Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le célibataire

Couverture du livre Le célibataire

Auteur : Stella Gibbons

Traducteur : Philippe Giraudon

Date de saisie : 14/10/2016

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Ed. Héloïse d'Ormesson, Paris, France

Prix : 24.00 €

ISBN : 9782350873527

GENCOD : 9782350873527

Sorti le : 31/03/2016

Célibataire, célibataire,....

Kenneth, célibataire cinquantenaire vit avec sa soeur et sa cousine dans une belle demeure. Ils ont fui Londres sous les bombes. Miss Constance Fielding, la soeur, a pour habitude d'héberger des émigrés. Elle recrute Vartouhi, une jeune femme venant de Baïranie, pour s'occuper de la maison. Un grand nombre de personnes (famille, amis, connaissance,...) passent ou séjournent dans cette grande maison. Des haines, des amours, des amitiés mais aussi parfois des demandes en mariage rythment le quotidien. Dès que l'occasion se présente, Kenneth va dans son potager ceint de murs où il peut s'isoler des passions et des drames de la maisonnée.


Les Anglais ont une adoration pour les livres de Stella Gibbons (née à Londres en 1902). Avant de devenir romancière, Stella fut journaliste et poétesse. Elle a enchanté les lecteurs de la presse, comme les amoureux de la poésie. Une vie durant, Stella fut à l'aise dans la beauté des mots, comme dans le récit fidèle de la réalité. Cette qualité rare donne un charme fou aux romans de cette auteure adulée. On y trouve un souffle unique, mariant l'exigence de la dramaturgie à la fantaisie du poème :
Londres est sous les bombes. Dans le comté de Hertfordshire, l'air est plus respirable. C'est du moins ce que pense Miss Fielding qui règne sans partage sur la demeure familiale de Sunglades où elle vit avec son frère, Kenneth - éternel célibataire -, et sa cousine. Tout est parfaitement en ordre. Mais le Blitz l'oblige à remplir les chambres. Voici qu'arrivent une jolie veuve, Betty, son fils, Richard, et la nouvelle servante, une jeune réfugiée baïramienne joyeusement impertinente. Sans compter d'imprévisibles visiteurs. Et dans l'apparente tranquillité de la campagne anglaise, il se pourrait bien qu'un autre danger rôde, celui de l'amour...
Avec une pénétrante intuition et une redoutable perspicacité, Stella Gibbons, dans ce chassé-croisé amoureux, dépeint l'Angleterre en guerre et sa bourgeoisie pétrie de certitudes.
Dans le fond, Stella a compris que nous avions besoin des deux inspirations : la terrienne, concrète et solide. Et la romantique, laissant une place au rêve et à l'amour.
Nous les libraires, sommes comme les lecteurs : nous sommes amoureux de l'amour !


  • Les présentations des éditeurs : 22/06/2016

«Ce sont les Africains les plus pauvres qui migrent vers l'Europe. Les guerres de religion déstabilisent l'Afrique. Les agriculteurs familiaux subsahariens sont dans l'incapacité de nourrir les villes. Le chaos urbain est alimenté par une urbanisation galopante. Les Africaines sont soumises et peu investies dans le développement.» Qui n'a pas entendu ou lu ce florilège d'idées reçues sur l'Afrique subsaharienne ?

Londres est sous les bombes. Dans le comté de Hertfordshire, l'air est plus respirable. C'est du moins ce que pense Miss Fielding qui règne sans partage sur la demeure familiale de Sunglades où elle vit avec son frère, Kenneth - éternel célibataire -, et sa cousine. Tout est parfaitement en ordre. Mais le Blitz l'oblige à remplir les chambres. Voici qu'arrivent une jolie veuve, Betty, son fils, Richard, et la nouvelle servante, une jeune réfugiée baïramienne joyeusement impertinente. Sans compter d'imprévisibles visiteurs. Et dans l'apparente tranquillité de la campagne anglaise, il se pourrait bien qu'un autre danger rôde, celui de l'amour...
Avec une pénétrante intuition et une redoutable perspicacité, Stella Gibbons, dans ce chassé-croisé amoureux, dépeint l'Angleterre en guerre et sa bourgeoisie pétrie de certitudes.

Née à Londres en 1902, Stella Gibbons a débuté sa carrière comme journaliste. Poétesse et romancière, elle est lauréate du prix Femina-Vie Heureuse en 1934. Le Bois du rossignol a été publié pour la première fois au Royaume-Uni en 1938. Stella Gibbons est décédée en 1989.



  • La revue de presse Christine Ferniot - Télérama du 22 juin 2016

Entre la petite princesse ruinée de la bonne société et la famille paysanne, c'est le choc des cultures... Stella Gibbons se délecte à évoquer les conflits sociaux et sentimentaux. La comparaison avec Jane Austen n'est pas hasardeuse, car ses portraits caustiques de la société anglaise sont d'une perfidie exemplaire.


  • Les courts extraits de livres : 22/06/2016

Au printemps, les montagnes séparant du reste de l'Europe la Baïramie, ce pays minuscule, dominent une étendue d'un rose pâle, impalpable, qui remplit une large vallée. On voit bien que ce n'est pas un nuage, cependant quand le vent souffle fort elle s'agite avec une lenteur rêveuse et révèle d'étroits sentiers verdoyants serpentant au milieu de tout ce rose délicat. Un parfum délicieux, à la fois frais et capiteux, s'élève avec le vent et adoucit les roches brunes et les petites fleurs brillantes des hautes terres. Le touriste dit alors avec satisfaction : «Ce sont sans doute les arbres en fleurs de la Vallée des Abricots.»
Les fermes de cette vallée sont construites en énormes pierres blanchies à la chaux. Leurs murs sont percés de fentes destinées à des fusils et entourent une cour intérieure dont les parois sont couvertes de pêchers ou d'abricotiers en espalier, car les Baïramiens, qui se consacraient jadis exclusivement à la culture des arbres fruitiers et à la guerre, aimaient à avoir les premiers à portée de main tandis qu'ils se livraient à la seconde. Dans le passé, ils se faisaient enterrer dans ces cours, à l'endroit même où ils avaient trouvé la mort, avec sur leurs lourds vêtements de toile blanche et sur leurs têtes blondes les fleurs tombées pendant la bataille.
Cependant, après la Première Guerre mondiale, les choses s'étaient calmées peu à peu, même dans ce petit pays isolé qui ne communiquait avec le reste du monde qu'à travers les cols de montagne par où il envoyait ses fruits en Turquie et en Grèce. La Baïramie entra sur la voie du progrès. Elle acheta à l'Angleterre du matériel roulant et d'autres marchandises. Peu après, elle reçut les encouragements du journal le plus célèbre du monde, dans un éditorial rappelant que ses fils avaient toujours défendu la cause de la liberté. Il citait la strophe attribuée sans grande vraisemblance à Byron par cette partie peu étendue du public anglais pour qui la Baïramie n'était pas associée uniquement aux abricots :

Adieu, Baïramie, pays des vierges souriantes,
Petites et gracieuses mais aussi vaillantes que leurs pères,
Adieu, monts enneigés et clairières riches en fruits
Où la Nature sourit à tous les doux désirs de l'Homme !
La belle Liberté gît enchaînée en des contrées plus vastes
Mais elle résiste encore, invaincue, sur tes rochers.
J'aurai beau m'éloigner sur les vagues ténébreuses,
Tes vallées, Baïramie, gardent une part de moi-même !

L'éditorial rappelait aux lecteurs qu'aucune guerre n'avait jamais interrompu les relations entre la Grande-Bretagne et la Baïramie et ses sept cent mille habitants. L'histoire avait même vu plus d'une fois les Anglais porter secours aux Baïramiens, quand leur indépendance nationale avait été menacée. Après avoir évoqué la prospérité croissante que l'établissement d'une base navale britannique sur l'île de Santa Cipriana n'avait pas manqué d'apporter aux hameaux des montagnes orientales de la Baïramie, l'auteur de l'article concluait en espérant que les relations entre les deux pays resteraient aussi heureuses à l'avenir qu'elles l'avaient été dans le passé. Et la situation de la Baïramie continua encore de s'améliorer pendant une vingtaine d'années.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia