Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Euripide et le parti des femmes

Couverture du livre Euripide et le parti des femmes

Auteur : Claire Nancy

Illustrateur : Colette Deblé

Date de saisie : 24/05/2016

Genre : Littérature Etudes et théories

Editeur : Rue d'Ulm, Paris, France

Collection : Etudes de littérature ancienne, n° 25

Prix : 18.00 €

ISBN : 9782728805532

GENCOD : 9782728805532

Sorti le : 24/05/2016

  • Les présentations des éditeurs : 04/08/2016

Si, à Athènes, les femmes sont exclues de la citoyenneté et de la vie politique, elles figurent sur la scène civique du théâtre. Des trois auteurs tragiques, c'est Euripide qui leur réserve les plus grands rôles en réécrivant les mythes autour d'elles et en ouvrant l'accès à un «intérieur» féminin interdit d'expression. Il s'agit donc de donner à entendre et à voir, à travers la diversité des figures et des oeuvres, ce premier surgissement d'un «féminisme» dans l'histoire de notre modernité occidentale. En déchiffrant le texte d'Euripide au pied de sa lettre, comme dans les inventions de son geste dramatique, cette lecture s'attache à la partition singulière et chorale des femmes, en réponse aux discours autorisés du pouvoir et aux désastres dont elles sont victimes ou témoins. Se découvrent alors la puissance critique et l'inventivité de la parole et des gestes féminins, qu'il s'agisse de dénoncer le malheur d'une cité identitaire et arrogante ou de proposer la vision d'une communauté humaine qui fasse droit à la vie. Transgressant les frontières entre les genres et les civilisations, le parti subversif des femmes restitue à la tragédie d'Euripide sa fonction dionysiaque.

Ancienne élève de l'ENSJF, professeur en classe préparatoire à Strasbourg, Claire Nancy a mené, en même temps que son enseignement de littérature générale et de grec, des travaux sur Euripide : lecture, traduction et dramaturgie. Elle a publié de nombreux articles, en France et à l'étranger, sur la fonction du théâtre grec, sur la femme tragique, sur le théâtre d'Euripide, et sur ses figures féminines. Elle a traduit Hécube et Les Troyennes (GF), Les Phéniciennes (Belin, en collab.), ainsi que La Paix d'Aristophane. Elle a collaboré comme dramaturge avec M. Deutsch et Ph. Lacoue-Labarthe pour la production théâtrale des Phéniciennes (TNS, 1982), avec Bob Wilson pour la mise en scène de sa Médée (Opéra de Lyon, 1984), avec A. Torrès pour le projet Les Grecs-Banlieues du Grand Est avec des jeunes de quartiers sensibles (1997-1998). Elle a également enseigné la dramaturgie du théâtre grec au TNS.


  • Les courts extraits de livres : 04/08/2016

EURIPIDE ET LE PARTI DES FEMMES

La cause est aujourd'hui bien claire : la misogynie - sous sa forme occidentale - n'a pas volé son étymologie grecque. La rhétorique athénienne réservait aux femmes un sort éloquent dans sa brutalité, qui leur donnait le choix entre la mention du silence - la place du blanc, du trou ou du mort, comme on voudra (c'est celle que Périclès recommandait à leur sujet comme unique oraison) - ou bien celle du blâme : psogos gunaïkôn, le «blâme des femmes», porté en Grèce à la hauteur d'une institution, genre des femmes par excellence (le génitif, ici, est évidemment objectif), dont Stobée dressera les reliefs, quelques siècles plus tard, dans la section de son Anthologie qui s'intitule ainsi.
Pour peu qu'on y prête attention, on peut donc exhumer tout un corpus misogyne, dont le texte fondateur est évidemment le fameux récit hésiodique qui raconte l'apparition de la «race des femmes» (sur lequel a travaillé Nicole Loraux), et dont les mythes récurrents sont celui des Amazones (auquel s'intéressa Suzanne Saïd) et celui du crime lemnien, étudié il y a longtemps déjà par Georges Dumézil. Telles sont en effet les trois références qui reviennent constamment, qu'il s'agisse de s'en prendre directement aux femmes, comme le fait la poésie satirique (et en particulier le célèbre ïambe des femmes, de Sémonide d'Amorgos) ou comme le fera la comédie d'Aristophane ; ou bien de nourrir leur représentation dans un genre apparemment moins polémique, celui de la tragédie.
Texte actif en tout cas que ce psogos gunaïkôn, sur lequel la civilisation grecque fonde son mode d'exclusion des femmes. Texte qui ne cesse de discourir des griefs de la cité, texte qui définit la cité par ces mêmes griefs - cité philopsogos, selon l'expression qu'utilise (v. 904) l'Électre d'Euripide. On aurait attendu, peut-être, sous le coup d'une autre image de la Grèce, philosophos. Mais ce serait faute d'avoir entendu la leçon du fragment 36 d'Éole : «Qui cessera de médire de la femme, on l'appellera infortuné et sans sagesse : ou sophos.»
Ou bien la sophia, donc, ou bien les femmes. Ce qui, d'un même coup, exclut les femmes de la sophia et constitue la sophia en ennemie des femmes. On entend ici en sous-texte les précisions du récit hésiodique : née d'une part de la vengeance des dieux, modelée d'autre part en forme d'illusion à partir de la matière, la nature féminine n'a rien en commun avec l'arétè (la valeur ou la vertu) des hommes. Ventre avant tout, c'est-à-dire estomac et sexe, elle est strictement asservie aux nécessités naturelles et, quelle que soit l'excellence éventuelle de ses intentions, elle ne peut parler que le langage à la fois avide et frauduleux, bas et tortueux, de son origine. En aucun cas elle ne saurait accéder au logos, à ce discours clair et symbolique qui fonde la collectivité politique. Dans la cité du logos, les femmes n'ont aucun droit, parce que chez elles, précisément, le logos n'a pas droit de cité. On sait que le mot politès (citoyen) n'a pas de féminin.
Pas de vertu civique, par conséquent, qui n'exclue les femmes, qui ne se fasse même un devoir d'exclure les femmes : comme le dit l'histoire de Pandore, la femme a été conçue comme rétorsion, comme piège pour les mortels, obligés désormais de protéger contre elles leur intégrité. L'exclusion se double d'une mise en garde, à l'envi répétée.
La tragédie grecque joue ici un rôle essentiel. Représentation d'elle-même que se donne la cité, paideia (éducation) du politès, elle l'instruit de son destin en même temps que de son histoire en imitant ses actions. Les rapports des sexes - grecs - s'y proposent donc en figures, ou en discours. Ainsi voit-on les femmes d'Eschyle entraver le plus souvent les entreprises civiques, qu'elles pleurent ou crient comme celles qu'Etéocle essaie de refouler dans Les Sept contre Thèbes ou que, douées de desseins virils (comme Clytemnestre, la femme androboulos), elles usurpent le pouvoir. Et l'on sait que la transformation des Érinyes en Euménides n'est pas une petite affaire.
Du côté de Sophocle, la leçon est plus subtile. Plus pacifique, elle décharge les femmes de leur malignité. Mais chez lui, la vérité se cache, le destin déjoue les apparences, il faut lire les signes : à qui sait les entendre, les noms propres disent l'essentiel. Électre, celle qui pleure, Antigone, celle qui vient en travers, et Déjanire, celle qui tue - ou brûle - l'homme, sonnent comme un triple avertissement. Constellation exemplaire, les trois protagonistes féminines de Sophocle ne peuvent proposer de leur «race» que le triple visage d'une menace et venir comme témoins à charge, fût-ce malgré elles, dans le procès que la cité instruit contre elles. Toute leur bonne volonté ne saurait empêcher leur vocation de s'accomplir.


  • Le mot préféré de l'auteur, avec LesMotsDesLivres.com : 04/08/2016

«Finitude» par Claire Nancy
Finitude


Copyright : lechoixdeslibraires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia