Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Eux & nous

Couverture du livre Eux & nous

Auteur : Bahiyyih Nakhjavani

Traducteur : Christine Le Boeuf

Date de saisie : 14/10/2016

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 22.80 €

ISBN : 9782330069063

GENCOD : 9782330069063

Sorti le : 05/10/2016

  • Les présentations des éditeurs : 14/10/2016

LE POINT DE VUE DES ÉDITEURS

Quand Bibijan, bientôt octogénaire, se résout enfin, sous la pression de ses deux filles, à quitter Téhéran, elle a pour destination Los Angeles, siège d'une vaste communauté iranienne en exil, où son aînée, Goli, a fondé une effrayante famille qui se veut plus américaine que nature. Mais la vieille dame n'est pas davantage attirée par Paris, où vit sa cadette, Lili, artiste conceptuelle bohème, dont sa mère a découvert non sans répulsion l'appartement incommode sous les toits d'une décevante Ville Lumière. Armée de la précieuse "carte verte" dont chacun ne cesse en vain de lui vanter les vertus, Bibijan, qui ne vit plus, de fait, que pour connaître le sort de son fils, Ali, mystérieusement disparu dans les montagnes kurdes, navigue, ballottée entre ses filles qui se disputent son destin, dans les décors d'un Occident dont l'a d'emblée révulsée le matérialisme éhonté qui semble avoir gravement contaminé l'exil de ses compatriotes.
À travers le destin d'une famille incarnant une communauté aux mille visages qui transcende les frontières, Bahiyyih Nakhjavani dresse, sous les dehors d'une satire jubilatoire, l'attachant portrait, toutes générations confondues, d'un peuple qui, déchiré par la succession des tyrannies anciennes et nouvelles, et désormais seulement relié par l'usage de la langue ancestrale partagée, ne cesse d'osciller entre nostalgie et déni, offrant ainsi, sur l'histoire d'une nation régulièrement placée sous les feux de l'actualité la plus névralgique, un éclairage aussi inédit que subversif.

Née en Iran, Bahiyyih Nakhjavani a grandi en Ouganda, avant de faire ses études en Angleterre puis aux États-Unis, et vit désormais en France. Elle est l'auteur, chez Actes Sud, de trois romans : La Sacoche (2000), Les Cinq Rêves du scribe (2003), La Femme qui lisait trop (2007).


  • Les courts extraits de livres : 14/10/2016

1

NOUS

Il y avait un bon moment que nous attentions la parution du livre. Un sujet d'une telle évidence, qui n'attendait que d'être exploité. Un thème en or. Nous savions qu'il renforcerait notre confiance en nous, et notre confiance en nous avait grand besoin de renfort après tout ce qui nous était arrivé. C'était une histoire privée, bien sûr, mais nous pensions qu'elle représentait bien le Zeitgeist de l'époque. Nous sommes des millions, après tout, et couvrons la gamme entière de l'espèce humaine : hommes et femmes, jeunes et vieux, radicaux et conservateurs, pro-ceci, anti-cela, et tout l'intermédiaire. Et, aussi, on nous trouve littéralement partout, éparpillés sur la planète, en Europe et en Australie, au Canada et aux États-Unis. En vérité, nous avons même élu résidence en Chine, en Amérique latine et dans certaines régions d'Afrique, ainsi que dans les Émirats arabes unis, bien que certains de ces pays ne comptent guère, bien entendu, lorsqu'il s'agit de l'industrie du livre. Intéressant, ceci : à quel point le monde est petit dès lors qu'il s'agit de l'industrie du livre. Mais où qu'il parût, et en quelque langue que ce fût, nous étions certains que le livre aurait un lectorat abondant.
Notre histoire allait devenir un best-seller, un bbckbuster : elle envahirait le monde comme un raz de marée. Elle franchirait le cap des premières sélections pour figurer dans les dernières, passerait des plateaux télévisés aux documentaires et ferait bien sûr le buzz pour les prix littéraires ; il y aurait des tournées de conférences de l'auteur, il ou elle. Nous nous sommes interrogés un moment à ce sujet ; nous nous faisions quelque souci à propos de l'auteur, nous devons l'admettre. Ce serait sans doute une femme, déduisions-nous, parce que les Iraniennes sont ces temps-ci l'objet de toute l'attention des médias, qu'elles écrivent bien ou mal. Cela nous ennuyait un peu, pour être honnête. Piquait notre orgueil, quelque part. L'une des plus rudes réalités de l'exil a été pour nous la constatation que ce sont nos femmes qui, invariablement, attirent sur elles l'attention : artistes, scientifiques, actrices, astronautes, lauréates du prix Nobel, suicidées. Mais on ne peut décider de tout après une révolution, n'est-ce pas ? En dernière analyse, la reconnaissance compte plus que le genre. Et il était sans conteste grand temps que l'on nous reconnût. Nous attendions depuis longtemps une forme de reconnaissance, forme d'attention sérieuse, autres que celles qui nous étaient accordées régulièrement chaque fois que nous passions devant des services d'immigration.
La question essentielle était : quelle forme le livre emprunterait-il ? Fiction ? Analyse factuelle ? Certains d'entre nous espéraient un commentaire d'avant-garde, une étude sociopolitique relative à "l'Aryen originel, d'hier à nos jours". D'autres pensaient qu'un chef-d'oeuvre littéraire aurait plus de chic, un éblouissant premier roman intitulé Les Exilés de Malibu ou quelque chose de ce genre, une histoire qui saisirait ce long et humide hiver de notre déracinement. Le plus souvent, nous ne voulions qu'un récit simple et venu du coeur à propos d'amour impossible ou de dysfonctionnement familial, avec un titre comme Schéhérazade dans les faubourgs, peut-être. Nous nous serions même contentés d'un manuel pratique, dix chapitres faciles à lire mais dotés d'un sous-titre ardu, tel que "Comment traiter les effets psychologiques secondaires du syndrome diasporique". N'importe quoi, à vrai dire, du moment qu'il s'agirait de nous, du mot de la fin à notre propos.
Cela nous passionnait. D'un jour à l'autre, nous prévoyions la parution du livre. Mais rien ne se passait. Nous attendîmes, pendant des semaines, puis des mois. Mais toujours rien. Des élections furent truquées, des artistes assignés à résidence, des jeunes arrachés aux trottoirs et privés d'éducation, des cours universitaires effacés de disques durs et réduits à la clandestinité, et aucun livre ne paraissait. Rien. Nous dévorions les comptes rendus critiques, nous fouillions les archives. Mais notre histoire n'avait pas été écrite. Pas même à titre historique, sans parler du temps présent. Pas même, brièvement, dans The Economist. Pas même en français. Nous, les Iraniens à la première personne du pluriel, n'existions tout simplement pas sous forme imprimée.
(...)


  • Le mot préféré de l'auteur, avec LesMotsDesLivres.com : 12/10/2016

«Exubérance» par Bahiyyih Nakhjavani
Exubérance :
"Ce mot, au moins en anglais, porte les connotations de joie,
d'enthousiasme, et surtout de mouvement et d'énergie positive.
Pour moi, c'est un mot qui contient l'émotion de la découverte, de la surprise,
d'une troisième possibilité entre deux conditions impossibles. C'est un
mot plein de l'intoxication qu'on trouve en utilisant une métaphore, par
exemple, le sens de l'unité dans les dissemblances, la liberté cachée dans
les idées opposées et contradictoires. Ce mot est mon compagnon chaque
fois que j'écris une histoire."


Copyright : lechoixdeslibraires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia