'il se tire en courant. Là mon père s'est pointé, avec un train de retard qui aurait pu éviter le carnage du bateau, et ça l'a fait marrer de voir comment j'avais mis l'enfoiré en fuite, toute racho que j'étais dans mon petit slip de bain.
- T'as vu ça ? il disait à ma mère. Comment elle se défend, la gamine !
Il était fier, cet abruti, alors qu'on aurait pu éviter ce gâchis s'il était resté à son poste au lieu d'aller se traîner comme une limace sur sa serviette de plage. Mon père rigolait avec ma mère, mon petit frère chialait dans les ruines du bateau et moi j'étais toujours en fureur contre l'enfoiré, mais ça reste quand même un beau moment de mon enfance en famille, que j'aime me souvenir.


  • L’amour des livres, avec Bonnelecture.fr : 04/08/2016

Quelle place tiennent les livres dans votre vie ?
Les livres, j'aime qu'ils me secouent, qu'ils me donnent des claques, de l'espoir, et l'envie d'écrire.


  • Le mot préféré de l'auteur, avec LesMotsDesLivres.com : 04/08/2016

«Foutre» par Claudine Desmarteau
J'aime l'énergie, la vie et tous les possibles contenus dans ce mot. Foutre une baffe, foutre le camp, se foutre à l'eau, aller se faire foutre, tout foutre en l'air, se foutre de la gueule du monde...


Copyright : lechoixdeslibraires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia