Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La tristesse des éléphants

Couverture du livre La tristesse des éléphants

Auteur : Jodi Picoult

Traducteur : Pierre Girard

Date de saisie : 17/05/2017

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 23.00 €

ISBN : 9782330072650

GENCOD : 9782330072650

Sorti le : 04/01/2017

Plaidoyer

Jenna, 13 ans, engage une voyante et un détective afin de retrouver sa mère disparue depuis 10 ans. Elle était chercheuse et travaillait sur les éléphants, les sentiments qu'ils ont et l'étude de leur tristesse.
Un très bon roman où l'amour entre mère et fille est le fil conducteur de toute l'intrique. Mais c'est aussi et surtout un magnifique plaidoyer en faveur de la sauvegarde des éléphants.
Jodi Picoult est américaine, auteure de plus de 20 romans dont 4 ont été adaptés en téléfilms et un au cinéma.


Un roman dense, efficace et surprenant où il est question de maternité et de deuil. Jodi Picoult établit un parallèle intéressant avec les émotions ressenties par les éléphants.
Ce livre captivant nous fait découvrir des personnages atypiques et une fin totalement inattendue.
Des dialogues percutants, une construction habile, une bonne dose d'humour et une touche de surnaturel : tout ceci pour un roman parfois renversant !
Un gros coup de coeur de cette rentrée littéraire !


Jenna a 13 ans. Elle décide de partir à la recherche de sa mère, Alice, disparue lorsqu'elle avait 3 ans. Elle est persuadée que cette dernière n'a pas pu l'abandonner, et armée de sa détermination, elle est aidée par un ancien inspecteur devenu détective privé alcoolique et d'une voyante qui ne voit plus rien... Jenna commence à lire le journal de bord de sa mère, qui était scientifique spécialiste des éléphants, élaborant notamment un inédit programme de recherche sur leurs émotions. L'histoire se construit donc peu à peu autour de plusieurs voix, chacun des personnages qui mène l'enquête, ainsi qu'Alice à travers ses écrits. "La tristesse des éléphants" est un roman plus qu'étonnant. Une pépite de suspense, d'émotions, très bien documenté (vous ne verrez plus les éléphants de la même manière), fascinant et captivant, jusqu'au dénouement final époustouflant. Grand coup de coeur de début d'année !


  • Les présentations des éditeurs : 10/01/2017

Jenna avait trois ans quand a inexplicablement disparu sa mère Alice, scientifique et grande voyageuse, spécialiste des éléphants et de leurs rituels de deuil. Dix années ont passé, la jeune fille refuse de croire qu'elle ait pu être tout simplement abandonnée. Alors elle rouvre le dossier, déchiffre le journal de bord que tenait sa mère, et recrute deux acolytes pour l'aider dans sa quête : Serenity, voyante extralucide qui se prétend en contact avec l'au-delà ; et Virgil, l'inspecteur passablement alcoolique qui avait suivi - et enterré - l'affaire à l'époque.
Habilement construit et très documenté, La Tristesse des éléphants est un page-turner subtil sur l'amour filial, l'amitié et la perte. Savant dosage de mystery, de romance et de surnaturel, ce nouveau roman de Jodi Picoult captive, émeut et surprend jusqu'à son finale aussi haletant qu'inattendu.

Jodi Picoult est née en 1966 à Long Island, dans l'État de New York. Après avoir étudié la littérature à Princeton et les sciences de l'éducation à Harvard, elle se consacre à l'écriture à partir des années 1990. Son oeuvre, traduite en trente-sept langues, compte vingt-trois romans, dont dix ont paru en France aux Presses de la cité et aux éditions Michel Lafon.



  • La revue de presse Florence Bouchy - Le Monde du 5 janvier 2017

Habilement construit, agréablement écrit et élégamment traduit, La Tristesse des éléphants est de ces page turner de qualité qui ne sacrifient pas le travail stylistique et le jeu des points de vue à l'efficacité romanesque.


  • Les courts extraits de livres : 10/01/2017

JENNA

Certaines personnes pensaient autrefois qu'il existait un cimetière des éléphants - un endroit où ces animaux venaient mourir quand ils étaient vieux et malades. Ils quittaient leur troupeau et s'éloignaient de leur pas lourd à travers le paysage poussiéreux tels ces titans de la mythologie grecque dont on nous parlait à l'école. La légende disait que cet endroit se trouvait quelque part en Arabie Saoudite ; qu'il en émanait une force surnaturelle ; qu'il y avait là un livre de magie pour apporter la paix dans le monde.
Les explorateurs qui partaient à la recherche de ce cimetière suivaient les éléphants pendant des semaines, pour finalement s apercevoir qu'ils avaient tourné en rond. Certains disparaissaient dans la nature. D'autres ne se souvenaient plus de ce qu'ils avaient vu, et parmi ceux qui prétendaient avoir découvert le cimetière, aucun ne fut jamais capable de le localiser pour y retourner.
Pour une simple raison : le cimetière des éléphants est un mythe.
En vérité, des chercheurs ont trouvé les restes de groupes d'éléphants morts dans un périmètre réduit, souvent pendant une courte période de temps. Alice, ma mère, aurait dit qu'il y avait une raison parfaitement logique pour expliquer la présence de chaque site funéraire d'importance : les éléphants étaient morts en peu de temps par manque d'eau ou de nourriture ; des chasseurs d'ivoire s'étaient livrés à un massacre. Il se pouvait aussi que les vents violents qui soufflent en Afrique aient ramené une grande quantité d'ossements dans un même endroit. "Jenna, m'aurait-elle dit, il y a une explication à tout ce que tu vois."
Nombre d'informations concernant la mortalité des éléphants ne sont pas des fables mais relèvent de la science pure. Ma mère aurait pu me dire cela. Nous nous serions assises, épaule contre épaule sous le grand chêne où Maura aimait se tenir à l'ombre, et nous aurions regardé l'éléphante ramasser des glands avec sa trompe et les jeter au loin. Ma mère aurait noté chaque lancer comme un juge aux Jeux olympiques. 8,5... 7,9. Ah ! Carrément 10 !
J'aurais peut-être écouté. Mais peut-être, aussi, que j'aurais fermé les yeux. Ou que j'aurais tenté de fixer dans ma mémoire le parfum du produit antimoustique sur la peau de ma mère, où sa façon de tresser mes cheveux, d'une main distraite, et de nouer la pointe des nattes avec un brin d'herbe.
Peut-être que pendant tout ce temps j'aurais désiré qu'il y ait vraiment un cimetière, mais pas seulement pour les éléphants. Parce que alors j'aurais pu la trouver.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia