Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Gus Van Sant, Icônes

Couverture du livre Gus Van Sant, Icônes

Auteur : Matthieu Orléan

Traducteur : Yoann Gentric | Jérôme Orsoni

Date de saisie : 18/05/2016

Genre : Cinéma, Télévision

Editeur : Actes Sud, Arles, France | Cinémathèque française, Paris

Prix : 39.00 €

ISBN : 9782330060770

GENCOD : 9782330060770

Sorti le : 08/04/2016

  • Les présentations des éditeurs : 23/04/2016

Depuis la fin des années 1980, Gus Van Sant est à la fois la tête de proue du cinéma américain indépendant, revendiquant une liberté artistique, comme en témoignent les films My Own Private Idaho ou Elephant, et l'auteur de certains grands succès populaires hollywoodiens, comme Prête à tout et Will Hunting. Construit autour d'un entretien avec le cinéaste, ce livre présente pour la première fois l'éventail de sa production cinématographique, mais aussi photographique et plastique, et fait la part belle à ses inspirations et collaborations majeures (William S. Burroughs, William Eggleston ou encore Bruce Weber), reliant ainsi l'oeuvre de Van Sant à ses réflexions intimes, des anecdotes de première main et un discours fouillé sur la fabrication de ses films.

En 2016, la Cinémathèque française crée un événement autour de Gus Van Sant. À cette occasion, Actes Sud publie un ouvrage de référence sur l'oeuvre du cinéaste américain, offrant une plongée dans son univers à travers l'éventail de sa création, de ses collaborations et de ses inspirations.
Parcourant les différentes pratiques artistiques de Gus Van Sant (de la photographie à la peinture, en passant par la musique), tout en les mettant en regard de ses films, le livre dévoile pour la première fois toutes les facettes de la création de cet auteur et artiste, permettant ainsi d'aborder son oeuvre cinématographique d'une manière nouvelle.
Construit autour d'un entretien inédit avec Gus Van Sant réalisé par Matthieu Orléan (commissaire de l'exposition) en juin 2015 à Portland, l'ouvrage dessine un parcours à travers un réseau d'images organisé de façon thématique.
Il est en outre l'occasion d'explorer les travaux d'artistes dont Gus Van Sant revendique l'héritage : héritage beat, pop, rock, ou encore expérimental de cinéastes, d'écrivains et de plasticiens, comme William Burroughs, William Eggleston ou encore Harmony Korine.
Cette monographie propose également des textes inédits de Matthieu Orléan, Stéphane Bouquet, Stefano Boni, Bertrand Schefer et Benjamin Thorel, qui fournissent quelques clés de lecture de cette oeuvre protéiforme et la relient aux réflexions intimes, aux anecdotes de première main, ainsi qu'à un discours fouillé sur la fabrication de ses films. Si chacun des auteurs propose d'aborder de manière spécifique l'un des aspects de la création de Gus Van Sant, tous s'attachent à nourrir leur réflexion de l'hétérogénéité de sa méthode et de sa pratique.

Entretien inédit avec Gus Van Sant
Textes de Matthieu Orléan, Stéphane Bouquet, Benjamin Thorel, Bertrand Schefer et Stefano Boni Coédition la Cinémathèque française & Actes Sud



  • La revue de presse Juliette Cerf - Télérama du 11 mai 2016

L'étendue de son territoire et la matière de son rêve cinématographique sont exposées à la Cinémathèque française jusqu'au 31 juillet 2016. Construit autour d'un long entretien entre le commissaire de l'exposition, Matthieu Orléan, et le cinéaste, le catalogue fait la part belle à la gestuelle de ses films, dialogue avec l'instantanéité de ses Polaroid ou approfondit son amour des nuages, cet «accélérateur de particules poétiques, [...] objet de pure métamorphose, aussi bien sculpture vivante que poème éventré dans les airs».


  • Les courts extraits de livres : 23/04/2016

Gus Van Sant ou la beauté du geste

C'est dans l'atelier d'un cinéaste que nous invite l'exposition Gus Van Sant et ce livre-catalogue, voulus et conçus par Matthieu Orléan à La Cinémathèque française, à Paris.

Le Museo Nazionale del Cinéma de Turin, ainsi que la Cinémathèque suisse et le Musée de l'Élysée, à Lausanne, ont eux aussi souhaité permettre au public italien et suisse de découvrir un univers où, pour la première fois, l'oeuvre plastique de Gus Van Sant, déjà exposée mais infiniment moins connue que ses films, est mise en rapport avec son travail de cinéaste. Elle en constitue parfois le matériau préparatoire, comme ses fameux polaroïds, véritable galerie de ses désirs naissants, identification des futurs personnages, au sens antonionien de ce terme ; et parfois une rêverie décalée, comme les aquarelles des années 2010, d'autant plus suggestives si l'on connaît bien son cinéma, dont elles seraient la trace évanescente, le motif pop sans leur récit. Quiconque a vu Gerry ou Elephant sait que Gus Van Sant est un cinéaste plasticien, libre et audacieux, très influencé par la radicalité européenne des années 1960 et 1970 comme par l'underground américain. Mais le visiteur de l'exposition découvrira ses collaborations avec des photographes aussi importants que William Eggleston et Bruce Weber. L'un a inventé une Amérique en couleur en magnifiant ses objets et ses paysages les plus dérisoires, sans qualités, presque ses rebuts ; l'autre a passé sa vie à capturer la métamorphose de l'adolescence, créant ainsi de nouveaux corps publicitaires, parfois aussi graciles que Kate Moss et souvent aussi sculpturaux que de jeunes dieux grecs.
Parmi les cinéastes américains apparus après le naufrage de l'ambition hollywoodienne, au début et au milieu des années 1980, seul David Lynch - son aîné de six ans - est aussi ouvertement multidisciplinaire que Gus Van Sant. Lui aussi est un fou de musique et lui aussi flirte, plus ouvertement encore, avec un statut de plasticien à multiples entrées. Mais Lynch ne cesse de décliner son univers, balisé et tout à fait reconnaissable, fixé comme "lynchien", alors que GVS chercherait plutôt à dissoudre ou à infuser le sien au fil des envies, des expériences et des opportunités. De ce point de vue, il endosse avec un plaisir non dissimulé toutes les défroques de l'auteur postmoderne, qui joue de l'alternance entre affirmation radicale et disparition volontaire - et fausse, bien entendu. Comme dans le jeu "Où est Charlie ?", on est en droit de se demander où a bien pu passer l'Auteur - avec un grand A, à la française - de Drugstore Cowboy ou My Own Private Idaho dans des mélodrames a priori aussi convenus que Will Hunting. Certains ne s'en sont d'ailleurs pas privés, sauvant in extremis les entreprises commerciales et populaires Prête à tout et Will Hunting, mais condamnant Forrester ou le si délicat Restless comme des ralliements aux sirènes du pathétique dominant, avec ses larmes de mauvaise qualité. Il suffit pourtant de comparer les mélos de GVS à la production courante, qu'elle soit américaine ou européenne, pour s'apercevoir de leurs qualités de subversion frauduleuse, de leur douce résistance aux canons majoritaires de l'émotion facile. Mais GVS n'est pas un cinéaste du passage en force ou un adepte de l'effet de signature auteuriste. Il préfère se laisser porter par la logique propre à chaque film et se nicher au coeur du système.

(...)

FRÉDÉRIC BONNAUD
Directeur général de La Cinémathèque française


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia