Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Jean Pruvost

enchante les media

Thierry Hesse

signe une confession captivante

Éric Neuhoff

fait entendre la petite musique du coeur

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Anne Sinclair

cherche la boussole

Stéphane Pair

est journaliste à France Info (Radio France)

Niiia Weijers

a étudié la littérature à Amsterdam et à Dublin.

Karin Kalisa

a vécu à Hambourg, Tokyo et Vienne avant de s'installer à Berlin

Victor del Árbol

a été séminariste, policier, garde du corps

La famille Standjofski

est un méli-mélo de racines européennes

Nicolas Tackian

Il notamment créé avec Franck Thilliez la série ALEX HUGO pour France 2

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Régine Detambel

prend soin de nous, comme les livres

Christian Oster

Prix Médicis 1999, nous enchante à nouveau

Kamel Daoud

conquiert sa liberté par et dans l'écriture.

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Imre Kertész

Imre Kertész vécut l'écriture comme un acte existentiel et personnel,

Simona Sora

est une critique littéraire reconnue en Roumanie

Monique Bacchetta

présente les écrits mandéens

Frédéric Dard

sut marier grâce et grossièreté

Julia Kerninon

a toujours voulu être écrivain

François Busnel

est le journaliste préféré des libraires

Françoise Chandernagor

partage le bonheur de découvrir les poétesses inconnues

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Bertrand Dicale

explore les cultures populaires

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Nelly Kaprièlian

enquête sur le destin d'une actrice

Philippe Claudel

admire «la force qu'ont les hommes de ­durer»

Sempé et Marc Lecarpentier

apprécient l'amitié délicate et patiente

Fra Angelico

initie le courant des peintres dits «de la lumière»

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Jean-Paul Didierlaurent

est gâteux

Emmanuelle Pirotte

est ovationnée par les libraires et la presse (dont François Busnel)

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Céline Delavaux

présente une dizaine d'objets qui ont conquis le monde

Véronique Ovaldé

invite les parents et les enfants à ne pas avoir peur

Paul Bocuse

habille les poulets

Christine Van Acker

est drôle sans être méchante, caustique sans être cynique (Jérôme Garcin)

Christophe Quillien

est un aviateur sans boussole (et sans avion)

Muriel Barbery

raconte son chat

Annie Degroote

est native des Flandres françaises

Cassandra O'Donnell

passe des heures à discuter avec les libraires

Raymond Carver

fut élevé au rang des plus grands écrivains du siècle dernier

Jean-Paul Didierlaurent

est un faiseur d'histoires atteint de gâtisme

Hubert Haddad

pousse la fiction-vérité dans ses ultimes retranchements

Odile Verschoot

Rédige en nageant, écrit en séchant

Yann Queffélec

porte ce livre, comme un chagrin secret

Pablo Iglesias

observe les leçons politiques de Game of thrones

Claude Lorius

a quatre-vingt-trois ans. Il est glaciologue

Thierry Cazals

aime les promenades non balisées, les sentiers secrets, les chemins de traverse

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Mathias Enard

explore l'orientalisme

Daniel Lacotte

est écriveur

William Giraldi

est traduit par Mathilde Bach

Jérémie et Stéphanie Gicquel

ont une passion pour le froid polaire

Yann Queffélec

remue le couteau dans la plaie

Le Paris de Nicolas d' Estienne d'Orves

est un rêve intime, un monde secret, une parenthèse enchantée.

Arnaldur Indridason

est né à Reykjavik en 1961

Peter Heller

épouse l'action, la fureur, la poésie

Didier Daeninckx

raconte un beau souvenir de librairie (voir ses réponses au questionnaire décalé)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Diane Meur

réinvente brillamment le genre de la saga...

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Anne Poiré et Patrick Guallino

aiment les chats et la bonne humeur...

Frédéric Couderc

salue la force et la bienveillance de Nelson Mandela

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Aki Shimazaki

née au Japon, vit à Montréal...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Fanny Chiarello

est lauréate du Prix Orange du Livre 2015...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Arnaldur Indridason

dépasse le thriller...

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Cécile Huguenin

est une nomade...

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

ZEP :

Le trait du dessinateur est comme sa voix...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Hôtel universal

Couverture du livre Hôtel universal

Auteur : Simona Sora

Traducteur : Laure Hinckel

Date de saisie : 10/11/2016

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Belfond, Paris, France

Collection : Littérature étrangère

Prix : 20.50 €

ISBN : 9782714458995

GENCOD : 9782714458995

Sorti le : 27/10/2016

  • Le courrier des auteurs : 10/11/2016

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis une écrivaine de Roumanie, plus précisément de Transylvanie, où ce n'est pas un hasard que la littérature signifie tout d'abord raconter des histoires.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Je pourrais dire que le thème central est la quête de soi, les auto-interrogations incessantes supposées par cette quête et la réponse unique vers laquelle elles mènent.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Un homme qui t'aime t'apprend à mourir.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Lhasa de Sela, La marée haute. Je l'espère, en tout cas.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
J'aimerais pouvoir convaincre sur la beauté énorme de l'inutilité de la littérature, c'est à dire sur ce que Lee Siegel appelait «this socially and economically worthless experience called transcendence».

6) Savez-vous à quoi «servent» les écrivains ?
Je crois que les vrais écrivains sont ceux qui (par leur vie et par leur écriture) montrent toujours «le nord», le centre du mandala, la sortie du labyrinthe. Certains le font avec humour, et le recours à l'humour dans ce monde est un don, peut-être le plus sympa don de l'au-delà.


  • Les présentations des éditeurs : 31/10/2016

En 1990, Maia vit dans le célèbre hôtel Universal, érigé en plein coeur du vieux Bucarest. Il a survécu au temps des communistes, comme hôtel de passe et refuge de la Securitate, avant de ressusciter en 1989 en repère professeur de lettres, la Finlandaise anorexique, le Mohican qui a voulu faire le grand plongeon.... Ils vivent, se racontent, s'essoufflent, s'aiment, jusqu'à la mort de l'un d'eux qui va rompre l'équilibre et bousculer les passions.
Pour Maia, l'hôtel Universal, c'est aussi la tradition familiale, les longs après-midi aux côtés de sa grand-mère Maria, qui s'adonnait à la préparation rituelle de la confiture de roses, l'épopée du cher Vasile Capça, futur grand confiseur de Bucarest et incorrigible voyageur, l'histoire de la mère de Maria, Rada la guérisseuse un peu sorcière... Une saga familiale et féminine racontée par une mystérieuse narratrice aphasique et somnambule, des récits archaïques aux aventures modernes, un monde fabuleux au charme subtil et mélancolique, à la manière d'une nouvelle fantastique de Mircea Eliade ou des récits de voyage d'un Pierre Loti.

«Un roman extraordinaire, dans lequel on déambule au rythme d'un style unique et hypnotique. C'est également un roman d'une grande précision historique, comme il en existe seulement quelques-uns dans la littérature roumaine. Simona Sora y reconstruit un XUC siècle baignant dans la mélancolie, profondément matriarcal, un monde qui oscille entre harmonie et déséquilibre. Lire Hôtel Universal, c'est découvrir un monde d'une beauté bouleversante, sans jamais oublier la complexité de l'histoire roumaine et celle des êtres humains.»
Sanda Cordos, historienne et critique littéraire

"Dans le parfum capiteux des pétales de roses confits, l'odeur des secrets, Hôtel Universal magnifie les destins d'une lignée de femmes fortes, guérisseuses chacune à sa façon, un peu sorcières, des héroïnes "merveilleuses", c'est-à-dire, selon la définition de Maria la grande, "sensibles au merveilleux".
Livres Hebdo

"Ce premier roman avance à la manière des souvenirs reconstitués, par recoupements de témoignages pour recréer une réalité insaisissable, une mémoire des lieux trouée et parcellaire. Dans le parfum capiteux des pétales de roses confits, l'odeur des secrets, Hôtel Universal magnifie les destins d'une lignée de femmes fortes, guérisseuses chacune à sa façon, un peu sorcières, des héroïnes "merveilleuses", c'est-à-dire selon la définition de Maria la grande, "sensibles au merveilleux". "
Livres Hebdo, Véronique Rossignol

Née en 1967, Simona Sora est une critique littéraire reconnue en Roumanie. Accueilli avec enthousiasme par la critique, Hôtel Universal, son premier roman, a figuré en 2012 sur la liste des cinq finalistes du prix littéraire Augustin Fratila du meilleur roman. Hôtel Universal a également été déclaré «livre de l'année» par Paul Cernât, essayiste et critique littéraire roumain, dans la très respectée revue Romania Literara en février 2013. Simona Sora vit à Bucarest.


  • Les courts extraits de livres : 29/10/2016

Composition de lieu

1

la nuit de sa fondation, l'hôtel Universal (qui longtemps s'est appelé auberge Teodoraki) se trouvait encore si exactement au centre de Bucarest qu'on aurait cru que quelqu'un avait déterminé son emplacement à l'aide d'une règle et d'un compas, le plaçant à mi-chemin entre le faubourg des Miséreux et le bourg du Coucou, et à égale distance des bassins du faubourg des Tanneurs et de la maison des Eaux. Et si ce «quelqu'un» avait laissé son regard pensif planer sur ce terrain encore nu et récemment acquis, en juillet 1849, par Hagi Teodoraki afin d'y déployer ses métrages de rubans et de dentelles négociés à Leipzig, il aurait eu la surprise de voir arriver vers minuit, au coin de l'auberge Rouge, d'un pas tranquille et sans prononcer un mot, les trois commerçants qui s'étaient associés pour construire cet hôtel : Hagi Teodoraki lui-même, Leon Manoach et George San Marin.

La pluie printanière venait de s'arrêter, mais sans purifier l'air indécis du mois d'avril. Ils longèrent lentement l'auberge des Grecs, tournèrent en direction de Stavropoleos et sortirent de la rue des Selliers pour s'engager dans une venelle, toujours silencieux et avançant d'un pas solennel, comme s'ils se rendaient à un procès. Arrivés derrière l'échoppe du tailleur Ghinea Pantalonard, Hagi Teodoraki s'arrêta. Il sortit de sa poche une clé, se pencha et déverrouilla la porte d'une cave avant d'en soulever le lourd battant. Un escalier abrupt s'ouvrait, menant à une sorte de tunnel où régnait une odeur de brûlé. Derrière eux, la porte se referma sans bruit à l'exact moment où il se remettait à pleuvoir.

On ne sait pas très bien ce qui s'est passé dans la cave, raconte Maria, une centaine d'années plus tard, dans la cuisine où, en compagnie de Maia, elle met en route une fournée de confiture de roses : Tout juste sait-on ce que Léon Manoach a dit à sa femme Sofia - laquelle, à son tour, l'a répété à Rada qui, à l'époque, occupait une chambre à l'hôtel Universal -, à savoir que, à peine entré sous terre, il avait tout de suite senti une odeur de soufre et de bois calciné. L'idée de repartir, de rester discrètement en arrière avant de fausser compagnie à ses camarades, lui avait bien traversé l'esprit, mais c'était impossible puisqu'il marchait entre Hagi Teodoraki et George San Marin. Ainsi donc, ils étaient allés jusqu'au bout de la galerie éclairée par la seule torche de Teodoraki, celui-là même qui les avait conviés à visiter les caves de leur futur hôtel. Ils avaient descendu les marches humides et boueuses qui n'avaient pas eu le temps de sécher depuis qu'elles avaient été lavées. Quand, deux ans plus tôt, Hagi Teodoraki avait racheté à Polizu et Petrovici les ruines des bâtiments détruits dans le grand incendie, il ne savait pas bien ce qu'il ferait de cet endroit. Il se sentait vieux et malade, et se déplaçait toujours plus difficilement sur ses jambes lourdes comme le plomb, sujettes à de douloureux engourdissements matinaux. Toute joie lui semblait dorénavant interdite. Cet endroit, qui porterait plus tard le nom de rue Gabroveni, avait cependant eu le don de lui fouetter le sang ; il construirait là une hostellerie - pas un caravansérail de commerçants, mais une maison pour clients raffinés accompagnés de leurs amies de coeur.

(...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia