Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Virginie Despentes

est l'auteure notamment de "Les Jolies choses"

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jordan Harper

est originaire du Missouri

José Luis Zárate

est considéré comme un pionnier des littératures fantastiques au Mexique.

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Emmanuelle Pirotte

est ovationnée par les libraires et la presse (dont François Busnel)

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Didier Daeninckx

raconte un beau souvenir de librairie (voir ses réponses au questionnaire décalé)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Diane Meur

réinvente brillamment le genre de la saga...

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Anne Poiré et Patrick Guallino

aiment les chats et la bonne humeur...

Frédéric Couderc

salue la force et la bienveillance de Nelson Mandela

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Aki Shimazaki

née au Japon, vit à Montréal...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Fanny Chiarello

est lauréate du Prix Orange du Livre 2015...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Arnaldur Indridason

dépasse le thriller...

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Cécile Huguenin

est une nomade...

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La vie automatique

Couverture du livre La vie automatique

Auteur : Christian Oster

Date de saisie : 17/02/2017

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Ed. de l'Olivier, Paris, France

Collection : Littérature française

Prix : 16.50 €

ISBN : 9782823608786

GENCOD : 9782823608786

Sorti le : 02/02/2017

Un style sobre et rigoureux, une atmosphère particulière que donne un sentiment d'inéluctable.
Le narrateur tient les émotions à distance, il semble vivre sa vie à travers un filtre, comme détaché de tout ce qui l'entoure.
Comme le titre l'indique, le héros s'est en quelque sorte mis sur pilote automatique.
Un roman que à indéniablement du style et un charme qui lui est propre.


  • Les présentations des éditeurs : 15/03/2017

Au départ, il y a l'incendie. Jean a oublié d'éteindre sous une casserole. Il en profite pour oublier aussi sa vie en abandonnant sa maison aux flammes. Acteur de séries B, il va désormais se contenter de survivre. La fiction devient son refuge, la vie elle-même une toile de fond.
C'est dans cette atmosphère de désenchantement qu'il rencontre France Rivière, une actrice encore célèbre qui lui propose de s'installer chez elle. Puis son fils, Charles, un homme intrigant qui sort de l'hôpital psychiatrique. Jean s'attache à ses pas, perd sa trace, s'interroge sur son absence, qui le renvoie à celle qu'il éprouve face au monde.
Dans ce roman à l'écriture tendue, Christian Oster évoque la dérive d'un homme qui interroge, de manière souvent cocasse, le renoncement dans lequel il s'est installé.

Christian Oster est né en 1949. Prix Médicis 1999 pour Mon grand appartement, adapté au cinéma par Claude Berri, il est l'auteur de quatorze livres aux éditions de Minuit, dont, Loin d'Odile (1998), Une femme de ménage (2001), Trois hommes seuls (2008), Dans la cathédrale (2010). Il a également publié des romans policiers et de nombreux livres pour enfants (à L'École des loisirs).



  • La revue de presse Jérôme Garcin - L'Obs du 2 février 2017

C'est dire ce qu'on gagne à fréquenter Christian Oster, l'auteur, jadis chez Minuit, aujourd'hui à l'Olivier, de «Mon grand appartement» (prix Médicis 1999) et d'«Une femme de ménage». A son contact, non seulement on s'instruit, mais aussi on se grandit...
Sa manière de pratiquer l'absurde avec solennité, de raisonner la loufoquerie et d'enrober l'incohérence des situations dans de longues phrases savantes (ah, cette «lumière du jour [qui] tombait en trapèze sur un sol de vieille ardoise, filtrée par une fenêtre éblouissante»), elles-mêmes encastrées dans des pages sans alinéa, provoque une incroyable jouissance de lecture.


  • La revue de presse Eric Chevillard - Le Monde du 16 février 2017

Dans La Vie automatique, il ne se contente pas de délester Jean, son personnage, il le dépouille carrément. Sa compagne vient de le quitter et voici qu'un incendie ravage sa maison. Parfait. L'homme n'a plus rien. Il est nu. C'est un bébé. Sa vie peut commencer. Le roman en tout cas, qui le voulait libre de toute attache...
L'auteur va avoir suffisamment à faire pour le sauver de la déprime, de la débine, de la déveine. Jamais cependant il n'écrit un mot plus haut que l'autre. Plus bas non plus, d'ailleurs, l'écriture est posée, le ton mesuré, l'humour moins présent que dans certains autres de ses livres, mais un fil d'ironie court tout du long de ce récit (derrière la plinthe)...
La fiction a cela de bon : on peut ne pas jouer le jeu. Jean est très fort pour l'esquive. L'écrivain aussi, qui ne laisse jamais son récit prendre un tour trop romanesque. Ce n'est pas parce que son personnage est comédien qu'il sera scénariste.


  • Les courts extraits de livres : 15/03/2017

Cinq jours plus tôt, j'avais fait un peu de cuisine. J'habitais à la campagne, une maison isolée à deux kilomètres d'un village. Je ne faisais généralement pas de cuisine, mais, à la suite d'une erreur de livraison, j'avais hérité d'un cageot de légumes. Des courgettes, notamment. J'avais mis le feu très bas sous la casserole et j'étais sorti dans le jardin. Le jardin donnait directement sur les champs. Au loin, j'avais regardé des chevaux courir. En contrebas, de rares voitures passaient sur la route. Les courgettes m'étaient sorties de l'esprit. J'avais cessé aussi de m'absorber dans le paysage. Seul sur mon tertre, j'avais fermé les yeux pour voir défiler ma vie récente. Puis j'ai senti le brûlé et je suis revenu vers la maison et plus précisément dans la cuisine. J'avais laissé un torchon sur la casserole. Ou plutôt je me suis rappelé que j'avais laissé un torchon sur la casserole parce qu'il n'y avait plus de torchon. Le feu, qui s'était communiqué aux rideaux, m'a fait me souvenir de ce torchon. Les flammes léchaient le bois des fenêtres. J'ai coupé le gaz, je croyais savoir que c'était une des choses à faire. J'ai quitté la cuisine, contiguë à la bibliothèque, où je me suis tenu immobile contre un mur. J'ai écouté avec attention le bruit du feu. C'est lorsque les fumées, puis les flammes, sont arrivées au seuil de la bibliothèque que j'ai pensé à faire un sac. Je suis allé dans la chambre, où j'ai fourré quelques vêtements dans une valise à roulettes. Mon téléphone était sur moi, j'ai eu également le réflexe d'aller chercher mon chargeur dans la bibliothèque, dont les murs étaient en train de noircir. Des fumées s'en échappaient, qui s'élevaient en tourbillons. J'ai rejoint la chambre, attrapé la valise et un sac à dos et enjambé la fenêtre. J'ai regardé la maison, on voyait le reflet des flammes à l'intérieur, on aurait pu penser que c'était allumé quoiqu'il fît grand jour encore, et de toute façon il s'agissait de lueurs mouvantes. De la fumée sortait en outre par les fenêtres ouvertes, elle commençait à former un panache. Je suis descendu vers la route, c'était un peu délicat à cause des voitures, je préférais qu'on ne me voie pas quitter ma maison en flammes en tirant une valise. Ce n'était d'ailleurs pas une bonne idée, cette valise, j'aurais dû me contenter de partir avec ma carte bancaire (que j'avais sur moi), quitte à m'acheter ensuite des vêtements et même éventuellement une valise. Je n'avais plus de voiture depuis que F. était partie avec, je n'avais pas encore eu le courage d'en racheter une. En attendant j'utilisais le seul vélo en état pour mes déplacements, mais ça ne convenait pas avec cette valise. Jetais par conséquent à pied et, sans valise, j'aurais marché plus vite. Plus discrètement, aussi.
C'est sur la route de la gare que je me suis vu tout à coup comme un homme qui n'a plus de maison. Jai pensé à contacter mon assurance, c'est-à-dire que j'ai eu une sorte de passage lucide, et puis ça m'a quitté et j'ai envisagé ma vie telle que je l'avais perçue une demi-heure plus tôt, à savoir d'un oeil sec, avec devant moi un vide sans contours, au bord de quoi je n'avais nullement le projet de me pencher. En tout cas, je me suis réfugié dans cette vision en me disant que c'était plus simple et même plus raisonnable, en définitive : dans ces conditions, j'avais en face de moi la vérité, ou plutôt j'avais la vérité près de moi, qui m'accompagnait et qui, faute de me tenir chaud, me consolait avec sa clarté.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia