Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Ensemble séparés

Couverture du livre Ensemble séparés

Auteur : Dermot Bolger

Traducteur : Marie-Hélène Dumas

Date de saisie : 02/11/2016

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Joëlle Losfeld, Paris, France

Prix : 24.50 €

ISBN : 978-2-07-266912-5

GENCOD : 9782072669125

Sorti le : 18/08/2016

  • Les présentations des éditeurs : 30/11/2016

Par amour pour sa femme Alice, soucieuse de changer de vie, Chris est prêt à tout, même à s'associer à son voisin Ronan, tantôt ami, tantôt rival, dans un projet immobilier dont il est loin de connaître toutes les subtilités. Mais les deux hommes ne s'attendaient pas à unir à ce point leurs destins en se lançant dans la construction d'une maison. Le drame survient lorsqu'ils découvrent dans le jardin de Chris le cadavre de Pavle, l'un des migrants qu'ils employaient illégalement. Ronan convainc Chris de jeter le corps dans un ravin. Ce geste macabre va ainsi cristalliser et exacerber les passions des protagonistes : pourquoi un tel acte s'ils n'ont rien à se reprocher ? Qui était réellement cet ouvrier dont on ne sait absolument rien ?

DERMOT BOLGER est un écrivain irlandais considéré comme f un des plus brillants de sa génération, souvent comparé à Joseph O'Connor ou Colm Toibin. Plusieurs de ses romans ont été traduits en français aux Editions Joëlle Losfeld : Toute la famille sur la jetée du Paradis (20081, Une seconde vie (2012) ou encore Une illusion passagère (2013). Ensemble séparés est son douzième roman.

«Un magnifique roman sur l'implosion de l'économie du milieu des années 2000, mais aussi sur l'implosion du mariage, de la morale et de la mémoire. Dermot Bolger le fait d'une main de maître, comme toujours.»

COLUM MCCANN, IRISH INDEPENDENT



  • La revue de presse Christine Ferniot - Télérama du 2 novembre 2016

Tout ensemble fresque sociale et roman intimiste, Ensemble séparés est un livre magnifique dans lequel Dermot Bolger se place au coeur de la tempête économique irlandaise des années 2000, afin de disséquer avec sensibi­lité les illusions de deux couples, emportés par leurs ambitions impossibles, leurs solitudes...
Entre humour souvent noir, ruptures de ton, situations tantôt cocasses, tantôt poignantes, le récit prend une ampleur inattendue et conte l'histoire d'un pays en vrac.


  • La revue de presse Macha Séry - Le Monde du 22 septembre 2016

Avec Ensemble séparés, son sixième livre traduit en France, l'Irlandais Dermot Bolger explore un pan sous-traité en littérature, quoique tout aussi crucial : l'approche de la cinquantaine, si décisif pour l'avenir des couples. Les enfants, devenus grands, quittent la maison. Le corps change (ménopause, troubles érectiles), sujet souvent tabou, ici abordé avec le plus grand naturel...
A travers deux couples, Alice et Chris, Ronan et Kim, d'une banlieue aisée de Dublin, Dermot Bolger présente le passage d'une décennie à la suivante, à la manière d'un champ de forces où s'affronteraient des pulsions contradictoires. Le tout se jouant autour de la notion d'espace...
Avec Ensemble séparés, Dermot Bolger signe un triste et beau roman d'amour sur l'âge des insatisfactions.


  • Les courts extraits de livres : 30/11/2016

Chapitre un

Mardi 13, une heure du matin

L'écho que renvoya le haut plafond voûté, après qu'il eut forcé au pied-de-biche la porte du bâtiment laissé à l'abandon non loin du front de mer, lui rappela un endroit plus proche de chez lui, un lieu où il prenait soin de ne jamais retourner, même dans ses rêves. L'atmosphère de renfermé le ramena en arrière ; le silence pesant, les murs moisis couverts de toiles où patrouillaient des araignées bouffies, l'impression d'être jugé par des fantômes qui l'observaient parmi la splendeur anéantie. Dehors, sur la route déserte, l'air de la nuit sentait le sel. Ses narines détectaient toujours cette imprégnation côtière que les gens du pays remarquaient rarement. Il avait déjà vingt-cinq ans lorsqu'il avait vu la mer pour la première fois. Il n'aimait pas ce parfum acre : il évoquait un voyage qu'il avait décidé de laisser derrière lui. Mais lorsqu'il pénétra dans la maison inhabitée et referma discrètement la porte, l'odeur de salpêtre fit surgir des souvenirs auxquels il n'existait aucune échappatoire.
Ce bâtiment victorien était de ceux dans lesquels on pouvait parquer les gens. De vieux hommes en manteau long obligés de s'agenouiller dans un coin, quelques mères terrifiées serrant contre elles des enfants, des grands-mères fixant le vide, muettes, comme si rien ne pouvait arriver là qui égale d'anciens malheurs endurés des décennies plus tôt. Des villageois terrassés n'osant lever la tête que lorsque les voix brutales et les moqueries s'arrêtaient, quand les pas s'éloignaient, que le claquement sec d'un cadenas qui barricadait de l'extérieur la porte d'un vieux cinéma laissait place à un silence miséricordieux. Un moment de répit accordé par ceux qui les avaient blessés à coups de bottes ou de crosse de fusil, la suspension des menaces de viol ou de mutilation. Un silence que brisaient seulement le sanglot étouffé d'un enfant, les bruits de départ des camions qui avaient amené la milice dans ce village, un sifflement crépitant, d'abord si faible qu'on l'entendait à peine. Puis de plus en plus fort jusqu'à révéler le murmure d'un feu en train de prendre. Un son auquel s'entremêlèrent des cris provenant de l'intérieur du cinéma quand les gens enfermés comprirent qu'il était incendié.
Il savait que dans ce bâtiment de Dublin de tels hurlements n'avaient jamais retenti. En Irlande, ce genre d'atrocités n'arrivaient pas. Les Irlandais n'avaient pas le regard prudent qui laisse deviner des secrets trop cuisants pour être racontés. Ils souriaient trop facilement, bien que leurs sourires soient une tactique permettant de tenir à distance les étrangers. L'histoire de ce pays se résumait aux anciennes querelles sporadiques que de vieux barbus ressassaient dans les pubs, escarmouches engagées dans des bureaux de poste et tirs visant lâchement les crânes de policiers ne se doutant de rien, comme si ces minables assassinats avaient été des batailles devant l'intéresser. Les buveurs irlandais se délectaient à révéler ces pépites de leur récit national, semblables aux petits enfants qui montrent des crottes dans un pot de chambre, attendant pour leur prouesse des louanges excessives.
(...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia